FOLIO DU BLANC-MESNIL

28 février 2015

Le journal municipal "Le Blanc-Mesnilois" est le journal de la propagande électorale de l'UMP payé avec vos impots locaux

 

Elections départementales

Nous allons, pendant toute la campagne électorale, pour les élections départementales, participer activement au débat. D'abord vous trouvez ci-dessous le tableau des candidatures, Nous avions annoncé la présence de Marc Boulanger, nous savons aujourd'hui qu'il ne participera pas à cette élection.

PCF/FDG/MdP

ELVIRE GUIVARC'H

HERVE BRAMY

EELV/PS

SANDRINE HEDEL

JEAN-YVES SOUBEN

SE

KARINA KHATIN

MOHAMED CHERIF

UMP

CHRISTINE CERRIGONE

THIERRY MEIGNEN

FN

SABRINA SELLEM

LAURENT SPAGNOL

Les élections départementales qui se dérouleront les 22 et 29 mars, présentent quelques modifications, la géographie des cantons a été modifié (le notre est composé de la totalité du Blanc-Mesnil et d'un quartier de Drancy), leur nombre aussi. La modification importante conduit a un conseil départemental ayant une configuration strictement paritaire. Chaque canton sera représenté par une femme et un homme. Pour la première fois en France une assemblée sera à l'image de l'humanité une femme, un homme.

La campagne commence à s'ébrouer, elle a une particularité pour la première fois dans notre commune le journal municipal «le Blanc-Mesnilois» est un outil de propagande totalement à la disposition de l'UMP et de ses candidats. En effet, prenant prétexte de la campagne électorale, l'UMP a supprimé la tribune libre de de la gauche, tout en maintenant une présence scandaleuse de l'iconographie du maire UMP, dans le dernier numéro pas moins de 6 photos. Il va de soi que cette utilisation de nos impôts locaux pour financer la campagne de l'UMP, sera transmise à la commission nationale de contrôle des comptes de campagne.

Autre particularité de la campagne du candidat de l'UMP, c'est l'occultation de la parité des candidatures. Les affiches sont exclusivement dédiées au culte unique et machiste du candidat UMP. Il est vrai que les candidatures de l'UMP au Blanc-Mesnil ont une particularité unique en Seine Saint Denis, puisque monsieur Meignen est le compagnon de madame Cerrigone. Ils sont tous les deux membres de la municipalité et ils souhaitent être tous les deux membres du conseil départementale. Nous ne pouvons pas penser que leur motivation soit uniquement la recherche du cumul des indemnités. Il est vrai aussi qu'il faut assurer le train de vie de la rue Lauriston dans le XVI°....

Nous le disons souvent ici, la confiance n'est pas le maître mot à droite, le maire UMP du Blanc-Mesnil a quelques soucis avec le maire UDI de Drancy. Il y a tant amour entre eux, que deux élus UMP de notre commune ont déposé leur candidature à Drancy et cela à l'encontre des accords UDI/UMP 93. Philippe Dallier sénateur UMP du 93 et Jean Christophe Lagarde député UDI ne décolèrent pas vis à vis de ce diviseur . Il est vrai, que l'élimination du docteur Amarane de la municipalité de notre ville fait que les blessures sont encore vives. Mais au delà la mauvaise gestion du maire UMP de notre ville a des répercussions dans les structures intercommunales dans le cadre du Grand Paris regroupant le Blanc-Mesnil, Drancy, le Bourget et cela inquiète les maires de droite et au delà des divergences politiques et idéologiques que nous pouvons avoir avec eux, nous ne pouvons que partager leurs inquiétudes vis à vis de la gestion pour le moins hiératique de la droite blanc-mesniloise. Il semble aussi que ces inquiétudes concernent d'autres dossiers commun au trois communes.

Bref, le candidat UMP de notre commune est partout un facteur de trouble et de division y compris parmi sa famille politique la droite.Il semble que les élections départementales du 22 mars, doivent être mises à profit, pour punir ce candidat qui partout où il est présent est un facteur de trouble, de division, qui va à l'encontre de l’intérêt général.

 

Posté par Alainramos à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2015

La gare de triage: La sécurité publique, la santé de chacun, la protection du patrimoine, rien n'est réglé.

 

 

Ce gaz n'est pas toxique

La loi 2003-699 du 30 juillet 2003, sur les risques technologiques,a été l'aboutissement d'un débat national, qui avait pour origine l'accident du 21 septembre 2001 de l'usine AZF de Toulouse. L'explosion de 300 tonnes de nitrate d’ammonium qui avait fait 31 morts et 2500 blessés.

Cette loi a conduit l'administration à prendre des dispositions concernant les sites comportant une très forte probabilité d'accident technologique. La gare de triage de Drancy, le Bourget, le Blanc-Mesnil, avec le transit et le stationnement annuel de 15000 wagons transportant des matières dangereuses et toxiques dont 400 de chlore et 400 de déchets nucléaires, fait partie, à l'évidence, des sites potentiellement dangereux.

Chacun connaît les décisions préfectorales qui ont été prises en mars et avril 2013. Elles signalaient les risques, mais ne prenaient aucunes véritables mesures contraignantes vis à vis des géniteurs des dangers et des risques. Les citoyens concernés restaient et restent doublement pénalisés, leur sécurité, leur santé ne sont toujours pas protégées, leur patrimoine est toujours dévalorisé.

Depuis le début les citoyens mobilisés et rassemblés dans une association agissent afin que des véritables décisions assurant leur sécurité ,leur santé et rétablissant la valeur de leur patrimoine soient prises.

En décembre 2014, le Tribunal Administratif annulait l’Arrêté préfectoral du 6 mars 2013. Les raisons de cette annulation sont essentiellement la sous estimation des dangers et la non-prise en compte de l'article 7, de la charte de l'environnement, qui précise les droits et les devoirs des citoyens concernant les décisions environnementales.

Par ailleurs, les préconisations concernant, entre autre, le périmètre de 620 mètres restent une réalité. En clair, la notion d'inconstructibilité est toujours en vigueur.

Dans ce cadre, toutes celles et tous ceux qui s'approprient les résultats du Tribunal Administratif ont une très mauvaise lecture de son ordonnance d'annulation. Ils oublient ou font semblant d'ignorer que la loi 2003-699 du 30 juillet 2003 et ses décrets d'application de novembre 2005 sont toujours en vigueur.

En agissant de cette manière toutes celles et tous ceux qui crient victoire, rendent un très mauvais service aux 30000 habitants concernés par le dossier de la gare de triage. Ils participent, ainsi, à une tentative de démobilisation qui sert uniquement les intérêts de ceux qui sont les producteurs des dangers et des risques potentiels.

En effet, il n'y pas de quoi crier victoire alors que les 15000 wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sont toujours au cœur d'une zone urbaine dense.

Nous pensons que sur ce dossier l'amplification et la permanence de la mobilisation citoyenne est une donnée incontournable de la résolution positive pour la population de ce dossier. Toutes celles et tous ceux qui auraient ou qui ont pour objectif de faire taire les citoyens ne servent pas l’intérêt général. Heureusement, celles et ceux qui tentent de désorganiser la mobilisation citoyenne sont très minoritaires dans les communes de Drancy, le Bourget et Le Blanc-Mesnil.

 

Lavera

La loi sur les risques technologiques marque un progrès, mais sa mise en œuvre est compliquée, comme le fait justement remarquer l'Association des riverains de la plate-forme industrielle de Lavéra (ARPIL) qui, depuis des années, avec leurs élus locaux interpellent les députés afin que l’intérêt des riverains soit mieux pris en charge. Car bien souvent dans les lois, au delà des avancées qu'elles produisent, elles protègent avant tout les intérêts économiques et financiers des entreprises, à Lavéra, les consortiums pétrochimiques Chinois et Britanniques. En ce qui nous concerne, la SNCF, RFF, AREVA .

En un mot, le temps est nullement à la démobilisation. La sécurité publique,la protection de la santé de chacun et des patrimoines individuels et collectifs sont une exigence.

Posté par Alainramos à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2015

Les chateaux de Dordogne: BEYNAC

beynac 3

Nous avons des petits enfants qui aiment visiter les châteaux. En Dordogne, nous avons le choix. Après Hautefort, Jumilhac, Cormarque, Castelneaud, nous avons ajouté à notre liste le château de Beynac.

Beynac est le siège de l'une des quatre anciennes baronnies du Périgord, Biron, Bourdeilles et Mareuil.

La première mention de Beynac date de 1115, époque où Meynard de Beynac fait un don aux religieuses de Fontevrault. Simon de Monfort s'emparera du château à la fin du XII° siècle. Le roi Philippe Auguste le rendra à la famille Beynac, il restera dans la famille jusqu'en 1761. La dernière descendante directe disparaîtra en 1811.

La forteresse surplombe la Dordogne de 150 mètres, bâtie dès le Xii°siècle pour verrouiller la vallée, l'à-pic est suffisant pour décourager toute attaque coté vallée.

Pendant la Guerre de Cent Ans, le château de Beynac est une des places fortes françaises. La Dordogne sert alors de frontière entre la France et l'Angleterre. En face les châteaux de Feyrac, Castelneaud et Marqueyssac.

