FOLIO DU BLANC-MESNIL

28 mai 2016

Un sondage de l'ifop à propos des actions du 19 mai 2016 et du 25 mai 2016, à lire pour apprécier le climat social et politique

bol

Enquête IFOP / RTL sur la loi travail. Appréciations des sondés sur les mobilisations du mois de mai

 

Télécharger l'enquête : 3401_1_study_file

Posté par Alainramos à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2016

Nouvel incident sur la gare de triage, communiqué du CORIGAT

CORIGAT

collectif des riverains de la gare de triage

COMUNIQUE

 

 

 

wagon produits toxiques

Le 25 mai 2016, un agent de la SNCF a détecté une mauvaise odeur, qui semblait provenir d'un wagon transportant du «Mercaptan». Les consignes de sécurité ont été immédiatement mise en œuvre.

Une nouvelle fois, il s'agit d'un incident sans conséquence qui a néanmoins entraîné l'inquiétude des riverains qui ont entendu les signaux d'alarme.( haut parleur de la gare de triage émettant un message de confinement à destination du personnel de la SNCF)

La vigilance, des adhérents du Corigat, a permis de faire circuler des informations précises sur la nature de cet incident.

Depuis le 9 mai 2016, il y a un nouvel arrêté préfectoral provisoire concernant la gare de triage, engageant une nouvelle étude de dangerosité.

Plus que jamais le Corigat réaffirme son engagement pour assurer la sécurité des biens et des personnes, il exige : l'arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage.

Il rappelle qu'il circule toujours sur ce site quelques 400 wagons de chlore par an.

La répétition d'incidents sans conséquence, indique que la potentialité d'accident majeur est une réalité.

Il y a donc urgence qu'un Plan Particulier d'Intervention soit mis en place et que les PLU des villes concernées comprennent des dispositions permettant un accès rapide et dédié aux services de secours.

Le Blanc-Mesnil le 27 mai 2016.

Posté par Alainramos à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

COMMUNIQUE DE NUIT DEBOUT AU BLANC-MESNIL

communiqué nuit debout

Posté par Alainramos à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2016

Budget primitif 2016, les recettes des impôts et taxes, des dotations et participations augmentent de 8,20% explications.

 

effigie de jaurès

Le discours du maire de droite extrême est récurant, il s'agit, toujours, de nier ses responsabilités et d'en rendre les autres responsables, pour envelopper de ténèbres ses responsabilités et les conséquences dramatiques de ses choix politiques ultra libéraux.

Comme vous le savez, le budget primitif 2016 est porteur de graves difficultés pour l'avenir des finances locales. Dans ce cadre, il n'est pas étonnant, cette année, de voir le maire de droite extrême renvoyer la responsabilité sur l’État alors que celui-ci applique une politique d'austérité, qu'il estime pas assez austéritaire. Bref, un discours démagogique.

Or, lorsque l'on travaille, sérieusement, sur les documents budgétaires, on remarque que le chapitre 73 impôts et taxes, section de fonctionnement-détail des recettes augmente de 15 184 430€ soit une hausse de 30,95%, par rapport à 2015.

On constate, aussi, car il ne s'agit pas ,ici, de faire de la démagogie que le chapitre 74 dotations et participations une baisse de 8 499 903€ soit une perte de 26,31%. L'essentiel de cette baisse provient de la dotation générale de fonctionnement pour 11 684 147€ soit une baisse de 41,30%. Mais la dotation de solidarité urbaine augmente de 1 965 154€ soit une hausse de 36%, les autres dotations augmentant de 901504€ soit une hausse de 364%.

Tout cela démontre que nous sommes rigoureux dans notre travail d'analyse et que nous regardons l'ensemble des données.

Dans ce cadre, nous constatons,donc, sur ces deux chapitres de recettes une augmentation de 6 684 497€ soit une hausse de de 8,20%.

Ces chiffres relativise le discours du maire de droite extrême sur les soi-disantes difficultés imposées par les autres.

Nous revenons, d'une manière plus spécifiques, sur ces deux chapitres, car nous sommes dans une période de transition avec la mise en place des Établissements Publics Territoriaux. Cette modification est porteuse de changements sur la structure des budgets primitifs des communes, donc par nature instable.

La hausse du chapitre 73 impôts et taxes provient de l'attribution de compensation de 17 014 498€. Or, à ce jour nous n'avons aucune garantie sur la pérennité du versement de cette attribution de compensation, dans les années à venir.

C'est pourquoi, nous pensons que l'augmentation de près de 6% des dépenses de fonctionnement est totalement irresponsable.En effet, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 5 485 347€ et ont englouti 82% de l'augmentation des chapitres 73 et 74.

Dans une période où l'instabilité financière des collectivités territoriales, nous affirmons que les dépenses de fonctionnement auraient dues être maîtrisées en augmentant qu'au rythme de l'inflation, pour favoriser investissements durables,or la droite extrême se lance dans des dépenses somptuaires pour satisfaire ses folies idéologiques.

Malheureusement, imaginons que les politiques d'austérité imposées par la Commission Européenne et acceptées par nos gouvernants se poursuivent, comme vient de le souligner l’exigence de 2 milliards d'euros d'économies demander par VALLS pour le budget de l’État pour 2017. La tentation sera grande pour les néo libéraux qui nous gouvernent d'exiger des collectivités territoriales d'assumer et de répercuter les politiques d'austérité.

La gestion tenant compte de l'intérêt général, de la situation sociale des Blanc-Mesnilois exige le sérieux, la compétence. Le sérieux, la compétence exige une pratique financière capable d'anticiper les diminutions des attributions compensatoires sur lesquelles les collectivités territoriales n'ont aucune maîtrise.

Donc, mettre en œuvre un budget primitif 2016 ne comportant aucune anticipation est un très mauvais choix.

Mais, nous pouvons aussi penser que ce choix est un choix délibérée, d'autant que les discours de défausse du maire de droite extrême est aussi un moyen de préparer les choix ultra libéraux qui seront peut-être présentées lors du budget 2017.

AUGMENTATION DES IMPOTS

DEMENTELEMENT DES SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX

FERMETURE OU PRIVATISATION DES CENTRES MUNICIPAUX DE SANTE, DES CRECHES

VENTE DU CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL.

 

 

Posté par Alainramos à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2016

ALAIN RAMOS écrit au préfet de Seine Saint Denis, à propos du Budget Primitif 2016 très inquiétant pour l'avenir du Blanc-Mesnil

 

 

 

en route vers le conseil municipal

Alain RAMOS

Conseiller Municipal

 

 

Monsieur Philippe GALLI

Préfet

de Seine Saint Denis

 

Le Blanc-Mesnil, le 23 mai 2016.

Monsieur le Préfet,

 

Je me dois d'attirer votre attention sur la situation financière de la commune du Blanc-Mesnil. En effet, les choix portés par le budget primitif 2016, votés par la majorité municipale le 24 mars 2016, sont inquiétants pour l'autonomie financière de la commune. D'autant plus inquiétants lorsque l'on constate que la majorité vote, sans véritablement savoir ce qu'elle vote, par exemple on peut lire à la page 29 du PV du conseil municipal du 24 mars 2016 l'anomalie suivante :

 

« Le budget primitif de la ville est donc adopté suivant la ventilation par chapitre présente et délibérée,

Le Conseil Municipal à l'unanimité,

ARRETE le Budget Primitif du budget principal de la ville pour l'année 2016 à la somme de 136 776 821,86€ pour les dépenses et 136 776 821,86€.....»

 

Or les 136 776 821, 86€ sont les chiffres du budget primitif 2015.

 

Par ailleurs, la majorité a voté les taux d'imposition pour 2016, le 24 mars 2016, sans tenir compte des modifications dûes au passage à l'EPT, oubliant ainsi d'intégrer les taux du SEAPFA pour l'enlèvement des déchets ménagers. Alors que les délais de votes des taux étaient fixés au plus tard au 15 avril 2016, les taux d'imposition modifiés ont été votés lors du Conseil municipal du 20 mai 2016. Nous souhaitons connaître votre avis sur ce point.

 

Mais nos inquiétudes les plus fortes portent sur la nature même de l'équilibre du budget primitif 2016. Les dépenses de fonctionnement 2016 s'élèvent à 97 371 316,75€ soit une augmentation par rapport au primitif de 2015 de 5 485 347€ soit une hausse de plus de 5,96%. Dans le même temps, les dépenses d'investissement 2016 s'élèvent 41 710 664,80€ soit une baisse par rapport au primitif de 2015 de 3 180 188€ soit une diminution de 7,08%.

 

Dans le même temps, les recettes de fonctionnement des chapitres 73 et 74 Impôts et taxes, dotations et participations augmentent entre 2015 et 2016 de 6 684 487€ soit une hausse de 8,20%.

 

Certes, le total des recettes d'équipement baissent 11 903 988€ soit une diminution de 55,96%, qui s'explique par une baisse de l'appel à l'emprunt de 8 524 229€ soit une diminution de 51,14%, mais aussi par la baisse des subventions d'investissement (138) de 3 379 759€ soit une diminution de 71,91%

 

Les recettes financières augmentent de 12 624 634€ soit une hausse de 261%. Cette augmentation s'explique par la vente d'une partie du patrimoine communal, ici, le centre d'entreprises Albert EINSTEIN pour 10 618 500€.

Ce bradage du centre d'entreprises Albert EINSTEIN a aussi des répercussions en terme de recettes. Au chapitre 752 qui affichait en 2015 1 356 687€, le BP 2016 prévoit 487 864€ soit un baisse de 868 823€ soit une diminution de 64,04%.

 

La vente du patrimoine Albert EINSTEIN fera perdre à la commune, d'ici à 2020, 3 475 292€.

 

L'opération de vente du patrimoine, au delà de l'erreur stratégique, a aussi pour objectif de masquer un appel à l'emprunt qui aurait été nécessaire par rapport à 2015 soit une hausse de 2 094 271€ soit une augmentation de 12,63%, alors que les investissements sont en baisse de 7,08%.

 

En clair, sans la vente du patrimoine Albert EINSTEIN, l'appel à l'emprunt pour boucler le budget primitif 2016 aurait dû être plus important, avec des dépenses de fonctionnement en hausse de 5,96% et des dépenses d'investissement en baisse de 7,08%

 

Une telle dérive ne sera pas possible très longtemps, car la vente du patrimoine de la commune n'est pas inépuisable. Il n'en reste pas moins vrai que le budget primitif 2017 si la trajectoire 2016 devait se poursuivre amènerait la municipalité à continuer dans cette dérive. Nous savons d'ailleurs qu'elle s'y prépare déjà en envisageant la vente du Centre Technique Municipal.

 

Nous souhaitons que les services du contrôle de légalité interrogent la municipalité à propos des 10 618 500€ qu'elle a portés en recettes. Nous voulons savoir si ces 10 618 500€ provenant de la vente du centre Albert EINSTEIN ont bien déjà été crédités.

 

Ces choix politiques financiers de la majorité municipale nous apparaissent comme sans vision de long terme. Ils ne pourront de toute évidence pas se poursuivre à ce rythme.

 

Le projet financier de la municipalité actuelle de notre ville porte les chemins qui conduisent à une extrême précarité, qui conduiront pour sortir de l'ornière vers les quatre pistes suivantes:

 

1° l'augmentation insupportable des impôts locaux

2° l'augmentation de la dette

3°le démantèlement des services publics municipaux

4°l'ensemble des trois pistes précédentes.

Pour ma part, je refuse par avance un tel scénario qui ne ferait qu'aggraver la précarité de la population Blanc-Mesniloise.

 

Ce courrier est un courrier d'alerte plaçant l'ensemble des acteurs concernés devant leurs responsabilités, je souhaite que l'administration préfectorale et son contrôle de légalité soit extrêmement attentifs aux finances locales de la ville du Blanc-Mesnil et je vous remercie par avance des réponses que vous voudrez m'apporter sur la question concernant le vote des taux le 20 mai 2016 et pour la deuxième fois et sur la vérification du crédit effectif des 10 618 500€ de la vente du centre Albert EINSTEIN.

 

Vous remerciant par avance, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'expression de ma plus haute considération.

Posté par Alainramos à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2016

Alain RAMOS écrit au maire, pour demander un débat au Conseil Municipal pour faire la transparence sur le dossier IFAC/MPT

 

mptjj

Alain RAMOS

Conseiller municipal.

 

Monsieur Thierry MEIGNEN

Maire

 

Le Blanc-Mesnil le 20 mai 2016

 

 

Monsieur le Maire,

 

Le 4 mars 2016, je vous faisais parvenir un courrier vous demandant 5 documents à propos du dossier IFAC.

  • 1°Dossier complet de l'engagement de l'IFAC, comprenant sa situation financière et sa proposition financière.

  • 2°Une copie de la convention de mise à disposition gracieuse à l'IFAC des équipements municipaux.

  • 3°Les statuts de l'association Blanc-Mesnil Animation, le récépissé du dépôt de ces derniers à la Préfecture.

  • 4° la liste des membres du Conseil d'administration de Blanc-Mesnil Animation.

  • 5°Les décisions, les courriers ayant autoriser l'IFAC à sous-traiter ses activités à Blanc-Mesnil Animation. Ces demandes ayant pour objet de préparer le Conseil municipal du 24 mars 2016.

 

Nous sommes le 19 mai 2016, à ce jour ce courrier n'a toujours pas reçu le moindre accusé de réception et aucune réponse. Dans ce cadre, je rappelle que depuis le 12 novembre 2014, si l'administration n'a pas répondu dans un délai de deux mois, la demande est acceptée. Merci de bien vouloir me faire parvenir les copies des documents demandés.

 

Mes demandes sont d'autant plus justifiées que j'avais plusieurs interrogations sur l'offre financière de l'IFAC.

 

Selon les informations qui circulent, il apparaît que je ne suis pas le seul à avoir des interrogations sur ce sujet, puisqu'elles ont fait l'objet d'une série d'échanges et de réunions entre les services de la ville et le directeur général de l'IFAC. Ces réunions et ces échanges portent sur le fond.

 

Cette situation a eu ou a encore des répercussions sur l'animation et la gestion des MPT. A la vue de cette situation et des sommes engagées, il serait utile et nécessaire qu'un débat soit engagé devant le Conseil municipal, débat d'autant plus nécessaire que les choix de décisions, que vous avez pris, ont empêché qu'il s'y déroule. Ce mode de gestion, croyant faire le choix de l'efficacité, conduit à une situation précaire pour les personnels concernés, pour les citoyens et peut déstabiliser l'IFAC dont la situation financière semble fragile.

 

Le 17 février 2016, lors du conseil local pour la sécurité et la prévention de la délinquance, vous avez indiqué, dans le cours du débat et en présence de Madame le Procureur de la République, que vous aviez fait le choix pour la gestion des MPT, de la délégation de service public. Dans ce cadre, vous le savez bien, il y a une législation à respecter et en particulier les articles 1411-1 et 1411-5 du CGCT. En effet, la mise en place par le Conseil Municipal de la Commission de Délégation de Service Publique n'a pas été faite alors qu'elle est obligatoire.

 

Vous avez récemment écrit que pas un seul centimètre carré du Blanc-Mesnil ne devait échapper à loi, alors que cela se fasse.

 

Dans ce cadre, je vous demande de bien vouloir me remettre et remettre à l'ensemble des membres du Conseil Municipal, les documents que je vous ai demandés et de mettre à l'ordre du jour d'un Conseil municipal la question de la délégation de service public concernant la gestion des MPT et des salles de quartier.

 

Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, mes salutations.

Posté par Alainramos à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2016

Le 24 mars 2016, la majorité municipale de droite extrême vote le BP 2016 avec les chiffres du BP 2015, pas très sérieux!

cocardeLe

Décidément, la majorité de droite extrême ne rate pas une occasion, de mettre en exergue son incompétence.

La lecture attentive du Procès Verbal, du jeudi 24 mars 2016, en fait une nouvelle fois la démonstration. Nous constatons ainsi le manque de sérieux de la majorité de droite extrême, lors du vote du budget primitif 2016.

A la page 29 du PV:

«ARRETE le Budget primitif principal de la ville pour l'année à la somme de 136 776 821,86€pour les dépenses et 136 776 81,86€ pour les recette comme suit....»

Blanc-Mesniloises, Blanc-Mesnilois, les chiffres ci-dessus sont en réalité les chiffres du budget primitif de 2015.

Non comptant d'avoir voté des chiffres du budget primitif 2015, ils s'empressent dans un même élan de voter pour le tableau ci dessous

 

Dépenses

recettes

Fonctionnement

97 371 316,75 €

97 371 316,75 €

investissement

41 710 664,80 €

41 710 664,80 €

 

139 081 981,35 €

139 081 981,35 €

 

Voilà, et c'est le moins que l'on puisse dire le sérieux que porte la majorité municipale d droite extrême à la gestion de la ville. Nous sommes en droit de nous demander si les élus de la majorité de droite extrême étudient sérieusement les dossiers qui sont soumis à leurs réflexions et à leurs votes.

Que dire d'une municipalité de droite extrême qui soumet au Conseil du Conseil Municipal un budget primitif 2016 qui comprend une telle erreur. Faut-il rappeler que cette municipalité de droite extrême coûte aux finances locales pas moins de 536 703,22€, en indemnités aux élus, 59% de plus que la municipalité de gauche en 2013.

Que dire des quatre membres du cabinet du maire qui coûtent près de 387 000€ par an aux contribuables Blanc-Mesnilois. Mais, il est vrai que le cabinet du maire est surtout préoccupé de ses relations avec la promotion immobilière qui bétonne la ville, que de suivre les dossiers sérieux.

Dans ce cadre, nous n'accepterons pas qu'une nouvelle fois la municipalité de droite extrême et les quatre membres du cabinet se défaussent sur l'administration communale,seul est responsable celui qui signe les documents soumis aux votes du conseil municipal.

Cette faute du maire de droite extrême et de son conseiller spécial en dit long sur la conception de ces deux personnages vis à vis des services publics et du service au public.

Depuis de longues semaines nous vous alertons sur les dangers que comportent les choix politiques de MEIGNEN, sur sa gestion à la petite semaine et sur une série de jongleries dangereuses pour les finances locales, une gestion par trop préoccupée par des intérêts de la promotion immobilière.

Nous appelons à la plus extrême vigilance, nous vous rappelons que les finances locales sont avant tout nos impôts locaux.

Nous nous posons la question est-il raisonnable de laisser gérer les 139081981,35€, par des responsables qui font voter n'importe quoi à leur majorité, est-il raisonnable de faire confiance aux élus de la majorité de droite extrême, qui votent tout et surtout n'importe quoi?

Un mot les adeptes de l'économie de casino, sont ils qualifiés pour gérer de l'argent public?

 

Posté par Alainramos à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2016

La CNIL,la Police Municipale, caméra piéton,vidéo surveillance, le respect de la loi, le stationnement et les pieds nickelés

 

vidéo surveillance

Par les temps qui court et sur les manipulations de toutes sortes que nous subissons, nous n'avons pas pris les moments nécessaires, pour débattre sereinement sur le développement de la vidéo surveillance. Nous allons publier une série d'articles sur la sécurité publique.

Mais, aujourd'hui pour rire un peu, nous allons aborder les aventures de la Police Municipale de notre ville, dont les exploits contraventionnels sont extrêmement douloureux pour les finances des ménages Blanc-Mesnilois. Le stationnement est devenu chaotique et le maire de droite extrême accroît le chaos, en ne faisant rien et en accroissant la construction d'immeubles qui vont remplir encore un peu plus les rues et les trottoirs. Son truc c'est la répression, qui lui permet de croire qu'il agit, mais surtout lui permet de remplir les caisses de la commune qu'il vide par des dépenses de fonctionnement somptuaires sans réel utilité.

Comme, vous le savez, le Maire de droite extrême clame partout qu'aucun centimètre carré de notre ville doit être en dehors de la loi.

Nous sommes là obligés de mettre un bémol à cette belle envolée.

Explications

Vous l'avez sûrement remarqué, nos policiers municipaux étaient équipés d'une caméra piéton plus couramment surnommée GOPROS. Depuis quelques temps ils ont été débarrassés de cette technologie.

Il semblerait que la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) soit passée par là.

Stupeur, la Police Municipale ne respectait la loi, un comble!

En effet, Folio a fait une enquête. L'usage des caméras piétons a été initié en 2012 dans un cadre expérimental, réservé aux fonctionnaires de la police nationale et à la gendarmerie. Le gouvernement, le 3 février 2016 a déposé un projet de loi visant à autoriser et à encadrer l'utilisation des caméras piétons pour la Police Nationale et la gendarmerie. Un ami député membre de la commission des lois contacté aujourd'hui par Folio, nous a confirmé qu'actuellement aucune réforme a été prévue pour autoriser utilisation les caméras piétons par les Polices Municipales.

En un mot, comme en cent, nous avons eu une Police Municipale chargée de faire respecter la loi, qui agissait en dehors de cadre légal. Oh là, oh là on est mal!

Nous n'avons pas l'habitude, ici, d'incriminer ceux qui exécutent les ordres, les seuls responsables de ce non respect de la loi se trouvent au deuxième étage de la mairie, qui ont pour devise faites ce que je vous dit, mais ne faites pas ce que je fais.

Nous ne manquerons pas de revenir sur cette question.

Posté par Alainramos à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

LE BLANC-MESNIL N'EST PAS A VENDRE, NON A LA SPECULATION IMMOBILIERE ,NON AU BETON

 

Immeubles

La coupe est pleine, depuis deux ans le maire d droite extrême et son conseiller spécial mettent en place une politique contraire aux engagements publics, qu'ils avaient écrits et affirmés tout au long de la campagne électorale pour les élections municipales de mars 2014.

Tout au long de cette campagne, MEIGNEN avec son officine « Sauvons nos pavillons » aujourd'hui présidée par Patricia BOUR se répandait dans toutes les réunions organisées sur la modifications du PLU, en déclarant qu'une fois élu il empêchait la construction d'immeubles, qu'il préserverait le caractère pavillonnaire de notre ville. Bref, il s'opposerait au bétonnage du Blanc-Mesnil et il élaborait un PLU allant dans ce sens. Le nouveau PLU a été voté par les élus de droite de l’Établissement Public Territorial Paris Terre d'Envol. A ce jour les élus du conseil municipal, du Blanc-Mesnil, n'en ont toujours pas eu connaissance et ne savent pas si les remarques d'un commissaire enquêteur et du préfet ont été prises en compte.

Si les conseillers municipaux ne sont toujours pas informés de la teneur du PLU concocté par le maire de droite extrême et son conseiller spécial, il apparaît que la spéculation immobilière est elle bien au courant des possibilités de bétonnage très importantes que permet le PLAN LOCAL D'URBANISME de MEIGNEN.

Vous trouverez ci-dessous des extraits d'un tract distribué sur notre ville par un spécialiste de l'immobilier, de l'avenue Ledru Rollin du douzième arrondissement:

Notre cabinet a réalisé l'étude foncière de la ville du Blanc-Mesnil suite au récent changement du plan local d'urbanisme (PLU).

Les règles d'urbanisme ayant modifié les capacités de construction de votre terrain, nous avons été mandat par des promoteurs pour identifier les opportunités de vente de votre terrain dans votre quartier.

Ceux-ci souhaitent acquérir rapidement des terrains dans votre secteur et valorisent les biens différemment du marché résidentiel traditionnel.*»

Comme nous l'affirmons depuis plus de 2 ans le maire droite extrême fait le contraire de ses engagements électoraux, les chasseurs de prime de la spéculation immobilière l'expriment clairement «les règles d'urbanisme ayant modifié les capacités de construction....nous avons été mandatés par des promoteurs». La diffusion de ce document a été rendu possible qu'avec l'aval du Maire de droite extrême et de son conseiller.

Le maire de droite extrême et son conseiller spécial en lien avec la spéculation immobilière ont fait le choix de mettre le foncier du Blanc-Mesnil en coupe réglée et d'ouvrir largement les portes au bétonnage de notre commune. Ces choix n'ont rien à voir avec l'intérêt général, ils ne favoriseront et ne valoriseront que les intérêts particuliers de ceux qui sont bien informés.

LE BLANC-MESNIL N'A PAS VOCATION A DEVENIR LE FAR WEST DE LA SPECULATION IMMOBLIERE.

LE BLANC-MESNIL N'A PAS VOCATION A DEVENIR L'OUTIL DE L'ENRICHISSEMENT DE QUELQUES PARTICULIERS BIEN INFORMES.

LE BLANC-MESNIL N'A PAS VOCATION A DEVENIR UNE VASTE ZONE DE BETON

LE BLANC-MESNIL N'EST PAS A VENDRE!

 

 

 

*Voilà, qui va sûrement faire plaisir aux agences immobilières locales

Immeubles

Posté par Alainramos à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2016

Budget primitif 2016: les troublantes déclarations du maire lors du conseil municipal du 24 mars 2016

 

cocarde

Nous venons de recevoir le Procès-Verbal du Conseil Municipal du jeudi 24 mars 2016. A la page 17, quatrième paragraphe, nous pouvons lire la déclaration suivante du Maire de droite extrême, pour présenter le budget primitif 2016:« Donc des investissements en hausse de 15M€, fonctionnement en baisse de 5% mais qui n'est pas pris sur les associations, je le répète, c'est simplement que nous avons tenu les marchés publics, nous avons tordu le bras, nous avons mis en concurrence les entreprises..».

 

Ces chiffres se trouvent aux pages 5, 13 et 19 des budgets primitifs 2015 et 2016

 

 

2016

2015

différence

%

Dépenses de fonctionnement

97 371 316,00 €

91 885 969,00 €

5 485 347,00 €

Plus 5,96%

Dépenses d'investissement

41 710 664,00 €

44 890 852,00 €

3 180 188,00 €

Moins7,08%

 

Ces chiffres se trouvent aux pages 12 des budgets primitifs 2015 et 2016

 

 

2015

2016

différence

%

Caisse des écoles

836 190,00 €

589 178,00 €

247 012,00 €

Moins 29,54%

CCAS

805 623,00 €

775 519,00 €

30 104,00 €

Moins 3,76%

Subventions de fonctionnement aux associations

2 684 679,00 €

1 367 811,00 €

1 316 868,00 €

Moins 49,05%

 

 

Si vous souhaitez vérifier, par vous même ces chiffres, nous sommes à votre disposition.Envoyez, un message sur la ligne commentaire de Folio, et nous nous ferons le nécessaire pour que vous puissiez consulter les budgets primitifs 2015 et 2016.

 

Depuis plusieurs semaines, nous vous alertons sur les choix financiers de la droite extrême. Le fait, que le maire de droite extrême puisse présenter le budget primitif au conseil municipal, par des affirmations qui ne correspondent pas à la comparaison entre les budgets primitifs 2015 et 2016, est pour le moins inquiétant.

Nous vous rappelons que les élus de l'opposition de gauche avaient quitté le Conseil Municipal suites aux violences qu'avaient subies les représentants syndicaux des fonctionnaires territoriaux.

Donc,seuls les élus de la majorité ont siégé, à la lecture du PV nous constatons qu'aucun d'eux a pris la parole ou interrogé le maire de droite extrême sur le budget primitif 2016. Comment se fait-il, qu'aucun d'entre eux ne soit intervenu, cette situation souligne que les pratiques politiques au sein de la majorité de droite extrême, sont sous le signe de l'autoritarisme, elles ne pourront que conduire à une très grave crise financière de notre collectivité territoriale?

Posté par Alainramos à 09:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]