FOLIO DU BLANC-MESNIL

06 février 2016

MPT :Pourquoi, la ville paie-t-elle des loyers à l'IFAC officine de droite, alors que les locaux appartiennent à la commune?

mptjj

Nous savons, maintenant, pourquoi, sur le dossier des MPT, le maire de droite extrême a une nouvelle fois porter atteinte à la liberté d'expression. Dans l'intervention publiée dans Folio du Blanc-Mesnil nous nous interrogions sur:

Pourquoi l'IFAC facture-t-elle 115 765 € de loyers à la commune pour des équipements qui appartiennent à la ville?

Pourquoi l'IFAC facture-t-elle 54 000€ d''entretien maintenance à la commune sur des équipements qui appartiennent à la ville?

Chacun conviendra qu'il est pour le moins paradoxale que la commune paient des loyers et de l'entretien maintenance pour un total de 169 765€ à l'IFAC, alors que Blanc-Mesnil est propriétaire des locaux mis gracieusement à la disposition de cette officine de droite.

Nos interrogations sont légitimes, d'autant plus légitimes que dans le cadre des décisions prises par le maire conformément à l'article L 2122-22 du code des collectivités territoriales, ce dernier a pris la décision n°398 du 29/12/15:« Vu la décision n°347 en date du 11/12/15 attribuant le marché concernant la gestion des centres socioculturels et des maisons de quartier de proximité sur le territoire de la ville à l'association IFAC......considérant que la mise à disposition des associations de locaux peut participer efficacement à cet objectif. En conséquence, il a été décidé de mettre à disposition à l'association IFAC , représentée par son directeur Général, Monsieur Marc GUILLEMOT, à compter du 1°janvier 2016, les trois Maisons Pour Tous et les quatre salles......La convention est consentie à titre gracieux. Elle est conclue pour la durée du marché à savoir deux ans renouvelables sans que sa durée totale ne puisse excéder 6 ans.»

Voilà, une bien curieuse manière de gérer les finances locales. Le 11/12/15, le maire prend la décision de dépenser 2 978 789€ comprenant la facturation à la ville des loyers et de l'entretien maintenance pour 169 765€ pour des locaux qui lui appartiennent et le 29/12/15 le maire signe une décision mettant gracieusement à la disposition de IFAC, trois MPT et quatre salles de quartiers.

Pour quelle raison le maire de droite extrême consent-il à payer à IFAC officine de droite des loyers pour des locaux qui appartiennent à la ville?

NOUS ATTENDONS AVEC INTERET DES EXPLICATIONS SUR CETTE CURIEUSE MANIERE DE FAIRE DES ECONOMIES.

Nous rappelons que l'objectif mis en avant pour transférer la gestion des MPT à l'IFAC officine de droite était de faire des économies d'échelle, résultat la ville paie 169 765€ de loyers pour des locaux qui lui appartiennent et 140 591€ de frais de coordination. Les économies d'échelle du maire de droite extrême s'élèvent à 310 356€ de dépenses supplémentaires pour les finances locales

NOUS NE POUVONS QUE NOUS INTERROGER POURQUOI UNE TELLE GENEROSITE POUR L'IFAC, CETTE OFFICINE DE DROITE PRESIDEE PAR LE MAIRE D'ENGHEIN,PAYE PAR NOS IMPOTS LOCAUX.   

Posté par Alainramos à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2016

MPT: le maire refuse qu'une intervention soit effectuée lors du conseil municipal sur ce dossier.

 

mptjj

Chers concitoyens, vous trouverez ci dessous l'intervention que j'avais prévue de faire ce soir lors du Conseil Municipal sur le dossier du transfert de la gestion des MPT à l'association IFAC. Cette intervention aurait permis au Conseil Municipal d'avoir quelques informations chiffrées. Le Maire a refusé de me permettre cette intervention. Ainsi, cette nouvelle atteinte à la liberté d'expression, fait que le maire a pu dépenser 2 978 789€ sans que le conseil municipal ait pu en débattre et décider

 

Intervention d'Alain Ramos

pour les élus Blanc-Mesnil au cœur sur la décision n°347 du 11/12/15

 

Je souhaite faire un commentaire technique sur la décision n°347 prise le 11/12/15 concernant le marché passé en procédure adaptée pour la gestion des centres socioculturels et des maisons de quartier de proximité sur le territoire de notre ville. En clair sur le transfert à l'Ifac de la gestion des MPT.

Lors de la réunion de la CAO je me suis prononcé contre cette décision au nom des élus Blanc-Mesnil au cœur, au nom des valeurs qui sont les nôtres et pour exprimer notre soutien aux associations Blanc-Mesniloises qui géraient ces équipements de quartier.

Néanmoins, j'ai souhaité appuyer cette décision sur une analyse technique de la proposition de l'Ifac. L'ensemble des chiffres qui sont présentés ci dessous proviennent en totalité du document de l'Ifac. Cette intervention comportera deux chapitres:

l'analyse de la situation financière de l'IFAC

L'analyse du projet financier de l'IFAC pour la gestion des équipements

Chapitre analyse financière de la situation de l'IFAC

Les produits d'exploitation comparatif sur les années 2014/2013

2014:39 526 266€, 2013: 36 453 405€ variation: +3 072 861€ + 8,43%

Les charges d'exploitation comparatif sur les années 2014/2013

2014: 39 511 240€, 2013: 36 736 019€ variation: + 2 775 220€ +7,55%

Résultat d'exploitation comparatif 2014/2013

2014: 15025, 66€, 2013: -282 614€.

Premier constat l'amélioration des produits d'exploitation de 2014, n'arrive pas à résorber la perte d'exploitation de l'année 2013.

Dettes comparatif sur les années 2014/2013

2014: 9 223 316€, 2013: 8 593 836€ + 629480€ + 7,32%

En 2014 la dette représente 23% des produits d'exploitation et l'augmentation de la dette absorbe 20% de l'augmentation des produits d'exploitation de 2014. Le document financier remis pas l'IFAC n'est pas très explicite sur les raisons de l'endettement.

Nous avons aussi noté les chiffres suivant:

IFAC Aquitaine 2014: 0€, 2013: 282 489€

IFAC 78 2014: 6 246 206€, 2013: 9 065 086€ - 2 718 880€

IFAC Méru 2014: 990 726€, 2013: 1 022135€ - 31409€

IFAC Nimes 2014: 3 382 356€, 2013: 3 427 187€- 44831€

IFAC Nord 2014:1 661498€, 2013: 1 812 162€ - 150 666€

IFAC Savigny 2014: 780 215€, 2013 786 645€ - 6430€

Une ligne dont la signification mériterait de plus amples informations IFAC Combinaisons, mais n'en connaissant pas la signification précise, je ne cite pas de chiffres mais il s'agit de quelques millions d'euros.

Au delà de cette dernière ligne un peu énigmatique. Il nous paraît que la situation financière de l'IFAC ne nous semble pas présenter des garanties suffisantes de pérennité, pour le moins elle aurait mérité une analyse plus approfondie de la municipalité, avant de lui accorder ce marché. Dans ce cadre, il serait prudent d'exiger de l'IFAC son bilan 2015.

Chapitre analyse financière du projet IFAC pour la gestion des MPT et des maisons de quartier proximité.

Montant du prévisionnel financier pour 2016 s'élève à 2 978 794€.

Nous notons que la coordination des équipements qui a pour objectif de faire des économies d'échelle coûte 141 591€Les frais de personnel s'élèvent à 2 040127€ dont le directeur chargé de la coordination pour 90 695€.

Les frais de fonctionnement pédagogique s'élèvent à 396 489€. Une question à quoi correspondent les 60 000€ de la ligne location hébergement. Le budget activité se monte à 275 000€ soit 9% des 2 978 784€. Certes, nous savons que les frais de personnel participent de l'animation et des activités.

Les frais de fonctionnement généraux s'élèvent à 374 114€. Nous trouvons surprenant que l'IFAC facture à notre commune 115 765€ de loyer pour des équipements qui lui appartiennent. Nos interrogations sur 54000€ des frais de maintenance, sur les 8000€ de frais bancaire et la provision d'honoraires contentieux pour 25 000€. Les 50 000€ dédiés au fonctionnement administratif surtout si l'ajoute 26 286€ de frais d'affranchissement et de téléphone nous apparaissent bien lourds.

Les amortissements sont provisionnés pour 26 217€, il serait utile que l'on nous fournisse la liste du matériel et des bâtiments concernés.

Maintenant passons aux recettes. Il est prévu 80 840€ provenant des usagers. Nous lisons à la page 9 du cahier des clauses du marché article 4-3 tarification des services aux publics concernés: Pour accéder aux activités offertes par le titulaire les publics concernés devront s'acquitter d'une cotisation (perçue par le titulaire donc l'IFAC) et les frais de participation perçue par ville.» Donc ces 80840€ représentent les cotisations pour participer aux activités des MPT perçues par l'IFAC. Actuellement les cotisations s'élèvent à 5€ devons nous en conclure que l'IFAC espèrent regrouper sur l'ensemble des équipements 16 168 adhérents, ou 8084 adhérents à 10€ ou 5390 adhérents à 15€. Si les recettes ne sont pas la hauteur des espérances de l'IFAC, qui paiera le manque à gagner?

A la ligne autres subventions il est indiqué 290 160€ de recettes, a-t-on des garanties écrites assurant ce niveau de subventions si oui avons nous la liste de ces généreux donateurs, si nous n'atteignons pas ce niveau de rentrée qui paiera?

A la ligne CAF il est indiqué 215 000€ de subventions avons nous la garantie de la CAF sur ce niveau de financement, nous rappelons que la CAF est exigeante sur la participation citoyenne à la gestion des équipements qu'elle subventionne?

Voilà chers collègues ce qui nous semble utile de vous dire au vu de l'engagement financier qu'il représente pour notre commune.

Pour conclure, il apparaît que la méthode employée pour gérer ce dossier n'a pas permis un débat transparent et constructif. Le conseil municipal est mis devant le fait accompli, de décisions prises par un nombre très restreint de responsables. Je le regrette pour notre assemblée, pour notre commune et pour l'ensemble des bénévoles et salariés qui a animé pendant de très longues années les MPT.

 

 

 

Posté par Alainramos à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2016

Le Blanc-Mesnil: l'activité de l'association Forum Arts et Culture censurée, une nouvelle atteinte à la liberté expression

 

la liberté d'expression est un droit

FAC

Forum Arts et Culture

Communiqué de Presse du 02 fév.2016

Notre association a relancé une Université Citoyenne au Blanc Mesnil, avec un cycle pour 2015-2016 autour du triptyque républicain « Liberté, Egalité, Fraternité », thème qui faisait suite à la triste actualité du début de l’année 2015, renforcé par les dramatiques évènements survenus à Paris en novembre dernier.

Notre deuxième conférence devait se tenir le 1er février 2016, avec Saïd BOUAMAMA (Docteur en socio-économie), nous attendions 120 participants mais avons dû la reporter au tout dernier moment.

Malgré une demande par courrier déposé en Mairie le 27 nov. 2015, la salle des conférences de la Maison des Associations que nous avions demandée, nous a été refusée à 10 jours de l’initiative, sous prétexte d’une autre réunion programmée par la Ville.

En réalité, la salle était libre mais « indisponible » pour notre association. Il s’agit du deuxième refus d’utilisation d’une salle publique par notre association et par deux fois pour un motif mensonger.

En vertu de l’article L2144-3 du Code général des collectivités territoriales, « des locaux communaux peuvent être utilisés par les associations, syndicats ou partis politiques qui en font la demande ». Le refus de prêt ou de location d’une salle communale doit toujours faire l’objet d’une réponse détaillée.  Si, la salle est déjà réservée, la mairie doit proposer une autre date.

Adresse courrier: FAC des citoyens, 18 rue Montgolfier 930150 le Blanc-Mesnil

courriel:lafacdescitoyens@gmail.com

 

 

Posté par Alainramos à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2016

Le débat sur l'eau au Blanc-Mesnil n'est pas clos.Plus que jamais l'eau doit être distribuée par une régie de service publique.

 

lutte

Comme vous le savez, notre commune, depuis le premier janvier 2016, fait partie de l’Établissement Public Territorial Paris Terres d'Envol. Il regroupe les communes de Dugny, Le Bourget, Drancy, Le Blanc-Mesnil, Aulnay sous Bois,Villepinte, Tremblay en France et compte près de 350 000 habitants.

Depuis le premier janvier 2016, un certain nombre de compétences jusqu'alors communales y ont été transférées. Notre attention, aujourd'hui, se porte tout particulièrement sur le transfert de la gestion de l'eau et de l'assainissement vers l'EPT Paris Terres d'envol.

Au sein de l'EPT en matière de gestion de la distribution de l'eau il y a 3 cas de figures

-Les ville de Tremblay en France et Villepinte dont la distribution de l'eau a été confié à un syndicat intercommunal qui regroupe 8 villes dont Mitry-Mory et de Clayes Souilly. dont le délégataire est Véolia

-les villes membres du SEDIF, présidé par monsieur Santini dont le délégataire est Véolia.

-Blanc-Mesnil dont la distribution a été confié à la Lyonnaise des Eaux. Blanc-Mesnil qui a la particularité d'être propriétaire de ses sources d'approvisionnement.

Comment vous le constatez Véolia a, sein de l'EPT, une position dominante et Blanc-Mesnil est le maillon faible, d'autant plus que la vice présidence chargée de ce dossier a été confié a un élu d'Aulnay sous Bois membre du SEDIF.

Dans ce cadre, il est à craindre que l'autonomie de la distribution de l'eau dans notre commune soit mise à rude épreuve par le géant Véolia. D'autant que nous savons depuis très longtemps que ce géant capitalistique de la distribution de l'eau souhaite faire main basse sur nos sources Blanc-Mesniloises.

Pour notre part nous militons depuis longtemps pour que la distribution de l'eau ne serve plus à produire de gras dividendes aux entreprises capitalistes. Nous battons afin que la distribution de l'eau soit effectuée par une régie de service public.

Le combat que nous avons mené au Blanc-Mesnil pour la mise en place d'une régie publique de distribution de l'eau, nous allons, maintenant, l'entreprendre en organisant le rassemblement de toutes les femmes et de tous les hommes des communes de Paris Terres d'envol qui agissent et veulent d'agir, pour que la distribution de l'eau sur ce territoire soit effectuée par une régie publique de distribution de l'eau.

En tout état de cause, nous allons continuer d'être extrêmement vigilant sur ce dossier. Car, nous savons que la municipalité de droite extrême du Blanc-Mesnil est très sensible aux sirènes de l'ultralibéralisme.

L'ACCES A L'EAU EST DROIT.

Posté par Alainramos à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2016

QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE. Notre réponse à l'éditorial du journal municipal n°32

 

supérette

Pourquoi tant d'alarme, de quoi avez vous peur monsieur le Maire, que se passe-t-il pour que vous consacriez votre éditorial à la gauche du Blanc-Mesnil. Vous avez la trouille, un grand gaillard comme vous, voilà qui est bien surprenant.

Vous utilisez et vous abusez de tous les moyens de communications de la commune, le journal municipal, la page Facebook de la ville, le site internet de la ville, tiwtter et vous avez encore besoin de vous justifier dans le n°32 de «journal municipal». Triste début d'année 2016.

Ma grand mère maternelle qui a bien connu vos grands parents rue Danton avait ce trait d'esprit plein de sagesse: «Qui se sent morveux se mouche».

Reprenons point par point:

La fermeture des commerces depuis avril 2014: la poissonnerie avenue Pierre et Marie Curie, La Boutique de la Ressourcerie avenue Henri Barbusse, Kiabi, Dedred,Tom Sailor, Walffe Factory.....Au centre commercial Plein Air. La supérette Diagonal avenue de la division Leclerc, le Franprix avenue Pasteur, la Maison de la presse avenue Pierre Semard, La supérette DIA avenue Danièle Casanova et nous avons quelques inquiétudes pour le restaurant les Balkans au carrefour Salavador Allende.

Les MPT sont ouvertes, mais le problème c'est quelles ne fonctionnent plus. Cette volonté d'empêcher la gestion citoyenne de ces équipements municipaux ont fait perdre au mois de janvier 2016, près de 241000€ aux finances locales.

Sur la culture, le conservatoire, la direction de celui-ci a été confié à un personnage, qui a eu des problèmes dans tous les équipements qui ont la malchance d'être sous son emprise, son seul atout être un ami d'Olivier Dassault. Pour le Forum la situation est tellement triste que la municipalité de droite extrême réinvente ce qui se faisait avant 2014 en moins bien. Elle propose un système d'abonnement pour remplir les fichiers. Nous ne parlerons pas des «ménages» effectués par des présentateurs TV qui vont toucher une prime de départ 1,3 millions d'euros.

Les Centres Municipaux de Santé, nous invitons à lire l'article de la page 16 «du journal municipal» Vous comprendrez vite que l'obsession n'est pas la pérennisation des CMS, mais d'accroître les difficultés pour pouvoir y accéder en développant une ségrégation par l'argent. Si la municipalité de droite extrême voulait dynamiser les CMS, elle ne s'engagerait pas dans toutes les opérations de développement de centres médicaux libéraux, comme celui qui se prépare dans l'ancienne clinique Galliéni. Nous savons tous que l'unique préoccupation de la municipalité de droite extrême est d'offrir le maximum de terrain à la promotion immobilière, l'avenir de Rouqués c'est l'édification d'un immeuble.

Oui, il y a bien une volonté de bétonner notre ville, la liste des projets 2500 logements supplémentaires dans le quartier des Tilleuls, 250 logements le long de l'avenue de la division Lelerc, les projets dans le centre ville qui apporteront entre 175 et 200 logements entre le carrefour Allende et l'église Notre Dame, les 34 logements à l'angle République rue du Potier, le projet de construction sur le parking du marché Casanova , sans oublier l'immeuble à l'angle de l'avenue Descartes et de avenue de la veuve Bouquin, et le projet en cours dit «le carré Haussmann». A la lecture de cette liste nous ne pouvons qu'en conclure que le bétonnage de la ville est bien une réalité. Sur le bétonnage de la commune qui ment.

Nous vous proposons maintenant quelques éléments d'information pour mieux comprendre ce qui 'n'est pas dit dans «le journal municipal» Page 8 deux vices présidents Blanc-Mesnilois élus à Paris Terres d'envol» Il s'agit sans surprise élection du maire et de  sa sœur.

Page 10 Une soirée couronnée de succès, les bénévoles associatifs étaient à l'honneur le 23 janvier 2016. Mais il semblerait que les invitations aient été sélectives, oui sélective puisque toutes les associations n'avaient pas reçu de carton. Cette ségrégation n'est pas une surprise, car certaines associations se voient refuser l'attribution d'une salle pour pouvoir travailler à l'intérêt général. Ségrégation et non respect de la démocratie, puisque les élus de l'opposition eux aussi ont été écartés de cette réception. Au cours de cette réunion l'adjointe au maire a déclaré «Notre objectif était de faire se rencontrer les associations» l'exclusion de certaines associations souligne le caractère mensonger du discours de la municipalité.

Page 29 Vijay Monany, se donne beaucoup de mal pour mettre en avant son appartenance à la ville du Blanc-Mesnil. Mais pourquoi une telle attitude la raison en est simple, le directeur du cabinet du maire n'habite pas Blanc-Mesnil, n'habite pas la Seine Saint Denis. Il a cela en commun avec l'ensemble des membres du cabinet, il habite dans le 11° arrondissement, l'attaché de cabinet dans le 15° arrondissement, le chargé de communication au Raincy et le conseiller spécial à Malakoff.

Comme vous le voyez chers concitoyens, l'opacité, le mensonge sont l'essentiel de la communication de la municipalité de droite extrême qui gère notre commune. Le mensonge, l'opacité et la manipulation sont au cœur de sa stratégie politicienne.

Si le maire montre sa fébrilité, la raison en est simple c'est que loin d'être porté uniquement par les élus de gauche, les interrogations sur les CMS, la culture, le bétonnage de la commune ,la régression commerciale et la politisation des MPT sont de plus en plus au cœur des conversations des Blanc-Mesnilois, d'autant que les jeux du cirque permanent pour masquer la réalité font de moins en moins illusion.

MONSIEUR LE MAIRE CE N'EST PAS EN REPETANT SANS CESSE LE MEME MENSONGE QUE CELUI DEVIENT LA VERITE.

 

 

 

Posté par Alainramos à 19:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2016

Conseil municipal du Blanc-Mesnil, jeudi 4 février 2016 nous vous invitons à venir y participer très nombreux

cocarde

Cette semaine, jeudi 4 février 2016, le conseil municipal se réunira à partir de 18h45. Nous vous rappelons que les séances de l'assemblée communale sont publiques, nous invitons à y participer nombreux.

Ce conseil municipal a une importance particulière. Les conseillers municipaux (enfin ceux de l'opposition de gauche) débattront des orientations budgétaires, préparatoires au vote du budget primitif. Comme le disons,ici, depuis de très longues années débattre des orientations budgétaires sans avoir le bilan de l'année 2015 c'est à dire le Compte administratif 2015 est un exercice qui ne s'appuie pas sur la réalité et sur le réalisé de l'action municipale. Cela permet à la municipalité de droite extrême de nous fournir un document très politicien où bien entendu les difficultés de l'élaboration du budget ne sont pas de sa faute.

Certes, la politique d'austérité mise en œuvre depuis 2008 et qui se poursuit depuis 2012 pèse sur les dotations de l’État. Mais le paradoxe des attaques contre le gouvernement développées par la droite extrême de notre commune, c'est qque les amis de Sarkozy estiment que les réductions des dépenses publiques ne sont assez fortes. Bref, un double discours. Mais nous sommes tranquilles la vérité triomphe toujours.

Mais, nous aurons l'occasion de développer plus longuement nos arguments lors de la séances du conseil municipal et bien entendu ne manqueront de publier nos interventions dans Folio du Blanc-Mesnil.

Curieusement, le conseil municipal continuera de ne pas débattre sur les conséquences de la réforme territoriale Notre et de l'adhésion de notre ville à l’Établissement Public Territorial: «Paris-Terres d'envol.» qui se compose de Dugny, Le Bourget, Drancy, Le Blanc-Mesnil, Aulnay sous Bois, Villepinte, Sevran, Tremblay en France qui regroupe quelques 350000 habitants.

Des compétences qui étaient précédemment communales ont été transférer à EPT. A ce jour, nous ne savons pas encore officiellement quelles les compétences qui ne sont plus de la responsabilité de notre ville. Des informations circulent sur les réseaux sociaux, mais cela n'est pas suffisant pour établir une appréciation.

Une de ces compétences transférées a retenu notre attention il s'agit de celle de l'eau et de l'assainissement. Voilà qui ne va pas manquer d'engager des débat de fond sur ce dossier, puisque qu'en matière de distribution de l'eau, il y a pour le moins trois types d'intervenants. Nous serons attentifs à l'évolution de ce dossier, il y a fort à parier qu'il y aura beaucoup d'articles sur ce dossier.

L'autre surprise étant que la majorité de droite extrême qui assure la présidence de l'EPT, est toujours aussi prompte à vouloir faire des économies d'échelle comme elle dit n'est pas songer une seule seconde à faire de la sécurité publique une compétence de Paris-Terres d'envol d'autant que son président est un ancien responsable du syndicat de police Alliance. Devons nous en conclure que les économies et les coordinations ne sont mises en œuvres que lorsqu'il s'agit de caporaliser les MPT et d'entraver la démocratie citoyenne, ou pire devons en conclure que les polices municipales sont des outils politiciens au service de la droite extrême dans chaque ville. Nous n'osons y croire, quoique.....

Comme, vous le voyez le conseil municipal est important pour les questions qui y seront traités, comme pour les questions qui seront environnées de ténèbres.

Pour conclure, le Directeur de cabinet du maire est enfin devenu conseiller départemental.

Nous devons aussi de faire un petit point sur les indemnités perçues notre maire. Il perçoit celle de maire, de conseiller régional, de vice président de Paris Terres d'Envol et membre du Conseil de Paris Métropole. Enfin les indemnités du maire vont tendre à l'équilibre avec le salaire de son alter ego du deuxième étage.

A eux deux ils vont bientôt percevoir l'équivalent de 10 SMIC par mois.

Et l'image de notre ville continue de s'abîmer.

Posté par Alainramos à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2016

Les MPT du Blanc-Mesnil à la une de Bondy blog: Kader ZEKI : "On a bafoué le droit démocratique"

mptjj

« Du blocus au vandalisme ». Un titre incendiaire, se retrouvant dans les colonnes du Blanc-Mesnilois de janvier 2016 et accusant de manière insidieuse les anciens responsables de la Maison Pour Tous Jean Jaurès (MPTJJ). Leur faute ? Etre en partie (si ce n'est pas totalement) responsables des sacages « orchestrés » le 28 décembre et le 3 janvier dans les locaux du centre.

Loin d'imaginer un tel scénario, les habitants des quartiers aux alentours de la Maison Pour Tous Jean Jaurès se demandent comment a-t-on pu arriver à tant de malices dans la gestion de ce dossier. Revenons à la genèse, le 28 octobre 2015, le maire Thierry Meignen lance un appel d'offres pour la reprise des trois centres sociaux de la ville. Le 12 novembre, au soir, près de 200 à 300 Blanc-Mesnilois se sont réunis devant le parvis de l'hôtel de ville pour protester contre cette décision. Le 25 novembre, les trois Maisons Pour Tous (MPT) de la ville organise des blocus dans leur centre respectif afin d'interpeller d'avantage l'opinion publique sur cette omerta exercée par la mairie. Le 1°janvier, l'IFAC (Institut de Formation d'animation et de Conseil)reprend la gestion des trois 3 MPT dans le butde « mutualiser les coûts de fonctionnements » dixit le maire. Kader Zkri, directeur de la Maison pour tous Jean Jaurès a été reconduit vers la petite enfance, fait anormal au vu de sa popularité et de son efficacité dans la zone sud.

Le magazine de la ville ne lui donnant pas la possibilité de pouvoir s'exprimer, nous lui avons laissé la parole.

Bondy Blog : Pour quelle raison le maire va-t-il dévier dans sa promesse de ne pas toucher aux centres sociaux ? Quel est l'enjeu derrière cette récupération des trois Maisons pour tous de la ville ?

Kader Zekri:simplement, d'écarter les habitants de la direction des Maisons Pour Tous. Les conseils d'administration régissent les centres sociaux et ils sont composés à 75% de citoyens, le reste étant des élus ayant à vérifier la bonne gestion des subventions. Le rachat des MPT par l'IFAC a pour conséquence la suppressions des conseils d'administration, donc, l'éjection des habitants dans la gérance de leurs centres sociaux. Ils ne jouiront plus de leur pouvoir de décision ou de participation dans le choix des activités proposées, mis à part le comité d'usagers, ou leur avis sur tel ou tel programme leur sera demandé, uniquement dans l'optique d'une consultation.

Bondy Blog : Les manifestations organisées le 12 novembre et le 14 décembre devant le parvis de l'hôtel de ville ont-elles été entendues par le maire ?

Kader Zekri : Au regard du résultat non. Le maire reste ferme sur sa position. Il a qui à qui veut l'entendre qu'il aurait concerté les présidents de chaque Maison de quartier, ainsi que les équipes en places, ce qui est entièrement faux ! Il y a eu effectivement une réunion organisée le 12 mai avec la présence du cabinet du maire, des présidents des MPT. Au cours de ce rassemblement, Thierry Meignen nous annonce qu'il veut mettre un chapeau sur l'ensemble des centres sociaux, ce à quoi nous nous sommes tous fermement opposés. Après cela plus rien, chacun à continuer à travailler dans son coin sans qu'il ait eu un véritable échange sur le sujet.

Bondy Blog : Aujourd'hui estimez vous bien remplir votre rôle auprès des quartiers de Blanc-Mesnil ?

Kader Zekri:Nous avons reçu de bons retours de la part des habitants sur les actions menées par notre structure. La ville aussi, dans notre désir d'impliquer les habitants dans la vie sociale de leur quartier, a toujours appuyé la Maison Pour Tous Jean Jaurès. Après, nous ne restons pas sur nos acquis, cherchant toujours à viser plus haut, nous ne sommes qu'à 30-40% de notre plein potentiel. Ce qui fait défaut reste l'argent pour développer davantage d'activités pour la création d'une véritable mixité sociale et culturelle. L'idée de la plupart de nos activités est de casser ces barrières invisibles afin de créer un contexte agréable et généreux.

Bondy Blog : Qu'est-ce qui différencie la Maison Pour Tous Jean Jaurès des autres associations de quartier,

Kader Zekri : Les problématiques que l'on peut rencontrer d'une zone à une l'autre ne sont pas forcément les mêmes. En tant que travailleur social, nous nous adaptons aux besoins des usagers. Nous faisons un énorme travail sur la petite enfance. Du lundi au vendredi, tous les matins, il y aun accueil en directions des parents et des enfants, nous voulons travailler sur le lien parents-enfants. Nous ne voulons être une garderie, nous cherchons à consolider ce lien. Aussi nos locaux étant plus spacieux, nous accueillons davantage d'associations.

Bondy Blog : Le passage à droite de la majorité des communes dans le département va-t-il être défavorable pour les banlieues ?

Kader Zekri : Qu'est ce qu'un centre social à la base ? C'est une structure mise en place pour les habitants par les habitants. Ce sont les habitants qui font fonctionner cette structure, et avec l'arrivée de l'IFAC, on retire à ces mêmes personnes un outil pour pouvoir travailler. On constate malheureusement que les communes de Seine Saint Denis, cette conception du centre social est entrain de disparaître. La CAF subventionne en grande partie notre structure, mais demande en contrepartie une participation active des habitants. En supprimant cette subvention, on va forcément demander aux habitants de sortir de l'argent de leur poche.

Jimmy Saint-Louis.

Http://bondyblog.liberation.fr

Posté par Alainramos à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2016

Le maire de droite extrême serait en train de tripatouiller les secteurs scolaires avec les dérogations.

 

lutte

L'école de la République est la priorité des familles. Les parents s'investissent beaucoup sur les questions qui concernent les moyens de préparer un meilleur avenir à leurs enfants.

Notre ville vient de dépasser le seuil des 53000 habitants. Notre commune accueille dans ses 17 écoles maternelles et ses 16 écoles élémentaires près de 7500 enfants. L'accueil et la scolarisation des enfants sont une responsabilité communale.

Pour assumer cette responsabilité la ville doit avoir un sens de la prospective d'autant plus nécessaire lorsqu'elle fait le choix de bétonner massivement. Ce choix va conduire obligatoirement à une augmentation massive de la population. Par exemple : le projet abracadabrantesque de vouloir construire 2500 logements sur le quartier des Tilleuls se traduira au minimum par un apport de 10000 habitants supplémentaires dont au minimum 2500 enfants. Comme vous le voyez, il va être sûrement obligatoire de prévoir les investissements nécessaires à la construction de nouvelles écoles. Malheureusement si nous regardons le Plan Local d'Urbanisme, la municipalité de droite extrême n'a pas prévu de réserves foncières pour y construire ces établissements scolaires.

Justice et éducation pour tous les enfants du 93

Bref, au regard des documents que nous avons à notre disposition, nous ne pouvons qu'en conclure que seuls les objectifs répondant aux souhaits de la spéculation immobilière sont pris en compte. Ce choix va entraîner une très importante baisse de la qualité de l'accueil des enfants du Blanc-Mesnil. Cela n'est pas surprenant de la part d'une municipalité de droite extrême complètement acquise à la marchandisation de l'éducation et aux écoles privées.

Nous connaissons tous les méthodes du maire et de son conseiller spécial, pour imposer leurs choix, d'abord désorganiser le service public, pour mieux vendre ensuite le passage au secteur privé.

De 1995 à 2014, la gauche Blanc-Mesnil avait entrepris une vaste action afin de favoriser la réduction des inégalités scolaires en construisant par la démocratie participative, une nouvelle sectorisation qui lui donnait les moyens d'accroître le nombre de classes et donc de professeurs des écoles par établissement, pour faire en sorte que la moyenne des élèves par classe soit la plus faible possible.

Pour cela, elle avait mis en place une commission des secteurs scolaires. Cette commission regroupait 6 directions d'école ( 3 maternelles, 3 élémentaires), l'Inspecteur de l’Éducation Nationale, 6 parents d'élève (3 maternelles, 3 élémentaires) , un Délégué Départementale de L’Éducation Nationale (DDEN), un représentant syndical des enseignants, 5 élus dont celui de l'opposition municipale. Comme vous le constatez les élus ne représentaient que 25% des membres de cette commission.

Cette commission avait pour rôle de suivre les évolutions démographiques constatées dans les 3 grands secteurs de la ville et de procéder aux aménagements nécessaires pour éviter les fermetures de classes et pour favoriser le plus possible d'ouvertures de classes nouvelles. Ce travail qui se faisait en coordination étroite avec tous les conseils d'école et était validé par un vote ensuite ses propositions étaient soumises au vote du conseil municipal.

La commission statuait aussi sur les demandes de dérogations, et chaque avis était validé par un vote.

Cette méthode s'appuyant sur la démocratie participative a permis aussi : la construction d'une école maternelle et d'une école élémentaire, l'agrandissement deux écoles maternelles, d'améliorer l'accueil de la restauration dans deux écoles. De mettre en place un plan d'investissement pour le mobilier scolaire.

Mais ce travail de démocratie participative regroupant l'ensemble de la communauté éducative a été supprimé depuis avril 2014.

Aujourd'hui en matière d'éducation, de sectorisation, de dérogations, les décisions sont entourées de ténèbres et dans  l'opacité totale. Aujourd'hui les décisions sont discrétionnaires, discriminatoires, inégalitaires, voire manipulatoires et favorisent le clientélisme. Elles expriment le profond mépris de la droite extrême pour la démocratie participative, des enseignants, des parents d'élèves, des conseils d'école et du conseil municipal.

Nous savons qu'actuellement des décisions, modifiant certains secteurs scolaires, sont mises en œuvre de manière à ce que le conseil municipal et les conseils d'école ne puissent pas donner leurs avis.

Si ces choix, discrétionnaires, sont pris dans la plus grande opacité c'est qu'ils sont porteurs d'une politique qui va l'encontre de l'intérêt de l'éducation et de l'enseignement des élèves de notre commune. Ces choix inscrivent de fait dans la stratégie de la droite extrême de dévalorisation de L’Éducation Nationale et pour favoriser l'arrivée au Blanc-Mesnil de la marchandisation de l'éducation. Il se confirme ainsi que l'ensemble des choix effectué par le maire et son conseiller spécial poursuit qu'un seul et unique objectif faire, faire du fric «à leurs amis», on se demande bien pourquoi.

Dans quelques jours, dans quelques semaines les conseils d'école doivent se réunir pour préparer la carte scolaire, celle qui décide des ouvertures ou des fermetures de classe. Nous vous avons appelons à la plus extrême vigilance, pour empêcher les mauvais coups.

 

Posté par Alainramos à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2016

La décision du maire de transférer la gestion des MPT à l'officine de droite IFAC, déjà 241000€ de gaspiller!

mptjj

Depuis maintenant 26 jours sur décision du maire de droite extrême, les MPT sont passées sous le contrôle de l'officine droite l'IFAC. Les MPT sont maintenant des équipements sans âme.

Le passage sous la responsabilité de l'IFAC a commencé en fanfare,en effet, la MPT Jean Jaurès a été vandalisée le premier et le trois janvier 2016. l'IFAC et la municipalité se montrant incapable de sécuriser les locaux. Il est vrai, qu'il est difficile d'intervenir lorsque son siège est basé dans les Haut de Seine.

La MPT Notre Dame est fermée, la seule action de la municipalité de droite extrême ayant été de changer les serrures. Bien entendue cette action négative a été prise contre l'avis de l'association gestionnaire qui pour montrer son opposition a au cours d'une assemblée générale changer de président.

La MPT des Tilleuls et la MPT Jean Jaurès tournent au ralenti.

De cette décision, du maire, le conseil municipal n'est toujours pas informé. Cette décision prise uniquement pour des raisons politiciennes, se traduit par une dépense de 241000€ pour le mois de janvier 2016, 241000€ qui n'ont servi à rien, sauf à mettre en exergue le despotisme du maire de droite extrême. Chacun reconnaîtra que la mégalomanie de cet élu ami de Sarkozy coûte chère aux finances locales. Si l'on ajoute les 300000€ annuels des salaires des membres de son cabinet, ses caprices sont hors de prix.

 

Posté par Alainramos à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2016

La privatisation des services publics de la propreté est en marche au Blanc-Mesnil.

cocarde

Dans beaucoup de domaine, nous constatons une dégradation du service qui doit-être rendu aux Blanc-Mesnilois. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne la propreté de la commune.

Ainsi chacun peut le constater depuis avril 2014, il y une dégradation importante et constante. Il ne faut pas croire qu'il s'agit d'une faute de moyen. Les matériels et les personnels existent, il s'agit ni plus moins qu'une désorganisation délibérée par la municipalité de droite extrême.

Cette déstabilisation du service municipal de propreté a pour seul et unique objectif de brader ce service public à des entreprises privées.

Ce transfert aux entreprises «amies» se fera par tranche pour éviter que cela soit trop visible et comble du cynisme on expliquera que cette opération aura un objectif de solidarité, en mettant en avant l'obligation qui sera faite aux entreprises «amies» d'embaucher des Blanc-Mesnilois, une manière fourbe et dissimulée de faire embaucher la clientèle électorale de la municipalité de droite extrême (Voir l'IFAC).

Vous constaterez, le développement du phénomène par touche homéopathique, ensuite on passera au transfert du nettoyage des locaux, puis des écoles Ce phénomène de privatisation rampante s'étendra aux travaux d'entretien électrique par exemple, qui seront peut-être attribuer à la SPIE allez donc savoir pourquoi.

Bien entendu, l'argument massue sera de nous faire croire à des économies financières. Il n'y aura pas d'économie. La municipalité de droite extrême mettra en avant la baisse éventuelle de la masse salariale,( dans ce cadre elle serait bien inspirée de réduire le coût salarial de son cabinet environ 300000€ par an) mais elle oubliera de vous parler de l'augmentation des frais de fonctionnement que ne manquera pas de provoquer cette carabistouille. En effet qui peut-croire que les entreprises «amies» ne feront pas de profits sur ces marchés.Nos impôts locaux, dans cette opération de privatisation, vont payer les salaires et les profits. Bref, cela va nous coûter plus chère. Dans cette affaire il y aura plus de perdants que de gagnants, plus de salariés avec des emplois précaires et des bénéfices de la privatisation des services publics pour quelques uns.

Posté par Alainramos à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]