FOLIO DU BLANC-MESNIL

23 avril 2014

USINE DE METHANISATION DU BLANC-MESNIL: VA-T-IL TOURNER LA PAGE ?

Dechets-Usurbil-Visuel-zero-dechet-reduit1

Il y a 11 mois, Meignen votait la décision n°127, concernant le dossier de l'usine de méthanisation, en votant POUR ce mémoire Meignen approuvait la construction de cette usine.

A partir de ce moment là Meignen, par une affiche jaune, disait, à l'ensemble des Blanc-Mesnilois, exactement le contraire de ce qu'il avait voté. « NON à l'usine de méthanisation, Blanc-Mesnil ne sera pas une poubelle. »

Son opposition à cette usine de méthanisation devient le premier de ses engagements :

« Engagement n°1. Nous mettrons fin au projet d'installation d'une usine coûteuse et polluante de méthanisation au Blanc-Mesnil (zone urbaine). »

Quelques jours seulement après son élection, dans l'interview qu'il a accordé au Journal Municipal n°218 du 17 avril 2014, page 8, il amorce ce qui sera son premier reniement que dit-il : « ...Je puis vous dire que je ferai tout pour que ce projet ne voie pas le jour. » Comme vous pouvez le constater nous passons de l'affirmatif et du péremptoire, au futur flou. Rappel : Meignen comme NKM ne tient jamais ses promesses plus de 15 jours.

Ce reniement était prévisible, pour plusieurs raisons la première s'explique par son vote d'approbation de la décision n° 127 de mai 2013. Par ce vote il s'est mis en mauvaise posture vis à vis des opérateurs de ce projet qui ne manqueront pas de lui rappeler.

La deuxième raison se trouve dans le fait que Meignen, par son attitude de refus de principe de la démocratie participative et citoyenne, a une totale méconnaissance du dossier. Le projet d'usine de méthanisation est un tout qui comprend l'usine d'épuration des eaux usées du SIAPP, qui a été mise en fonctionnement il y a quelques mois, sa construction comprend dans son cahier des charges le traitement des boues par l'usine de méthanisation, il paraît évident que le non respect du cahier des charges doit comporter quelques pénalités.

La troisième raison doit être de nature foncière le terrain devant accueillir cette usine appartient au Conseil Général. Par ailleurs, ce terrain couvre deux communes Blanc-Mesnil et Aulnay-sous-Bois. En 2007, ce projet avait été approuvé par la municipalité d'Aulnay sous Bois, alors dirigée par l'UMP et elle l'est à nouveau depuis le 30 mars 2014.

En un mot la démagogie électoraliste et la méconnaissance de ce dossier vont conduire Meignen dans une impasse où se retrouveront de nombreux pigeons.

Nous pouvons vous indiquer quelques pistes du discours à venir de Meignen sur ce dossier, pour tenter d'effacer de la mémoire des Blanc-Mesnilois son premier reniement :

1°-Nous ne pouvons pas avoir un avis contraire à celui de nos amis UMP/UDI/Modem d'Aulnay sous bois

2°-Nous avons obtenu des garanties extraordinaires de la part des promoteurs de ce projet, en matière de sécurité publique et sanitaire.

3°- Le projet d'usine que nous avons obtenu n'a plus rien à voir, avec le projet obsolète et ringard de nos prédécesseurs. Nous avons fait le choix de la modernité. Nous, nous prenons à bras le corps les projets innovants.

4°-Nous devons assumer nos responsabilités sur le traitement des déchets.

5°-Les promoteurs et les industriels de ce secteur ont trouvé les arguments qui nous ont convaincu.

6°-J'assume mon vote de la décision n°127 de mai 2013.Mais celui là est tout à fait improbable.

En un mot, celles et ceux qui ont voté Meignen, en pensant que celui-ci mettrait tout en œuvre pour mettre fin à l'installation de l'usine de méthanisation, doivent s’apprêter à s'inscrire sur la longue liste de celles et ceux qui se sont fait pigeonner par Meignen. Nous vous rappelons, qu'ici, tout au long de la campagne, nous avons affirmé que les promesses de Meignen n'engageaient que celles et ceux qui les croyaient. (Proverbe UMP inventé par Charles Pasqua).

 

Posté par Alainramos à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2014

Pour permettre un controle citoyen, sur les délégations du maire dans le cadre 2122-22. s'informer, pour agir.

 

la liberté delacroix

Dans notre article « sur l'autoritarisme et l'opacité » à propos du conseil municipal du 17 avril 2014, nous avions mis en exergue les conditions dans lesquelles le maire droite extrême, avait fait voter les délégations au maire dans le cadre de l'article 2122-22 du code général des collectivités territoriales.

Didier Mignot, président du groupe Le Blanc-Mesnil au cœur, était intervenu pour demander le report du vote, le maire était passé outre et avait fait voter un texte amendé oralement en séance, par ses 34 conseillers municipaux godillots. Le président du groupe le Blanc-Mesnil au cœur est intervenu par écrit en indiquant que ce texte ne passerait pas le contrôle de légalité. Il apparaît que l'expérience et notre attitude responsable ont été entendues par le maire de droite extrême. En effet, nous venons de recevoir l'ordre du jour pour le conseil municipal du 24 avril 2014, il contient à nouveau le mémoire sur l'article 2122-22.

Afin que chacun puisse comprendre les enjeux autour de mémoire, vous le trouverez in extenso ci-dessous. Nous ferons apparaître les modifications en gras. Vous trouverez aussi l'analyse que nous faisons des modifications proposées par la droite extrême.

Article 2 : augmentation des tarifs, cette possibilité passe de 10% à 20%. Voilà une indication intéressante, au moment où nous sommes dans une période de faible inflation 1% par an, de baisse du pouvoir d'achat et confrontés à des mesures d'austérité qui touchent les plus faibles et plus particulièrement les retraités. Cette proposition souligne au moins deux choses : la première la droite extrême de notre ville s'inscrit immédiatement dans une politique d'austérité qui accentuera celle imposée par le gouvernement, la seconde par l'augmentation des tarifs la droite extrême prépare la marchandisation des services publics de proximité et leur privatisation. De plus, ce choix est pour le moins contradictoire avec l'obsession de la gratuité de la nouvelle municipalité. Comme nous l'avons indiqué ces derniers mois, la gratuité est un leurre, la gratuité promise sera payée par des hausses de tarifs et des impôts locaux.

Article 3 : les emprunts, il n'y a pas moins de dix ajouts sur cet article. Mais ces précisions soulignent pourquoi le maire de droite extrême a réduit au minimum le nombre de membres de la commission des finances, elles montrent aussi une volonté de soumettre la gestion de notre ville aux diktats des financiers mondialisés. En un mot, les risques d'augmentation de la dette de notre ville sont de plus en plus importants et nos impôts locaux serviront aux banques pour servir à leurs actionnaires de gras dividendes supplémentaires.

Article 4 : règlement des marchés, les propositions soulignent une volonté d'un contrôle quasi exclusif du maire de droite extrême sur tous les dossiers financiers.

Article 15 : urbanisme et aménagement du territoire communal, à la lecture des propositions nouvelles, chacun comprendra pourquoi le maire de droite extrême a supprimé la commission municipale urbanisme et aménagement du territoire communal. Par ces ajouts, le maire de droite extrême organise l'opacité sur ce dossier, l'ensemble des adjoints au maire et des conseillers municipaux n'auront plus aucun moyen de suivre les évolutions urbanistiques. Le maire de droite extrême organise ainsi la main mise de la promotion immobilière spéculative sur notre commune. Celles et ceux qui ont été abusés par le non au béton par l'officine UMP « sauvons nos pavillons » vont entrer dans la catégorie des pigeons.

Article 16 : les actions de justice, au vue du nombre de précisions apportées à cet article, chacun comprendra que le maire de droite extrême n'est pas très sur de son avenir et de l'éventuelle légalité de ses actes de gestion. Il est vrai aussi, qu'il sera confronté dès le 15 mai 2014 au TGI de Bobigny et, dans les mois qui viennent, à de nombreux recours en annulation de son élection. Alors, il fait le choix de tout faire pour faire durer les procédures juridiques, pour s'assurer un peu de longévité. Il envoie aussi un message à tous les Blanc-Mesnilois, qui pourraient avoir le désir de se faire respecter, qu'il a bien l'intention de les en dissuader par le coût exorbitant des procédures juridiques.

Article 17 : les dommages accidents, il s'agit de réduire les conséquences des dommages accidents dans la limite de 10 000€ au lieu de 77 000€

Article 21 : le droit de préemption, cette possibilité passe de 450 000€, par acquisition à 500 000€.

 

« DELEGATION DU CONSEIL MUNICIPAL, AU MAIRE EN APPLICATION DE L'ARTICLE L 2122-22 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES.

L'article l.2122-22 du code général des collectivités territoriales (C.G.C.T.) donne la possibilité au conseil municipal de déléguer, au maire, pour la durée du mandat, certaines attributions.

Les domaines pouvant faire l'objet d'une telle délégation sont limitativement énumérés et, dans certains cas, l'assemblée délibérante doit en fixer les limites.

Par ailleurs, l'article L.2122-22 C.G.C.T précise que :

-le maire peut déléguer la signature des décisions prises par délégation du conseil municipal à un adjoint ou conseiller municipal, sauf disposition contraire dans la délibération portant délégation.

-en cas d’empêchement du maire, les décisions portant sur les matières déléguées sont directement prise par le conseil municipal, sauf disposition contraire prévue dans la délibération.

Au regard de ces éléments, il vous est proposé :

DE DELEGUER à monsieur le Maire, pour toute la durée de son mandat, l'ensemble des compétences prévues à l'article L.212-22 du CGCT, comme suit :

1°Arrêter et modifier l'affectation des propriétés communales utilisées par les services municipaux ;

2°Fixer, dans la limite d'augmentation annuelle moyenne des tarifs de 20%, les tarifs des droits de voirie, de stationnement, de dépôt temporaire sur les voies et autres lieux publics et, d'une manière générale, des droits prévus au profit de la commune qui n'ont pas un caractère fiscal ;

3°Procéder, dans la limite des inscriptions budgétaires, à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget, qu'il s'agisse d'emprunts à court, moyen ou long terme, et aux opérations financières utiles à la gestion des emprunts, y compris les opérations de couvertures des risques de taux et de change ainsi que prendre les décisions mentionnées au III de l'article L.1618-2 et au a l'article 2221-5-1, sous réserve des disposition du c de ce même article, et de passer à cet cet effet les actes nécessaires :

le contrat de prêt pourra comporter une ou plusieurs des caractéristiques ci-après :

  • la faculté de passer du taux variable au taux fixe ou du taux fixe au taux variable,

  • la faculté de modifier une ou plusieurs fois l'index relatif au calcul du ou des taux d’intérêt,

  • la possibilité de recourir à des opérations particulières, comme emprunts obligataires, des droits de tirages, échelonnés dans le temps avec faculté de remboursement anticipé et/ou consolidation,

  • la possibilité d'allonger la durée du prêt,

  • la possibilité de de procéder à un différé d'amortissement,

  • la faculté de modifier la périodicité et le profil des remboursements, notamment par des remboursements anticipés ;

Le maire pourra conclure tout avenant destiné à introduire dans le contrat initial une ou plusieurs des caractéristiques ci-précédemment énumérées ;

Cette délégation consentie en application de l'article L2122-2-3° du CGCT prendra fin dès l'ouverture de la campagne électorale pour le renouvellement du conseil municipal ;

4°Prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l'exécution et le règlement des marchés publics, et des accords cadres ainsi que toute décision concernant les avenants, lorsque les crédits sont inscrits au budget ; les marchés publics, accords cadres, et leurs avenants qui sont soumis en raison de leurs montants définis par décrets au contrôle de légalité, en dernier lieu le décret n°2013-1259 du 27 décembre 2013, fixant le montant à 207000€ HT, feront l'objet, dès lors qu'ils dépassent ce seuil, et pour en faciliter l'exercice, d'une décision formulée par le maire ;

5°Décider de la conclusion et la révision du louage de choses pour une durée n'excédant pas douze ans ;

6°Passer les contrats d'assurances ainsi que d'accepter les indemnités de sinistres y afférentes ;

7°Créer les régies comptables nécessaires au fonctionnement des services municipaux ;

8°Prononcer la délivrance et la reprise des concessions dans les cimetières ;

9°Accepter les dons et les legs qui ne sont grevés ni de conditions, ni de charges

10°Décider l'aliénation de gré à gré de bien mobiliers jusqu'à 4600€ ;

11°Fixer, les rémunérations et de régler les frais et honoraires des avocats, notaires, huissiers de justice et experts ;

12°Fixer dans les limites de l'estimation des services fiscaux (domaines), le montant des offres de la commune à notifier aux expropriés et répondre à leurs demandes ;

13°Décider de la création de classes dans les établissements d'enseignement

14°Fixer les reprises d'alignement en application d'un document d'urbanisme ;

15°Exercer, au nom de la commune, les droits de préemption définis par le code d'urbanisme que la commune en soit titulaire ou délégataire, déléguer l'exercice de ces droits à l'occasion de l'aliénation d'un bien selon les dispositions prévues au premier aliéna de l'article L.213-3 e ce même code dans les limites d'un plafond financier fixé à 900000€ par acquisition, en vue de réalisation, dans l’intérêt général, d'actions ou d'opérations répondant aux objets définis à l'article L.300-1 du présent code (mise en œuvre d'un projet d'urbanisme, d'une politique locale de l'habitat ; organisation du maintien, d'extension, de l'accueil des activités économiques ; réalisation des équipements collectifs, lutte contre l'insalubrité ; opération de renouvellement urbain ; sauvegarde ou mise en valeur du patrimoine bâti ou non bâti et des espaces naturels) ou pour constituer des réserves foncières en vue de permettre la réalisation de telles ou opérations ;

16°Intenter au nom de la commune les actions en justice ou défendre la commune dans les actions intentées contre elle, en première instance, en première instance comme en appel ou en cassation, devant les juridictions suivantes, dans les matières intéressant la commune pendant toute la durée du mandat :

  • saisine, défense et représentation devant les trois degrés de juridiction de l'ordre administratif (tribunal Administratif, Cour d'administrative d'appel, conseil d’État) quelles que soient les procédures administratives contentieuses, y compris les procédures d'urgences (référés), les contentieux de l'annulation administrative, le contentieux répressif dans le cadre des contraventions de voirie ;

  • saisine défense et représentation devant les juridictions civiles et pénales (tribunal d'Instance, de Grande Instance, Cour d'Appel et Cour de cassation) notamment pour se constituer partie civile, ou en défense quelles soient les procédures y compris les procédures d'urgence (référés) ;

  • saisine du Conseil Constitutionnel dans le cadre de question prioritaire de constitutionnalité ;

Designer les avocats chargés de défendre les intérêts de la commune soit pour toute affaire la concernant, soit de façon particulière pour une affaire déterminée ainsi qu'il sera précisé dans chaque circonstance.

17°Régler les conséquences dommageables des accidents dans lesquels sont impliqués des véhicules municipaux dans la limite de 10000€ par sinistre ;

18°Donner en application de l'article L.324-1 du code d'urbanisme, l'avis de la commune préalablement aux opérations menées par un établissement public foncier local ;

19°Signer la convention prévue par le quatrième aliéna de l'article L.311.4 du code de l'urbanisme précisant les conditions dans lesquelles un constructeur participe au coût d'équipement d'une zone d'aménagement concerté et signer la convention prévue par le troisième aliéna de l'article L.332-11-2 du même code précisant les conditions dans lesquelles un propriétaire peut verser la participation pour voirie et réseaux ;

20°Réaliser les lignes de trésorerie sur la base d'un montant minimum autorisé de 10000000€ par an ;

21°Exercer, au nom de la commune, le droit de préemption défini par l'article l.214-1 du code de l'urbanisme dans la limite de 500000€ par acquisition ;

22°Exercer, au nom de la commune le doit de priorité défini aux articles L.240-1 à L.240-3 du code d'urbanisme ;

23°Prendre les décisions mentionnées aux articles L.523-4 et L.523-5 du code du patrimoine relatives à la réalisation de diagnostics d'archéologie préventive prescrits pour les opérations d'aménagement ou de travaux sur le territoire de la commune ;

24°Autoriser, au nom de la commune, le renouvellement de l'adhésion aux associations dont elle est membre.

DE DIRE que la présente délégation, qui ne saurait excéder la durée du mandat, subsiste tant qu'elle n'est pas rapportée.

D'AUTORISER que la présente délégation soit exercée, en cas d'absence ou d’empêchement du maire, par l'adjoint au suppléant, dans l'ordre des nominations, conformément aux dispositions de l'article L.2122-17 du code général des collectivités territoriales. »

 

 

 

Posté par Alainramos à 17:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Communiqué du Corigat

 

Corigat_14_décembre3

CORIGAT

COLLECTIF DES RIVERAINS DE LA GARE DE TRIAGE

 

COMMUNIQUE

 

Pour marquer le premier anniversaire du porter à connaissance concernant la dangerosité de la gare de triage, le CORIGAT ORGANISE MARDI 22 AVRIL 2014 DE 17H A 19H UN POINT D'INFORMATION EXCEPTIONNEL SUR LA PLACE DE L'EAU, AU BLANC-MESNIL.

 

En effet le 22 avril 2013, les villes de Drancy, Le Bourget, le Blanc-Mesnil recevaient le porter à connaissance, les informant de la création d'un périmètre de 620 mètres autour de la gare de triage dans lequel toute construction nouvelle était désormais interdite.

 

Cette décision préfectorale, ne règle rien de la dangerosité du site, mais organise la dévalorisation du patrimoine individuel et collectif des trois communes concernées.

 

Face à cette décision injuste et inacceptable, qui informe des dangers potentiels qui peuvent impacter, la sécurité publique et sanitaire d'au moins 35000 habitants, les riverains ont décidé d'agir pour se faire respecter. Ils se sont réunis au sein du CORIGAT et ont un seul objectif :

 

STOP AU TRANSIT ET AU STATIONNEMENT DES WAGONS TRANSPORTANT DES MATIERES DANGEREUSES ET TOXIQUES SUR LE SITE DE LA GARE DE TRIAGE.

 

Grâce à l'engagement de ses adhérents, grâce à la force et à lisibilité des très nombreuses mobilisations citoyennes, LE CORIGAT EST L'ASSOCIATION DES RIVERAINS DE TRIAGE LA PLUS REPRESENTATIVE, LA PLUS ACTIVE ET ELLE EST LA SEULE A RASSEMBLER DES HABITANTS DE DRANCY, DU BOURGET ET DU BLANC-MESNIL.

 

Le combat sera long et difficile car nous nous confrontons à l’État, et à de puissantes entreprises, la SNCF, RFF, voilà pourquoi nous poursuivons nos initiatives sur l'espace public et nos initiatives en direction des services fiscaux, l'Agence de Sûreté Nucléaire.Comme nous continuerons de faire entendre la voix des citoyens au Comité d'Information et d’Échange présidé par le préfet de la Seine Saint Denis.

 

Nous appelons à une présence nombreuse et dynamique MARDI 22 AVRIL 2014 DE 17 A 19H PLACE DE L'EAU AU BLANC-MESNIL.

 

Contact presse : 06/07/75/34/54, courriel : alain.ramos93@orange.fr

 

 

Posté par Alainramos à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2014

Conseil municipal: en route vers la dérive autoritariste, l'opacité.

 

La liberté avec gavroche

Après l’extase du premier conseil municipal, le deuxième a été fastidieux et commence à faire apparaître ce que sera le mode de fonctionnement de la droite extrême dans les prochains mois. Cette réunion a été consacrée à la mise en place des commissions municipales où, curieusement, nous ne trouvons pas de commission d'urbanisme et d'aménagement du territoire communal, il manque aussi une commission du logement ou de l'habitat.

Sans surprise, la volonté des élus de Blanc-Mesnil au cœur, d’être constructif et participatif a été rejetée par la droite extrême. En effet, nous ne pourrons pas participer au conseil d'administration des 3 MPT, ni à l'association du Forum, de la régie de quartier, de l'office local du sport, du comité de jumelage et à la Mission locale pour l'emploi. Bien entendu tout cela est sans surprise, néanmoins pour que cela soit claire, nous l'avons fait acter en présentant des candidatures. La volonté d’être, soi disant, le maire de tous les habitants du Blanc-Mesnil est une promesse qui n'aura pas duré plus de 15 jours.

Par ailleurs, nous avons aussi noté que, la liste des représentants de la ville dans les conseils d'école ne comportait que 18 élus de la majorité sur 34. Ainsi elle comporte des doublons soulignant une méconnaissance du fonctionnement des conseils d'école, qui favorisera des absences récurrentes. Ainsi la droite extrême démontre que l'école laïque de la République n'est pas sa priorité, d'ailleurs pour le souligner le maire de droite extrême a pris la décision de ne pas siéger. Cela met en exergue sa volonté de marchandiser l'enseignement.

Ce conseil municipal a aussi délibéré sur les compétences que celui-ci délègue au maire comme le permet l'article 2122.22 du code général des collectivités territorial. Nous avions reçu le  mémoire, or, en séance, le maire de droite extrême nous a annoncé une série d'amendements, mettant ainsi dans l'impossibilité l'ensemble des élus de délibérer à partir d'un document. Face à cette situation, les élus Blanc-Mesnil au Cœur ont demandé une suspension de séance et ont fait la proposition suivante : « nous avons demandé le report, au prochain conseil municipal, le 24 avril 2014, afin que l'ensemble du conseil municipal puisse délibérer sur la base d'un mémoire que chacun aura pu étudier pour voter en toute connaissance de cause ». Le maire de droite extrême a refusé cette proposition de bon sens et respectueuse de l'ensemble des conseillers municipaux. Il a soumis au vote un mémoire amendé oralement, les 34 conseillers municipaux de droite extrême ont voté pour, alors qu'ils n'ont pas eu et lu les amendements proposés par le maire. Les délégations du conseil municipal faites au maire lui permettent, entre autre, de disposer de 10 millions d'euros, sans délibération du conseil municipal. C'est une première au Blanc-Mesnil. Il va de soi que le contrôle de la légalité devra dire le droit. Première mauvaise manière, première entaille dans les droits de l'ensemble des conseillers municipaux, les élus Le Blanc-Mesnil au Cœur ont refusé de participer au vote.

Comme vous le voyez, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour voir de quelle manière sera traitée la démocratie délibérative.

Vous trouverez ci-dessous la liste des commissions municipales, avec le nom de l'élu Blanc-Mesnil au Cœur qui vous y représentera.

Commission des finances

Didier Mignot

Commission voirie, environnement, développement durable

Jean-Yves Souben

Commission sécurité, transports, circulation

Alain Ramos

Commission enseignement et activités périscolaires

Alain Barrés

Commission développement économique,

Fabien Gay

Commission culture

Hervé Bramy

Commission des seniors

Anne Marie Delmas

Commission santé handicap

Phétmany Tanséri

Commission jeunesse

Kahina Mekdem

Commission des sports

Marie George Buffet

Commission commerce et artisanat

Alain Barrés

Commission vie associative

Gobina Mohanandan

Commission NTIC

Fabien Gay

Commission enfance et petite enfance

Didier Mignot

 

Commission d'appel d'offres

Didier Mignot

Alain Ramos

 

SIVUREC

Didier Mignot

Alain Barrés

 

Commission Consultative des services publics communaux

Hervé Bramy

 

CCAS

Phétmany Tanséri

 

Comité d'éthique sur la vidéo protection

Alain Barrés

 

Posté par Alainramos à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2014

Allégeance, clientélisme, pour briser les valeurs républicaines qui fondent la fonction publique territoriale

 

_jaures-au-pre-st-gervais

Le maire de droite extrême a réuni l'ensemble des fonctionnaires communaux de notre ville. Il a servi une intervention faite de miel, d'autant plus mielleuse, qu'il est sous le coup de plusieurs recours en annulation et qu'il passe au Tgi de Bobigny le 15 mai 2014, assigné pour utilisation frauduleuse du sigle du PUR. Bref, il se prépare à une éventuelle annulation des élections par les instances judiciaires compétentes.

Néanmoins, il y a un changement radical dans les relations humaines. Il a indiqué que sa porte serai ouverte, « au moins dix minutes » aux fonctionnaires territoriaux qui se penseraient maltraités. Il s'agit là d'un changement de fond nous passons du respect du droit et des droits acquis, à l'allégeance pour les conserver. Sous couvert de bienveillance, nous assistons à la mise en place d'un système de clientélisme enrobé d'un paternalisme patronal qui fleure bon le dix-neuvième siècle. En un mot, les fonctionnaires qui voudront faire valoir leur juste droit devront, à partir de maintenant, faire allégeance comme au temps d'avant la République.

L'allégeance c'est la porte ouverte aux discriminations et aux harcèlements de toute nature. L'allégeance engendre l'individualisme, la délation qui ont pour conséquence la dislocation de l'unité qui fonde la qualité du service public.

La droite extrême qui n'avait jamais de mots assez durs pour condamner la soi disante politisation de la fonction publique territoriale, sa véritable première décision est d'organiser l'adhésion des fonctionnaires territoriaux à l'UMP ou en fonction des choix du maire à l'UDI. Voilà qui en dit long sur la vérité des engagements devant les électeurs. En réalité ce qui gêne la droite extrême dans notre ville ce n'est pas la politisation de la fonction publique, ce sont les valeurs républicaines dont elle est porteuse. Il lui faut briser cela  pour imposer la dictature de la pensée unique. Il n'est pas surprenant que ce soit la première décision de la droite extrême dans notre ville. Briser les ressorts républicains de la fonction publique territoriale est primordiale, pour mettre en place une vaste opération de privatisation des services publics de proximité. Briser ceux qui ne feront pas allégeance, en clair il s'agit bien là d'une chasse aux sorcières, pour imposer ou tenter d'imposer le silence pour brader, à vil prix, le service public territorial et organiser l'enrichissement de quelques entreprises amies,déjà quelques unes sont à l’œuvre dans les locaux de l’hôtel de ville. Surtout ne pas oublier que cette politique clientéliste aura un coût, l'augmentation des impôts locaux et de la dette, situation qui servira de justification aux privatisations, qui seront autant d'amputation de notre patrimoine collectif communal.

Pour imposer cette remise en cause du fonctionnement normal de la fonction publique territoriale, il faut aussi avoir une officine syndicale au service de l'UMP/UDI, elle est déjà en place il s'agit du syndicat FO des territoriaux, qui a organisé, sous ordre du nouveau maire , une grève illimitée, une semaine avant le premier tour, en ayant la garantie que les jours de grève seraient payés en cas de victoire de l'UMP/UDI. Nous espérons que depuis un protocole de fin de grève a été signé, afin que la légalité soit au moins préservée. Certes, il n'y avait pas beaucoup de grévistes, les grèves politiciennes rencontrant rarement le succès. De plus il apparaîtrait que la direction de ce syndicat aurait quelques difficultés, difficultés pas très reluisantes qui mériteraient la plus extrême prudence de la nouvelle municipalité. Mais il est aussi vrai qu'une direction syndicale ayant des difficultés c'est du pain béni, si l'on peut dire, pour la droite extrême qui dirige notre ville.

En mettant en place, une pratique d'allégeance pour voir ses droits respectés et en dominant une officine syndicale, nous voyons se mettre en place un clientélisme où il faudra avoir la carte syndicale labellisée UMP/UDI pour se faire embaucher, pour faire reconnaître ses droits, tout cela ressemble à si méprendre à ce qui a conduit au climat délétère que connaît la ville de Marseille et dont la campagne pour les élections municipales sale et nauséabonde qu'a connue notre ville en était malheureusement qu'un mauvais avant goût.

Posté par Alainramos à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2014

Un hold up violent, un incendie suspect, sur la question de la délinquance et la sécurité publique, nous ne lacherons rien.

dessin pour la justice et le droit

Le début du mandat du maire de droite extrême, de notre commune, semble démarrer sur de bien curieux hospices. En effet, la semaine dernière un début d'incendie à la supérette du marché Casanova, une enquête est en cours pour déterminer la nature de cet incendie « spontané ou provoqué ». Il y a quelques jours s'est déroulé un hold-up violent au débit de tabac et de journaux sur l'avenue Pierre Sémard.

Ce hold-up mérite que l'on s'y arrête quelques instants. Il s'est produit à la fermeture de la boutique, le commerçant a été frappé très violemment, et le tout a été suivi d'une tentative d'incendie. Il y a très, très longtemps que notre ville n'avait pas été confrontée à une action d'une telle violence.

Les enquêteurs et la justice nous diront la réalité des faits et nous souhaitons que ceux qui se sont livrés à ces actions soient arrêtés et déférés devant la justice. Nous exprimons au commerçant qui a été si gravement frappé et volé, l'expression de notre solidarité et de notre soutien. Nous condamnons avec la plus extrême sévérité cet acte inacceptable.

Curieusement, l'UMP, auparavant, si prompte à réagir est bien silencieuse.

Par ailleurs, nous signalons que le hold-up qui s'est déroulé il y a quelques jours, se trouve dans un espace qui est couvert par des caméras de surveillance.

Nous rappelons, que la police de proximité a été supprimée en septembre 2002, par Nicolas Sarkozy, décision qui avait entraîné la suppression de 48 fonctionnaires de la police nationale du commissariat de notre ville, sans que cela ne soulève aucune initiative du maire actuel.

Nous constatons, avec regrets, mais sans surprise, que sur la question de la sécurité, l'état de grâce n'aura pas existé après ces élections municipales de 2014. Mais cela ne nous étonne pas, après la campagne sale et nauséabonde qui a été menée,ici, par l'UMP/UDI/MODEM.

Il va de soi que nous serons d'une extrême vigilance sur les questions de sécurité publique, de protection des personnes et des biens.

Posté par Alainramos à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2014

L'obsession de la gratuité de la droite extreme, aura deux conséquences, l'augmentation des impots et de la dette

attention arnaque

Nous sommes allés, avec Didier Mignot, au banquet des retraités,qui se tenait à la Grange Montmartre, grange aux dîmes du treizième siècle à Barbéry dans l'Oise. Ces banquets se dérouleront jusqu'à la fin de la semaine et se termineront dimanche dans le préau de l'école Jules Ferry. Ces banquets ont été instaurés par Eugène Le Moign en 1945. Celui de 2014 a été organisé par la municipalité précédente. Didier Mignot et moi-même avons accueilli les 400 Blanc-Mesnilois qui sont venus participer à cette initiative conviviale et solidaire. Nous avons été très touchés par l'accueil qui nous a été réservé, beaucoup de sympathie, de gentillesse et d'espoir dans un retour rapide à une gestion humaine,solidaire et qui rassemble.

Didier Mignot et moi-même avons été extrêmement touchés par la multitude de petits gestes amicaux, qui nous ont été prodigués, ils nous honorent et ils nous engagent à poursuivre notre engagement militant, citoyen et républicain. Nous serons toujours à vos cotés pour agir avec vous, pour vous.

La politique n'est jamais très loin, le maire a réaffirmé son engagement de mettre en place des navettes gratuites sur notre commune. La gratuité semble être son obsession, après la cantine scolaire gratuite pour tous qui coûtera 3,5 millions d'euros aux contribuables Blanc-Mesnilois, et qui se fera au détriment de la qualité des repas servis aux enfants. Par ailleurs, sur ce dossier de la gratuité de la restauration, pourquoi les repas servis à domicile aux retraités ne sont-ils pas intégrés à cette proposition.

Mais revenons aux navettes gratuites qui seront payées, parait-il, par la publicité, car en définitif rien n'est gratuit. A part la gratuité et la publicité, nous ne savons rien de leur nombre et de leur mode de fonctionnement.

Ce projet en tout cas dénote, une méconnaissance de la législation en matière de transport public. Nous rappelons à cette occasion le nouveau maillage des transports en commun qui irrigue notre ville, depuis septembre 2013,qui permet à tous de parcourir tous les lieux de vie de notre commune. Il est vrai que notre maire habite le seizième et qu'il n'a pas encore perçu l'ensemble des possibilités déjà mises en service. Mais au delà de cela, il semble ignorer qu'il y a dans notre pays des instances de régulations et pour la question des transports, il y a fort à parier qu'il sera nécessaire de leur demander leur avis. Cette précipitation sachez le n'a rien à voir avec le service qui vous est proposé, il s'agit avant tout de servir la société sûrement déjà pressentie.

Il sera aussi d'un grand intérêt d'avoir l'avis des chauffeurs de taxi sur ce projet

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé sur ce dossier, sur le nom de la société qui aura le marché, sur le niveau nécessaire de publicité pour en assurer la gratuité. Il y a fort à parier qu'une fois le marché obtenu la société désignée ne manquera pas de se retourner vers les finances locales pour assurer sa rentabilité. Comme quoi la gratuité est un mythe, elle met,ici, en exergue le caractère démagogique des promesses de la droite extrême locale, elle aura une réalité l'augmentation des impôts locaux, l'augmentation du niveau de la dette et pour finir la privatisation massive des services publics de proximité.

Posté par Alainramos à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2014

Amis des Antilles, de la Guyane, de la Réunion exigez que les promesses qui ont été faites, par UMP soient tenues

chateau d'eau

Chers concitoyens des DOM et des TOM, amis des Antilles, de Guyane, de la Réunion, des territoires du Pacifique, de Nouvelle Calédonie, en ce début avril beaucoup d'entre vous songent ou préparent un voyage pour retrouver leurs familles qui sont restées outre-mer.

Comme vous le savez, pendant la dernière campagne électorale pour les élections municipales, beaucoup de promesses ont été faites. En ce qui vous concerne, le maire UMP ou UDI de notre ville s'est engagé, lors d'une réunion dans une boutique, avenue Paul-Vaillant-Couturier, de produits provenant des DOM et des TOM, à prendre en charge par les impôts locaux 50% de votre billet d'avion.

Nous vous suggérons de vérifier la solidité de cet engagement pris devant une centaine de vos concitoyens. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de téléphoner à la mairie au 01 45 91 70 70 et de demander le secrétariat du maire afin de vous informer sur les démarches à mettre en œuvre pour pouvoir bénéficier de cette promesse de campagne.

Vous pouvez aussi prendre contact avec votre compatriote Jean-Marie Musquet, conseiller municipal, qui, nous en sommes surs, pourra vous être d'une aide puissante pour faire aboutir votre dossier.

Néanmoins, nous sommes aussi dans l'obligation de vous prévenir de l'adage suivant qui a été inventé par l'UMP : « les promesses n'engagent que ceux qui les croient ».

Nous espérons que vous ne ferez pas partie de la longue liste des pigeons qui ont cru aux promesses de campagne faites par les responsables de la liste UMP/UDI/Modem.

Posté par Alainramos à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2014

Municipales 2014: pour la première fois depuis 1929, le maire de notre commune ne réside pas au Blanc-Mesnil

 

Jean jaurès

Sans surprise, après les résultats du deuxième tour des élections municipales, le conseil municipal a élu une municipalité de droite extrême.

Le maire est celui qui a conduit la liste UMP et nous avons treize adjoints au maire. La particularité de cette municipalité tient surtout dans le fait que beaucoup de ses membres ne résident pas au Blanc-Mesnil. Le maire habite dans le seizième arrondissement, ainsi que sa compagne qui est la sixième adjointe. Il en va de même pour le deuxième adjoint, le quatrième et le septième adjoint, la neuvième adjointe, qui est la sœur du maire, travaille toute la semaine à Nantes.

Comme vous le constatez, voilà une équipe qui aura quelques difficultés à être disponible et proche des préoccupations qui sont les nôtres , tant il est vrai que vivre dans le seizième arrondissement permet d'avoir une bonne compréhension des conditions de vie et de travail de la population de notre ville.

Chacun comprendra que le maire et une grande partie de son équipe aura du mal à être rapidement aux côtés des habitants, si par malheur il se produit un accident grave sur la gare de triage la nuit.

Dans cette réunion d'installation du conseil municipal, il y a eu un premier pigeon et il s'appelle Jean Marie Musquet il n'est pas adjoint au maire, il est signifiant de constater qu'il est un habitant de la cité des Tilleuls. Comme quoi, pour être adjoint au maire dans cette équipe de droite, il vaut mieux habiter Paris,Gagny, Aulnay-sous-Bois ou ailleurs. Nous sommes aussi conscient qu'en signalant ce premier pigeon, nous serons une contribution afin qu'il obtienne, dans les jours qui viennent, un hochet. Nous espérons qu'il sera nous en remercier pour cette contribution à l’éventuelle amélioration de sa situation personnelle.

Cette situation doit mettre en alerte toutes celles et tous ceux qui se sont laisser séduire par les promesses d'emploi et de logement faites à profusion par le maire actuel.

Bref rappel, nous rappelons que les promesses n'engagent que celles et ceux qui les croient.

Par ailleurs, nous avons constaté la pléthore de grands élus de l'UMP et de l'UDI, présents eux aussi pour tenter de garder ou de récupérer dans leur giron politicien la municipalité de notre ville, gageons que cela va donner du piment, notre maire va-t-il rejoindre l'UDI ou rester à l'UMP. Comme vous le voyez dès le premier conseil municipal les préoccupations des responsables de la droite départementale sont bien loin des nôtres, emploi, le pouvoir d'achat, le logement, l'éducation et la réduction des inégalités.

La liste le Blanc-Mesnil au cœur compte onze élus. Elle conjugue la jeunesse et l'expérience, onze élus de proximité qui eux pourront être immédiatement à vos côtés en cas de problème et quelques en soit la nature. Ces onze élus, eux partagent tous les jours vos conditions de vie et travail.

Pour conclure, comme vous le savez la campagne a été particulièrement sale, nauséabonde et le discours mielleux du nouveau maire, n’efface en rien le climat délétère, de violence et de division qu'il a provoqué tout au long de cette campagne. Les élus Le Blanc-Mesnil au cœur ont déposé un recours en annulation auprès du Tribunal Administratif.

Posté par Alainramos à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »