judo

Il y a urgence et obligation à clarifier le dossier de l'ESBM-JUDO.

La Chambre Régionale des Comptes y consacre plusieurs pages et exprime plusieurs exigences afin que la transparence sur les flux financiers, d'autant que ceux-ci ont plusieurs origines, subventions municipales et sponsoring d'entreprises entretenant des liens commerciaux avec la ville.

Nous allons tenter de dresser un tableau de la situation de l'ESBM-JUDO. Nous connaissons les bénévoles qui ont porté à bout de bras ce club pendant de très longues années, le rédacteur de Folio du Blanc-Mesnil ayant été le rare élu à les accompagner durant cette période. Nous avons le plus profond respect pour ces militants du sport, que nous ne confondons pas avec ceux qui ont changé la nature de ce club, pour des raisons qui ont qu'un très lointain rapport avec le mouvement sportf.

Il faut que cela soit clair pour tous les Blanc-Mesnilois, l'autonomie et la liberté de l'ESBM-JUDO n'ont plus aucune réalité. Les orientations, les choix, les décisions sont prises par le maire de droite extrême. Afin, que le contrôle soit efficace, Karim Boumedjam(élu à la culture) est maintenant membre du conseil d'administration et du bureau, et il représente le club dans certaines instances de la Fédération Française du Judo.( Représentant des grands clubs français)

En 2016, le club de judo des Balkany de Levallois est en faillite, les athlètes de haut niveau qui sont des professionnelles, risquent d'être emportées.Des négociations menées entre Roger Vachon (responsable du club de Levallois) et le maire de droite extrême organisent le transfert de l'équipe première féminine de Levallois vers l'ESBM-JUDO.

Cela entraîne nécessité de trouver des financements pour assurer les salaires de ces judokas professionnelles.

En 2017, vient rejoindre les féminines les judokas masculins professionnels. Dans le même temps la ville accorde une bourse de 25 000€ renouvelable 3 ans à un compétiteur en fin de carrière.

Ce que nous savons des finances de l'ESBM c'est la subvention municipale versées dans le cadre d'une convention triennale de 58 750€ annuels, cette année elle aussi obtenu une subvention exceptionnelle de 15 000€.

Grâce au rapport de la CRC, nous savons que 3 entreprises participent au financement de cette association à hauteur respectivement de 150 000€ sur 4 ans, de 50 000€ sur 3 ans et 40 000€. Pour importantes qu'elles soient ces sommes apparaissent bien en deçà du financement necessaire pour assurer des salaires et des cotisations sociales à plus d'une dizaine de professionnels.

Sur cette question la CRC notait : La seule rémunération de ces sportifs représentera pour l'association un coût annuel de plusieurs centaines de milliers d'euros. Le budget prévisionnel 2015/2016 reposait sur un montant de 137 000€ de recettes d'exploitation dont 58 750€ de subventions municipales Les charges de personnel prévues au cours de cet exercice étaient de 36 000€. La modicité de ces montants traduit l'ampleur du bouleversement institutionnel que représente l'arrivée de ces athlètes professionnels

Dans ce dossier, il y a une autre interrogation, le directeur adjoint du service municipal des sports est aussi le directeur technique de l'ESBM-JUDO et suit plus particulièrement l'équipe première masculine. A ce titre, il passe plusieurs matinées par semaine, avec athlètes de haut niveau à l'INSEP. Pour la bonne gestion des effectifs municipaux il serait utile que nous connaissions avec précision les règles qui régissent ce détachement de fait.

Comme vous le voyez pour préserver l'avenir même des athlètes professionnels de l'ESBM-JUDO, il serait utile et sage que le conseil municipal puisse avoir accès à l'ensemble des documents comptables, avis des commissaires aux comptes, afin qu'il puissent délibérer sur les subventions de l'ESBM-JUDO en toute connaissance de cause. D'ailleurs la Chambre Régionale des Comptes à la page 85/97 se montre très claire, afin que le conseil municipal est accès à toutes les informations exigées par la loi. Dans ce cadre, il est inquiétant que le maire de droite extrême refuse d'appliquer la loi, pour assurer la transparence nécessaire pour vérifier la bonne utilisation des deniers publics.

Sur la base des infos que nous avons, c'est à dire celles qui proviennent du rapport de la CRC, il apparaît clairement que le projet économique nécessaire pour assurer le projet sportif n'est pas en capacité d'assurer un avenir pérenne à l'ESBM-JUDO. C'est parce que nous sommes responsables que nous exigeons une totale transparence. Si il y a refus de la transparence financière, devons-nous en déduire qu'il y a d'autres sources de financements pour assurer les fins de mois du club. Si cela est le cas, cela serait totalement inacceptable que le conseil municipal n'en soit pas informé, dans notre pays le respect de la légalité doit être la règle.

La transparence sur le financement de ce club est une obligation et il y a urgence. Sa pérennité sportive et financière en dépendent.

Maintenant, nous allons aborder le volet sur la nécessaire égalité de l'attribution des subventions. Comme vous le savez notre ville compte de 2 clubs de judo, tous les deux pratiquent au haut niveau du sport judo.

Ils comptent tous les deux un nombre identique de licenciés environ 400 chacun. Or si l'ESBM-JUDO perçoit 58 750€ de subventions annuels dans le cadre d'une convention triennale, le BMS-judo reçoit 25 600€ de manière annuelle. D'ailleurs le Bms-Judo est passé dès 2014 d'une subvention triennale à une subvention annuelle.

Il est curieux que malgré  ces subventions totalement inégalitaires la municipalité de droite extrême continue d'affirmer qu'elle verse une subvention identique à ces deux clubs.

Chacun pourrait croire que l'ESBM-JUDO obtient de meilleurs résultats avec ses athlètes professionnels.

Or, si l'on regarde les derniers résultats du championnat d'ile France première division d'Île de France du 17 février 2018 qualificatif pour le championnat de France première division qui auront lieu 11 juin 2018, seule le BMS judo féminine est officiellement qualifiée en montant sur la troisième marche du podium, alors que l'équipe masculine de l'ESBM-JUDO termine 5°

Ne montant sur le podium du championnat d'ile de France, l'équipe masculine de l'ESBM-JUDO doit demander un hors quota à la fédération Française de judo pour participer au prestigieux Championnat de France de première division.

De plus le BMS-judo est élu meilleur club du Département en remportant le trophée benjamins-minimes chez les jeunes pour la deuxième année consécutive. 2016/2017, Le BMS-juodo est classé 3° au classement national des clubs français chez les cadets (15/17 ans) D'autres performances chez les jeunes montrent que le BMS judo mérite le même traitement que l'ESBM-JUDO

Comme vous le voyez, sur la base des critères sportifs, la municipalité de droite extrême n'a aucune raison objective de ne pas attribuer des subventions de même niveau au deux clubs.

Il faut-il en déduire, que l'attribution des subventions aux clubs sportifs se fait sur la base de critère qui n'ont strictement rien à voir avec les résultats, ni les effectifs, ni le projet sportif d'ailleurs.

Faut-il imaginer qu'il faut faire allégeance politique et renoncer à sa liberté association pour trouver grâce aux yeux de la municipalité de droite extrême ?

Ou peut-on imaginer que des enjeux financiers et d'autres enjeux conduisent la municipalité de droite extrême à un tel ostracisme, en tout état de cause il y a urgence à faire toute la transparence sur le dossier du judo au Blanc-Mesnil .