FOLIO DU BLANC-MESNIL

31 juillet 2015

Au Blanc-Mesnil: l'entreprise de démolition mise en oeuvre par la droite extrême!

 

Arcole_et_bygmalion

La fin juillet 2015, nous amène à constater que notre ville et la politique menée par la droite extrême depuis avril 2014 font l'objet de plusieurs articles dans les médias, l'Humanité, Le Parisien, le Canard Enchaîné. Tout cela ne donne pas une excellente image de notre commune.

En effet, il est question de censure et d'attaque contre la liberté d'expression, de manœuvre pour discréditer le CASC et la CGT, pour préparer les Blanc-Mesnilois à la remise en cause par la droite extrême des subventions aux œuvres sociales du personnel, de l'utilisation d'initiatives associatives ayant le soutien financier et donc de nos impôts locaux pour favoriser la campagne pour les élections régionales de Valérie Pécresse.

La droite extrême du Blanc-Mesnil déclare partout qu'elle veut dépolitiser la vie locale. Elle veut surtout tout mettre en œuvre pour que la démocratie n'est plus sa place dans notre commune. Dès l'an passé les moyens communaux sont déployés pour favoriser l'UMP aujourd'hui les Ripoublicains. Mise à la disposition de la ferme Notre-Dame à l'UMP 93, prêt d'une salle au FN, Invitation de Pécresse députée des Yvelines aux vœux 2015 et tête de liste aux régionales 2015 en Île de France, encore Précesse lors d'un rassemblement de nos concitoyens de confession musulmane, encore et toujours Pécresse, pour le début de Blanc-Mesnil Plage.

Une bien curieuse façon de dépolitiser la gestion communale, en faisant en sorte, que pratiquement chaque initiative locale se transforme en meeting pour les candidats Ripoublicains. Car bien entendu à chaque fois Pécresse fait campagne avec vos impôts locaux. Sans oublier la réunion d'une officine Ripoublicaine qui se tiendra encore à la ferme Notre-Dame à la rentrée.Bref notre argent, nos impôts locaux les intéressent.

Nous avons bien au Blanc-Mesnil une équipe municipale qui ne fait que la politique politicarde du plus mauvais effet. La droite extrême dans notre ville mène essentiellement une politique de casse, elle ne fait que ça depuis avril 2014. Elle mutile le projet de réhabilitation de la piscine municipale en supprimant la fausse de plongée, équipement qui aurait donné un rayonnement régional à cette équipement. Elle remet en cause des arrêtés de promotion et d'augmentation des personnels. Elle organise une véritable châsse aux sorcières qui déstructure administration communale. Elle casse la politique culturelle. Elle ferme la bourse du travail. Elle prépare la fermeture des centres municipaux de santé. Elle prépare la disparition des colonies de vacances.Elle empêche la tenue du 40° tournoi international du BMS Judo.Elle ment sur la question de la dangerosité de la gare de triage. Elle met en vente le patrimoine communal. Elle attaque les droits sociaux du personnel communal, parce ses amis n'ont pas obtenu la majorité au CASC, ses méthodes s'apparentent à celles utiliser par les Junker, Merkel, Draghi pour mettre à genoux le peuple grec.

Elle donne des leçons de morales, alors qu'en matière de financement des campagnes électorales, les Ripoublicains sont très très limites si l'on juge par le nombre d'affaires dans lesquelles les noms des responsables Ripoublicains apparaissent, Sarkozy, Guéant,Copé et la bande à Bygmalion, dont le conseiller spécial a été un émouvant zélateur en invitant par l'intermédiaire de l'association ARRCOLE et à de nombreuses reprises les responsables de Bygmalion souvent cités dans les affaires touchant au financement de campagnes électorales des Ripoublicains.

Oui, nous avons bien à faire à une équipe de démolisseurs de l'intérêt t général, et plus le temps avance, plus nous nous apercevons que leurs choix vont de manière quasiment systématique dans le sens de favoriser les intérêts privés de sociétés amies et qui pour les contrats qui génèrent beaucoup d'argent sont des sociétés étrangères, allemande pour la distribution de l'eau et suédoise pour la vente du centre d'entreprise à un affairiste. Nous sommes passés d'une politique de solidarité à une politique affairiste et mercantile.

Il est urgent de préparer un rassemblement citoyen républicain.

Posté par Alainramos à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Il y a 101 ans ils ont tué JEAN JAURES. Une vidéo du groupe ZEBDA hommage il chante: Pourquoi ils ont tué Jaurès

A_Jean_Jaur_s

IL Y A 101 ANS, LE 31 JUILLET 1914. ILS ONT TUE JEAN JAURES.

Posté par Alainramos à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2015

Guerre civile espagnole, poème de Vincente HUIDOBRO Espagne

 

Alain_Ramos

ESPAGNE.

 

Des traîtres nocturnes à l'âme marécageuse

Frères de la vipère et des tenues de deuil

Ont poignardé la belle étoiles chargée d'espoir

Parmi les algues les ténèbres les fleuves défunts

 

Souffle la mer qui fait des pyramides de larmes

De fatals escaliers des musiques avec du sang

Sous des nuées qui passent comme des chars blessés

Dans un ciel tout altéré plein de canon distants

 

l'épopée du peuple qui exige son destin

Lève des fronts au ciel et brise de grands courages

Et les fantômes dansent entre les bateaux malades

Dans la nuits de l'homme qui nourrit les cimetières

 

Passent des soldats passent des vagues passent des vents

Pareils aux notes d'un chant qui effraie les âges

L'immense symphonie avec ses hommes et sa pluie

Se perd dans une tombe ouverte sous le soir

 

Des armées de lumières tout au bord de la mort

Se dresse la forêt et en chantant passent les soldats

C'est ce grand voyage aveugle des voiles et du vent

Vous ne reverrez plus ces soldats

 

Ligne après ligne ils attaquent les horizons

Et viennent mourir sur la plages parmi les vagues

Tant de sourire tant de sang tant de héros qui tombent

Et sortent de leur corps comme sortaient des fabriques

 

L souvenir de l'homme est de moins que cette lune

Qui perd la tête et puis tombe sur la mer

Et pourtant ces visages de soldats qui passent

Jamais plus vous ne pourrez les oublier

 

Agonie agonie de la rose et de la pierre

Les vents se fracassèrent sur la plus haute tour

Mille étoiles tomberont sur la quille brisée

Et sur terre chacune aura plus de cent noms

 

Le peuple sera grand comme sa propre statut

Comme ce continent qu'il fit sortir la nuit

Et le galop historique des maisnies épiques

Qui donnent des frissons aux ailes de la forêt

 

des lauriers et des lauriers et puis cent lions antiques

Pétrifiés par la foudre et par les éclairs

Procession de cercueils sur les ponts de l'oubli

La liberté vaut bien un astre qui s'émeut

 

Et passent les fantômes liés entre eux par l'ombre

des lauriers et lauriers et tonnerres et éclairs

Viennent les lamentations et les rameaux de gloire

Jamais plus vous pourrez ces soldats

 

Squelettes vivants qui sont dessous la terre

Seront les instruments d'une musique éternelle.

 

El Mondo Azul n°20 17 de Junio de 1937.

 

Vicente HUIDOBRO.

 

 

Posté par Alainramos à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2015

Guerre civile espagnole, poème d'Antonio AGRAZ: tu gagneras ton pain.....

Alain_Ramos

TU GAGNERAS TON PAIN.....

-Qui laboure la terre, mère,

lorsque la bise cinglante

blesse les chairs, que protègent

des chemises en mauvais coton?

6Qui veux-tu que ce soit, mon fils!

Qui va labourer : le laboureur!

-Qui sème la terre, ma mère,

quand le vent galant rôdeur

passe drapé dans la brume

en chantant d'un ton caressant?

-Qui veux-tu que ce soit, mon fils,

qui sème en terre, Le semeur.

-Qui sarcle les champs semés,

lorsque le germe qui perce

rompt de on aiguille verte

la terre qui l'enveloppe?

Qui nettoie l'ivraie?

-c'est le sarcleur qui la nettoie.

-Qui fauche et fauche les moissons

sous le soleil épuisant

arrosant la terre sèche

d'une pluie de bonne sueur?

Et qui va les mettre en gerbes?

-Qui ce sera? Le moissonneur!

-Qui, sur le traîneau, fait des tours

sur l'aire?

-Le dépiqueur!

-Qui change le grain en farine,

en le moulant?

-Le meunier!

-Qui fait cuire le pain au four

d'un feu ardent?

-Le boulanger!

-Et qui qui le mange après?

-Tais-toi, fils! Qu'est ce que j'en sais!

Antonio AGRAZ

Romancera Général de la guerra de d'Espana

Madrid-Valencia 1937

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2015

Le 16 juillet 1936, la guerre civile commençait en Espagne, Folio du Blanc-Mesnil durant l'été va publier des poémes

Il y a 79 ans le 16 juillet 1936, les fascistes dirigés par le général Franco attaquait la République Espagnole et le Front Populaire élu en mars 1936. Folio du Blanc-Mesnil va publier des poèmes écrits pendant la guerre civile.

Alain_Ramos

MEDITATION DU JOUR.

Face à la palme du feu

que laisse le soleil couchant,

dans le soir tout silencieux

et dans ce paisible jardin,

tandis que Valence fleurie

boit les eaux du Guadalaviar

-Valence aux tours si fines,

dans le ciel lyrique d'Ausias March,

qui change son fleuve en roses

avant qu'il atteigne la mer!-

Je pense à la guerre. La guerre

s'élance comme un ouragan

dans les steppes du haut Duero,

dans les douces plaines à blé,

de l'Extemadour fertile

jusqu'aux jardins citronniers,

depuis les cieux gris d'Asturies

aux marennes de soleil et de sel.

Je pense à l'Espagne, vendue toute entière

de fleuve à fleuve, de mot à mont, de mer à mer.

Valencia le 7 abril 1937

Antonio MACHADO RUIZ.

 

Posté par Alainramos à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 juillet 2015

L'espoir selon Alexis Tsipras

peuple_grec

L'espoir selon Alexis Tsipras - ARTE

Posté par Alainramos à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un maire attaque la bande dessinée Titi Gnangnan pour diffamation

Madame_Anastasie

Un maire attaque la bande dessinée Titi Gnangnan pour diffamation

Posté par Alainramos à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2015

Face à une municipalité de droite extrême, manipulatrice, dilapidatrice et liberticide UNITE CITOYENNE ET REPUBLICAINE

la_libert__delacroix

Donc, le 16 juillet 2015 se tenait le dernier conseil municipal 2014/2015. Il caractérise la politique de la droite extrême qui anime la municipalité du Blanc-Mesnil et se résume en trois mots: mensonges, destructions et censures.

Pour justifier le départ de la Ressourcerie du centre Einstein, le maire explique que les bennes qui permettent à cette association de fonctionner sont des éléments qui font fuir les entreprises. Alors, l'insertion par l'économique outil important du Grajar qui travaille activement pour réduire de la délinquance des jeunes ne serait plus utile au Blanc-Mesnil et serait une gêne pour les entreprises. Curieusement ce qui est gênant pour le maire du Blanc- Mesnil, ne le serait pas pour le maire d'Aulnay qui va accueillir la Ressourcerie.

La vraie raison du départ de la Ressourcerie trouve sa véritable explication dans la vente du Centre Einstein à un affairiste suédois, qui pour rentabiliser la bonne affaire, que vient de lui faire faire le maire du Blanc-Mesnil va mettre en œuvre une révision des baux de location, qui vont atteindre des coûts insupportables pour les entreprises actuellement locataires du centre Einstein. (voir l'article de Santiago Serrano que nous avons publié dans Folio le 15 juillet 2015.) Oui, la justification du maire à propos du départ de la Ressourcerie est un mensonge. De plus, il faut jamais perdre de vue que la promotion immobilière n'est très jamais loin des décisions du maire. Le départ de la Ressourcerie est peut-être l'occasion de récupérer l'ancienne librairie avenue en Henri Barbusse (à coté du magasin Casino) qui lui sert de magasin, pour en faire une nouvelle opération de promotion immobilière.

Autre contre vérité et remise en cause des promesses électorales, nous assistons depuis avril 2014 une course au béton sans précédant sur notre ville. Il y a actuellement dans les cartons de la droite extrême un grand nombre de projet immobilier, 2500 logements nouveaux dans le quartier des Tilleuls, 250 logements nouveaux avenue de la division Leclerc, des négociations en cours pour construire 600 logements à la place des immeubles de bureaux sur l'avenue Descartes, sans oublier l'opération en cours à l'angle de l'avenue Descartes et la veuve Bouquin. Bref, nous sommes très loin des tracts diffuser massivement par l'officine «Sauvons nos Pavillons» dont le créateur est le maire.

Autre interrogation sur les interventions, sur les courriers envoyés par le maire sur la soi-disant disparition du périmètre de sécurité de 620 mètres autour de la gare de triage. En effet, le maire est incapable de nous montrer le document officiel provenant de l’État, levant ce périmètre de sécurité. Le préfet indique qu'il n' a pas d'information sur cette éventuelle décision. Jean-Christophe Lagarde député-maire de Drancy confirme la position du préfet. D'ailleurs les agences immobilières de notre ville continuent d'informer les éventuels acquéreurs de l’existence de cette disposition.

Et nous aurions garde d'oublier les fausses informations diffusées, par l'intermédiaire du journal «dit municipal» sur le taux de fréquentation du cinéma Daquin et des centres municipaux de santé. Par ailleurs nous sommes toujours en attende d'une explication entre l'achat de 3500 places pour le Paradis latin, alors que seulement 2200 retraités Blanc-Mesnilois ont été présents à cette initiative. Ce petit écart représente 101400€, il serait utile de savoir où est passé ce petit écart de 101400€.

Parlons maintenant de la casse qui est un trait de l'action de la droite extrême. La désorganisation des services municipaux, par le harcèlement organisé a-t-elle point que des cadres embauchés par le maire n'ont pas résisté plus que quelques mois, Une DGA, le DGST, la responsable des RH, bref quelques 50 cadres seraient partis en quelques mois, sans parler du dimanche noir du 26 octobre 2014. Le plus terrible étant réservé aux petits et aux plus faibles.

Casse toujours avec la dilapidation du patrimoine communal, la vente du centre Eisntien, des terrains de la colonie de Saint Martin la Méanne et la préparation de la vente de la colonie de la Condamine, toujours avec le même objectif faire faire du fric aux entreprises de loisirs amies. Au delà de la dilapidation du patrimoine communal, ce choix remet en cause les emplois que les colonies de vacances municipales pouvaient offrir pendant les périodes de congés scolaires à plusieurs dizaines de jeunes Blanc-Meniloises et Blanc-Mesnilois.

Les destructions pour des raisons uniquement idéologiques telles les fermetures des locaux de la Bourse du travail qui recevait pas moins de 7000 salariés Blanc-Mesnilois par an et l'Office Local du Sport.

La droite extrême qui a tous les leviers pour diffuser sa propagande, et elle ne supporte pas la libre expression des citoyens. Après avoir: distribué les subventions aux associations en fonction de leur degré d'allégeance aux orientations idéologiques de la droite extrême , sacrifié la scène nationale conventionné du Forum, censuré un récital de Grand Corps Malade, retiré les tapisseries de Picart Le Doux de la salle des mariages, désorganisé le 40° tournoi international du BMS judo, porté plainte en diffamation contre le blog «Folio du Blanc-Mesnil», la droite extrême confirme le 16 juillet 2015 ses orientations liberticides en portant plainte contre une bande dessinée»Alba Villa» et en faisant payer les frais de justice par les impôts locaux.

Le rôle d'une municipalité n'est pas organisé la division des citoyens, la tentative de remise en cause de la liberté d'expression qui est une valeur essentielle de la République souligne et met en exergue que l'actuelle municipalité de droite extrême n'aime pas les citoyens et n'a rien à voir avec les valeurs REPUBLICAINES.

Face à cette municipalité extrémiste de droite qui s'attaque à LA LIBERTE D'EXPRESSION sur des bases uniquement politiques ayant rien à voir avec la République et sa Constitution, le temps est au rassemblement le plus larges possibles des Blanc-Mesniloises et es Blanc-Mesnilois pour défendre les valeurs essentielles qui fondent le contrat social républicain.

 

Posté par Alainramos à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2015

Vente du centre Einstein article de Santiago Serrano

Vente du centre d'activité Einstein

ZI CoudrayTout d'abord il convient de rappeler que l'entreprise emblématique d'insertion la Ressourcerie n'est pas en odeur de sainteté depuis le début de ce mandat tout le projet de développement que nous avions mis en place avec eux a été stoppé. La vente du centre vient scellé son départ au profit de la commune d'Aulnay. L'entreprise adaptée Le Petit Plus qui emploie des personnes en situation

de handicap et que nous avions fortement contribué à implanter à Einstein est aussi, comme toutes les PME du centre, concerné par cette vente. En effet la plupart des baux ne seront pas renouvelés ou alors avec des valorisations telles qu'elles doubleront quasiment les prix. Intenables pour la majorité des entreprises du centre. La répercution des investissements plus les charges de fonctionnement sur les loyers sera lourde. Businees is business. Elles en étaient jusqu'alors exemptées dans le cadre de notre politique volontariste d'implantation d'entreprises de production et n'ont pas de service pour maintenir de l'emploi industriel ou développer l'économie "verte" avec la Ressourcerie ou Le Petit Plus qui recycle du papier. Cela bénéficiaient à l'emploi local dans le cadre d'engagement des ces entreprises de développement durable avec la Municipalité propriétaire des murs. La Municipalité précédente a œuvré de telle manière en matière d'implantation et de création d'entreprises (plus 20% sur le mandat) qu'elle a engrangé des contributions économiques territoriales (CET qui a remplacé la taxe professionnelle) qui permettent aujourd'hui à l'actuelle équipe municipale de ne pas augmenter les impôts malgré la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) de l'Etat largement compensé par ces nouvelles recettes qui tombent deux ans après la création d'activité. Pour exemple la création du centre commercial Plein Air en octobre 2011 a généré son plein rendement fiscal en 2013. Centre commercial dont l'opposition de l'époque était vent debout contre et qu'on retrouve aujourd'hui

dans les allées entrain de faire ses courses ou boire un verre au Segafredo ou à la Brasserie (deux implantations à notre actif). D'ailleurs je note qu'un audit des finances a été réalisé dans le but de démontrer la mauvaise gestion précédente et qu'à ce jour nous n'en avons pas le résultat. Et pour cause il n'y a rien à en redire. Je rappelle pour la petite histoire que le magazine Capital dans un numéro d'avant les élections municipales intitulé "votre maire mérite-t-il d'être réélu", notait que la gestion "sage" de Didier Mignot avait permis la rénovation du centre ville, cinéma et nouveaux commerces inclus, cela va sans dire. Nous avions une politique de développement économique et commerciale affichée, cohérente et reconnue y compris chez nos voisins du Bourget et de Drancy comme du monde des entreprises locales (pour la petite histoire le prochain parc d'activité qui ouvrira près de la cité Floréal est aussi à mettre à notre actif ayant moi-même signé pour la Maire son implantation. Le Maire actuel a juste renégocié la partie logement en y supprimant le volet logement social et en exigeant une architecture d'imitation Haussmann. Aujourd'hui force est de reconnaître qu'on avance en aveugle, au coup par coup sans vision ni orientations clairement exprimées avec les dégâts qui pointent déjà au centre Einstein et qui ne manqueront pas de survenir plus avant.

Santiago SERRANO Ancien adjoint au Maire, chargé du développement économique et de l'emploi

Posté par Alainramos à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2015

L'Europe va-t-elle accepter une troisième autodestruction, pour satifaire les dirigeants allemands!

Il y a 79 ans, la guerre civile espagnole marquait le début la deuxième guerre mondiale. Déjà les dirigeants allemands nazis, sans surprise choisissait la dictature contre la démocratie. Nous savons que comparaison n'est pas raison, mais comment ne pas voir dans les prises de positions des dirigeants allemands d'aujourd'hui des attitudes identiques, la dictature de l'argent contre la démocratie.Ce qui se passe ce dimanche 12 juillet 2015 est surement un des moments les plus importants de notre histoire récente.

Mais pour préparer un avenir de paix et de prosperité pour notre continent, il ne faut jamais oublier d'où nous venons, si nous voulons construire un autre avenir. L'Europe au XX° siécle par deux fois se suicide sous direction allemande, d'abord 14/18, ensuite 39/45. Sommes-nous en train d'assister à sa troisième autodestruction et de nouveau sous direction allemande.

Il est temps de dire aux dirigeants allemands ces petits télégraphistes de l'oligarchie financière et à leur égoïsme national, que ça suffit. d'autant qu'après chaque catastrophe qu'ils produisent ils refusent de payer l'addition de leur politique, car les dirigeants allemands sont des spécialistes du non remboursement de leurs dettes.

Comme dans notre article précédant, sur la guerre civile espagnole, nous vous proposons un poème d'un poète espagnol. Celui est de HERNANDEZ GILABERT, Miguel, fils de bergers très pauvres, il devient à son tour gardien de chèvres. De trop brèves années d'enseignement primaire l'incitent à compléter sa formation en autodidacte.A Madrid. il a l'occasion de se lier avec avec Jorge Guillén, Pablo Néruda, Vincente Aleixandre et de collaborer aux revues Cruz y raya, Caballo verde para la poesia, revista de Occidente.

Dès le début de la guerre civile, ses profondes convictions d'enfant du peuple et de la terre, ainsi que son adhésion à l'idéal marxiste, le poussent à s'engager dans les Milices Populaires. prisonnier des Fascites en 1939, condamné à mort, il voit sa peine commuée en 30 ans de bagne. il meurt de la tuberculose et de manque de soins au bagne d'Alicante, en 1942.

Miguel HERNANDEZ est sans contexte le poète-militant et l'un des trois "poétes du sacrifice", avec Federico GARCIA LORCA et Antonio MACHADO. Le poéme "LES VENTS DU PEUPLE M'EMPORTENT" me semble corresponde à la situation d'aujourd'hui, où la question qui se pose est savoir si les peules européens vont accepter le joug de l'austérité que l'oligarchie financière veut leur imposer éternellement.

d_mocratie

Les vents du peuple m'emportent.

Les vents du peuple m'emportent,

les vents du peuple m'entraînent,

ils me déchirent le cœur,

sèment ma voix à tous les vents.

 

Les bœufs inclinent le front,

impuissant et résigné,

quand survient le châtiment;

mais les lions survient, eux le redressent

et frappent en même temps

de leurs griffes rugissantes.

 

Je ne suis pas issu de bœufs,

je suis d'un peuple qu'exaltent

des plaines où dorment les lions,

des gorges où nichent les aigles,

de sierras riches en taureaux,

l'orgueil à vif sur la corne.

Les bœufs, jamais, n'ont fait souche

dans les landes de l'Espagne.

 

Qui dit d'imposer un joug

sur le cou de cette race?

Qui jamais mit l'ouragan

sous un joug ou dans les chaînes?

Qui retint jamais la foudre

captive dans une cage?

 

Oh, asturiens farouches,

vous Basques de granit,

et vous fiers Castillans

façonnés comme la terre

mais légers comme les ailes;

andalous comme l'éclair,

nés au milieu des guitares

et forgés sur les enclumes

ruisselantes de vos larmes;

hommes de l'Extramadoure

tout entiers pétris de seigle,

Galiciens de pluie paisible,

vous, Catalans décidés,

vous, Aragonais bien nés,

vous, Murciens impétueux

qui vous répandez en fruits,

Léonais et Navarrais

qui vous êtes rendus maîtres

de la faim, la sueur, la hache,

oh, vous, les rois des mines

et les seigneurs des labours,

hommes parmi les racines,

qui,tels des racines fortes,

allez de vie à trépas,

allez du néant au néant:

ils veulent vous mettre un joug

les gens de la mauvaise herbe;

ce joug vous le laisserez

sur leurs propres reins brisés.

Au crépuscule des bœufs,

va poindre l'aube nouvelle.

 

Les bœufs meurent humblement,

lourds relent de l'étable:

les agles, les lions, les taureaux,

meurent vêtus d'arrogance;

derrière eux l'espace immense

ne s'émeut ni se défaille.

 

Les bœufs, dans leur agonie,

ont une attitude mesquine;

par son agonie, le mâle,

agrandit tout l'univers.

 

Si je me meurs, que je meure

avec la tête bien haute,

Mort et même vingt fois mort,

la bouche sur le chiendent,

moi j'aurai des dents serrés

et le menton provocant.

 

J'attends la mort en chantant,

car il y a des rossignols

qui chantent au-dessus des fusils

et en plein cœur des batailles.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]