Nous entrons la porte du donjon à mâchicoulis construite au XIV° siècle probablement par les anglais. Le château ayant été pris une première fois par Richard Cœur de Lion en 1189, il restera en anglais jusqu'en 1199, mort de Richard Cœur de Lion à Chalus dans le Limousin. Il redevint anglais après le traité de Brétigny en 1360. il retourne dans le giron de notre pays après la victoire française de Castillon en 1453 qui mit fin à la Guerre de Cent Ans.

L'une des plus belles salles de château est la grande salle médiévale qui a été complètement remaniée au XVII°siècle, ouverture des grandes fenêtres au dessous des lancettes, construction d'une cheminée, pour devenir «Salle de Réunion des États du Périgord», ou se réunissait la noblesse des quatre baronnies.

Au XIV° siècle, un oratoire a été crée, il est entièrement décoré de fresques parmi lesquelles une Piéta.

Posté par Alainramos à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2015

L'Eglise Saint-Orse, le village de Sainte Orse et le martyr de 27 Français juifs en avril 1944.

Ste orse

Quelques jours en Dordogne, voilà, une bonne occasion de parler des joyaux de ce beau département. Saint-Orse est un petit village à quelques kilomètres du hameau de Lachaud à Granges d'Ans.

Au cœur même du village de Saint Orse, l'église paraît rassembler autour d'elle les belles maisons périgourdines du bourg. Son clocher mur domine la place centrale et ses trois baies campanaires abritent chacune une cloche de bon diamètre.

On connaît peu de détails au sujet de l'édifice, sinon qu'un cartulaire de l'abbaye bénédictine d'Uzerche ( en Corrèze) signale sa présence en l'an 1072. Érigée sur une crypte bien conservée, l'abside actuelle en reprend la même forme polygonale. Au dessus du portail, trois voussures en arc demi-brisé sont supportées par des colonnettes à chapiteaux sculptés. En ouvrant le vantail, apparaît tout de suite le bénitier monolithe, pièce classée. On découvre aussi une longue nef, flanquée de deux transepts latéraux, le tout disposé en forme de croix latine Sous la voûte en culde-four du chœur , les très beaux chapiteaux des quatre colonnes latérales et les restes polychromes ( qui semblent représenter des chevaliers) d'anciennes fresques attestent du style roman de l'édifice. Bâti en références au «nombre d'or », ses dimensions importantes étonnent pour une modeste église rurale.

La présence de la crypte et les restes de deux absidioles détruites laissent à penser que ce site fut un lieu de pèlerinage. En 1994, une mission de fouilles a aussi mis au jour une nécropole mérovingienne que la construction de la crypte aurait en partie recouverte. Mais il est évident que, comme pour toutes les construction quasi millénaires, l'édifice a subi de nombreuses modifications, et restaurations pour arriver jusqu'à nous. De sa toiture jadis en laures, seule celle de son très beau chevet a été remise en état en 1970.

saint Orse se trouvait dans la mouvance de la chatellerie d'Ans composée de dix huit paroisses ; Bien qu'il ait polémique à ce sujet, le lointain«patron» de l'église aurait été saint Ours, abbé mitré du V°siècle, originaire de Cahors et dont la famille possédait le château de l'endroit jusqu'au XII ou XII°siècle. Une deuxième vocation à Saint Germain d'Auxerre ' au V°siècle également) est attesté par le beau vitrail éclairant le chœur. Ces deux patronages s'accordent pour soutenir l'emploi du masculin pour désigner la commune, alors que celle-ci est le plus souvent répertoriée avec un nom féminin. Sainte Orse.

plaque de ste orse

Nous avons déjà, dans Folio évoqué le martyr des français juifs de la Bachellerie. Il nous faut aussi rappeler, le martyr des 27 français juifs de Sainte Orse, abattus par fusillades ou exterminés à Auschwist Birkenau en avril 1944. Ils étaient originaires de Strasbourg. Ils avaient été accueillis par les périgourdins de Sainte-Orse. Ils ont été massacrés au nom d'une idéologie basée sur le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie. Nous y reviendrons plus longuement dans un prochain article.

Posté par Alainramos à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2015

Après le 49.3 l'état de la démocratie, contribution au débat par la transcription d'un article d'Alternatives Eco.

 

courage

Folio du Blanc-Mesnil est un fidèle lecteur du Mensuel Alternatives Économiques et nous avons à plusieurs reprises organisés des réunions publiques avec son rédacteur en chef Guillaume Duval. Nous vous invitons à vous abonner à cette revue, elle est incontournable pour comprendre la situation économique et sociale et elle est un outil indispensable pour participer à l'élaboration d'une alternative de transformation sociale.

L'article que Folio va retranscrire est un peu long, prenez le temps de lire, car dans ce moment où la démocratie est malmenée avec le 49.3, il donne des éléments de réflexions utiles entre autre sur l'état de la démocratie.

Article de Guillaume Allègre. Économiste à l'OFCE, département des études

«INEGALITES. Depuis le début des années 1980, les très riches captent une part toujours plus grande des revenus. Ce n'est ni bon pour l'économie ni pour la démocratie.

Comment les superriches

transforment la société.

Si les économistes redécouvrent aujourd'hui la question des inégalités, c'est qu'ils s'en étaient largement désintéressés au cours du dernier demi-siècle! Pour expliquer, on peut avancer deux raisons. D'abord, avec la longue période de croissance qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, les conditions matérielles se sont rapidement améliorées pour tous. Même avec 2% de croissance par an, trente six ans suffisent pour doubler le revenu moyen de la population. Dans ces conditions, il n'est pas difficile de faire en sorte que chacun ait des conditions matérielles meilleures que celles de ses parents, si bien que la question des inégalités devient moins prégnante.

Ensuite, l'économie s'est isolée des autres disciplines en sciences humaines. Devenue de plus en plus formelle, elle a eu tendance à abandonner les questions éthiques ou plus précisément, à les cantonner à une branche spécifique de la discipline(*), elle même fortement formalisée. De manière générale, les économistes se sont rangés à l'idée qu'il est vain de vouloir comparer les individus entre eux et que seul critère éthique à retenir est celui de l'amélioration, au sens de Vilfredo Pareto (1848-1923): une réforme améliore la situation si certains y gagnent sans que personne y perde. Ce principe s'avère totalement aveugle à la question des inégalités.

Depuis les années 1980, les inégalités se sont creusées, notamment dans les pays anglo-saxons, et sont aujourd'hui au cœur des débats. Avec 0% de croissance, il n'y a plus de possibilité de réformes ne faisant aucun perdant et les questions distributives (re)deviennent premières. Les mouvements des 99%, d'Occupy Wall Street aux Indignados, en sont une conséquence. De plus, face à la crise, l'économie classique s'est montrée souvent assez peu pertinente dans ces recommandations, si bien que l'économie politique a fait un retour dans le débat public et même académique. Auréolé de son prix d'économie en mémoire d'Alfred Nobel, joseph Stiglitz a été avec le prix de l'inégalité,paru en 2012, l'un des premiers à remettre la question des inégalités au cœur des discussions. Et dernièrement, la traduction en anglais du Capital au XXI° siècle de Thomas Pikétti (2014) a couronné le retour de la question des inégalités- et pas seulement celle de la pauvreté-dans le débat économique international.

Un handicap pour l'économie

Faisons une expérience imaginaire. Vous devez choisir entre deux sociétés. Dans la première, 99% des individus ont un niveau de vie équivalent à 2000 euros mensuels et 1% à 4000€. Dans la seconde 99% ont un niveau de vie de 2001€ et 1% de 200000€. Laquelle de ces deux sociétés choisiriez vous? Pour de nombreuses personnes c'est la première qui serait préférable, a fortiori si elles savent qu'elles ne feront pas partie du 1%. Mais si l'on suit le critère de Pareto et que l'on juge la situation d'un individu que par rapport à ses ressources propres, alors la rationalité imposerait de choisir la seconde société, puisque tous les individus sont plus riches que dans la première. Toutefois, pour arriver à cette conclusion contre intuitive, il faut évacuer les conflits interpersonnels en interdisant la comparaison (d'autres diraient jalousie et l'envie).

Cependant, si la seconde société est, dans son ensemble deux fois plus riche que la première seulement 1% en bénéfice vraiment. Les biens sont rares, non reproductibles et convoités ( les appartements bien placés dans les métropoles, les maisons secondaires en front de mer...), sont donc accaparés par 1%. Quel que soit leur effort d'épargne, les 99% ne pourront jamais rivaliser. Aussi l'alternative entre les deux société se pose-t-elle en termes différents que ceux envisagés plus haut: 2000€ dans un cas ou 2001€ dans l'autre, moins la possibilité d'accéder aux biens rares et convoités, ce qui paraît déjà moins attirant.

Ce n'est pas le seul inconvénient pour les 99%, ni peut-être le plus important. Dans la seconde société, 50% du revenu sont détenus par le 1%. celui-ci ne consomme pas 100 fois plus que les 99% restant: il consomme notamment des biens ostentatoires et des biens et des services très intense en travail, comme les services à la personnes, voire domestiques pour lesquels les gains de productivités et les économies d'échelles sont faibles. Les entreprises fournissant les biens et les services consommés par les 1% ont finalement assez peu intérêt à augmenter la productivité des travailleurs: un mois de travail du 1% suffit à payer 100 travailleurs pendant un mois. Pour eux, le travail coûte peu et il ne sert à rien de l'économiser en augmentant la productivité. Au final, les nombreux emplois domestiques ou équivalents pour les lesquels il n'y a pas de gains de productivité réduisent la croissance potentielle de l'économie au détriment des 99%

Le problème fondamental du déphasage des très riches n'est toutefois peut-être pas économique mais démocratique. Si les riches décrochent, les pauvres risquent de vouloir les exproprier. Comprendre pourquoi ils ne font paradoxalement pas dans nos démocraties intéresse depuis longtemps les économistes et les chercheurs en sciences politiques. Une première réponse-libérale- est que ce paradoxe existe pas, car les pauvres exproprient déjà les riches via des taux d’impôts confiscatoires. Pour échapper à cette expropriation, l'exil serait légitime ainsi que la mise en concurrence des systèmes fiscaux et sociaux. On pourrait reconnaître là un certain projet européen, encourageant la concurrence entre systèmes sociaux et fiscaux.

La démocratie sous contrôle.

Une seconde réponse est que nos sociétés ne sont pas réellement démocratiques. Pour éviter que les pauvres n'exproprient les riches, rien que tel que la ploutocratie, ce système de gouvernement où l'argent est à la base du pouvoir. C'est la situation qui paraît s’être installée aux États Unis, où le 1% des plus riches détient aujourd'hui près de 20% revenus et où l'enjeu du financement des campagnes électorales est primordial. Le déphasage des très riches du reste de la société augmente sensiblement leur intérêt à prendre le contrôle de la démocratie pour éviter d’être exproprier et leur donne simultanément les moyens de le faire. Cette prise de contrôle de la démocratie peut passer celle des médias ou par l'alignement de l'élite politico-technocratique sur celui des 1%, via des positions sociales intermédiaires entre les 1% et les 99% (1), mais aussi, peut-être de façon plus légitime (et trompeuse) par la menace rhétorique de l'exil et le chantage à l'emploi.

Des arguments fallacieux.

Dans notre société théorique où les 1% détient 50% des revenus et en supposant une égale productivité des emplois 50% des salariés travaillent pour les riches. Le 1% peut donc croire qu'il «crée» 50% des emplois. En réalité, si les riches choisissaient de s'exiler, cela n’affecterait ni l'emploi, ni le niveau de vie des 99%. Au niveau de la production leur départ serait compensé par le fait qu'il libèrent 50% de main-d’œuvre , qui serait alors employée pour produire pour tous et par seulement pour 1%. En définitive, l'argument selon lequel«il ne faut pas tuer la poule aux œufs d'or» en laissant partir les riches à l'étranger ne vaut que si ces derniers contribuent plus à la société qu'ils ne perçoivent de revenus. Pour la défense du 1% certains comme Grégory Mankiw(2) soulignent qu'ils paient déjà beaucoup d’impôts et que leur contribution nette à la société est largement positive. Mais est-ce vrai?

L'hypothèse implicite pour justifier les rémunérations du 1% est que leurs revenus reflètent leur contribution à l'amélioration des 99%. cet argument s'appuie sur l'équilibre concurrentiel du marché où les travailleurs sont rémunérés selon leur productivité marginale. A partir d'un certain point, si un dirigeant demandait une rémunération plus élevée, il serait remplacé par un autre.

Mais est-ce la réalité dans laquelle opèrent les chefs d'entreprise, les traders, les superstars du sport et du spectacle? N'y a-t-il pas des phénomènes de rentes, c'est à dire de manipulation de l'environnement social, économique ou politique, dans le but d'obtenir une plus grosse part de la richesse économique produite? L'augmentation de leurs rémunérations correspond-elle nécessairement à la création de nouvelles richesses?

L'univers du 1% se caractérise plutôt par un capitalisme de connivence, par les inégalités d’accès aux informations, par des phénomènes de winner-take-all ( par exemple dans les réseaux sociaux: le réseau le plus populaires capte pratiquement tout le trafic), autant de facteurs qui peuvent entre autres expliquer que ses membres arrivent à percevoir des rémunérations astronomiques. Ceci ne veut pas dire que la contribution du 1% à la richesse est nulle, mais que le marché est incapable de la mesurer. On ne peut en tout cas présumer que cette contribution, après rémunération et transfert, soit positive. Au final, le départ des riches dans dès exil dorés ne devrait nécessairement être regretté.»

 

  • conomie normative : s'interroge ainsi sur les valeurs que les individus associent à une décision économique. Elle fournit des prescriptions ou des recommandations fondées sur des jugements de valeur personnels.

  • 1-Par exemple aux Etats Unis, les professeurs d'économie qui participent à la définitions des politiques publiques sont bien rémunérés que ceux des autres autres sciences sociales, plus critiques du pouvoir.

  • 2- « defending the One Percent » journal of Economic Persperctives vol 27 n°3

 

 

Posté par Alainramos à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2015

"Blanc-Mesnil: un tract foireux envoie le maire UMP devant la justice"

 

justice

Mardi 17 février à 17h30, sur le site de Marianne a été publié un article de Mathias Destal:«Blanc-Mesnil: un tract foireux envoie le maire UMP devant la justice.»

Nous nous permettons dans publier quelques extraits.

« Thierry Meignen, le maire UMP du Blanc-Mesnil, en Seine saint Denis, est convoqué devant la 14°chambre du Tribunal Correctionnel de Bobigny, jeudi 19 février, suite à une plainte déposée par une personnalité politique locale, Omar Mahi. Six chefs d'accusation ont été retenus, dont ceux « d'usurpation d'identité », « escroquerie » et détournement de suffrages électoraux »....

Le maire UMP du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, n'en n'a pas fini avec la justice...Sa victoire en mars 2014, face au maire communiste sortant Didier Mignot, fait déjà l'objet d'une requête en annulation devant le Conseil d’État. Mais le 19 février, c'est avec les juges du tribunal correctionnel de Bobigny que l'édile à rendez-vous. Il doit répondre des faits présumés « d'usurpation d'identité », « escroquerie », « détournement de suffrages électoraux », diffamation », « publication, diffusion ou reproduction d'information fausse » et dénonciation calomnieuse » dans le cadre d'une plainte déposée le 21 mars 2014 par le Parti de l'Union Radicale (PUR) et son cofondateur, Omar Mahi.

L'affaire remonte au début de l'année 2014. En pleine campagne électorale pour la conquête de cette ville de Seine Saint Denis, dirigée depuis près de quatre vingt ans par les communistes, L'UMP Meignen fait imprimer et diffuser à près de 20000 exemplaires un tract en format A3 titré « Comité de soutien Tous avec Thierry ! » Six pages de promo où figure en bonne place Valérie Pécresse et Philippe Dallier pour l'UMP, Jean Christophe Lagarde et Jean Louis Borloo pour l'UDI. Sur ce document figure aussi une page consacrée « au soutien du PUR » un petit parti du centre gauche qui se réclame du mendésisme et qui a vu le jour après le 21 avril 2002....

.Problème : celui qui fut candidat aux municipales en 2001 et 2008 jure n'avoir jamais écrit ces mots. Ni donner son accord pour que sa photo et la mention de sa formation politique figure sur ce dépliant...truffées d'erreurs. »

vous pouvez retrouver la totalité de cette article sur : http://www.marianne./blanc-mesnil-tract-foireux-envoie-maire-ump

 

Posté par Alainramos à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2015

Quartier des Tilleuls: avec l'UMP la démagogie et la propagande n'ont plus de limite!

 

anru

Le numéro 11, du journal de propagande de l'UMP, nous annonce l'arrivée prochaine du paradis pour le quartier des Tilleuls, a grand renfort de photos montages, nous sommes informés que ce quartier va devenir un écrin de verdure.

Au quelques 3000 logements actuels, vont être ajoutés quelques 2500 logements supplémentaires en accession à la propriété. Dans ces conditions comment peut-on parler d'écrin de verdure, alors que la surface bétonnée va pratiquement doubler sur une assiette foncière pratiquement à l'identique. Nous attendons avec le plus vif intérêt les explications sur ce tour de passe-passe architectural,urbanistique, environnemental.

Nous nous souvenons aussi que tout au long de la campagne pour les municipales, l'UMP se répandait partout pour nous dire qu'elle s'opposerait à la disparition du caractère de village de notre commune et indiquait qu'elle s'opposerait à toute dérive comportant un accroissement de la démographie.

Le quartier des Tilleuls compte aujourd'hui quelques 12000 habitants, la construction de 2500 logements nouveaux apporterait environ 10000 habitants supplémentaires, sans compter l'éventualité de la construction de 600 logements à la place des bureaux en face le parc urbain qui amènerait 2100 nouveaux habitants.

Nous arrivons ainsi au doublement de la population de ce quartier. Comme vous le voyez nous sommes loin des promesses électorales, mais depuis l'abandon de la restauration scolaire gratuite, nous savons tous ce que valent les promesses de Meignen.

Il est aussi très intéressant de noter que dans ce numéro de magie urbanistique, à aucun moment n'est évoqué une des conséquences de cette augmentation de la population l'arrivée de 3000 enfants.Il faut accueillir tous ces enfants à l'école, avec une moyenne de 25 enfants par classe. Le sens des responsabilités exige de prévoir la construction d'au moins 100 classes primaires nouvelles. Nous attendons avec intérêt les propositions de l'UMP sur cette question prioritaire pour le bien vivre ensemble, sans oublier qu'il faudra aussi penser aux collèges et aux lycées.

Sur projet, il faut lire avec attention les paroles du responsable de Vilogia:«Mais tout reste à faire, la qualité de la réalisation finale dépendra en grande partie de son financement, notamment de la part de l'ANRU.»

Ainsi tout est dit le dossier présenté dans le n°11 du journal de campagne électorale de l'UMP n'est qu'un dossier de propagande, de communication, pour justifier le paiement d'un architecte conseil. Chers Blanc-Mesnilois,ce projet n'est pas chiffré. A ce jour il n'a fait l'objet d'aucune convention entre les partenaires et sans convention pas de financement. Il s'agit de plusieurs centaines de millions d'euros. Il est à craindre que notre commune n'ait pas les capacités budgétaires et financières d'assumer ce projet pharaonique expression de la mégalomanie d'un homme qui est incapable d'avoir ses propres idées puisque ce projet est un copier coller venu d'ailleurs.

Pour conclure, il nous faut traduire l'argument qui nous explique qu'au Plessis Robinson, le revenu médian aurait augmenté de 12%, entre 2007 et 2011. Donc, il suffit d'implanter des logements en accession à la propriété pour que les revenus médians des habitants augmentent.

Est ce que Meignen veut nous faire croire que Messieurs Dupont et Messaoud habitant depuis 2005 au Plessis Robison ont vu leurs revenus augmenter de 12% entre 2007 et 2011, peut-il nous en expliquer le mécanisme?

La réalité est la suivante Messieurs Dupont et Messaoud habitant depuis 2005 ont quitté le Plessis Robinson parce qu'ils ne pouvaient plus accéder aux logements dans cette commune et ont été remplacés par monsieur de Montmirail qui a des revenus supérieurs de 12% à ceux de messieurs Dupont et Messaoud

En clair, le maire UMP du Plessis Robinson a organisé le départ de sa commune des salariés à faibles revenus, il a organisé la relégation des employés et des salariés vers d'autres territoires.

Les comparaisons doivent avoir une base sociologique en utilisant la CSP (Classification Socio Professionnelle). En 2007 combien y avait-il d'employés et ouvriers, combien en restait-il en 2011, en 2007 combien y avait-il de professions intermédiaires, combien y en avait-il en 2011, en 2007 combien y avait-il de cadre et combien y avait-il en 2011, de cadres supérieurs, combien de chefs d'entreprises. Voilà des indications et des informations qui nous permettraient de nous faire une juste idée des évolutions et des objectifs de l'UMP.

Ce type d'information de nature sociologique jamais l'UMP du Blanc-Mesnil ne les écriera dans son journal de propagande municipale, car elle n'a aucun intérêt à ce que la réalité de sa politique puisse être mise à jour.

Posté par Alainramos à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2015

Une proposition de séjour à New-York, une proposition indécente pour la très grande majorité des rétraités du Blanc-Mesnil

 

laretraite

La lecture du journal de l'UMP est révélatrice des choix de l'équipe municipale de droite extrême qui dirige notre ville.

A la page 4 du N°11 du journal électoral du maire UMP on peut lire que le service des retraités de la ville propose un week-end à New-York du 14 au 18 mai 2015 (5 jours et 3 nuits) aux tarifs de 1390€ par personne.

Voilà une proposition tout à fait adaptée, aux revenus médians des retraités de notre ville. En effet, la très grande majorité d'entre eux sont dans l'incapacité de pouvoir s'offrir un tel séjour.

Il y a quelques jours, nous avons évoqué le niveau extrêmement faible des retraites de nos concitoyens. Nous avons eu une nouvelle confirmation.

Montants des retraites

Pourcentages des retraités qui touchent ce montant

0 à 600€

16,80%

601 à 1200€

32,10%

1201 à 1800€

27%

1801 à 2400€

13,40%

Ce tableau est extrêmement parlant, il va permettre aux lecteurs d'avoir une vision de la situation sociale et économique des 15 millions de retraités de notre pays. Malheureusement, nous le savons, la majorité des retraités de notre commune se situe dans la fourchette basse de ce tableau.

Dans ces conditions ne pensez vous pas qu'il y a une sorte d'indécence à proposer un tel week-end aux retraités de notre commune. L'adjointe au maire déléguée aux retraités, doit avoir du mal à se géolocaliser, nous la comprenons elle est plus souvent dans le 16° arrondissement de Paris où elle réside qu'au contact de nos concitoyens retraités du Blanc-Mesnil.

Mais ces choix sont bien dans la ligne politique de l'UMP du Blanc-Mesnil. Lors du dernier conseil municipal le maire UMP a fait voter par sa majorité une augmentation de 30% des places pour accéder aux divertissements du Forum. Sans surprise une nouvelle fois, l'UMP met en place une politique ségrégative par l'argent. Elle organise la restriction de l'accès aux initiatives municipales en dressant la barrière du fric.

Posté par Alainramos à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Copenhague, Sarre-Union.Condamner et combattre l'antisémitisme. Communiqué de LDH

La république une et indivisible

Attentats terroristes et profanation des cimetières sont les deux visages différents d'une même haine mortifère, celle de l'antisémitisme : ils expriment un même mépris pour la liberté d'expression, pour le vivre ensemble, mépris qui s'étend au droit de pouvoir, une fois décédé,reposer en paix.

La ligue des droits de l'Homme exprime sa solidarité avec toutes les victimes de ces attentats : elle adresse ses condoléances à leurs familles et leurs proches, au Danemark, comme en France.

Elle Alerte contre la montée du racisme et de l'antisémitisme en France et met en garde contre la montée d'un climat de suspicion vis à vis des musulmans ou supposés tels, suspicion nourrie par assimilation, parfois rocambolesque, de propos à une apologie du terrorisme.

Dans la foulée de la levée en masse du 11 janvier, elle rappelle que la lutte contre la haine et le terrorisme passe par le respect des valeurs qui fondent la République, l’État de droit, la liberté et la fraternité. Elle appelle les pouvoirs à tous faire pour les auteurs de la profanation de Sarre-Union soient identifiés et jugés.

 

Posté par Alainramos à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Miami élue pire ville des Etats Unis, pourquoi,donc, le maire UMP veut-il nous jumeler avec une telle ville?

 

 

Miami voiture

Miami fait partie des fantasmes yankees du maire UMP de notre commune. Il est ainsi en cohérence avec les choix idéologiques défendus par les membres les plus réactionnaires du parti Républicain, les Tea Party. Vous savez celles et ceux qui s'opposent à la mise en place d'une Sécurité Sociale pour tous les américains.

Ce modèle américain en convaincre les Blanc-Mesnilois, voilà l'objectif du maire UMP. Alors pour cela, il milite pour jumeler notre ville avec une ville satellite de Miami.

Pour notre part nous souhaitons qu'en toutes choses latransparence soit la règle dans les prises de décisions concernant les engagements de notre commune.

Miami élue pire ville des États-Unis. Miami figure au premier rang du classement des villes américaines les pires en terme de qualité de vie, selon le magazine économique«Forbes».Ce magazine comme chacun le pressent est un repère de gauchistes autogestionnaires, puisqu'il s'attaque aux certitudes de notre maire UMP.

La ville de Miami est touchée de plein fouet par la crise de l'immobilier, son taux de criminalité est l'un des pires des États-Unis. Les temps de transports pour aller au travail sont interminables.

Pendant la crise des subprimes, en 2008, en Floride,il y a eu 549414 saisies bancaires sur les maisons hypothéquées dont 56477 pour la seule agglomération de Miami. En 2009 ce chiffre a atteint un point culminant en mai ou 1 maison sur 158 a fait l'objet d'une saisie.

Le nombre de personnes ayant une aide alimentaire en 2009 est de 1,8 millions 10% de la population de la Floride, 57% de plus qu'en 2007.

12,5% de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 2013, en Floride.

Le taux de criminalité est de 6,2 meurtres pour 100000 habitants en Floride, mais il culmine 13,9 meurtres pour 100000 habitants à Miami. Si l'on rapporte ce ratio à la population de l'agglomération de Miami on arrive à 250 meurtres par an.Soit 2 meurtres tous les 3 jours.

EN CE QUI CONCERNE FOLIO DU BLANC-MESNIL, MIAMI N'EST PAS UN REVE C'EST UN CAUCHEMAR.

Voilà, chers concitoyens le rêve yankee du maire UMP, voilà le modèle de vivre ensemble que souhaite nous faire partager le maire UMP.

Entre nous pensez-vous que cette volonté de vouloir transmettre à la jeunesse Blanc-Mesniloise un modèle de société où le «Gun» et la violence dominent les rapports sociaux soit un bon choix. NOUS NE VOULONS PAS DE CELA POUR LA JEUNESSE DE NOTRE VILLE.

En tout les cas, ce rêve américain du maire UMP du Blanc-Mesnil, nous en dit long sur les choix politiques qui sont les siens, ils se conjuguent avec la violence. Mais entre nous cela n'est pas une surprise, lorsque l'on connaît le climat de violence larvée qui règne sur l'administration communale.

Posté par Alainramos à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »