FOLIO DU BLANC-MESNIL

23 avril 2015

Hollande, la légitime indignation du PCF, les ouvriers et les employés, où les limites des tactiques politiciennes!

Alain Ramos

L'émission «le supplément», au delà de l'anniversaire, marquait, à l'évidence, le début de la campagne présidentielle de 2017. La réponse de Hollande, abordant la question du PCF, s'inscrit dans cette perspective. Pour essayer de comprendre il ne faut pas, me semble-t-il, avoir une appréciation émotionnelle ou sentimentaliste, il faut l'aborder avec toute la froideur nécessaire au combat politique.

Ainsi Hollande confirme sa stratégie sociale démocrate, pour rassembler le cœur de son électorat et appâter une frange de l'électorat centriste qui craint, par-dessus tout, un retour de Sarkozy. Dans ce cadre il faut réinsérer les manœuvres en cours pour flanquer un flan droit au PS, l'opération Jean Vincent Placé et Jean Luc Bennhamias.

Ensuite ne pas oublier que nous sommes à quelques encablures du congrès du PS de Poitiers, pour cela rassurer Collomb et la droite de la motion A, après avoir englué Aubry. Mais aussi faire en sorte que la motion B fasse le score le moins important possible, pour l’empêcher de rassembler lors de la fameuse commission des résolutions et la rendre moins attractive afin d'être un catalyseur du rassemblement de toute la gauche. Pour cela jouer sur le légitimisme des militants PS, face à leur PDT attaqué par le PCF et l’extrême gauche. Bref, il s'agit au sortir du congrès qu'il n'y ait qu'un seul vainqueur, qu'un seul qui soit en capacité de faire la synthèse la plus large possible, Hollande. Ne jamais oublier qu'il est au PS et plus largement à gauche le meilleur tacticien politique.

Sur l'autre bord de l'échiquier comparer le FN au PCF est une manière d'appuyer au sein de l’extrême droite sur la ligne de fracture entre Jean Marie Le Pen et Marine Le Pen, en donnant aux tenants de la ligne dure des arguments, pour fustiger la normalisation du FN. Car le point de rupture au sein de l’extrême droite se trouve là, en attisant la bataille des anciens et des modernes.

Bien entendu cette comparaison est dure et bien sure insupportable pour le PCF, mais raisonnons froidement. Cette intervention présidentielle permet au PCF de réapparaître sur l'espace médiatique et, plus particulièrement, à son secrétaire national Pierre Laurent. Il montre aussi à une partie de l'électorat qui s’abstient ou qui vote FN, qui il y a une autre manière d'exprimer son mécontentement et d'exiger une évolution de la politique économique et sociale, sans s'inscrire dans une démarche de haine et de refus de la solidarité.

Cette séquence politique donne une occasion unique au PCF de revenir sur le devant de la scène en se redéployant, en reprenant ses thèmes de base et en les actualisant. Il y a là une vraie opportunité pour le PCF de reconquérir une partie de son électorat.

L'élection de 2017 se construira sur la capacité pour la gauche de reconquérir une très large partie de l'électorat ouvriers/employés qui représente encore une grande masse électorale. Cet électorat, aujourd'hui se retrouve majoritairement sur le FN et largement plus que sur le PCF et le PS.

Dans ce cadre, nous pouvons comprendre la légitime indignation du PCF, elle est justifiée, mais elle doit être pour le PCF le moyen de rebondir, en rendant plus visible sa stratégie et ses propositions.

Nous avons le cadre de l'offensive Hollande, rassembler le centre hostile à Sarkozy, rester maître du PS, introduire les bases de division au sein du FN et redonner de l'espace au PCF.

En conclusion, chacun comprend qu'Hollande est actuellement dans les cordes, mais chacun doit aussi savoir qu'il n'est jamais aussi déterminé que dans ce type de situation.

Mais il est clair que si les aspects de tactique politique sont important, il ne faut pas oublier quelques chiffres. En France, le salaire brut mensuel moyen de 18,8 millions de salariés non cadre est de 1541€. Ce chiffre est à mettre en parallèle avec l'étude faite par l'observatoire national de la pauvreté et l'exclusion sociale (ONPES), qui indique que les budgets de référence varient de 1424€ par mois pour une personne seule à 3284€ pour un couple avec deux enfants. Nous sommes là aux limites des effets des tactiques politiciennes

Posté par Alainramos à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2015

RASSEMBLEMENT AU CAMPANILE KRYAD DU BLANC-MESNIL A L'APPEL DE LA CGT JEUDI 23 AVRIL 2015 A 17H30!

cgt

Rassemblement au Campanile Kyriad
Première classe BLANC MESNIL ce
jeudi 23 avril à 17h30 !


BPS Nettoyage voyou, Louvre Hôtels Group complice !


Depuis plusieurs mois la CGT se bat contre l’exploitation honteuse des femmes
de chambre de la sous-traitance notamment au Campanile, Kyriad Première
classe de Blanc Mesnil et pour l’obtention d’un statut social amélioré pour tous
les salariés travaillant dans ces trois hôtels. Heures de travail volées, pas de
médecine du travail depuis au moins 4 ans, méthodes de flicage des femmes de
chambre, rien ne va plus à Blanc Mesnil !


Le 12 février 2015, à l’appel de la CGT-HPE, de l’UL CGT Blanc Mesnil et de l’UD
CGT de Seine St Denis, un rassemblement réunissant près d’une centaine de
militants et de grévistes de l’hôtel a été organisé avec débrayage.


5 Femmes de chambre de la sous-traitance ont eu le courage ce jour-là de se
mettre en grève avec leurs collègues de l’hôtel, contre l’acharnement envers
Angeline et pour de meilleures conditions de travail et notamment un 13ème
mois pour tous.


Depuis la direction de BPS Nettoyage, avec la complicité du siège de LOUVRE
HOTELS GROUP, à qui appartiennent ces trois hôtels, essaye de briser la
résistance à leur exploitation de nos camarades.


Une première victoire a été obtenue par Angeline qui
a vu sa désignation comme Représentante de Section
syndicale CGT confirmée par le Tribunal d’instance.


Mécontente, la direction de BPS Nettoyage s’acharne maintenant contre ROSE
et veut la muter au BOURGET en représailles à son engagement syndical et à sa
participation à la grève du 12 février, et fait venir une salariée…………du
BOURGET pour la remplacer !


Depuis le 17 avril ROSE vient tous les jours à l’hôtel mais on ne la laisse pas
travailler !


Ce jour-là, LOUVRE HOTELS, qui se prétend neutre, a autorisé un « huissier »
qui a refusé de montrer sa carte professionnelle à pénétrer dans l’hôtel pour
venir fliquer ROSE, les femmes de chambre et nos délégués syndicaux.
N’en déplaise à BPS Nettoyage et LOUVRE HOTELS GROUP le
droit syndical et le droit de grève sont constitutionnels !


La CGT ne laissera jamais ses militants réprimés !
Quand on touche à un militant CGT on touche à toute la CGT !
Nous avions d’ailleurs annoncé le 12 février à la direction que si l’on touchait à
un seul des grévistes nous reviendrions !


C’est pourquoi à l’appel de la CGT-HPE,
de l’UL CGT Blanc Mesnil et de l’UD CGT
de Seine St Denis, un :


Rassemblement pour la réintégration
au Blanc Mesnil de ROSE est organisé :
JEUDI 23 AVRIL 2015 à 17h30


devant le complexe hôtelier Campanile Kyriad Première Classe,
219 Avenue DESCARTES 93150 LE BLANC MESNIL
VENEZ NOMBREUX !


UN MÊME LIEU DE TRAVAIL, UN MÊME
STATUT, UN 13ème MOIS POUR TOUS !
le 20 avril 2015
____________________________________________________________________________________________

Posté par Alainramos à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2015

Incendie de la Courneuve, la gare triage, développement économique, sécurité publique, mobilisations citoyennes!

incendie

Nous nous félicitons, comme monsieur Philippe GALLI, préfet de Seine Saint Denis, que l'incendie des entrepôts de la Courneuve, n'ait fait aucune victime. Maintenant, l'incendie est maîtrisé, mais il faudra encore quelques jours pour qu'il soit totalement éteint. Nous saluons le travail et l'engagement toujours aussi efficace et exceptionnel des pompiers de la brigade des Sapeurs Pompiers de Paris. C'est pour nous l'occasion de saluer les services publics de la Sécurité Publique et d'indiquer que l’impôt est aussi un outil au service de la population et de l’intérêt général. Pour mémoire les impôts locaux de la ville du Blanc-Mesnil contribuent pour 913 389€ en 2015 au financement du service public de lutte contre l'incendie soit 17,50€ par habitant.

Donc, notre département a subi le 17 avril 2015 un incendie qui a durablement perturbé la circulation routière et ferroviaire, A86 fermée, RERB interrompu. Cet entrepôt de 12000 mètres carrés stockait du tissus et des chaussures son incendie a dégagé et dégage encore une fumée acre et de suie qui a couvert une grande partie de notre département et Paris. La couleur et l'épaisseur de la fumée, peuvent nous conduire à nous interroger sur la nature des produits stockés.( voir la photo)

Cet accident souligne l'immensité des perturbations que cela peut engendrer dans une agglomération extrêmement densifiée. Rappelons que le RERB transporte plus de 900000 usagers par jour. Il met aussi en exergue la question de la sécurité publique. Il montre la concentration d’entrepôts, potentiellement dangereux, et doit aussi conduire à une réflexion sur l'implantation de ce type de site peu créateur d'emploi au mètre carré, ce qui conduit très légitimement à se poser la question, sur l'urgence de l'implantation d'entreprises de production, de recherches, d'innovations technologiques et de sièges sociaux sur l'ensemble du territoire de la Seine Saint Denis, qui n'a pas unique vocation à n’être qu'une vaste zone de stockage à faible valeur ajoutée. D'autant que les projets du Grand Paris en font un espace attractif.

Il nous paraît donc opportun de remettre au cœur du débat la question de la gare de triage de Drancy/Le Bourget/Le Blanc-Mesnil et là en matière de dangerosité, il n'est pas question de tissu et de maroquinerie, mais du transit et du stationnement de 13000 wagons par an, transportant des matières dangereuses et toxiques, dont près de 400 wagons de chlore et autre acide sulfurique ou ammonium. Bref, nous sommes dans une autre dimension.

Depuis 2 ans maintenant les riverains agissent pour que leur sécurité, leur santé soient assurées et leur patrimoine protégé. Ils se heurtent aux pratiques d'une administration, de la SNCF, RFF qui ne connaissent que la règles du fait accompli, qui dans les faits n'assurent que leur protection, au détriment des riverains.

Il y a urgence a ce que la technocratie, les financiers comprennent que ce temps est révolu. D'ailleurs le tribunal administratif de Montreuil, en décembre 2014 vient de leur signifier qu'ils devaient respecter la charte de l'environnement et plus particulièrement son chapitre 7 qui fait obligation d'associer les riverains citoyens à toutes les questions concernant leur environnement.

La transparence est une obligation, il ne suffit pas de faire des lois pour permettre aux citoyens d’être au cœur des décisions qui les concernent, il faut les mettre en pratique. Ici sur Folio nous mettrons tous nos moyens au service des pratiques qui rendront la démocratie vivante et permettront d'assurer l’intérêt général.

Posté par Alainramos à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

NON A EUROPA CITY! Rejoigner le collectif pour le triangle de Gonesse . CTPG

Non a europa city

Les Zindignés - No 24 – Avril 2015

 

 

Trompe l’œil

 

Les cartons d’Europa City

 

 

Les lecteurs distraits des publi-reportages plus ou moins bien maquillés que diffusent de plus en plus abondamment les médias les moins regardants commencent à être familiers du nouveau mastodonte baptisé Europa City. Ici, nous supposerons que le lecteur ne se contente pas de promotion mercantile ou de gonflette publicitaire pour leur préférer une présentation critique des « grands projets structurants » dont on ne sait jamais vraiment ce qu’ils structurent. En l’occurrence, il s’agirait de construire, au mieux en 2020, dans le « Triangle de Gonesse », coincé entre les aéroports du Bourget et de Roissy-CDG, un complexe mêlant activités commerciales et activités de loisirs. Dans la partie la plus modeste du Bal d’Oise et aux confins du département le plus pauvre de France, la Seine-Saint-Denis, ce « machin » à deux têtes offrirait la myriade des plus grandes « enseignes du commerce de luxe européen », des hôtels de grande capacité destinés à retenir les visiteurs instables par définition, des salles de spectacles et de sport surdimensionnées, une piste de ski d’intérieur permettant de cultiver l’exotisme qu‘il ne serait donc plus nécessaire d’aller chercher au loin. Il paraît même que ce projet, déclaré d’envergure nationale en son temps par Nicolas Sarkozy soi-même, préfigurerait « la ville de demain ». Bref, nous sommes préparés, sur papier glacé pour le moment, à toutes les outrances.

 

C’est le groupe Auchan, propriété du « clan Mulliez, qui promotionne depuis 2010, par le biais de sa filiale immobilière Immochan, le monstre bicéphale soutenu avec ferveur par le député-maire socialiste de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, convaincu à bons comptes qu’il tient là de quoi fournir à une population légitimement impatiente les milliers d’emplois après lesquels tout le monde court en ces temps de Croissance disparue pour longtemps. C’est peu de dire que l’on n’a pas mégoter sur les moyens pour faire rêver d’un projet qui n’est encore que dans ses cartons. Des brochures polychrome sont gracieusement – et grassement ! – servies lors de la moindre manifestation saisie pour causer du projet. Le choc des images y dissimule l’absence de poids des mots. Immochan a commandé à un professeur d’économie de l’université Paris IX-Dauphine, Patrice Geoffron, spécialiste du marché… des matières premières, un rapport sur les perspectives d’emploi liées au projet. Devinez ? L’expert a confirmé les annonces mirobolantes du promoteur. L’onction académique est ainsi donnée à des chiffres tirés de son chapeau par le magicien affairiste. Une exposition vantant le projet fut organisée dans le cœur historique de Gonesse, en des locaux publics. Des hôtesses accortes récitant leur leçon y reçurent les écoliers de la commune, captifs à défaut d’être captivés, gentiment accompagnés par leurs professeurs croyant ainsi parfaire leur ambition pédagogique. Des images de synthèse montées en vidéos lancées sur la toile font magiquement jaillir de terre la créature. On n’y lésine pas sur l’omniprésence des « coulées vertes » grâce auxquelles Europa City est autolabellisé « développement durable ». Il se dit même que certains professionnels de la profession d’aménageur sont bluffés. Cela tombe à pic : c’était le but !

 

Jaillir de terre ? La terre, parlons-en justement ! Le Triangle de Gonesse est un espace agricole on ne peut plus précieux, ses sols comptent parmi les plus fertiles d’Europe. C’est donc ce patrimoine naturel millénaire qui pourrait à jamais disparaître afin de satisfaire l’ogreste appétit de groupes industriels et commerciaux aux préoccupations essentiellement financières. Comment ne pas être perplexes ? Quand il commence à être sérieusement question d’envisager le développement de l’agriculture péri-urbaine, quand il faudrait imaginer des infrastructures « passives » au plan énergétique, l’artificialisation des terres se poursuit bon an mal an. Bétonage et ferraillage restent bien les deux mamelles d’une économie industrielle dépassés qui refuse de céder la place aux impératifs d’une économie écologique. C’est le projet du cabinet d’architecture danois Big qui a été retenu pour la construction d’Europa City. Le lauréat du concours fascine ! Non par son nom qui sans nul doute convient à merveilles à ce projet pharaonique mais parce que le bâtisseur venu du froid soulève le sol afin de construire par-dessous et ainsi maintenir des cultures par-dessus… le marché. Les brillantes images de synthèse nous montrent quelques vaches paissant sur le toit de verdure de ce temple ludo-mercantile. Ce bucolisme en carton-pâte devrait soulever… les foules contre lui. Pour le moment, il ne soulève que l’indignation de quelques dizaines de citoyens activement mobilisés au sein du Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG).

 

Europa City ayant été proclamé « plus grand centre commercial d’Europe », la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a décidé justement de lui consacrer un débat public. Et la mascarade de continuer ! En janvier dernier, Immochan a obtenu pour la seconde fois un délai de neuf mois pour la remise de son dossier que la CNDP trouve par trop léger. Ce report sans raison sérieuse en apparence en dit long sur le peu de consistance des procédures du débat démocratique en France et sur la capacité de certains intérêts privés à dicter leur loi aux instances de dialogue ou de décision. Le groupe Auchan n’a-t-il pas obtenu de Nicolas Sarkozy en son temps élyséen que soit ajouté au schéma de transport du « Grand Paris » une gare « en pleins champs » dans le Triangle convoité ? Il conviendra d’y ajouter d’importants aménagements routiers pour assurer la desserte du complexe sans complexes. Des investissements sur deniers publics au profit de gains privés juteux fort peu taxés, le tout en période d’austérité prolongée.

 

Comment la baudruche ne pourrait-elle pas se dégonfler ? On pourrait finir par s’étonner que l’on ait pu miser sur une fréquentation de quarante millions de visiteurs par an du simple fait de croire possible la « capture » des nombreux touristes atterrissant ou décollant de l’aéroport international situé à quelques encablures du « site avant-gardiste ». On pourrait aussi s’apercevoir enfin que le nombre d’emplois annoncés était tout bonnement sans fondements économiques sérieux comme c’est la plupart du temps le cas en la matière. Le sable sur lequel reposaient tant d’élucubrations serait alors à découvert ! La raison l’aura enfin emporté. Pour le moment, Auchan poursuit superbement son numéro d’enfumage à large spectre. Dans ses dernières plaquettes de luxe, on a la bonne surprise de trouver un carton d’invitation pour deux personnes au pique-nique géant d’inauguration d’Europa City… en 2020 ! Le jour et l’heure ne sont pas encore précisés. Cela ne saurait probablement tarder.

Les gogos piaffent d’impatience. Finalement, Auchan ne manque pas d’humour !

 

Yann Fiévet, membre du CPTG

http://cptg.fr

 

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 avril 2015

Thomas Piketty: La relation de propriète est toujours violente !

Alain

T. Piketty - La relation de propriété est toujours violente ! - Ce soir (ou jamais!) - 17/04/2015

Posté par Alainramos à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2015

Lettre du Président de l'Office Local du Sport du Blanc-Mesnil, à propos de leur expulsion de leur local de Jean Bouin!

4x400 feminin

Monsieur le Maire

 

Le 30 mars deux policiers municipaux m’ont remis, sur mon lieu de travail, un courrier de votre part , me signifiant l’expulsion de l’office local du sport des locaux mis à notre disposition au stade Jean Bouin. Quelle image ? Un courrier en recommandé avec accusé de réception aurait suffit.

J’ose espérer que la date, lendemain du deuxième tour des élections départementales, n’est que coïncidence. Pourquoi ne pas l’avoir fait pendant la campagne électorale ? Pourquoi avoir attendu  quand votre sœur, adjointe au maire chargée des sports nous a avait annoncé cette décision le 20 février 2015 ; au prétexte que nous avions accueilli dans ces locaux pour une réunion , un parti politique, le SNUipp de la FSU, syndicat des enseignants du 1er degré .Nous lui avions répondu que cette accusation n’était pas fondée car ce syndicat des enseignants du 1er degré est membre de l’OLS au même titre que le SNEP, syndicat des enseignants d’EPS du second degré ,comme la FCPE : échanger sur l’ Education Physique et Sportive et approfondir les relations entre le mouvement sportif et le milieu scolaire passe par un espace commun comme l’OLS ce qui existe dans de nombreuses villes, de droite comme de gauche .La concertation ,la démocratie n’a pas d’étiquette politique .

Dans un premier temps vous nous avez supprimé la subvention de fonctionnement. Vous avez essayé de nous faire régler la facture des signaleurs de la course cycliste du Grand Prix du Conseil Municipal du 8 mai, facture pour le règlement de laquelle une subvention exceptionnelle nous était versée.

Depuis plusieurs années, nous étions à l’initiative de deux manifestations : le Relais des collèges( 25 ans) et « Jeu Sport en Mai » et une troisième, plus récente « l’Intégrathlon » que vous vous êtes octroyés unilatéralement.

Par nos demandes de subventions auprès des services de l’état (CNDS), nous avons facilité ces manifestations et d’autres actions de promotion de la santé par les APS, acheté du matériel notamment les 9 défibrillateurs qui sont dans les installations municipales. Pour 2015 vous nous avez écarté en créant un nouveau pilote de projet sur la ville.

En ce qui concerne les défibrillateurs vous voudrez bien régulariser la situation car ce matériel nous appartient et depuis plus d’un an maintenant nous sommes toujours dans l’attente de la signature d’une reconduction d’une convention obligataire qui a été transmise à vos services.

L’OLS, c’est presque 80 ans de concertation sur la ville : c’est l’histoire du sport de notre ville que vous voulez effacer sans aucun motif car nous n’avons jamais pris partie dans toutes les élections en tant qu’association. Qui seront les prochains sacrifiés sur «  le billot du devenir » car si les informations émanant du mouvement sportif sont exactes d’autres associations se retrouvent en difficultés au regard de vos agissements et de vos décisions.

Nous avons toujours affirmé que nous sommes un lieu de concertation, de démocratie participative et que les décisions reviennent à la municipalité .Nous n’avons jamais été une courroie de transmission des décideurs politiques .Nous sommes porteurs d’idées pour l’intérêt général, nous critiquons positivement au négativement lorsque c’est nécessaire dans l’intérêt du plus grand nombre, pour un sport pour toutes et pout tous vers le meilleur niveau souhaité possible pour chacun.

Vouloir nous faire disparaitre ferait croire que nous vous gênons : de quoi avez- vous peur ? Depuis quand les débats sont-ils dangereux ? La municipalité reste décisionnaire et nous respectons la démocratie et la loi des élections.

Sachez que nous continuerons d’exister, en espérant des jours meilleurs dans nos relations, que nous vous solliciterons pour obtenir des salles pour nos réunions car nous avons un programme d’information pour le mouvement sportif sur les possibilités de subventionnements, sur l’organisation du sport en France au regard des nouvelles lois sur les collectivités et sur le département avec l’arrivée le Grand Paris, sans oublier nos réunions statutaires

Comme il nous l’a été signifié, l’état des lieux sera effectué avec le responsable des services techniques le mercredi 15 avril 2015 à 17h et les clés seront remises. Nous négocierons l’enlèvement du photocopieur à une date ultérieure, non encore arrêtée : un préavis d’un mois est requis pour une rupture de contrat avec Loréquip , propriétaire de ce matériel, et vous ne nous avez accordé que 15 jours pour évacuer les locaux.

Veuillez agréer , Monsieur le Maire , l’expression de mes salutations distinguées.

Didier GHEUX président de l’OMS du Blanc-Mesnil

 

Posté par Alainramos à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un violent incendie à la Courneuve,

Alain Ramos

Un violent incendie ravage un entrepôt à La Courneuve

Posté par Alainramos à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2015

Budget primitif 2015 du Blanc-Mesnil: l'appel à l'emprunt s'élève à 13 569 037€ soit + 70% par rapport à 2014!

 

TOXIQUE

Comme nous l'avons déjà indiqué dans des articles précédents, la lecture du budget primitif de 2015 s'inscrit bien dans une démarche ultra-libérale. Cette orientation est masquée par une stratégie de communication qui distille des mots et des discours en totale contradiction avec les actes posés dans le budget primitif 2015 voté par la majorité UMP/UDI du conseil municipal.

La majorité municipale UMP/UDI, proclame partout son objectif de désendetter la commune, comme elle proclamait sa volonté de faire baisser les dépenses de fonctionnement. Nous savons tous maintenant que les dépenses de fonctionnement sont en augmentation de 1 004 990,68€ par rapport à 2014.

Sachez que pour l'appel à l'emprunt 2015, la majorité municipale UMP/UDI a décidé le 2 avril 2015 d'emprunter 13 569 037,33 €, Pour l'année 2014 seulement 8 000 000€ avaient été empruntés ce qui fait 5 569 37€ de plus, soit une augmentation de 70%, une bagatelle.

Comme vous le constaterez, la majorité UMP/UDI va argumenter qu'elle espère récupérer, près de 4 400 000€ de la revente des terrains la Halle d'Auchan à Vilogia, un des bailleurs du quartier des Tilleuls. Mais tout cela est aléatoire et repose sur le rêve haussmannien de l'UMP/UDI qui voudrait bien nous imposer l'urbanisme du maire UMP du Plessis Robinson qui vient de se faire condamner à une peine de 6 mois de prison et 20000€ d'amende pour prise illégale d’intérêt ( bien sur il a fait appel). Mais ce projet n'est pas acté, n'est pas financé et de plus Vilogia chacun le constate dans le quartier des Tilleuls, est bien incapable d'entretenir correctement son patrimoine HLM. Alors oui, la récupération rapide des 4 400 000€ est loin d’être acquise. D'ailleurs, dans le cas improbable d'une récupération de ces 4 400 000€, l'augmentation par rapport en 2014 resterait de 15%. Comme vous le voyez quels que soient les arguments qui seront utilisés par l'UMP/UDI, la réalité est bien un accroissement de l'endettement de notre commune.

Cela peut apparaître comme une gestion bien hasardeuse des finances publiques, mais il s'agit d'une stratégie délibérée, pour accroitre l'endettement de notre commune, pour justifier ensuite la suppression de nombreux services publiqs communaux. D'autant que l'UMP/UDI envisage de développer les Partenariats Publics Prives qui sont un piège toxique et explosif pour les finances locales. Ce n'est pas un hasard si la majorité UMP/UDI pense sérieusement à vendre le centre d'entreprise Albert Einstein. Demain les centres de vacances, les centres municipaux de santé ou la privatisation de l'aide à domicile des séniors.

Le journal municipal de propagande UMP/UDI, pourra écrire ce qu'il veut pour masquer la réalité, le 2 avril 2015, la majorité municipale UMP/UDI a bel et bien voté un appel à l'emprunt de 13 59 037,33€ soit une augmentation de 70% par rapport à 2014.

 

Posté par Alainramos à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2015

Informations pour agir, informations qui démontrent qu'il est possible d'obtenir des augmentations de salaire!

 

avril manif 2

PROFITS: 64,4 milliards d'euros, c'est le montant des profits réalisés par les entreprises du CAC40 en 2014, en hausse de 37% par rapport à l'année précédente. La moitié de ces bénéfices va dans la poche des actionnaires au détriment de l'investissement et des salaires.

DIVIDENDES: au début des années 80, la part des dividendes versés aux actionnaires représentait 10 jours de travail par salarié. Contre 45 jours aujourd'hui.

LA PHRASE:«le problème auquel font face la France, l'Europe et le monde est un manque de demande globale et non des contraintes du coté de l'offre» Joseph Stiglitz Prix Nobel d’Économie.

LE CHIFFRE 220: c'est en milliards d'euros, le montant des aides publiques dont bénéficient les entreprises chaque année. Un chiffre à comparer avec le montant du PID de la France qui s'élève à 2200 milliards d'euros.

EGALITE: l'écart des salaires entre les hommes et les femmes est de 27%, souvent à cause du travail à temps partiel. Mais à poste égal, l'écart est encore de 10%.

MILLIONNAIRES: Notre pays se classe au deuxième rang mondial en terme de nombre de millionnaires avec 2,4 millions d'individus et au cinquième rang mondial des individus détenant plus de 50 millions de dollars de patrimoine avec plus de 4150 individus.

ILS ONT GAGNE:

Tour Eiffel. Après une lutte de cinq jours, les vendeurs des boutiques de souvenirs ont obtenu 200 euros de hausse de leur salaire de base brut mensuel.

Toray. Les salariés de l'entrepris textile ont arraché 45 euros d'augmentation et un congé pénibilité à l'issue de 6 jours de grève.

Hyatt Madeleine. Entre 500 et 580 euros, c'est l'augmentation générale obtenue par les salariés de la sous-traitance de l’hôtel à l'issue d'un mois de lutte. D'autres victoires importantes ont été enregistrées dans les grands hôtels parisiens.

Alpina.90ù des employés de ce fabricant de pâtes savoyard en grève pendant 4 jours et le résultat au bout, entre autres 50 euros bruts par mois et la fin des carences en cas d’arrêt maladie.

Tang frères. Six jours de grève pour obtenir la fin du SMIC à vie et pour tous dans l'entreprise. Des négociations vont s'ouvrir pour construire une grille de salaires tenant enfin compte des qualifications et de l'ancienneté des 420 salariés de cette chaîne d'alimentation asiatique.

Eberspacher. Coup de pouce de 150 euros pour les salariés de équipementier automobile sous forme de prime, assortie d'une hausse générale des salaires de 1,50% et d'une prise en charge à de la mutuelle à 80%.

Tecmusen. Les salariés de l'usine Iséroise de compresseurs ont obtenu 60 euros bruts mensuels d'augmentation avec effet rétroactif au premier janvier 2015.

Lindt. 20 euros bruts par mois et prime d'objectif de 300 euros pour 2015 dans l'usine de chocolat d'Oléron (64) après deux semaines de débrayages.

Clestra. Mise échec, après 7 jours de grève, de l'accord de compétitivité qui prévoyait un gel des salaires pendant deux ans et la remise en cause de l'accord sur les 35 heures. Les salaires augmentent de 20euros nets par mois.

 

Articles parus dans le journal Ensemble de la CGT avril 2015.

 

 

 

Posté par Alainramos à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]