FOLIO DU BLANC-MESNIL

26 novembre 2014

Intervention de Didier Mignot au Conseil Municipal du 26 novemebre 2014, sur le dossier de l'eau

Didier, Mignot

Déclaration conseil municipal gestion de l’eau – 26 novembre 2014

C’est une décision importante que nous avons à prendre ce soir car s’il est un sujet qui touche au quotidien de tous et toutes, sans exception, c’est bien celui de l’eau.

C’est une réalité que l’on a parfois tendance à oublier car il suffit ici en France de tourner le robinet pour que l’eau coule et satisfaire nos besoins en termes d’hygiène, d’alimentation, d’agriculture, d’industrie, de production d’énergie, etc.

Un geste simple qui masque la complexité technologique, logistique et économique de la gestion des ressources en eau, des réseaux de distribution et de l’assainissement.

J’en parle avec une sensibilité particulière car lorsque l’on aborde ce droit universel je ne peux m’empêcher de penser à tous ces peuples dans le monde pour qui l’eau est une angoisse et un combat de tous les jours.

Je ne m’éloigne pas du Blanc-Mesnil en disant cela car de nombreuses familles de notre ville, de par leurs pays d’origine sont préoccupées par cette situation qui touche souvent leurs proches. Il n’y a qu’à voir le nombre de projets solidaires qui se développent autour de cette question dans notre commune pour s’en convaincre.

La loi a d’ailleurs pris en considération cet aspect en donnant la possibilité aux communes de consacrer 1% du budget de l’eau à la coopération décentralisée.

 

Nous souhaitons donc évidemment qu’avec le futur délégataire cette possibilité soit reconduite notamment en direction de nos amis de Debré Berhan en Ethiopie qui normalement auraient dû séjourner en ce moment même dans notre ville. Ils auraient été, je n’en doute pas, très intéressés par nos débats de ce soir.

J’en viens donc à un certain nombre de questions et de remarques sur le dossier qui nous est présenté et que mes collègues pourront évidemment compléter.

Il n’est pas inutile de rappeler notre originalité. L’eau que nous consommons provient de notre sous-sol ce qui nous confère une importante responsabilité environnementale. La ville est propriétaire des installations de production de l’eau que nous consommons. La DSP (délégation de service public) se fait par affermage ce qui signifie que nous déléguons uniquement la gestion du service, nous restons propriétaires des installations et nous conservons donc le portage et le choix des investissements, ce qui est essentiel pour garder une bonne maîtrise de cette compétence « eau » dévolue aux communes.

Ces choix nous les devons au bon sens de nos prédécesseurs et ils créent comme le précise le rapport EGIS, votre expert, les possibles conditions pour un passage en régie publique. Vous avez tranché le débat sans même l’ouvrir au conseil municipal et encore moins avec la population ce que nous regrettons. Pourtant vous utilisez, ou plutôt utilisiez, souvent cette formule : « les blanc-mesnilois ont le droit de savoir ».

Cette singularité fait qu’aujourd’hui la gestion de l’eau au Blanc-Mesnil, comme l’indique le rapport de votre expert, est performante, avec une eau de bonne qualité et un très bon taux de rendement.

Une question d’ailleurs sur le cabinet d’étude EGIS : il est écrit dans la note que vous avez procédé par un marché public pour le sélectionner. Membre de la CAO je n’ai pas vu passé ce dossier. Quelle procédure de marché public avez-vous utilisé ?

Nous avions nous même mandaté un cabinet d’étude, INTEGRALE ENVIRONNEMENT, qui a dû vous remettre ses conclusions : quelles sont-elles ?

Autre questionnement sur la procédure de désignation, il semble qu’après la remise des offres améliorées les négociations que vous avez eu avec des entreprises concurrentes n’aient pas été menées avec toutes, et notamment la SAUR qui a été évincée alors que sa prestation est notée au même niveau que ces concurrents dans le rapport de synthèse avant la véritable phase de négociation.

Pourtant l’activité de la SAUR est reconnue comme étant de qualité dans la ville et de plus par son statut actuel d’opérateur ce sont eux qui connaissent véritablement le réseau et les installations. Pourquoi ne pas avoir négocié avec elle pour enrichir le contenu de la négociation ?

Sur les négociations, il se dit également que c’est votre conseiller spécial qui a reçu, seul, des candidats. Pouvez confirmer ou infirmer cela ?

Autre questionnement, plus technique. Il semble que l’implantation par la Nantaise des eaux de son agence régionale dans notre ville, si elle est retenue, soit un critère de choix. En quoi la création d’une agence régionale améliore la qualité du service quand on sait que la Nantaise n’est quasiment pas implantée en IDF ? De quel soutien, de quel base arrière, vont bénéficier les salariés en cas de coup dur sur le réseau ?

 

De même sur l’informatique industrielle qui gère et régule aujourd’hui les usines de production et qui est utilisée par le fermier actuel. A priori, La Nantaise des eaux ne dispose pas d’une logistique aussi performante ce qui peut affaiblir la fiabilité du système d’adduction par synchronisation des usines de production. Pouvez-vous nous renseigner sur ce sujet ?

 

Nous avons aussi des interrogations quant à l’engagement sur la télé relevage des compteurs. La Nantaise s’engage elle sur le système allemand de radio relève alors que tous les autres opérateurs s’engageaient à la télé relève (plus complète et performante que la radio relève).

 

Il en est de même du positionnement de la Nantaise sur la question des branchements plomb qui a fait débat lors de la commission sur la prise en charge, ou non, des interventions sur la partie privée celle des usagers propriétaires. La Nantaise étant la seule, dans un premier temps, à ne pas prendre en charge la partie privative des terrains. Visiblement elle a changé d’avis pouvez-vous nous dire ce qui a motivé cette évolution ?

 

Sur le prix de l’eau. Aujourd’hui le prix de l’eau tel qu’il résulte de la note passera de 4,208 à 3,820 €/m3

La décomposition des parts sur lesquelles la ville peut agir se décompose comme suit :


La part du délégataire baisse de 19% ce qui était effectivement prévisible. La part de la ville diminue également passant de 0,4701 à 0,3059 indiqués dans les tableaux (ou 0,29 selon article du projet de délibération).

In fine le prix de l’eau pour un habitant baisse de 9,2%. C’est une bonne chose mais qui est loin de votre promesse de candidat d’une réduction de la facture de 25 %.

Une première étude réalisée par le cabinet Intégrale Environnement remise à la ville fin 2013 laissait apparaitre une baisse possible de la part du délégataire de 25%, or là, la baisse n’est que de 19%.

Les conditions d’actualisations des prix retenues dans ce contrat seront d’ailleurs à vérifier pour l’avenir.

Enfin et ce n’est pas la moindre des choses, la ville se tire une balle dans le pied dans la mesure où nous avions une capacité d’autofinancement importante : 1 300 000 € par an ramené à 800 000€ avec ce contrat.
Cette mécanique nous prive donc de 500 000 € d’une part directe de financement et d'une capacité de remboursement plus importante d’emprunt.

Or des  investissements sont à venir : Comme par exemple un nouveau forage en remplacement du forage du 4000, que nous avions prévu pour un investissement de 2 à 3 M €.

Et ce n’est pas avec 5000ml de conduites à remplacer en 10 ans prévu au contrat que l’on va significativement garantir la bonne gestion de nos réseaux, en lien avec le bas niveau actuel de fuites. (Voir rapport annuel délégataire sur le rendement du réseau). Pour garantir ce bon rendement il faut sérieusement intervenir sur le renouvellement du parc des conduites (voir éléments sur historique du patrimoine dans le rapport annuel du délégataire).

Il faut également terminer l’interconnexion des réseaux (feeder) pour la sécurisation de la distribution. Il faut également ajouter les risques de fermeture du forage du Thillay pour cause de pollution des sols. Donc il y a une vraie question sur la garantie au long terme de la production d’eau.


Cet affaiblissement de note capacité d’investissement nous inquiète car il est porteur de la perte de notre indépendance. Et si vous nous dites qu’il n’y a pas baisse de ces capacités, dites-nous alors qui va payer ce différentiel de 500 000 € ? Allez-vous emprunter pour maintenir le niveau des investissements ?

Nous sommes inquiets et nous pouvons redouter que dans quelques années la Nantaise devienne Lyonnaise ou Générale des eaux qui nous proposera le raccordement des réseaux de notre ville au réseau maillé de Roissy. Pour info, une eau pompée dans la Marne avec usine de traitement appartenant à Véolia.

Pour mémoire, rappelons également que la ville travaillait au printemps sur 15 kilomètres de canalisations à remplacer financées directement par la ville sur la base d’un contrat de 6 à 8 ans. Alors que dans l’offre Nantaise il n’y a que 5000ml en 10 ans. Sans précision des diamètres.

Autre problème. La Nantaise a dans son contrat l’obligation de changer 2630 branchements plomb. S’il n’y a pas relation directe entre les branchements et les conduites il y aura des travaux supplémentaires car les conduites seront tellement fragilisées qu’il y aura de la casse engendrée par ces opérations. Et notons que ces branchements vont finalement s’étaler sur dix ans alors que vous critiquiez le retard pris par la SAUR.

D’autre part, qu’en est-il des contrats de la ville avec les bureaux d'études et les services de l'Etat au sujet des périmètres de protection des puits de forage d'eau potable sachant que la protection des périmètres est obligatoire au risque de se voir fermer nos puits par l’ARS. Ce lourd travail piloté par Mr Philippe HOANG MONG était engagé depuis 2011.

Tous ces éléments indiquent qu’il est indispensable de préserver la capacité d'investissement de la ville car les effets retards de ce que vous nous proposez risquent de rendre l’addition très salée dans les années qui viennent.

Enfin, chers collègues, j’en termine en disant que nous ne sommes pas surpris du choix de la Nantaise puisque Mr Meignen l’avait proposé avant les élections lors d’une réunion, le 13 novembre 2013, de la commission pluraliste du conseil municipal que j’avais mise en place pour préparer ce renouvellement de DSP.

Pourtant à ce moment-là, vous ne pouviez pas être en possession des offres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2014

La sécurité publique, ne pourra pas se règler par l'apposition de grandes affiches, ni par des articles de complaisance.

Voitures_brûlées (5)

Le 7 novembre 2014, le Conseil Local de la Sécurité et de la Prévention de la Délinquance a été réuni. Surtout,ne pas penser que cette instance est une nouveauté, elle a été mise en place dans notre ville, au moment de la signature du premier contrat local de sécurité entre la ville et l’État, les signataires étaient Daniel Vaillant Ministre de l'Intérieur et Daniel Feurtet Député-Maire.

Ce contrat mettait en place la police de proximité, notre ville comptait alors 148 fonctionnaires de la police nationale. Des locaux avaient mis à la disposition de la police, à Floréal, aux 4 Tours. Tout cela a été supprimé, par Nicolas Sarkozy en septembre 2002, nous sommes passés de 148 policiers à une centaine, la gendarmerie a été fermée, la BAC regroupée à Bobigny, bref pendant dix ans sous la férule de l'UMP, notre ville, et surtout ses habitants, ont subi les conséquences de cette politique d'austérité. Politique irresponsable qui n'a pas été pour rien dans les événements d'octobre/novembre 2005. Où étaient-ils les élus UMP durant cette période, qu'ont-ils fait pour obtenir le retour du nombre de policiers nécessaires pour assurer la sécurité publique. Les réponses sont simples, ils n'étaient pas sur le terrain et ils n'ont rien fait.

Nous sommes injustes, ils ont passé leur temps à stigmatiser la municipalité.

Depuis avril 2014, changement de décor, changement de discours. Pour l'UMP plus de stigmatisation, plus de communiqué, le temps est venu d'envelopper de ténèbres la réalité Blanc-Mesniloise, en matière d'insécurité publique dormez braves gens tout va bien dans le meilleur des mondes.

Dans ce cadre, il est nécessaire d'indiquer que si l'on en croit les chiffres diffusés par la police nationale, la situation dans notre ville a connu une amélioration dans le courant des années précédant l'arrivée de la droite extrême à la tête de la municipalité. L'arrivée de la gauche au pouvoir d’État avait, il est vrai apporté une légère augmentation des effectifs au commissariat de notre commune où les effectifs sont passés, après dix années de disette UMP, à 128 policiers ce qui est loin du compte pour une ville de 52000 habitants, mais chacun conviendra que plus 28 c'est mieux que les moins 48 de Sarkozy.

Il faut noter que des actions ont permis à la police de faire une saisie record de stupéfiants près de 20kilos en 2012, résultat d'une initiative dans un quartier entre la municipalité et le préfet Lambert. Mais il n'en reste pas moins vrai que les vols avec effraction sont importants dans le centre ( le dernier la semaine dernière rue Victor Basch), que les vols avec violence sont endémiques sur l'avenue du 8 mai 1945 et que la vente illicite de cannabis reste à un niveau important.

A l'évidence la situation reste délicate, mais le travail en profondeur et les multiples initiatives mises en œuvre depuis de très longues années par le pôle tranquillité, en lien avec le Grajjar, le développement de l'accueil des Travaux d’intérêt général, l'aide aux victimes, l'accueil des femmes victimes de violences conjugales, la formation des fonctionnaires territoriaux à la médiation, les rencontres jeunes/policiers, contribuent à cette amélioration sensible résultat du travail de fond qui se fait depuis plus de dix ans dans notre commune quoi qu'en dise la droite extrême aujourd'hui. Sans oublier la mise en place des ASVP depuis 2009, la création de la police municipale le 19 décembre 2013 et la présence de 98 caméras de surveillance sur le territoire. Bref, la droite extrême commence à comprendre que les yaka, fokon, ne sont pas obligatoirement la meilleur réponse au développement de la sécurité, surtout après avoir cautionné les réductions massives de fonctionnaires de police su notre ville de 2002 à 2012.

Du cotés des bailleurs sociaux, ils notent la reprise de l'occupation des caves et halls. Cela nous amène à souligner des événements récents à Germain Dorel et la présence d'un stock de cocktails Molotov devant la MPT Notre Dame, l'incendie de 4 voitures cité Pasteur, l'arrestation d'un gang dans le secteur Casanova.

Ces faits soulignent la fragilité de la situation. Ils sont aussi autant de signaux que certains doivent comprendre mieux que nous. Les élections municipales en 2014, en Seine Saint Denis auraient permis que des liens parfois incestueux se nouent entre des candidats et des réseaux délinquants.

Nous devons avoir les yeux grands ouverts. La crise économique, sociale, politique et morale qui traverse notre pays, l'aggravation de la précarité, de la pauvreté, le très haut niveau de chômage se conjuguent avec ce que véhicule les médias, sur l'argent facile, le luxe, la fraude fiscale et autres paradis fiscaux qui se nourrissent de l'accroissement des inégalités. Voilà des terrains fertiles au développement d'une économie parallèle et bien enracinée qui, par certain coté, sert d'amortisseur pour masquer les conséquences et la profondeur de la crise, ce qui doit bien arranger les tenants des politiques d'austérité.

Mais tout cela brise les repères, les valeurs quand la surveillance d'un point de dealer, fait gagner plus d'argent en quelques heures, que de travailler sur chaîne 7 heures par jour, 35 heures par semaines, quand ce que l'on appelle «une nourrice» peut permettre à celle-ci ou à celui-là d'assurer les fins de mois ou de s'offrir quelques douceurs.Il y a urgence à mener un débat de fond sur l'état de notre société, car l'économie souterraine est une vraie gangrène, et peut conduire aux pires catastrophes, n'oublions jamais que les nazis ont utilisé les pires crapules pour terroriser les ouvriers et les employés qui n'acceptaient pas l'idéologie fasciste.

Nous ne sommes pas loin de cet état de décrépitude morale et politique qui porte en lui la violence de l'ultralibéralisme poussé à son paroxysme où la course à l accumulation des profits conduit à l'éradication de toutes les règles sociales, morales où la force violente règne en maître.

Comme vous le voyez, la question de la sécurité publique, ne peut pas se traiter sur un coin de table, elle soulève des questions politiques et sociétales d'une extrême importance. La société Française et Européenne, ne pourra différer encore longtemps, la nécessité d'un débat citoyen.

Certes, le moyen et long terme ne peuvent pas différer les réponses de cour terme. Comme sur beaucoup d'autres sujets concernant le vivre ensemble des Blanc-Mesniloises et des Blanc-Mesnilois, la droite extrême communique beaucoup pour masquer son manque de projet. Sur la question de la police municipale, comme cela est sa marque le maire et son conseiller spécial ont désavoué l'adjoint au maire et la conseillère municipale délégués à la sécurité. Les élus de la majorité, comme ceux de l'opposition ne sont pas respectés, sur la question de la sécurité publique la commission municipale n'est pas réunie. Résultat la police municipale va coûter beaucoup d'argent et ne pourra pas jouer son rôle.

Pour nous la police municipale doit être sur le terrain 24h/24, elle doit pouvoir répondre rapidement aux demandes des citoyens et pour cela il doit y avoir une équipe dans le Sud, dans le Nord et dans le Centre. Sans cette organisation de proximité elle ne pourra pas assumer son rôle de dissuasion et de prévention. Les photos à venir et les affiches, qui ne manqueront pas de fleurir, ne parviendront pas à changer en profondeur le climat d'insécurité.

Posté par Alainramos à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2014

EUROPA CITY: l'avenir du triangle de Gonesse, ne peut pas se décider en l'absence des élus de la Seine Saint Denis

des champs

LE CONSEIL D'ADMINISTRATION DE EPA PLAINE DE FRANCE REFUSE DE RECEVOIR LE COLLECTIF POUR LE TRIANGLE DE GONESSE ET DECIDE DE L'AVENIR EN L'ABSENCE DES ELUS DE SEINE SAINT DENIS


COMMUNIQUE DE PRESSE DU 24 NOVEMBRE 2014


Le conseil d’administration de l’Établissement public d’aménagement (EPA) Plaine de France réuni le 14 novembre 2014 avait à son ordre du jour l’aménagement du Triangle de Gonesse.


Par courrier en date du 10 novembre 2014, le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) a demandé au président de l’EPA Plaine de France, le secrétaire général de la préfecture de région Laurent Fiscus, de recevoir une délégation lors de cette réunion.


Non seulement il a refusé d’entendre notre délégation lors de la séance, mais à ce jour notre courrier est resté sans réponse. La demande faite par des élus régionaux de reporter le débat sur le Triangle de Gonesse, dans l’attente du débat public, a été également refusée. C’est donc en l’absence des élus de Seine-Saint-Denis et avec le vote "contre" de trois conseillers régionaux (dont deux vice-présidents du conseil régional), que le conseil d'administration de l’EPA Plaine de France a approuvé le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse avec le centre commercial et de loisirs, EuropaCity.


Tout semble parfait pour l’EPA Plaine de France. Alors que la date du débat public, décidé par la commission nationale du débat public, n’est même pas connue, c’est en toute légalité que le directeur de l’EPA pourra faire la promotion du centre commercial et de loisirs aux côtés ou à la place du directeur d’EuropaCity, mais avec quelle légitimité ?


Ce nouvel épisode du devenir du Triangle de Gonesse illustre le processus de recentralisation de l'aménagement de l'Île-de-France ignorant l'intérêt légitime des populations et disposant sans débat d’un bien commun du territoire au profit d’intérêts privés. Cet avatar intervient au moment où le premier ministre Manuel Valls annonce l'accélération du calendrier de la ligne 17 du Grand Paris Express au nom de "la croissance" et promet à Gonesse un "quartier d'affaires" et un centre commercial et de loisirs géant alors que l'immobilier de bureau et commercial sont en plein marasme en Île-de-France 1.
Aux États-Unis, les banques ont été accusées d'être responsables de la crise des subprimes; en Île-de-France, l'État veut-il être tenu pour responsable de l’aggravation de la bulle de l'immobilier de bureau et commercial ?
__________________________
1 4,4 millions de m2 de bureaux sont vacants en Île-de-France. Et les grandes surfaces en France voient chaque année diminuer leur chiffre d’affaires de -1,7%, leur rendement au m2 de -2,4%.

Posté par Alainramos à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2014

Tribune des élus du Blanc-Mesnil au Coeur, dans le journal municipal.

l'eau un droit humain

Le contrat de la Saur arrivant à échéance, l'eau sera à partir du 1° janvier distribuée par la Nantaise des eaux, filiale à 100% de la société allemande Gelsenwasser. Nous ne partageons pas ce choix et l'exprimerons lors du Conseil Municipal du 26 novembre 2014.

L'accès à l'eau est un droit. L'eau est un bien commun qui ne doit pas servir à distribuer des dividendes. Nous défendons l'idée que l'eau doit être distribuée par une régie publique. Cela permettrait un développement des investissements pour moderniser les infrastructures et de réduire le prix du mètre cube d'eau consommée. Nous rappelons que ce choix a été celui de Paris.

L'enjeu est important et méritait au moins un large débat public comme nous nous étions engagés à le faire. Les études indiquaient la possibilité d'aller vers une régie publique, car les conditions existent au Blanc-Mesnil pour le faire. L'UMP étant opposée pour des raisons purement idéologiques à cette possibilité, le choix n'a même pas été discuté, sauf celui d'avoir à choisir entre 2 multinationales de l'eau. Mais, même ce choix n'a pas été possible puisque la Nantaise des Eaux/Gelsenwasser était curieusement l'option que défendait déjà M Meignen depuis novembre 2013.

Les conditions de travail de la commission ad hoc, n'ont pas permis aux conseillers municipaux d'étudier de manière approfondie les propositions.Ces pratiques ne se conjuguent pas avec la démocratie et la transparence.

Les informations économiques qui circulent sur la Nantaise des Eaux/Gelsenwasser, ne sont pas rassurantes sur ses capacités à gérer ce contrat.

Certes, nous sommes membres de l'UE, mais ce choix parait troublant et incongru de la part de l'UMP et ne prend pas en compte l’intérêt national,alors que durant de la campagne, elle affirmait «vouloir privilégier les entreprises Blanc-Mesniloises».

Un nouvel engagement qui ne sera donc pas respecté. Rappelez-vous de la promesse:«Nous baisserons le prix de l'eau de 25%». Nous ne manquerons pas de rappeler les engagements pris sur ce dossier et son coût au final.

Nous contacter:blancmesnilaucoeur@gmail.com

Posté par Alainramos à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le CORIGAT: sera lundi 24 novembre 2014 à partir de 9h devant la mairie du Bourget, pour amplifier la mobilisation citoyenne

accident 1

accident 4

 

 

 

 

 

 

Un nouvel accident à la gare de triage de Drancy, Le Bourget et le Blanc-Mesnil, cela devient récurrant et cela devient deplus en plus inacceptable.

Deouis 18 mois, le Collectif des Riverains de la Gare de Triage, le CORIGAT, est la seule association citoyenne, libre et autonome à exiger: l'arret du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage, 15000 wagons par an, dont 400 de chlore et 400 de déchèts nucléaires.

Le Corigat sera devant la mairie du Bourget, le lundi 24 novembre 2014 à partir de 9H, poursuivre son action d'information et de mobilisation.

Il y a urgence, les exigiences du CORIGAT doivent etre entendu, il en va de la sécurité publique.

 

Posté par Alainramos à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Concert BERLIOZ, le 21 novembre 2014, au Forum/Scène conventionnée, avec l'orhestre les SIECLES et la soprano A.C.Antonacci

L'orchestre les siécles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'orchestre les SIECLES, avec la soprano Anna Catarina Antonacci, donneront un concert Berlioz, Nuits d'été et la symphonie fantastique, au Forun/scène conventionnée vendredi 21 novembre 2014 à 20h30.

Soprano

L'orchestre les SIECLES est artiste en résidence au Forum/Scène conventionnée du Blanc-Mesnil, avec le soutien du Conseil Général de Seine Saint Denis.

L'orchestre les SIECLES intervient régulièrement dans les Hauts de Seine, avec le soutien du Conseil Général de ce département et de la ville de Nanterre.

Voilà, de quoi seront privés les Blanc-Mesniloises et les Blanc-Mesnilois à partir du premier janvier 2015, par la scandaleuse décision prise la majorité UMP/UDI, lors du conseil municipal du 13 novembre 2014.

Ce qui est qualifié d'éliste par le maire et son conseiller spécial, semble convenir au Président UMP des Hauts de Seine.

NOUS VOUS APPELONS A PARTICIPER TRES NOMBREUX, LE PREMIER DECEMBRE 2014, A 18H30 AU RASSEMBLEMENT ORGANISE PAR LE FORUM, POUR DIRE VOTRE OPPOSITION A LA SCANDALEUSE DECISION DE LA DROITE EXTREME, QUI EST UNE INSULTE A L'NTELLIGENCE DES BLANC-MESNILOISES ET DES BLANC-MESNILOIS.

Aubrac lucie résister

Posté par Alainramos à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2014

RASSEMBLEMENT AU FORUM LE 1°DECEMBRE 2014 A 18H30.

 

Forum

Madame, Monsieur,

Vous le savez sûrement, le maire du Blanc-Mesnil a fait voter par son Conseil Municipal la fin du conventionnement du Forum, donc sa fermeture en tant que Scène conventionnée.

C'est un projet de quinze années qui est ainsi rayé de la carte, pour des «motifs» qui peuvent se résumer par: trop élitiste, trop éloigné des habitants de Blanc-Mesnil.

Et ce, sans tenir compte de la réalité de notre ancrage territorial ni du pourcentage de fréquentation important (70%du public) par les Blanc-Mesnilois.

Nous sommes condamnés, sans avoir pu nous défendre, sur la base de préjugés et de fantasmes.

Nous vous proposons de nous retrouver le:

LUNDI 1°DECEMBRE A 18H30 AU FORUM.

Pour rendre justice à ce qui a été fait ici au fil de ces dernières années.

Pour rendre justice aux spectateurs, aux partenaires, aux artistes, aux salariés du Forum, à tous ceux qui n'ont ménagé ni leur temps ni leur enthousiasme pour qu'existe ce lieu de rencontre entre l'art d'aujourd'hui et toute la population d'une ville de Seine-Saint-Denis.

Nous ne pouvons laisser disparaître le Forum dans le silence.

Nous vous attendons nombreux pour ce moment d'échanges autour de l'expérience singulière et forte qui a été menée ici.

Xavier CROCI

Directeur du Forum/Scène conventionnée de Blanc-Mesnil.

 

LE FORUM

1/5, place de la Libération-93150 le Blanc-Mesnil

01/48/14/22/00

Posté par Alainramos à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2014

Conseil municipal du 13 novembre 2014:bizarre, désolant, affligeant, consternant, scandaleux, honteux!!

 

Corée du nord

Bizarre, désolant, affligeant, consternant, scandaleux, honteux tels sont les qualificatifs qui viennent immédiatement à l'esprit pour évoquer le conseil municipal du 13 novembre 2014.

Honteux, cette pratique qui consiste à faire la salle avec des militants UMP, y compris ceux de Dugny, en les faisant entrer dans la salle du conseil municipal, avant d'ouvrir les portes au Blanc-Mesnilois.

Bizarre, la demande d'une minute de silence pour un fonctionnaire, son nom n'est pas prononcé, sa qualification et son poste sont passés sous silence. Bien entendu nous qui le connaissions nous avons tous une pensée ému, pour ce cadre compétent, ardent défenseur du service public et de l’intérêt général et pour sa famille. Mais, le public nombreux et respectueux a du avoir bien des interrogations. Il a sûrement compris que la mort de ce fonctionnaire devait avoir quelque chose d'exceptionnelle. Mais, il n'en sera rien.

Bizarre, cette intervention d'un conseiller municipal de la majorité municipal devenu lors de cette séance, un ex adjoint au maire. Il avait été le président du comité de soutien de la liste de droite extrême, très lié aux «représentants des quartiers populaires» et voilà qu'au bout de 200 jours de mandat partagés avec la majorité, il s'aperçoit que ses valeurs humanistes, ne sont pas celles de la majorité de ses colistiers. Affligeant d'entendre les raisons de son éviction, elles ne sont plus les mêmes que celles que nous avions pu lire dans l'édito du journal municipal. Décidément les mensonges et les manipulations semblent être le vecteur essentiel de cette majorité. Bref, l'éviction n' a rien à voir avec la gestion municipale, mais, elle est exclusivement le résultat d'une guerre picrocholine aux remugles uniquement politiciens.

Mais cette guerre picrocholine nous confirme, par la voix d'un ex adjoint au maire, ce que nous dénoncions depuis plusieurs mois, il règne au sein de l’hôtel de ville et dans l'ensemble des services municipaux des rapports sociaux d'une rare brutalité et d'une violence insupportable. Tout cela n'est pas sans conséquence sur la situation sanitaire des personnels qui est extrêmement dégradée.

Jean Ferrat - Ma France

player" width="480" height="270">

Affligeante la décision prise de ne pas signer la convention scène nationale pour le Forum. Les arguments utilisés pour justifier ce choix ne sont que mépris vis à vis de l'ensemble des Blanc-Mesnilois et une insulte à leur intelligence.

Une nouvelle fois le mensonge est à la base de l'argumentation de la majorité municipale. En effet, elle parle de convention contraignante, comment peut-elle parler de contrainte puisqu'elle a, depuis juillet 2014,  refusée d'engager des négociations qui lui auraient permis d'intégrer des éléments de programmation de son choix. Les conséquences de ce choix vont faire perdre à notre commune près d'1000 000€ de subventions par an et pendant 3 ans.

La réalité c'est qu'en bonne ultra libérale, la majorité n'accepte aucune contrainte surtout qu'en celles-ci pourraient l’empêcher de traiter avec ses amis et les entreprises de spectacles qui lui sont proches. Il s'agit aussi pour elle de politiser la programmation culturelle et de faire, à l'instar du PDG de TF1, libérer des espaces de cerveau pour Coca Cola.

Si la majorité municipale fait ici la démonstration de casser ce qui existe, elle refuse de nous présenter son projet culturel. Si celui-ci était présentable nul doute qu'elle se ferait un plaisir de nous le présenter. Les grandes affiches qu'elle appose ne sont en rien les bases d'un véritable projet culturel. Pour justifier son silence, elle dit qu'elle préserve le cinéma et le Deux Pièces Cuisine. Mais nous connaissons par cœur la stratégie des casseurs, aujourd'hui elle attaque le Forum, une fois ce dossier clos , elle mettra en route la remise en cause du Daquin et après demain elle organisera la déstabilisation du Deux Pièces Cuisine.

Pour une conclusion provisoire sur ce dossier, nous tenons à souligner les contradictions du discours de la majorité municipale. Pour les élèves de nos lycées elle souhaite l'excellence et l'élitisme républicain, pour nos sportifs elle souhaite l'excellence et l'élitisme sportif et paradoxalement en ce qui concerne l'accès de tous à la culture, elle prône exactement le contraire. Il serait intéressant qu'elle puisse nous expliquer les fondements de cette curieuse contradiction.

"Jaures" - Zebda - 2009

Bizarre ce conseil municipal, pour justifier l'éviction d'un des adjoints de la majorité, celle-ci a développé son ambition de réhabiliter les Centres Municipaux de Santé. Fort de cette louable ambition de la majorité municipale, les élus Le Blanc-Mesnil au Cœur ont proposé que cette belle ambition soit confirmée par le vote d'un vœu du Conseil Municipal. Voici le texte de ce vœu pour une politique locale de santé:

«Depuis plusieurs décennies, la ville du Blanc-Mesnil a toujours agi pour favoriser l'accès aux soins pour tous et toutes. Notre ville a toujours fait le choix de la solidarité et s'est engagée dans les actions pour préserver et développer cette grande conquête, issue du Conseil National de la Résistance, qu’est la Sécurité Sociale. Le Blanc-Mesnil a été de tous les combats pour empêcher la marchandisation du droit à la santé et son corollaire, le démantèlement de la protection sociale.

Ces choix politiques ont abouti notamment à la création des centres municipaux de santé Rouquès et Lamaze, ainsi que de nos centres de protection maternelle et infantile.

Pour la poursuite de ces objectifs d’égalité d’accès à un droit fondamental, les centres municipaux de santé jouent, là où ils existent, un rôle essentiel qu’il s’agit de consolider et de développer.

Au Blanc-Mesnil, c’est plus de 17000 patients qui y ont été accueillis en 2013, répondant à la forte demande d’accès aux soins d’un grand nombre de Blanc-Mesniloises et de Blanc-Mesnilois. Consultations dans de nombreuses spécialités médicales et paramédicales, équipements radiographiques rénovés et mammographie de dernière génération, prévention bucco-dentaire chez les enfants, lutte contre les addictions, etc. sont autant d’atouts d’une politique locale de santé largement reconnue par les autorités sanitaires régionales.

Depuis de nombreuses années, les politiques libérales et d’austérité qui visent à placer la protection sociale et notre système public de santé sous la coupe des marchés financiers et de la rentabilité financière mettent à mal un acquis majeur de notre République.

Face à cette situation qui éloigne chaque jour davantage des citoyens de l’accès aux soins, particulièrement les plus fragiles d’entre eux, le conseil municipal du Blanc-Mesnil s’engage:

À défendre, poursuivre, et développer les choix et les orientations solidaires, en matière sanitaire et de prévention, des municipalités précédentes.

  • Poursuivre les investissements nécessaires aux équipements de santé de la ville.

  • A poursuivre l’action pour exiger de la croix rouge et de l’ARS la réouverture du centre de santé St Charles.

  • A poursuivre l’action pour obtenir les financements nécessaires à la réhabilitation de l’EHPAD Gaston Monmousseau et à la construction du 2ème EHPAD prévu dans la ZAC Eiffel et particulièrement destiné à la prise en charge de la maladie d’Alzheimer.»

Que croyez-vous qu'il se passa et bien sans surprise la majorité municipale, n'a pas participé au vote?

En clair, il y a le discours, les éditos, mais quand il s'agit de s'engager publiquement par un vote sur une analyse et des propositions précises et concrètes, la majorité municipale se dérobe. En agissant ainsi elle ôte tout crédit à sa parole. Ce n'est pas une surprise, nous avions déjà compris lorsque nous avons su qu'elle ne tiendrait pas sa parole sur la cantine scolaire gratuite pour tous.Oui, décidément du début à la fin ce conseil municipal a été bizarre, désolant, affligeant, scandaleux honteux, une vraie caricature de la démocratie représentative, un déni de la démocratie.

 

 

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2014

Participez, nombreux au rassemblement organisé, par Le Blanc-Mesnil au coeur, le 13 novembre 2014 à 18h devant la mairie

 

Manif_bourse8

Le conseil municipal du 13 novembre 2014, au Blanc-Mesnil, va clore les 200 premiers jours du mandat de la droite extrême. Les élus du groupe Le Blanc-Mesnil au cœur, appellent les Blanc-Mesniloises et les Blanc-Mesnilois à se rassembler sur la place Gabriel Péri à partir de 18h, RASSEMBLEMENT POUR LA DEMOCRATIE. Nous vous invitons à y participer massivement. Celles et ceux qui sont attentifs entendent le bruit sourd de la ville que l'on enchaîne. Ils savent,que l’hôtel de ville est devenu le champs clos de guerres picrocholines entre factions de la majorité, expression de l’amertume de celles et ceux qui ont été les dupes des promesses de l'UMP. Comme l'exprime Monsieur Billel OUADAH qui présente«ses milles et un regrets au peuple Blanc-Mesnilois d'avoir contribué à la victoire d'un homme qui a trahi notre confiance, qui a failli à ses engagements et qui démontre chaque jour qu'il ne partage pas nos valeurs humanistes»

Et oui, le conseil municipal du 13 novembre 2014 signera la fin des illusions pour celles et ceux qui ont pu croire un moment que l'UMP allait changer la vie dans les quartiers populaires. Nous les invitons à être attentif aux illusions nouvelles du type «bonnet blanc et blanc bonnet» que pourraient créer, la situation qui sera tranchée lors du prochain conseil.

Mais ce conseil sera aussi le moment de constater, le rappel à l'ordre de la préfecture sur un certain nombres de décisions, la poursuite de la déstabilisation du service public, qui passera par la mise en place de choix qui permettront une précarisation accrue des emplois corollaire du harcèlement moral qui est le mode de management qui est en place depuis avril 2014. Management fait de perversité, de manipulations diverses aux conséquences dramatiques qu'ont mis en exergue la réunion du personnel le 4 novembre 2014. La mise en place d'une marchandisation de l'accès à la culture qui pourrait conduire à des conflits d’intérêts.

Nous reviendrons plus longuement sur le dossier de l'eau, qui va faire l'objet d'un conseil municipal le 26 novembre 2014.

En ce qui nous concerne, nous étions sans illusion sur la politique qui serait mise en place par la droite extrême. Il aura fallu 200 jours pour ouvrir les yeux de celles et ceux qui ont cru aux promesses démagogiques. Aujourd'hui le temps est à la construction d'une alternative qui doit s'appuyer sur un arc citoyen le plus large possible. Cette construction passe par une phase de dialogue approfondi et sans concession de toutes celles et tous ceux qui partagent les valeurs qui fondent le contrat social de la République. Cette construction passe par l'élaboration dans la transparence et la démocratie d'un projet porteur d'une alternative de transformation sociale, devant permettre à tous les Blanc-Mesniloises et les Blanc-Mesnilois de maîtriser leur devenir et de donner un avenir à leurs enfants.

Folio du Blanc-Mesnil est disponible pour contribuer au succès de cette proposition

Posté par Alainramos à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »