FOLIO DU BLANC-MESNIL

07 juillet 2015

LE DOSSIER SUR LA DANGEROSITE DE LA GARE DE TRIAGE N'EST PAS ENCORE REGLE, RESTONS PLUS QUE JAMAIS MOBILISE!

wagons_acides_sulfuriques

En une semaine, nous avons connu pas moins de trois accidents mettant en cause le transport de matières dangereuses et toxiques par des trains. Un Bayonne mettant en cause un wagon de 55 tonnes d'acide nitrique, un autre au USA faisant au moins 7 blessés, là il s'agissait de cyanure de vinyle, le dernier dimanche 5 juillet 2015 sur la gare de triage de Drancy/Le Blanc-Mesnil, un wagon de gaz isabuthène, tamponne fortement un wagon qui avait déraillé.

Une nouvelle fois, le pire ne s'est pas produit. Mais, le risque d'une véritable catastrophe devient à chaque fois plus probable.

Depuis sa constitution, l'association des riverains de la gare de triage met en garde sur le risque que constitue la présence annuelle sur ce site de 15000 wagons transportant des matières dangereuses et toxiques, dont 400 wagons de chlore et plus de 300 wagons de déchets nucléaires. Une fuite de chlore est létale jusqu'à 2600 mètres, l'ensemble des habitants du Bourget, de Drancy et du Blanc-Mesnil serait atteint.

Par avance, il va de soi qu'en cas d'accident, ce que nous ne souhaitons pas, nous refuserons l'argument de la fatalité.

Folio considère, que la SNCF, RFF, l'ensemble des administrations jouent à la roulette russe avec la vie de 180000 habitants et cela n'est plus admissible.

En décembre 2014, le Tribunal Administratif de Montreuil a annulé l'arrêté du 6 mars 2013, considérant que les études de dangerosité effectuées par la SNCF et RFF avaient sous estimé les dangers potentiels, feu en nappe, effet domino.

La logique de cette décision, la sous évaluation des dangers potentiels, ne pouvait en aucun cas conduire à la disparition du périmètre de sécurité de 620 mètres et de la mesure d'inconstruabilité. D'ailleurs il n'existe aucun document officiel indiquant sa suppression comme nous le confirme les déclarations du Préfet de Seine-Saint-Denis et de Jc Lagarde député maire de Drancy. Cela est aussi confirmé par les agences immobilières qui sont toujours tenues d'informer les acheteurs qui acquièrent un bien dans le périmètre de 620 mètres.

Il n'y a qu'au Blanc-Mesnil que les propos irresponsables sur la suppression de l'inconstruabilité ont été tenus. Propos irresponsables et politiciens pour gagner quelques voix et tenter de casser la mobilisation citoyenne. Dans ce cadre, nous ne pouvons que nous interroger dans quelles conditions ont pu être attribuées des permis de construire durant cette période.

Les mêmes qui n'avaient pas de mots assez durs, pour fustiger les positions de la municipalité de gauche ont bien vite renoncer à leurs promesses électoralies de mars 2014 et sont bien silencieux sur l'exigence de l'arrêt du transit et du stationnement des wagons dangereux .

Folio, pour sa part n'a jamais changer de position il demande:l'arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage.

Cette exigence est d'autant plus forte que l'incident du 5 juillet 2015 a souligné l'incapacité des services publics étatiques, municipaux, police nationale et municipale de gérer une situation de crise. Aux appels des citoyens pas ou peu de réponses et elles sont contradictoires. Cette situation n'est plus acceptable. D'autant moins acceptable que par exemple une adjointe au maire se contente des explications officielles soulignant ainsi sa méconnaissance du dossier et des conclusions sur la dangerosité du site exprimées par le tribunal administratif de Montreuil.

Le dimanche 5 juillet 2015, seule la vigilance et la présence des riverains organisés ont permis aux habitants d'avoir des informations précises permettant ainsi de comprendre les enjeux .

Le dimanche 5 juillet 2015 démontre la nécessité de rester mobiliser à très haut niveau. Celles et ceux qui depuis janvier 2015 répandent des fausses informations font le jeu de ceux qui proposent des solutions qui n'en sont pas et qui n'assureront pas la sécurité sanitaire et publique des 180000 habitants des villes concernées par la présence de 15000 wagons transportant des matières dangereuses et toxiques au cœur de leur territoire.

Le dossier de la dangerosité de la gare de triage de Drancy/Le Blanc-Mesnil n'est pas encore réglé, celles et ceux qui vous disent le contraire vous mentent et vous manipulent.

Nous remercions celles et ceux qui dimanche 5 juillet 2015 ont consacré leur temps, leurs engagements et leurs compétences militantes permettant ainsi que ce nouvel incident, ne soit pas enveloppé de ténèbres.

La vigilance et la mobilisation sont une obligation, d'autant plus que les promoteurs immobilier sont en embuscades pour faire prévaloir leurs intérêts, qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général. Ce n'est pas hasard si d'aucun vous ont parlé de la levée du périmètre de 620 mètres, ils se sont engagés dans la révision du PLU et ils ne souhaitent que cette question mobilise les citoyens.

Folio, comme à son habitude vous donnera l'ensemble des informations nécessaires pour que chacun puisse participer à la construction d'une ville où la sécurité sanitaire et publique sera la règle.

Posté par Alainramos à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2015

Bourse du travail : demande d'un droit de réponse

img099

Posté par Alainramos à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2015

Ils sont gonflés les grecs, non seulement ils ont inventé la démocratie, mais en plus maintenant, ils veulent s'en servir!

 

peuple_grec

Les jours qui viennent seront décisifs, pour le vivre ensemble dans l'UE. La techno structure de l'UE et l'ensemble des gouvernements de l'Euro-Groupe sont en train de nous dire très clairement que la démocratie n'est pas et plus compatible avec les choix de l'oligarchie financière.

La volonté de mettre à genou le gouvernement grec n' a rien avoir avec les questions financières, ni avec la nécessité d'obtenir de sa part le remboursement de 1,6 milliards d'euros. Il s'agit avant tout de maintenir l'ensemble du peuple grec dans un état de précarité scandaleux et surtout d'envoyer à l'ensemble du peuple européen un message très clair, les politiques d'austérité ne sont pas négociables et il est hors de question que vous puissiez penser que la démocratie soit un outil pour faire changer cette politique.

Voilà, un gouvernement, le gouvernement grec qui a été élu sur une orientation claire qui la prétention d'appliquer son programme, voilà qui est inacceptable pour l'oligarchie financière.

Quels sont les portes paroles de l'oligarchie financière, Juncker ancien premier ministre du Luxembourg qui a fait de sont pays un paradis fiscal, Lagarde, qui ne paie pas d'impôt et est mouillée jusqu'au cou dans l'affaire Tapie, Drahgi, président de la BCE, était le salarié de la banque qui à organiser l'endettement faramineux. de la Grèce. Comment peut-on accepter que ces personnages aussi peut recommandable puissent imposer le remboursement d'une dette dont ils sont les uniques responsables.

L'UE et les gouvernements des pays qui la composent, ne poursuivent qu'un seul et unique objectif, briser le contrat social, faire baisser le pouvoir d'achat en maintenant un haut niveau de chômage, déstabiliser les systèmes de sécurité sociale, pour les transférer vers les assurances privées pour décupler la spéculation financière, au détriment des retraités et des investissements productifs.

Ce qui se passe aujourd'hui dans l'UE est un immense enjeu, pour acculer la Grèce au désespoir, maintenir les grecs dans un état de pauvreté insupportable, sera une catastrophe sociale, économique pour tout le peuple européen.

Soutenir la lutte du peuple grec et son gouvernement, n'est pas une action romantique c'est exprimer de manière très puissante que la démocratie qui s'exprime librement n'est pas négociable.

La démocratie ne peut pas être uniquement là pour entériner les choix effectués par l'oligarchie financière. Si la règle essentielle qui a rassemblé le peuple européen est bafouée, mise à mal, il ne peut plus avoir d'Europe.

La crise qui ravage aujourd'hui l'UE ce sont les politiques d'austérité qui sont imposées au peuple contre sa volonté. Cette politique loin d'enrayer les déficits les aggrave, tue la croissance, développe le chômage de masse, aggrave les inégalités uniquement pour enrichir une minorité de plus en plus restreinte.

Alors, que la démocratie va s'exprimer dimanche 5 juillet 2015, l'oligarchie financière met en en œuvre des moyen colossaux, pour faire peur et organiser la panique. Tout cela n'est plus acceptable, le peuple européen doit dire stop à ce véritable coup d'état contre la démocratie .

Une nouvelle fois, la sociale démocratie se couche devant les oukases de l'oligarchie financière. Il est loin le temps où au Bourget elle proclamait que son ennemi était la finance mondialisée. Le gouvernement de notre pays a choisi son camp ce n'est plus celui des salariés, des retraités et des travailleurs pauvres. Tout cela rappelle malheureusement juillet 1936, lors du coup d'état fasciste de Franco contre la République espagnole, la sociale démocratie avait cédé aux injonctions de la City de Londres. Ce recul face à ceux qui combattaient déjà la démocratie, à permis au fascisme d'embrasser le monde.

L'UE est devenue un vaste jeu de Monopoly qui n'a plus rien à voir avec les valeurs du traité de Rome . Sans respect de la démocratie, l'Union Européenne n'existe plus, car loin d'apporter la paix et le bonheur, elle produit des antagonismes, des égoïsmes qui ne peuvent que conduire à des catastrophes dont seul le peuple européen sera la victime.

Nous refusons d'être les jouets de l'oligarchie financière et de sa nomenklatura qui la sert. Ils veulent des citoyens sans âme, pour mieux les assouvir en les rendant consentants.

Soutenir le peuple grec, c'est agir contre les politiques d'austérité exigées par l'oligarchie financières, mise en œuvre par les technocrates de Bruxelles avec le soutien des gouvernements de l'ensemble des pays de l'UE.

Soutenir le peuple grec, c'est vouloir vivre ensemble, c'est vouloir vivre mieux ensemble, c'est vouloir par la démocratie maîtriser notre devenir et donner un bel avenir à nos enfants.

Posté par Alainramos à 21:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 juin 2015

Les élus de gauche du Blanc-Mesnil présents au rassemblement du 27 juin 2015, pour dire NON A EUROPA CITY

Non a europa city

Hier, le Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG) a réussi son rassemblement dans le parc Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois Bois. Cette initiative s'est conclue par le déploiement humain affirmant «NON A EUROPA CITY» la mise en place a été laborieuse, mais nous espérons que ce vivant Non à Europa-City fera un excellent support pour amplifier les mobilisations citoyennes nécessaires. Si l'on juge par les coups de klaxon et les applaudissements des automobilistes qui ont ponctué ce déploiement, nous commençons à percevoir que cet objectif commence à s’enraciner au cœur de la population.Mais le chemin va être encore long, pour empêcher la destruction des terres agricoles, pour empêcher l'installation d'un centre commercial de 500 boutiques entre Aéroville et O'Parinor.

Il va encore en falloir des rassemblements et des manifestations pour empêcher la techno structure étatique de EPA plaine de France, de prendre ses décisions contre l'avis des citoyens en organisant leur exclusion des cercles ténébreux des prises de décisions.

Il va en falloir des réunions, des rencontres, des pétitions pour convaincre les élus du caractère manipulatoire et mensonger des promesses démagogiques de la création de plusieurs milliers d'emplois.

Le CPTG est un outil de lutte au long cours, sa détermination est sans faille et le sérieux de ses propositions lui permet le rassemblement le plus large.

Hier, les élus de gauche «Blanc-Mesnil au Cœur» étaient les plus présents. Ce n'est pas étonnant de la part d'élus qui depuis 2012 agissent concrètement dans leur ville pour mobiliser autour du NON A EUROPA CITY. Il faut rappeler que notre commune a été la première à prendre publiquement une position contre ce projet. Il faut rappeler qu'à ce jour est elle la seule à avoir à trois reprises réaffirmé cette position. Il faut rappeler qu'à chaque fois l'initiative venait des élus de gauche.

Il faut dire aussi que sur cette prise position la droite extrême du Blanc-Mesnil s'est abstenue 2 fois courageusement. Dans ce cadre, il est particulièrement désagréable et scandaleux que le journal municipal sur ce dossier fasse ou tente de faire croire que la prise position du Blanc-Mesnil soit le fait unique des décisions de la droite extrême depuis avril 2014. Même, si nous sommes heureux d'avoir convaincu la droite extrême des positions que nous défendons depuis avril 2012, ici, nous condamnons ce type de manipulation.

Si nous évoquons ,cela, c'est qui hier deux élus LR qui devaient prendre la parole se sont fait remarquer par leur absence. Dans ces deux élus absents il y avait Thierry Meignen. Ce faux pas en dit long sur la qualité de son engagement contre ce projet. Il est vrai aussi qu'il va devoir gérer les contradictions de son organisation politique. Pour notre part nous n'avons pas oublié , l'engagement pour EUROPA CITY de Valérie Précesse et nous connaissons aussi les liens forts de Thierry Meignen avec la candidate LR aux élections régionales, alors que choisira-t-il Valérie Précesse ou son engagement pour dire NON A EUROPA-CITY.

Pour notre part, pas de contradiction, nous ne devons rien aux capitalistes qu'ils veulent faire du fric en détruisant les terres agricoles et en organisant la désertification de nos villes et les élections régionales seront indicatives.

Voilà, pourquoi nous sommes heureux, qu'au rassemblement organisé par le CPTG pour dire NON A EUROPA-CITY, que la voix des opposants Blanc-Mesnilois à ce projet ait été portée par un élu de gauche de notre commune Hervé Bramy.

Certains vont reprocher à Folio de cliver alors que le rassemblement est en bonne voie. Mais nous sommes de ceux qui pensent que la victoire sur ce dossier doit se faire sur des bases claires et des engagements et des soutiens fiables. Dans ce cadre dire les faits est la bonne voie pour réussir. Nous savons d'expérience que certains peuvent prendre des positions sur un dossier qui mobilise les citoyens, pour mieux l'étouffer et faire le jeu de ceux qu'ils prétendent combattre.

Posté par Alainramos à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2015

Ce que le maire va annoncer ,ce soir 26 juin 2015, lors du Conseil d'école, JB. Clément.

 

bétonnière

Ce soir, monsieur le maire participera au conseil d'école JB.Clément. Cette participation est le résultat des informations publiques que nous avons diffusées autour du projet destruction/reconstruction du groupe scolaire JB.Clément/Paul Langevin. Ce projet s'inscrit dans la campagne de bétonnage du Blanc-Mesnil de la majorité de droite extrême qui en la matière fait exactement le contraire de ce qu'elle a promis pendant les élections municipales de 2014.

Ce soir, le maire dira que cela est le résultat de l'implantation de la gare du réseau de métro automatique régional, car lorsqu'il y a un peu de difficulté sur un dossier, il se défausse, sur des hypothétiques responsables qui ne sont pas là pour se défendre.

Bref, sur l'assiette foncière de 10000 mètres carrés la promotion immobilière avec l'appui de la municipalité de droite extrême va construire quelques 250 logements de belle facture. Pour mener à bien, cette opération de bétonnage du quartier, la ville va céder le terrain à un prix défiant toute concurrence, pour le plus grand bonheur du promoteur immobilier.

Alors ce soir le maire va annoncer que la reconstruction du groupe scolaire sera pris en charge par la promotion immobilière. Avant de faire cocorico attendre, le bilan financier de l'opération destruction/reconstruction achevée. Surtout ne pas oublier et ne pas ignorer le terrain pour accueillir les nouvelles écoles appartient à la collectivité territoriale. Donc le coût nul pour la commune n'est pas une réalité.

L'autre annonce sera de présenter un projet clé en mains et d'affirmer que les futures écoles seront superbes, la belle affaire. Mais il sera intéressant d'entendre sur quelles bases de démographie scolaire ce projet clé en main va être bâti. D'autant la multiplication des projets immobiliers sera porteuse d'un accroissement important du nombre d'enfants. Cette présentation hasardeuse, nous semble plus faite pour essayer d'éteindre les légitimes questions autour de ce projet, que de présenter un véritable projet pédagogique pour la moitié du XXI° siècle. Donc peut être beaucoup de fumée.

Il fut un temps dans cette commune, où l'on ne confondait pas communication et action, où la communauté scolaire parents d'élèves et enseignants était associée à la conception de l'école en liaison étroite avec l'architecte. L'agrandissement de deux écoles maternelles, la construction de l'école maternelle des Poètes ont été le résultat d'une intense concertation, qui a permis par exemple d’adjoindre pour deux classes une salle de motricité c'était un temps où la concertation permettait d'avancer et de construire ensemble, certes, tout n'était parfait, mais il y avait du respect.

Les enfants qui fréquenteront la future école maternelle auront-ils comme ceux qui la fréquentent aujourd'hui un aussi grand et bel espace vert à leur disposition. Il sera aussi intéressant de savoir ce que la droite extrême compte faire pour accueillir l'Inspection de l'éducation nationale et le CIO.

Et pour finir nous espérons que le maire s'engagera très clairement pour soutenir l'ouverture nécessaire de deux classes supplémentaires à JB. Clément pour la rentrée prochaine en signant la pétition.

Posté par Alainramos à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2015

La droite du 93, prend 18000 élèves entrant sixième en otage, pour assouvir ses passions idéologiques régressives!

 

egalite et justice

Après les élections de mars 2015 du Conseil Départemental, la gauche majoritaire a décidé d'attribuer, aux 18000 familles de notre département dont un enfant entre en sixième dans les collèges de la République, un chèque de 200€ pour l'achat des fournitures scolaires.

C’est un engagement de campagne. La gauche a tenu son engagement.

Bien entendu et sans surprise la droite du département a voté contre ce choix. Non seulement elle a voté contre, mais elle a été devant la justice administrative. Maintenant le dossier va aller en appel devant le Conseil d’État. Dans le même temps le conseil départemental du Val d’Oise dirigé par la droite a décidé d'augmenter les tarifs de la restauration scolaire dans les collèges.

En utilisant les prétoires, la droite du 93, tentent de remettre en cause un des engagements fort de la campagne de la gauche, lors des élections départementales de mars dernier. Décidément la droite a un problème avec le respect du suffrage universel et avec la démocratie.

Bref, la droite du 93 a délibérément décidé de frapper le porte monnaie de 18000 familles. Non seulement elle s'attaque au pouvoir d'achat, et dans le même temps elle prive les commerçants du 93 de 3500000€ de chiffres d'affaire, 3500000€ qui auraient été les bienvenus et auraient contribué à stabiliser les emplois dans ce secteur.

Bien entendu les conseillers départementaux Thierry Meignen et Christine Cerrigone ont eux aussi fait le choix de s'opposer à l'attribution de 200€ aux élèves entrant en sixième.Ce choix idéologique, montre que contrairement à ce qu'ils affirment ces deux élus de droite extrême font de la politique et une politique qui va l'encontre des intérêts des Blanc-Mesnilois. Ce choix confirme la non tenu par ces deux élus de leur promesse de la gratuité de la restauration scolaire au Blanc-Mesnil.

En clair la droite du 93 prend otage 18000 enfants de notre département pour assouvir ses passions idéologiques régressives.

Posté par Alainramos à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2015

QUAND ET OU LES ECOLES JB.CLEMENT ET PAUL LANGEVIN SERONT-ELLES RECONSTRUITES?

école de la république

La fin de l'année scolaire arrive, maintenant, à grand pas, les vacances commencent le 3 juillet 2015 après l'école. Nous sommes, aussi, dans les temps des derniers réglages de la rentrée 2015/2016, les derniers conseils d'école se réunissent. Il fut un temps où les citoyens et les élus municipaux étaient largement informés des évolutions de la carte scolaire, ouverture/fermeture de classe et la communauté éducative était réunie, pour définir le devenir de la scolarité des quelques 7000 élèves des écoles maternelles et élémentaires de notre commune.

Avant 2014, il existait une commission municipale qui comprenait les élus y compris ceux de l'opposition, des représentants des directions des écoles, des représentants des parents d'élèves, un délégué départemental de l'éducation nationale, l'inspecteur de l'éducation nationale, un représentant des organisations syndicales des enseignements. Cette commission élaborait la stratégie éducative de la ville, elle suivait la question de la sectorisation, elle traitait les dérogations. En un mot la transparence était la règle. Avant chaque réunion des conseils d'école, les conseillers municipaux recevaient un dossier complet sur la situation de l'école.

Ce travail collectif permettait à la commune d'agir efficacement pour empêcher les fermetures de classes abusives et obtenir grâce à une gestion pointilleuse et précise des effectifs les ouvertures de classes nécessaires. Ce temps est malheureusement terminé et la nouvelle majorité de droite extrême ne se mobilise guère pour obtenir les créations de postes nécessaires pour améliorer la transmissions des savoirs. Là aussi beaucoup de gesticulations mais peut ou pas d'action pour préserver par exemple les RASED.

Comme vous le savez, le béton est la préoccupation essentielle du maire et de son conseiller spécial, la promotion immobilière est toujours dans les malles des amis de SARKOZY. Le temps est à Béton Mesnil, 2500 logements nouveaux dans le quartier des Tilleuls, 600 logements à la place des immeubles de bureaux de Parinord, et 250 logements sur l'assiette foncière des écoles JB.Clément et Paul Langevin 10000 mètres carrés. Bref, l'engagement de ne pas bétonner Blanc-Mesnil à l'image de la restauration scolaire gratuite ne sera tenu.

Chacun le comprendra qui dit logements nouveaux dit augmentation de la démographie de notre ville et du nombre d'enfants à accueillir dans les écoles.

Regardons le dossier des logements de l'avenue de la division Leclerc. Nous le disons ici et depuis de longues semaines, l'annonce de la destruction des écoles JB Clément et Paul Langevin, ne peut se traiter sur un coin de table avec les promoteurs immobiliers. L'implantation de logements nouveaux qui s'ajoute à celle de l'angle de rue Victor Basch doit conduire à un projet scolaire de remplacement ambitieux en salles de classe. Sans oublier, la construction nouvelle en cours en face le cimetière et les logements en remplacement des immeubles de bureaux de Parinord.

Le groupe scolaire JB Clément/Paul Langevin occupe un foncier de 10000 mètres carrés, qui permet entre autre d'y avoir actuellement un bel espace vert bien utile aux enfants de l'école maternelle. Sur ce projet la municipalité va dire qu'elle est contrainte à cause de la station du métro régional automatique du Grand Paris. Pour notre part nous nous étonnons de voir cette municipalité agir sous la contrainte, alors qu'elle affirme partout ailleurs ne tolérer aucune contrainte. Donc, si elle accepte la construction de 250 logements en lieu et place des écoles, nous comprenons que cela n'est nullement une contrainte mais un choix délibéré.

Dans ce cadre, elle devra répondre à plusieurs questions où va-t-elle reconstruire les écoles et sur quelle assiette foncière, celle ci sera a-t-elle inférieure aux 10000 mètres carrés actuels, combien prévoit-elle de classe maternelle, prendra -t-elle en compte l' exigence pédagogique d'une demi classe supplémentaire par classe, combien de classe en élémentaire, a-t-elle des prévisions démographiques précises, afin que les écoles nouvelles ne soient trop exiguës dès leur ouverture. Sans oublier les locaux nécessaires à l'Inspection de l'éducation nationale et du CIO.

Autre question très importante le calendrier, le métro express automatique est prévu dans le meilleur dès cas pour 2023. Alors quand va être construire la nouvel groupe scolaire?

Si 2023 peut apparaître comme encore lointain, nous savons que ce type de projet destruction/reconstruction d'école à besoin de beaucoup de temps pour se concrétiser, d'autant que nous souhaitons que ces bâtiments scolaires soient de belle facture.

Alors, lors des conseils d'école du groupe JB Clément/Paul Langevin l'élu de la majorité municipale devra pas vendre que du vent ou des approximations mais apporter des réponses précises aux légitimes interrogations des enseignants et des parents d'élèves.

Posté par Alainramos à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

PROGRES HISTORIQUE ET JUSTICE SOCIALE, par Jacques Rancière, philosophe

Ceux qui luttent B

La manière dubitative dont la question est posée (le progrès social est-il encore possible?) témoigne que quelque chose a eu lieu concernant l'union même du mot «progrès» et de l'adjectif «social». l'idée de progrès social assemblait, de fait, plusieurs idées distinctes. Il y avait l'idée d'une amélioration du sort du plus grand nombre due au progrès de la prise en charge collective de la vie économique et sociale. Mais il y avait aussi l'idée que le développement économique et la marche même de l'histoire créaient en même temps un surplus de richesse partageable et les forces collectives capables d'imposer par la lutte un partage juste. C'est cette assimilation en progrès historique et justice sociale qui a été atteinte par le formidable mouvement de réaction qui s'est développé dans les trente dernières années. Celui-ci a brutalement rappelé que le développement économique ne produisait par lui même aucune amélioration de la condition du plus grand nombre. Il s'est appliqué à détruire les formes de la solidarité sociale et les conditions de l'action collective et a repris à son profit l'idée de la nécessité historique objective. Aujourd'hui toute tentative de maintenir les acquis des luttes sociales est taxée de défense arriérée des «privilèges» du passé.Il faut en prendre acte: l'idée de justice sociale, l’espérance d'un monde où le plus grand nombre participe aux décisions qui les concernent et le privilège donné à l'action collective sont en opposition directe à la marche dominante du temps, celle qu'organise les puissances financières et étatiques.Si ces idées ont de l'avenir, ce n'est par aucune nécessité objective, mais par la seule force de celles et ceux qui les prennent en mains et qui se battent pour leur donner une réalité en ayant conscience d'aller à contre courant.

Ensemble n°79, journal des adhérents de la CGT

Posté par Alainramos à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2015

POUR UN "CHOC" DE REDISTRIBUTION. Par Benjamin CORIAT économiste

 

inégalités

A l'heure où le multimilliardaire Warren Buffet s'étonne de payer moins d’impôts que sa secrétaire, et demande à Obama une loi pour remédier à cet état de choses, on ne peut guère s'étonner qu'une question telle que «le progrès social est-il encore possible?» soit posée? N'entend-on pas, de sources nombreuses et répétées, que l’État social est trop coûteux! Qu'il a fait son temps? Qu'il faut procéder à des coupures budgétaires pour mettre fin à tous ces excès? Que ces discours soient aujourd'hui dominants ne signifie pas qu'ils soient justes et fondés. On pourrait même soutenir exactement le contraire. C'est parce qu'ils sont totalement non fondés ( sur le plan économique) et choquant (sur le plan éthique) qu'il faut pour les faire accepter les répéter encore et encore. Car si l'on regarde les chiffres, l’enseignement de ces dernières années est que l'on a assisté à la fois à un formidable accroissement de la richesse produite (malgré la violente crise de démarrée 2008) et une non formidable augmentation des inégalités! L'une des raisons de cette situation est que partout on a fortement entamé les recettes fiscales, pour laisser entre les mains des fortunés des sommes qui autrefois étaient destinées à lutter contre les inégalités. Pour le dire d'un mot, oui bien sûr que le progrès social est toujours possible! Mais il faut pour cela revenir à des conditions «normales» de distribution des revenus. Ce qui, aujourd'hui, signifie procéder à rien moins qu'un «choc» de répartition des revenus. Interdire les bonus extravagants des traders et autres apprentis sorciers de la finance, bloquer les salaires mirifiques et autre retraites chapeaux qui se servent à eux mêmes les hauts managers, taxer las dividendes...Bref, il suffirait de revenir à cet axiome de base qui consiste à considérer que la richesse est un bien collectif et s'assurer qu'elle justement distribuée, en fonction des efforts et des besoins....

Ensemble n°79 juin 2015, le mensuel des adhérents de la CGT.

Posté par Alainramos à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]