FOLIO DU BLANC-MESNIL

22 juillet 2017

Eugène LE ROY, enfant du Périgord Noir. Auteur de Jacquou le Croquant

eugene le roy

Eugène Le Roy est un écrivain français né à Hautefort le 29 novembre 1836 et mort à Montignac le 6 mai 1907.

Eugène Le Roy est le fils d'un couple de domestiques du baron Ange Hyacinthe Maxence, baron de Damas, ancien ministre, propriétaire du château d'Hautefort. Son père est régisseur d'un château et sa mère lingère ; leur emploi force ses parents à le placer en nourrice chez une paysanne des environs. Ses souvenirs d'enfance marqueront fortement son œuvre future, dans laquelle abondent les enfants abandonnés, comme dans beaucoup d'autres romans contemporains. Chez George Sand, où les thèmes de la bâtardise, de l’abandon, de l’adultère, des chagrins d’amour, de l’anticléricalisme et de la « haine » des nobles (les faux surtout, comme chez Le Roy) sont aussi récurrents ; chez G. Bruno, qui met en scène deux orphelins dans le Tour de la France par deux enfants ; chez Hector Malot (Sans famille). L’abandon d’enfants est une réalité sociale indéniable, qui devient l'un des poncifs du romantisme populaire de l’époque.

De 1841 à 1847, Le Roy étudie à l'école rurale d'Hautefort à une époque où la majorité des enfants demeurent analphabètes. En 1848, il séjourne à Périgueux, où il fréquente l'École des Frères. Il y retiendra surtout le souvenir de la plantation d'un arbre de la liberté pour célébrer l'avènement de la Deuxième République.

En 1851, il refuse le séminaire, et devient commis épicier à Paris ; il fréquente des artisans socialistes et, la rage au cœur, assiste à l’instauration du Second Empire. On ne dispose en réalité aucune preuve de sa main concernant les socialistes dont il est question ici : ce sont des personnages de ses romans, Le Moulin du Frau par exemple, mais on n'a aucune preuve de leur réalité historique. Par contre, ses convictions politiques sont établies dès 1860, date à laquelle il passe le concours de l'administration fiscale.

En 1855, il s'engage dans le 4e régiment de chasseurs à cheval, et participe aux campagnes d'Algérie, puis d'Italie. Cassé de son grade de brigadier pour indiscipline, il démissionne au bout de cinq ans.

En 1860, reçu au concours des contributions directes, Eugène Le Roy devient alors aide-percepteur à Périgueux. Pendant la guerre franco-allemande de 1870, il s'engage, après la débâcle du Second Empire, dans les francs-tireurs pour combattre l'envahisseur prussien. Il répond à l'appel de Gambetta qui sera son modèle en politique. En 1871, une fois la défaite française définitive, il rejoint la perception de Montignac. Tombé très malade, il guérit seulement au bout d'un an.

Le 14 juin 1877, à la grande indignation de la bonne société, le futur écrivain épouse civilement sa compagne Marie Peyronnet, dont il a déjà un fils de trois ans, reconnu lors de sa naissance le 27 octobre 18742. Son non-conformisme, mais surtout son républicanisme, entraînent sa révocation comme des milliers d'autres fonctionnaires que le gouvernement de Mac-Mahon révoque pour les mêmes causes. Il obtiendra difficilement sa réintégration l'année suivante, pour la bonne raison que Mac-Mahon se maintient au pouvoir jusqu'en 1879. Bientôt, il consacrera la majeure partie de ses loisirs à l'écriture, utilisant les matériaux emmagasinés pendant toute son existence. En 1877, il fait une demande d'admission à la loge maçonnique Les Amis Persévérants et l'Étoile de Vesone Réunis à l'Orient de Périgueux. Mais le préfet de la Dordogne a reçu l'ordre du ministre de l'Intérieur, Oscar Bardi de Fourtou, de fermer certaines Loges, dont celle-ci. Eugène Le Roy n'est initié qu'en 1878 après que Mac Mahon eut perdu les élections d'octobre 1877 (Histoire de la Franc-maçonnerie en PérigordFanlac, 1989).

À partir de ce moment, Eugène Le Roy écrit dans les journaux locaux, Le Réveil de la Dordogne notamment, des articles républicains et anticléricaux. Il suit en cela l'orientation politique et philosophique de la Franc-maçonnerie radicale de la fin du xixe siècle qui orientera les gouvernements vers la Séparation des Églises et de l'ÉtatLe Moulin du Frau, première œuvre romanesque d'Eugène Le Roy publiée en 1890, est une véritable leçon de radicalisme sous la IIIe République. Puis, il publie Traditions et Révolutions en Périgord pendant la seconde moitié du xixe siècle[références ?].

De 1891 à 1901, Eugène Le Roy rédige un volumineux manuscrit (1086 pages) intitulé Études critiques sur le christianisme. Ce texte, déposé aux Archives Départementales de la Dordogne sous la cote J2222, est publié par les éditions de La Lauze à Périgueux en 2007. Les introductions de Guy Penaud, Richard Bordes et Jean Page détaillent de façon très précise la vie d'Eugène Le Roy, ses opinions politiques et son parcours maçonnique. Il s'agit d'un pamphlet anticlérical sans concessions où Le Roy cherche à montrer que la collusion entre les pouvoirs temporel et spirituel est néfaste à une nation. Il tire de ce travail des conclusions sans appel : « Ainsi on le voit, l’Évangile n’a pas inventé une morale particulière ; il n’y a pas la morale de Jésus, celle de Cicéron, celle de Confucius etc., il y a une morale universelle, qui ne fait acception ni des temps, ni des lieux, ni des personnes, qui plane sereine et immuable sur les sectateurs de Jéhovah, de Jupiter, de Bouddha et du Christ. C’est à cette morale impersonnelle, produit spontané de la conscience humaine, morale formulée de temps immémorial par une foule d’hommes de bien, que l’Évangile a emprunté ses plus beaux préceptes… » (Études critiquesp. 353). La somme des ouvrages concernant l’histoire et la religion chrétiennes que Le Roy a consultés pour rédiger cet énorme travail est impressionnante : s’il se réfère continuellement à Voltaire, principalement au Dictionnaire philosophique, mais aussi aux Annales de l’Empire, il puise également chez Denis DiderotJean-Jacques RousseauPaul Henri Thiry d'HolbachProudhonErnest RenanLouis De Potter (Histoire du christianisme et des Églises chrétiennes)SauvestrePaul Bert (La morale des Jésuites)Victor-Henri Debidour, Paul Parfait, Augustin Fabre, Mage et Alfred Loisy dont il a sans doute lu L’Évangile et l’Église publié en 1902 ; il cite également Pierre Leroux, franc-maçon de Limoges et père de la surprenante théorie du circulus qui a fait hurler de rire la Chambre des députés ; il a également travaillé sur les Origines de la France contemporaine, d’Hippolyte Taine et sur L’origine de tous les cultes de Charles-François Dupuis, ouvrage publié en 1822, sur L’Ancien Régime et la Révolution d’Alexis de Tocqueville (cité p. 573) ; mais il a lu aussi des auteurs catholiques, Bossuet, le Dictionnaire de théologie de Nicolas-Sylvestre Bergier, le Traité sur l’apparition des esprits de Dom Calmet et bien d’autres ouvrages encore dont on soupçonne la présence au fil des pages, comme Brantôme ou la Nobla Leyczon vaudoise dont il cite quatre vers de mémoire, ou encore Les Huguenots : cent ans de persécution (1685-1789), de Charles Alfred de Janzé. Cet ouvrage montre sans conteste la vraie personnalité de Le Roy et son dégoût pour les injustices et les intolérances religieuses.

Il entreprend en 1894 la rédaction de Mademoiselle de la Ralphie qu'il achève en 1902. Il y narre la déchéance d’une fille de la noblesse dévorée par la passion pendant la Monarchie de Juillet.

En 1899, il publie Jacquou le croquant, qui raconte la révolte d’un petit paysan contre les injustices sociales de son temps, depuis la Restauration jusqu’à la fin du xixe siècle. Un feuilleton télévisé à succès en sera tiré en 1969.

Il écrit en 1897-1898 Les gens d'Auberoque dont l'histoire se situe dans la bourgeoisie provinciale et affairiste sous le Second Empire et la Troisième République. En 1901, il publie La petite Nicette et Le grand Milou, puis en 1902 L'Année rustique en Périgord.

Eugène Le Roy prend sa retraite à Montignac. Il refuse en 1904 la Légion d'honneur qui lui est proposée. Il rédige encore Au pays des pierres.

À sa mort en 1907, Eugène Le Roy est inhumé civilement. Il laisse un dernier ouvrage : Le Parpaillot, qui paraîtra six ans après sa mort sous le titre de L'Ennemi de la Mort [archive]. Il laisse également divers inédits, dont un pamphlet voltairien, La Damnation de saint Guynefort qui ne sera publié qu'en 1937 (cf. Richard Bordes & Claude Lacombe, Le Vrai Visage d'Eugène Le Roy, édition de la Lauze, 2011).

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres
  • Le Moulin de Frau (1891), paru en feuilleton dans L'Avenir de la Dordogne du 2 avril au 21 août 1891 puis chez Fasquelle en 1905.
  • Jacquou le Croquant (1899), paru en feuilleton dans la Revue de Paris du 15 mars au 15 mai 1899 puis chez Calmann-Lévy en 1900. — Édition numérique disponible sur Wikisource en trois formats : ePub, PDF, MOBI.
  • La Damnation de Saint-Guynefort (1937), composé en 1901, édité en 1937 chez Sedrowski.
  • Nicette et Milou (1901) : La petite Nicette, écrit en "août et septembre 1900" parut dans le N° de mars 1901 de la Revue de Paris (livraison du 15 mars). Le grand Milou fut écrit en novembre et décembre 1900". Les deux nouvelles sont réunies sous le titre "Nicette et Milou chez Calmann-Lévy en 1901.
  • L'Année rustique en Périgord (1903), articles parus du 21 novembre 1903 au 7 juin 1904 dans Le petit centre de Limoges, puis publié à Bergerac en 1906.
  • Roquejoffre (paru sous forme de roman-feuilleton dans Le Temps du 10 décembre 1903 au 20 décembre 1903)
  • La Belle Coutelière (1905), nouvelle publiée dans le Temps en juin 1905 puis reprise avec trois autres nouvelles dans Au Pays des Pierres en mai 1906. Nouvelle édition avec fac-simile du manuscrit chez Fanlac en 20123.
  • Au Pays des pierres (1906), Fasquelle.
  • Les Gens d'Auberoque (1906), paru dans la Revue de Paris du 1er mai au 1er juillet 1906, puis chez Calmann-Lévy en 1906.
  • Mademoiselle de la Ralphie (1906), paru en feuilleton dans La petite République du 25 février au 26 avril 1906, puis chez F. Rieder en 1921.
  • L'Ennemi de la mort (1912), paru dans la Revue des deux Mondes à partir du 15 juillet 1912, puis par Calmann-Lévy en 1912.
  • Études critiques sur le christianisme (2007), paru aux Éditions La Lauze, Périgueux à partir d'un manuscrit de 1086 pages conservé aux Archives Départementales de la Dordogne4. Avec des introductions de Guy Penaud, Richard Bordes et Jean Page.
Principales éditions
  • Œuvres complètes aux Éditions du Périgord Noir, Périgueux.
  • Choix (Le Moulin du Frau ; Jacquou le Croquant ; Les gens d’Auberoque ; Nicette et Milou) au Livre club Diderot.
  • Plusieurs titres aux éditions Fanlac, dont La Belle Coutelière et La Damnation de saint Guynefort.
  • En poche : Jacquou le Croquant (1899) et l’Ennemi de la Mort.
  • Au cours du premier semestre 2007, les Éditions de La Lauze, de Périgueux, ont publié le dernier texte inédit d'Eugène Le Roy, Études critiques sur le christianisme, avec des introductions de Guy Penaud, Richard Bordes et Jean Page; (ISBN 2352490154).
Œuvres adaptées pour la télévision et cinéma
Biographies et études sur l’auteur et son œuvre
  • Un franc-maçon périgourdin : Eugène Le Roy », Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1978, pp. 69 à 74
  • Eugène Le Roy, Sapeur-Pompier », Bulletin du « Congrès national des sapeurs-pompiers français », Périgueux, 1980
  • Richard Bordes et Claude Lacombe, Le Vrai Visage d'Eugène Le Roy. Contre-enquête sur un républicain, anticlérical, libre penseur et franc-maçon de la IIIe République, éditions La Lauze, 2010.
  • Le numéro 3 des Cahiers de Vésone est consacré à Eugène Le Roy (éditions Fanlac).
  • Guy Penaud et José Correa, La Cuisine rustique au temps de Jacquou le Croquant, 2004, Éditions de La Lauze, Périgueux (France)
  • Guy Penaud et José Correa, Le Roy à Hautefort, 2007, Éditions de La Lauze, Périgueux (France)
  • Guy Citerne, La vie traditionnelle dans le Périgord d’Eugène Le Roy, BT2 no 167, CEL 1984.
  • Guy Citerne, Traditions et Révolutions dans le Périgord d’Eugène Le Roy, BT2 no 167, CEL 1984.
  • Marcel Secondat, Eugène Le Roy connu et inconnu, Éditions du Périgord Noir, 1978.

Article provenant de WIKIPEDIA

Posté par Alainramos à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2017

MEIGNEN :VOTRE PLAIDOIRIE SUR VOTRE IRRESPONSABILITE EST NULLE, QUAND ALLEZ-VOUS, ENFIN, ASSUMER VOS MAUVAIS CHOIX?

Décidément au Blanc-Mesnil, le pire est toujours sure. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une semaine sans que l'enlèvement des ordures ménagères ne soit fait d'une manière correcte. Sans surprise cette situation accroît la prolifération des rats.

Devant, une telle dégradation de l'hygiène public, peut entraîner de graves accidents de santé publique, les habitants du Blanc-Mesnil sont donc en droit d'exiger de la municipalité et du maire de droite extrême qu'ils assument leurs responsabilités.

Sans surprise, la réponse du maire est affligeante.

Dans son éditorial du n°66 du « journal municipal, Meignen nous indique qu'il n'est en rien responsable des dysfonctionnements dans l'enlèvement des ordures ménagères. Comme à sa détestable habitude,il renvoie sur le Seapfa et sur la communauté d'agglomération la responsabilité de ces dysfonctionnements.

Bien entendu, il oublie de vous informer qu'il est vice-président du Seapfa et vice président de la communauté d'agglomération, la seule chose qu'il n'oublie pas s'est d'empocher les indemnités d'élus que lui valent ces deux vice-présidences.

Pourtant, il a l'air bien informé puisqu'il évoque les changements de prestataire privé, puisque Véolia qui assurait cette délégation de service publique de l'enlèvement des déchets ménagers pour notre commune, a perdu ce lucratif marché. Ce changement dont oublie de nous en dire les raisons, à, la aussi et sans surprise, provoqué des problèmes sociaux, le code du travail n'a pas encore était détruit mais les patrons semblent anticiper, d'où la mobilisation bien légitime des salariés concernés.

Bref, Meignen participe aux prises de décisions, mais refusent d'assumer les conséquences que ses décisions provoquent, en l'occurence pour Blanc-Mesnil une baisse de la qualité du service de l'enlèvement des déchets ménagers.

Aujourd'hui, le Parisien édition de Seine Saint Denis, met en exergue la prolifération des rats, en particulier dans les rues Bobby Sand et Alfred Dreyfus. Malheureusement, cette question d'hygiène et de santé publique devient récurrente au Blanc-Mesnil. Parions que là aussi, l'irresponsabilité sera plaidée .

Et pourtant, jusqu'en avril 2014, notre ville, en coopération avec les villes d'Aulnay-sous bois et Drancy, menait deux fois par an des campagnes actives et efficaces de dératisation. Mais, pour Meignen cela coûtait trop chère et la coopération intercommunale inefficace. Résultat, les deux autres villes ont poursuivi leur action, et les rats qui comme chacun le sait sont tout sauf con se sont rabattus sur notre commune. De plus la municipalité a mis plusieurs mois a réagir et aujourd'hui nous sommes confrontés à l'irresponsabilité de la droite extrême et à la prolifération des rats, qui courent parfois dans les cours de récréation des écoles.

OUI L'IRRESPONSABILITE DE MEIGNEN EST INACCEPTABLE ET COUPABLE.

Dans le même numéro « du journal municipal » Meignen nous promet monts et merveilles, la promotion et la spéculation immobilière à chaque coin de rue et d'avenue. Il nous vante le projet de 720 logements le long de l'avenue de la division Leclerc. Mais, il oublie de nous dire que lui et la Cogédim ont bien du mal à réimplanter les écoles JB.Clément et Paul Langevin au bas des immeubles d'habitation prévus et recherche vainement des mètres carrés pour implanter les cours de récréation, les dividendes avant le bien être des écoliers. Il s'ébaudie devant la construction de 245 logements par la Cogedim « encore elle » en lieu et place du parking de 250 places si utile aux usagers du RER B. Il oublie de nous dire qu'il avait pour programme « sauvons nos pavillons »

Il rêve de faire venir « les bobos » au Blanc-Mesnil, pour en faire partir les employés et les ouvriers. A l'évidence, l'article du Parisien de ce jour va contribuer à démystifier la démagogie de la droite extrême.

Monsieur Meignen, vous qui percevez mensuellement, en indemnités payées par nos impôts locaux,

affreux

l'équivalant de 6,5 SMIC, votre plaidoirie sur irresponsabilité est inacceptable.

Vous êtes incapable de construire un futur désirable pour Blanc-Mesnil et ses habitants.

Posté par Alainramos à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2017

BMS JUDO fait briller les couleurs du Blanc-Mesnil

judo européen

Ce week end du 8 et 9 juillet, s'est tenue l'Europeane Cup de Pologne à Gdynia. 
Le BMSJudo avait engagé 3 juniors:
-66 Dorian Laversin 3ème dernier championnat de France juniors
-90 Loussala Wiliam 3ème championnat de France juniors
-100 Djiguiba Hermann
C est William Loussala qui s'est distingué en remportant la medaille de bronze après un parcours de folie.
Jusqu'en 1/4 de finale, il remporte successivement les combats contre l'Anglais BEAMIS TOBY, l'Ukrenien BABENKO.
En 1/4 de finale il s'incline contre le Russe BOZHA futur vainqueur du tournoi.
En Repêchage : 
William passe le Polonais et le Belge pour se retrouver en place de 3ème contre le Français Ait Mohamed Amer Sofiane 2eme du dernier championnat de France.
Ce combat a été d'une grande qualité et les 2 combattants ont eu un engagement total.
C est William Loussala qui s'en sort vainqueur de ce magnifique combat.
Voici quelques photos de cette belle journee.
Un grand Bravo à William Loussala
BMSJudo

Posté par Alainramos à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

LE BLANC-MESNIL: PETIT INVENTAIRE DES TRIBULATIONS DU MAIRE DE DROITE EXTREME!

 

affreux

1193e jour de la lutte, pour reconquérir le droit de bien vivre ensemble au Blanc-Mesnil, honneur, solidarité et partage !

Nous sommes à la veille du jour tant attendu , le début des vacances. Folio a pris ses quartiers d'été, à Granges d'Ans au cœur du Périgord noir. Mais, grâce aux progrès techniques, il reste en permanence brancher avec la ville, de son cœur, Blanc-Mesnil.

Dans ce cadre, il vous propose ce petit inventaire.

OPIEVOY : à la fin de 2016, Meignen, tout imprégné de sa soi-disante toute puissance, avait annoncé qu'il allait s'opposer aux décisions de l'Etat à propos du transfert du patrimoine de l'OPIEVOY vers le OPH 93. Pour cela, il engage avec les finances locales une action en justice, il perd en première instance, mais il s'acharne fait appel et pour cela il doit faire un emprunt de 10 millions d'euros pour constituer un dépôt de garantie.

Lors  du conseil municipal du 30 juin 2017, il annonce qu'il a renoncé à son action en justice et qu'il va utiliser l'emprunt pour faire des investissements.

Bref, rappel, lors du budget primitif a grand renfort de trompettes, il avait affirmé réduire l'appel à l'emprunt seulement 8 millions d'euros. Quelques mois plus tard nous en sommes à 10 millions d'euros, sans savoir si il viendront s'ajouter aux 8 millions d'euros prévus ou si ils constitueront la totalité des emprunts 2017.

En un mot, notre commune a dépensé beaucoup d'argent pour ester en justice, a dû faire un emprunt de 10 millions d'euros, dont les intérêts ont commencé de courir et tout cela pour s'arrêter en cours de chemin, voilà qui n'est guère de bonne gestion.

Cerise sur le gâteau, il semblerait que la raison avancée par le maire pour clore ce dossier ne correspond pas à la réalité. Le maire n'a nullement cessé la bataille juridique, le maire a perdu ses procès sur ce dossier.

OSICA : c'est la société d'HLM qui gère la résidence du Sous Coudray avenue Pasteur. Lors conseil municipal du 30 juin 2017, Meignen nous annonce que l'engagement pris par la municipalité de garantir les emprunts de l'Osica pour cette résidence, permettrait à notre commune d'être attributaire d'un plus grand nombre logements.Mais il faut toujours que Meignen joue gros bras, il affirme qu'il souhaiterait que toute les résidences d'Hlm de notre ville soit à l'image de celle-ci.

Patatras, en début de cette semaine un homme est abattu par balle, allée Laennec. Cet homme est entre la vie et la mort, nous espérons qu'il s'en sortira et nous condamnons ce type de violence.

Bref, Meignen a toujours vouloir faire la mousse, la réalité plombe sa communication. En effet, il est pas du tout certain que  les Blanc-Mesnilois souhaitent habiter dans une résidence plomber par ce type de fait divers.

Fonctionnaires territoriaux : nous nous souvenons des fonctionnaires territoriaux qui le 27 juin 2017 ont crié leurs souffrances au travail sous les fenêtres du maire. Nous nous souvenons aussi des méthodes dignes du code du travail Macron en devenir qui avaient été employées pour empêcher les fonctionnaires territoriaux de participer à cette action. Relire la question orale des élus de gauche au conseil municipal du 30 juin 2017.

Malgré, les allégations de Meignen dignes de madame Pénicaud l'actuelle ministre du travail ou du ministre actuel du budget, la crise de la souffrance au travail perdure au sein de la collectivité territoriale. Il semblerait que celles et ceux du CTM qui ont participé à l'action du 27 juin 2017 passent de mauvais moments, Il apparaîtrait que ceux qui reviennent de congés maladies recevraient un accueil pour le moins inacceptable.

Bref, la vigilance citoyenne est une nécessité absolue.

Désherbage : Meignen privatise à tour de bras, le désherbage des trottoirs et et des caniveaux a été confié à une entreprise privée début avril 2017, pour un contrat devrait se clore à la fin de l'année, pour un montant de 59 000€.

Ce choix est sans surprise de la part d'un maire de droite extrême.

Mais, il est surprenant de voir, que malgré ce contrat, des fonctionnaires territoriaux continuent désherber les trottoirs et les caniveaux. A l'évidence, Meignen, doit nous donner une explication satisfaisante sur cette situation pour le moins incompréhensible.

BMS FOOTBALL : Avec Meignen, il n'y a plus grand chose qui étonne. L'an passé, face à la mauvaise gestion du clob de judo de Balkany-Levallois, l'ESBM-judo accueillait la totalité de l'équipe féminine de judo de Levallois. « Bien entendu tout cela avait été mené de main de maître par le Président et le CA de l'ESBM-judo » sic . Bien entendu personne n'etait dupe de cette situation donc le fric est et était le seul moteur.

Cette année rebelotte, les adhérents, le président du club, le CA de BMS Football ont appris par la presse et les rumeurs, que le BMS football avait un nouveau président en la personne d'Eric Besson ancien ministre de Sarkozy.

Comme vous le voyez l'indépendence et l'autonomie des associations comptent pour rien pour le maire de droite extrême.

L'on nous dit que Eric Besson est fan de foot, nous ce que nous savons, surtout, c'est que depuis longtemps il est un conseil financier pour des entreprises.

Le club BMS FOOTBALL qui est nationale 3, va devenir un outil à faire du cash, car les hommes comme Besson et Meignen leur principale occupation est de faire du fric avec tout.

En tous les cas le respect de l'indépendance et de l'autonomie des associations sportives est devenu caduc. Pour poursuivre leurs activités, elles seront dans l'obligation de passer par les fourches caudines  de l'argent roi.

Pas étonnant dans ces conditions que sur la quarantaine d'associations sportives que comptent notre commune , seulement 10 aient répondu présent à la convocation de l'adjointe au maire déléguée aux sports et sœur du maire, le 30 juin 2017.

Pas étonnant que la soeur du maire ait passé son temps en diatribes contre le collectif des « associations en colère du Blanc-Mesnil ».

Les passeports : Si l'internet est un indéniable progrès, il devient aussi la source d'un développement important d'inégalités nouvelles. Dans notre commune, actuellement les services refusent d'instruire les dossiers de constitution des passeports, exigeant de nos concitoyens qu'ils aient au préalable rempli une demande sur internet.

Situation qui soulève bien des inquiétudes et des protestations. Comme d'habitude, la municipalité rétorque qu'elle ne fait qu'appliquer les injonctions de la préfecture. Mais, aussi comme d'habitude cette réponse ne correspond en rien à la réalité.

Cette réponse dilatoire s'inscrit dans un double objectif, un, développer les inégalités à l'accès des services public, deux, diminuer les effectifs des services publics pour répondre aux souhaits de Macron et de Fillon.

Les MPT :Il y a quelques jours nous avons publié un article sur les MPT après les tags qui avaient fait leur apparition sur les murs de celles-ci. Le 30 juin 2017, le conseil municipal a validé les accréditations du caractère social des centres sociaux de la ville. La validation qui confirme qu'avant cette date, cette accréditation n'existait pas.

Il n'en reste pas moins vrai qu'aujourd'hui la situation de ces outils si nécessaire au bien vivre ensemble dans les quartiers populaires de la ville est dramatique et coûte très chère à ville uniquement pour améliorer les finances de l'IFAC.

Sans démocratie participative, sans la participation active des citoyens à la gestion des MPT, nous allons vers une catastrophe.

Posté par Alainramos à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2017

BLANC-MESNIL: MERCI MONSIEUR MEIGNEN, POUR CET EDITORIAL TELLEMEMENT REVELATEUR DE CE QUE VOUS ETES!

 

affreux

L'approche du départ des vacances, l'attention portée aux courageux messages anonymes dénonçant le sectarisme et les à prioris négatifs de ce blog citoyen qui revendique haut et fort son engagement de gauche au service de l'intérêt général, tentant de compte de l'attention toute particulière que lui accorde la municipalité de droite d'extrême, qui ne manque jamais de le stigmatiser lors des séances du conseil municipal, il fallait bien qu'un jour nous nous félicitions d'une initiative municipale.

Ce jour est arrivé, nous trouvons le n°65 du journal municipal d'une exceptionnelle qualité.

Effet, l'éditorial signé par le maire de droite extrême est la confirmation de ce que nous disons et pensons de lui depuis maintenant 1189 jours.

D'abord, n'est pas Pierre Darc qui veut, lui qui depuis Londres combattait les collabos et les nazis. Pour se permettre cet humour de mauvais aloi, il aurait fallu que vous connaissiez l'histoire de notre pays et de son peuple. Radio PARIS faisait la chasse aux Guy Moquet, Gabriel Péri, Pierre Brossolette, Georges Mandel, Jacques Bonsergent, Jacques Decour, Jean Moulin. Bref, radio Paris était du coté des oppresseurs,  des patrons collabos, des tueurs de la liberté d'expression, des libertés syndicales, Radio Paris fermait les bourses du travail, ballonnait tous les espaces de démocratie citoyenne.

En un mot, le titre de l'éditorial est un tombereau  de haine, de mépris, de méchanceté gratuite qui souligne votre incapacité à être le maire de tous les Blanc-Mesnilois.

Jamais, dans notre commune, jamais depuis que les municipalités éditent un bulletin municipal, celui-ci n' a été le vecteur d'une telle vindicte contre les oppositions municipales qu'elles aient été de droite ou d'extrême droite.

Cela n'honore pas, les partis que vous représentez, les Républicains et l'UDI.

Mais ce texte, sa virulence est une bonne nouvelle, il souligne l'inquiètude de votre camp à la sortie de cette longue confrontation électorale. Il souligne aussi vos erreurs tactiques, tout particulièrement celles que vous avez faites lors des législatives. Les résultats de votre camp politique sont en recul depuis les élections régionales, pourtant vous étiez candidat sur la liste de Précresse et celle-ci est largement battue au Blanc-Mesnil par la liste de la gauche au deuxième tour. Aux présidentielles Fillon qui était votre candidat est sèchement battu, et l'ensemble des candidats de gauche réunis font un score très important dans notre commune.

Lors des législatives, vous avez voulu communaliser le scrutin, bien mal, vous en pris puisque votre compagne Christine Gerrigone ne peut pas participer au deuxième tour , malgré votre soutien très visible. Lors du premier tour, Madame Buffet est en tête du 21 bureaux sur 27. Donc, votre municipalisation du scrutin vous a donné une réponse, en pourcentage votre candidate est très loin de votre résultat de 2014 et même inférieur à vos résultats de 2008.

Voilà pourquoi vous êtes vindicatif.

Et comme à votre habitude, vous tordez la réalité, vous vous exprimez en voix, alors qu'il faut faire des comparaisons en pourcentages, surtout face au taux exceptionnellement important d'abstention. Bref, vous  vous rassurer et rassurer vos militants  en enveloppant de ténèbres les résultats. 

Mais, vous êtes aussi vindicatif, car ne nous ferons l'injure de penser que vous percevez les évolutions en cours au coeur de la population Blanc-Mesniloise. Mais, votre démonstration sur le respect de l'autonomie, de l'indépendance et de l'égalité de traitement est une caricature de la réalité. Nous connaissons une association reconnue par la préfecture pour son sérieux et sa capacité à défendre l'intérêt général, qui attend toujours une réponse de votre part à un courrier datant du 18 juin 2015, vous demandant une salle pour tenir son assemblée générale. Par ailleurs vos éléments de stigmatisation d'une association ne repose sur aucun fait avéré. Votre affirmation du traitement égalitaire vis à vis des associations sportives de judo ne correspond pas aux votes qui ont été effectués par le conseil municipal. De plus votre texte, sur l'attribution des salles aux organisations politiques, tombe juste au moment où vous empêchez Madame Marie George Buffet d'organiser un pot de remerciement pour son élection.

Vous êtes vindicatif car de plus en plus de citoyennes se mobilisent, des affichettes disant "Non à Béton Mesnil", des riverains qui vous empêchent de dégrader leur environnement, des associations qui luttent pour défendre leur liberté, la justice qui ne vous donne pas raison, sur le dossier de l'Opievoy, ou sur la plainte en diffamation contre Folio, les personnels communaux qui de plus en plus relèvent la têtes et crient leur souffrance au travail sous vos fenêtres. 

Oui, votre éditorial est inacceptable,scandaleux. 

Oui, votre éditorial est une bonne nouvelle, car il confirme et valide tout ce que nous écrivons et disons depuis si longtemps. 

Oui, votre éditorial est une bonne nouvelle, car il révèle votre personnalité et son incapacité accepter le réel.

Oui, le travail d'explication, oui le travail des élus de gauche commence à être compris, oui les mobilisations citoyennes, pour la démocratie, la liberté et pour reconquérir le droit du bien vivre ensemble est en ébullition et nous en sommes heureux.

Votre éditorial est détestable, la haine,  le mépris sont incompatibles avec l'esprit des Lumières dont a toujours été porteuse la ville du Blanc-Mesnil.

Votre volonté de chasser de cette ville celles et ceux qui en sont l'âme c'est à dire les ouvriers, les employés, les techniciens, les ingénieurs et les cadres, ne trompent plus personnes. 

Ensemble nous sommes  déterminés à construire un futur désirable pour tous les Blanc-Mesnilois.

Posté par Alainramos à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2017

BLANC-MESNIL: LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL QUESTION DES ELUS DE GAUCHE AU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JUIN 2017

avec les salariés

Groupe « Blanc-Mesnil au cœur »

Conseil municipal du 30 juin 2017 –Question orale

Monsieur le maire

, Mardi dernier, plusieurs dizaines d’agents municipaux se sont rassemblés à l’appel du syndicat CGT pour protester et exprimer publiquement la problématique de la souffrance au travail au sein de notre collectivité.

De nombreux témoignages, émanant de plusieurs services municipaux, ont permis de révéler l’ampleur du phénomène et de mesurer, sans doute encore insuffisamment, la gravité des dommages causés par les pressions, qu’elles soient organisationnelles et/ou hiérarchiques, subies par les agents municipaux.

Cette situation n’est pas, pour notre groupe, à considérer - vous l’avez dit dans la presse – comme une « affabulation de la CGT » et est malheureusement corroborée par des constats faits par des médecins du travail et par l’ACFI (Agent Chargé des Fonctions d’Inspection), équivalent de l’inspecteur du travail pour la fonction publique.

Ces professionnels de santé et du droit du travail parle, entre autres, de « risque de suicide manifeste » et de « risque psychosocial grave ». Minorer, voire ignorer, de telles observations n’est pas acceptable. Un chef d’entreprise, tel que vous aimez à vous présenter, ne peut et ne doit pas méconnaitre ses responsabilités lorsque de tels constats sont posés. De plus, les agents municipaux ne sont pas « vos » salariés mais des agents de la fonction publique au service de la population de notre ville.

Aussi nous souhaitons que ce problème grave posé à notre collectivité puisse être traiter de manière sérieuse dans le respect de tous et toutes. La CGT porte des propositions et souhaite en débattre avec vous dans le cadre d’un dialogue social réel, constructif et apaisé.

Nous vous demandons donc quand allez-vous recevoir une délégation de salariés comme la CGT vous le demande depuis longtemps maintenant ? et que comptez-vous entreprendre pour mettre fin à tous les phénomènes générant de la souffrance et du mal-être au travail ?

Nous vous demandons également de nous associer à toutes les démarches que vous comptez entreprendre et de nous communiquer tout document relatif à ce dossier.

Posté par Alainramos à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2017

BLANC-MESNIL: MEIGNEN PROPOSE AUX RETRAITES DES SEJOURS A 2055€, ALORS QUE 20% D'ENTRE EUX VIVENT AVEC MOINS DE 800€ PAR MOIS!

affreux

La majorité municipale de droite extrême ne rate jamais une occasion de mettre en avant ses choix en direction des retraités. Elle rate jamais la possibilité, y compris ,en période électorale d'utiliser les moyens municipaux pour valoriser ou faire connaître la candidate LR/UDI, avec le succès que l'on sait puisque celle-ci a été éliminée dès le premier tour des élections législatives, en faisant un score inférieur, à celui le droite aux municipales de 2008.

Au conseil municipal,du 30 juin 2017, nous prendrons connaissance des décisions prises par le maire, dans le cadre de l'article L.2122.22 du code des collectivités territoriales. Nous vous présentons la décision n°109 du 19 avril 2017. elle concerne l'organisation de séjours pour les retraités de notre commune.

7 propositions sont faites, elles ne concerneront au maximum que 245 Blanc-Mesnilois, notre ville compte près 8100 retraités, cette proposition ne concerne donc que 3% de cette population.

En clair, nous pouvons affirmer, que la municipalité de droite extrême ne se préoccupe pas en matière de propositions de séjours de vacances de 87% des retraités Blanc-Mesnilois

Les prix proposés vont de 2055€, pour un séjour dans le Grand Ouest Américains (las Végas), 1 135€, pour séjour en Crète, 945€ pour un séjour en Bulgarie, 579€ pour un séjour à Prague, 620€ pour un séjour à Lisbonne, 740€ pour un séjour à Rome.

Bref, si nous faisons la moyenne de ces sept propositions nous arrivons 867€ par personnes.

Il nous parait nécessaire de remettre en perspective ces propositions de la majorité municipale de droite extrême, avec la réalité économique et sociale des retraités de notre ville, nous le rappelons une nouvelle fois 20% des retraités de notre commune vivent avec moins de 800€ par mois et la très grande majorité d'entre eux perçoivent 1200€.

Les chiffres parlent d'eux même, les propositions faites par Cerrigone et Meignen sont  scandaleuses et expriment un très grand mépris pour la très grande majorité des retraités du Blanc-Mesnil.

Nous sommes heureux pour les 245 retraités de notre ville qui pourront participer à ces séjours.

Mais, nous ne pouvons que regretter que le très grande majorité des retraités de notre ville n'aient pas accès aux initiatives communales. Nous regrettons que comme pour de nombreuses initiatives la majorité municipale de droite extrême sélectionne les participants par l'argent. Nous regrettons d'autant plus ce choix n'empêche pas Cerrigone et Meignen  de beaucoup fanfaronner  pour masquer les inégalités qu'ils développent.

Pour conclure, nous ne pouvons qu'exprimer nos inquiétudes, sur la déstabilisation du service municipale d'aide aux personnes âgées, dont les effectifs fondent, cette baisse détériore le service rendu et aggrave les conditions de travail des personnels. Ces choix de la municipalité de droite extrême ont pour objectif la privatisation et la marchandisation de l'aide à domicile.

Comme quoi les paillettes et les voyages à Las Végas ne sont là que pour masquer des choix contraires à l'intérêt général.

Posté par Alainramos à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]