FOLIO DU BLANC-MESNIL

28 août 2014

Nouvelle alerte, nouvel incident à la gare de triage communiqué du CORIGAT

Manif du 11 janvier 2014

CORIGAT

COLLECTIF DES RIVERAINS DE LA GARE DE TRIAGE

 

COMMUNIQUE

 

A 3h30, ce matin du jeudi 28 août 2014, la sirène d'alarme de la gare de triage du Blanc-Mesnil, Drancy et le Bourget a retenti. Les Sapeurs Pompiers de la Brigade de Paris sont intervenus et sont restés présents plusieurs heures sur le site.

C'est la mise en route automatique des vannes de surpression sur un wagon transportant du Dioxyde de Carbone, (22 2187) qui a conduit au lancement de cette alarme. Le Dioxyde de Carbone c'est le CO2 qui existe naturellement dans l'atmosphère (390ppmv partie pour un million en volume). Pour des concentrations voisines de 1000ppmv, il peut provoquer des modifications des rythmes respiratoires sur les personnes fragiles ou ayant des insuffisances respiratoires. Le dioxyde de carbone serait responsable de 26% des effets de serre.

Cette nouvelle alerte et ce nouvel incident, soulignent une nouvelle fois la présence sur ce site de wagons transportant des matières dangereuses et toxiques. Cette nouvelle alerte et ce nouvel incident mettent en exergue l'urgence qu'il y a à développer une politique d'informations précises en direction de la population.

Cette nouvelle alerte et ce nouvel incident confirment le bien fondé des actions entreprises par le Corigat, pour exiger : l’arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage.

Dans ce cadre, nous exigeons la suspension immédiate du porter à connaissance du 22 avril 2013 et la nomination d'un médiateur connaissant bien les problématiques de la SNCF et de RFF et du département de la Seine Saint Denis. Il y a urgence, les habitants et les villes concernées ne peuvent plus rester dans cette situation.

L’État doit assurer l'ensemble de ses responsabilités sur ce dossier et doit prendre le plus rapidement possible les dispositions pour assurer la sécurité des citoyens et la protection de leur patrimoine. Dans ce cadre, la nomination rapide d'un médiateur sera de nature à démontrer sa disponibilité pour la recherche d'une solution responsable et équitable pour les citoyens.

Le Corigat est disponible, le Corigat est déterminé pour obtenir la sécurité qui est due aux citoyens et a assurer la pérennité du Patrimoine

 

Le Blanc-Mesnil le 28 août 2014

 

 

Posté par Alainramos à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2014

Monsieur le Premier Ministre, nous vous invitons à lire le rapport de la Cnuced de septembre 2013.

hollande valls

«Le constat est sans appel: aucune reprise ferme et soutenue de la croissance mondiale n'est à attendre. Les politiques économiques devraient de manière prioritaire, être centrées sur le redressement de la part des salaires plutôt que sur l'austérité budgétaire.

La Conférence des Nations Unis pour le commerce et le développement (Cnuced), qui a publié son rapport annuel, en septembre 2013, n'y va pas par quatre chemins: «Cinq ans après la crise, l'économie mondiale reste dans un état de désarroi. Les politiques économiques mises en place ont échoué.»

La Cnuced attribue cet échec à une erreur de diagnostic : «Les responsables ont concentré leurs efforts sur la restauration de la confiance des marchés financiers. Tout cela n'a abouti qu'à une progression du chômage. Et la hausse espérée de la demande privée, censée contrebalancer les effets récessifs des dépenses publiques, ne s'est pas matérialisée.»

«Une stratégie visant à renforcer la compétitivité en réduisant les coûts salariaux néglige totalement le fait que les salaires sont généralement une source majeure de la demande domestique. Si une telle stratégie est poursuivie par un bon nombre de pays en même temps, cela conduit à une course vers le bas, dégrade la distribution des revenus et représente une menace pour la cohésion sociale».

La croissance des inégalités dans la distribution des revenus a été l'un des facteurs ayant conduit à la crise. Or les revenus du travail sont la plus importante source de consommation des ménages. Améliorer le pouvoir d'achat de la population en général et des salariés en particulier devrait donc être le principal ingrédient de la politique économique. On en est loin.

Sur les trente dernières années, la part des revenus du travail dans la production mondiale n'a cessé de baisser, passant de 62% en 1980 à environ 54% en 2011. les entreprises ont recherché des gains en exploitant les différences salariales entre pays plutôt qu'à travers l'innovation et les investissements. En d'autres termes, ce n'est pas parce que les entreprises ont augmenté leurs profits qu'elles ont investi et embauché, regrette la Cnuced.

Pour elle, il est plus que temps de changer de stratégie si l'on veut retrouver une croissance digne de ce nom.»

Article paru, le 13 septembre 2013, dans le journal les Échos

Jamais le déséquilibre entre ce qui va aux salariés et ce qui va aux actionnaires n' a été aussi important. Dans tous les pays de la planète, la part des salaires ( ce qui permet aux gens de vivres, ce qui nourrit la consommation et remplit les carnets de commandes des entreprises) est à son plus historique alors que ce qui va aux dividendes ( et tourne sans fin dans les marchés financiers) n'a jamais été aussi élevé.

C'est l'un des organismes rattachés à l'ONU qui l'affirme: aucun espoir de retour à une croissance durable tant que ce déséquilibre fondamental ne sera pas corrigé.

Le journal les Échos, les membres de Cnuced ne sont pas un repère de gauchistes. Au terme de 7 ans de crise, les esprits ont mûri: partout dans le monde, il devient clair que l'une des causes fondamentales de la crise financière est le niveau inacceptable des inégalités.

Un changement de gouvernement, qui ne changerait pas de politique, qui poursuivrait une politique d'austérité, dont chacun constate l'échec économique et sociale, serait une grave injure faite à l'intelligence des citoyens.

Posté par Alainramos à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Blanc-Mesnil: Commémorer la Libération, pour résister, pour construire un autre avenir

Liberation de paris

Il y a 70 ans, les FFI/FTP, la 2eme DB, du Général Leclerc engageaient le combat qui allait libérer notre commune Le Blanc-Mesnil. Comme partout ailleurs, la bataille est rude et la mort accompagne ce combat victorieux de la France Combattante « de la seule France » comme venait de le proclamer le Général de Gaulle à l’hôtel de ville de Paris. Commémorer c'est d'abord se souvenir de ceux qui ont fait le sacrifie de leur vie pour que nous vivions libre aujourd'hui, Émile Bident, Jacques Demolin, Alfred Jambet, François Garcia, Augustin Marcos, les otages Madame veuve Bouquin, Anatole Sigonneau, le jeune Marcel Deboffe et les hommes de la deuxième DB commandés par le Cdt Rouvillois, dont le Pc se tenait rue Victor Basch. Commémorer c'est aussi se souvenir de celles et ceux qui ont été déportés, parce que juifs, roms, homosexuels et combattants clandestins de la Résistance.

Commémorer c'est aussi comprendre et tirer les leçons de la période historique. La Libération de notre pays c'est chasser et combattre les troupes nazies et les bouter hors de France. La Libération c'est essentiellement la mise en œuvre du véritable contrat social fondant les valeurs de notre République. La Libération c'est la mise en œuvre du programme du Conseil National de la Résistance. Alors que le pays est exsangue, dévasté par 5 années de guerre, mis en coupe réglée par la politique de Pétain, c'est la capacité et la force politique de celles et ceux qui ont mené la Résistance intérieure et extérieure à mettre en œuvre la Sécurité Sociale , la nationalisation des banques et des compagnies d'assurances, la création d' EDF/GDF, la RNUR en sanctionnant les patrons qui avaient failli et collaboré. Commémorer c'est comprendre l'histoire, pour analyser le présent et construire l'avenir.

Aujourd'hui, nous subissons les effets de la politique de ceux qui n'ont jamais accepté le contrat social de la République voulu par celles et ceux qui ont combattu , le nazisme et le pétainisme. Depuis 30 ans ils n'ont de cesse de remettre en cause le contenu du programme du CNR. Depuis 30 ans, ils proclament qu'il n'y a pas d'autre politique possible. Les combats de la Libération font la démonstration du contraire. La politique menée par la finance mondialisée à conduit à la crise financière de 2008, les politiques d'austérité mises en œuvre, loin de résoudre la crise ne font qu'amplifier ses méfaits. La finance mondialisée exige, malgré tout, que nous continuions à payer notre tribu, pour nourrir le moloch, comme le souligne les chiffres extravagants des dividendes servis aux actionnaires actuellement. ( Notre pays qui est la cinquième puissance économique mondiale est la deuxième par le niveau des dividendes servis à la finance mondialisée).

Oui commémorer, pour honorer celles et ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie, c'est avant tout défendre et mettre en œuvre les choix et les idéaux pour lesquels ils sont morts pour que nous puissions vivre mieux et libre.

Voilà le sens commémoratif que soutiennent Folio et la Gauche Socialiste du Blanc-Mesnil. Commémorer pour appeler au rassemblement de toutes celles et de tous ceux qui souhaitent faire vivre les idéaux de la Libération et surtout qui souhaitent les développer et les amplifier. Commémorer la Libération aujourd'hui c'est créer les conditions d'un changement radical de politique, c'est refuser  : que plus de 8,7 millions de nos concitoyens vivent sous le seuil de pauvreté, que notre pays compte plus de 10% de demandeurs d'emploi, le démantèlement de la Sécurité Sociale, la baisse du pouvoir d'achat des salaires, la remise en cause des droits syndicaux. Comment les combats de la Libération en ont fait la démonstration c'est affirmer qu'une autre politique est toujours possible et c'est se mettre en mouvement pour construire, par l'action, une politique alternative de transformation sociale compatible avec un développement durable.

VOILA LE SENS DU COMBAT QUE NOUS MENONS.

Face à la situation économique et sociale que tous les Blanc-Mesnilois subissent, qu'il nous soit permis de faire un commentaire «sur la fête de la Libération» qui nous est proposée, par le conseiller spécial prosélyte de Bygmalion et son porte parole le maire UMP du Blanc-Mesnil. D'abord quelques rappels, ces deux personnages en quête de notoriété ont oublié:d'honorer les élus et les fonctionnaires territoriaux morts pour la France, de commémorer le 14 Juillet, les rafles du Veld HIV, le centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès.

Leurs choix pour célébrer la Libération est signifiant, ils valorisent le matériel des USA, jeeps, shermans, et autres GMC, ils valorisent le jazz, mais pas celui de Béchet, Amstrong. Par ces choix, ils dévalorisent les combattants de la France Combattante. Ils se répandent partout pour dire qu'ils ne font pas de politique, mais leurs choix indiquent tout le contraire, ils valorisent l'impérialisme et la politique ultra libérale en faisant cela ils participent à la dévalorisation des combats de la Résistance Française, ils choisissent la finance mondialisée, contre la nation française et son peuple.

Nous ne sommes pas dupes, la fête que le conseiller spécial prosélyte de Bygmalion et son porte parole le maire UMP est avant tout une mesquine et peu glorieuse opération politicienne, qui pour avoir un public organise un concert, l'on pourrait comparer cela aux jeux de cirque qu'organisaient les despotes romains, pour faire oublier les effets négatifs des politiques qu'ils mettaient en œuvre, ici, par exemple l'augmentation de 48,93% du chapitre des indemnités de élus, la remise en cause du pouvoir d'achat de plusieurs dizaines de fonctionnaires territoriaux et la casse de la bourse du travail, bref ils expriment la nostalgie d'une politique qui a été vaincue par la France Combattante en août

1944.

Posté par Alainramos à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2014

Le Blanc-Mesnil: le Monoprix va-t-il devenir un super marché Casino

 

Alter septembre 2014

Le mois d’août, la douceur périgourdine ne nous font pas oublier la dureté et les difficultés du temps. La crise de la finance mondialisée de 2008, n'en finie pas de dégrader la situation économique, sociale et environnementale. La dégradation se poursuit, voire s'amplifie, poursuite de l'augmentation du nombre de chômeurs, baisse des commandes de l'industrie en Allemagne, la récession qui repart en Italie, la déflation qui s'amorce sont autant de mauvaises nouvelles, pour celles et ceux qui sont les uniques producteurs de richesses, les salariés. La mise en coupe réglée des matières premières se poursuit, pille les peuples et entretient partout des foyers de guerre. Pour les tenants de la politique ultralibérale, il faut continuer à tondre les salariés, tel que le propose Goldman Sachs qui souhaite une baisse de 30% des salaires dans notre pays, et poursuivre le pillage de la planète.

Chacun le perçoit, partout nous constatons que les restrictions sont à l’œuvre, moins de départ en vacances, moins de dépense, comment dans ces conditions espérer une reprise de la croissance alors que tous les choix conduisent à la récession, même le ministre de l'économie n'y croit plus puisqu'il pense que la croissance en 2014 sera moitié moins importante que les prévisions. Bref, une politique qui ne sert que les intérêts des banques et des plus riches qui continuent à se gaver sur le dos des salariés.

Comme nous l'affirmions dans un article précédant, il y a urgence à se rassembler car il n'y aura pas de sortie individuelle face au fléau de la politique ultralibérale qui souhaite remettre en cause par pans entiers le contrat social de la République. Il n'est plus possible de voir les dividendes avoir toujours une progression de leur pouvoir d'achat à deux chiffres et voir le pouvoir d'achat des salariés régresser, toujours un peu plus. Il faut combattre avec efficacité, le message ultralibérale qui veut nous faire croire que seul ses choix sont possibles.

Il y a urgence à comprendre le réel pour construire l'idéal. Les politiques conduites depuis plus de 30 ans ne sont plus supportables, elles dégradent les conditions de vie, elles détruisent et pillent la planète, elles entraînent partout des foyers de guerre, pour entretenir un climat de peur, un climat délétère, pour favoriser les intérêts d'une minorité.

Partout ces choix ont des conséquences néfastes, nous les percevons, entre autres, au travers du développement de la spéculation de l'immobilier commercial, qui détruit plus d'emplois qu'il prétend en créer, détruit le commerce de proximité, réduit de fait la concurrence et les possibilités de choix des consommateurs et en même temps elle est destructrice de terres agricoles. Dans ce cadre qui peut croire qu'il soit nécessaire, de voir surgir dans notre territoire, le centre commerciale Aéroville, le projet Europa City à la patte d'oie de Gonesse et d'un autre projet aux abords du parc des expositions du Bourget. Il faut savoir que les seuls gagnants sont les spéculateurs. Nous le voyons bien, les commerçants de l'espace Plein Air, ne résistent pas, O'Parinor pour résister s'engage dans une fuite en avant et développe un espace cinéma pour tenter de maintenir un flux important de consommateurs.

Dans ce cadre comment devons nous interpréter la stratégie du groupe Rallye, qui va transformer le Monoprix du centre ville en implantant une nouvelle enseigne Casino, pour concurrencer Leclerc. Deux inquiétudes, d'abord quel va être l'avenir des salariés du Monoprix, certes ils travaillent dans le groupe Rallye, mais chacun peut imaginer que les salaires et les droits acquits ne sont pas identiques et que le changement d'enseigne a pour objectif d'augmenter les marges bénéficiaires et donc les emplois et les salaires risquent de se voir réduits, ensuite quel va être le niveau de qualité qui sera proposé aux consommateurs. Gardons en mémoire que pour un emploi créé dans la grande distribution ce sont 3 emplois qui disparaissent dans leur environnement immédiat.

Comme vous le voyez, partout où se pose notre regard il y a des motifs à lutter. Dans ce cadre Folio et la Gauche Socialiste vont participer activement à:Alternatiba Gonesse. Le 20 et 21 septembre 2014. plus d'infos: voe95.fr/alternatiba/

Posté par Alainramos à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2014

CULTURE:Le Maire du Blanc-Mesnil sort son revolver....!

Culture et ignorance

Le Maire UMP du Blanc-Mesnil aurait décidé de mettre fin à la convention qui lie le «Forum» et l’État dès le 1er Janvier 2015. Cette décision - si elle était confirmée - serait inacceptable! Cet équipement culturel majeur, qui vient de célébrer ses 20 ans d’existence, est apprécié des Blanc-Mesnilois-es et reconnu bien au-delà du Blanc-Mesnil. Avec des moyens réduits à peau de chagrin, l’ambition culturelle émancipatrice du Forum serait anéantie.

 

Le « Forum », scène conventionnée, est un lieu important de la création culturelle. Au travers de l’accueil en résidence, de nombreux metteurs en scènes, comédiens et comédiennes, artistes dans différents domaines (théâtre, arts visuels, danse et musique), peuvent y exprimer et y travailler leur créativité au service de l’épanouissement humain, entretenir une relation complice avec la population, favoriser le développement d’une citoyenneté consciente du monde qui l’entoure.

 

Nous considérons que tous les Blanc-Mesnilois-es ont droit au beau et à sortir du « prêt à penser » unique servi à longueur d’années par des producteurs davantage préoccupés par le « box-office » et la rentabilité financière d’un spectacle que par la qualité intrinsèque d’une œuvre. C’est pourquoi depuis des décennies, les municipalités précédentes ont mis en place une politique culturelle ambitieuse avec le double objectif de permettre à la création de vivre et qu’elle rencontre un public toujours plus large, soutenue par des actions audacieuses et originales de proximité en direction de tous les habitants, notamment les plus jeunes pour le plus grand plaisir des 45 000 spectateurs annuels..

 

L’art et la culture sont pour nous des éléments essentiels du développement local. La décision prise par le Maire va à contresens de l’histoire et porte atteinte, à l’heure de la construction de la métropole parisienne, à la place et au rayonnement du Blanc-Mesnil en Île de France.

 

Un tel choix nécessiterait pour le moins un large débat public, mais c’est en catimini au cœur de l’été que ce choix est annoncé. Des méthodes bien connues, sans doute inspirées de celles du MEDEF, autre fossoyeur de la culture et des intermittents du spectacle dans notre pays. Aujourd’hui, de graves menaces pèsent sur l’emploi des salariés de cet équipement et des compagnies qui y sont en résidence. Nous leur exprimons notre reconnaissance pour le travail réalisé ainsi que notre solidarité.

 

Pourquoi tant d’empressement de la part d’une municipalité et d’un maire qui dans leur immense majorité n’ont jamais mis les pieds au «Forum»? Pourquoi ne pas avoir pris le temps de venir voir les œuvres présentées et de rencontrer les artistes avant toute décision?

 

Nous n’acceptons pas cette mise à mort programmée de la création culturelle dans notre ville. L’heure est aujourd’hui à la mobilisation contre cette décision de la municipalité et pour faire valoir une politique culturelle digne du Blanc-Mesnil et de ses habitant-e-s. Nous donnons d’ores et déjà rendez-vous en septembre à toutes celles et ceux qui veulent agir dans ce sens.

 

Le Blanc-Mesnil le 08 août 2014

 

Didier MIGNOT, maire du Blanc-Mesnil de 2008 à 2014, conseiller municipal

Marie-George BUFFET, députée

Hervé BRAMY, conseiller général

Posté par Alainramos à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2014

Il y a 100 ans: Jean Jaurès, des millions d'hommes ont rémisé leurs charrues, leurs outils, ils partaient à la guerre

 

Le restaurant du croissant

Le 31 juillet 2014, 100 ans après l'assassinat de Jean Jaurès, j'ai fait une grande balade solitaire au travers du pays d'Ans, dans le Périgord, 8 heures de marche sous le soleil. Mon parcours a traversé, plusieurs villages, Granges d'Ans, Temple Laguyon, Saint Orse, Chourgnac d'Ans, sainte Eulalie d'Ans autant de lieu avec en leur cœur un monument aux morts qui rend hommage à près de cent citoyens partis le 1 août 1914. Parmi eux Louis Golfier de Granges d'Ans, il n'avait plus que 18 jours à vivre, il est tombé pour la patrie le 19 août 1914 à Hersbac en Alsace. Dans ces villages le tocsin avait sonné à 19h14. Je n'oublie pas que sur le monument aux morts du Blanc-Mesnil plus de 200 noms sont gravés et que notre ville a été victime d'un obus tombé sur l'église Notre Dame le dimanche des Rameaux en 1918.

Jean Jaurès est mort assassiné il y a 100 ans, le premier de nos compatriotes mort pour cette guerre qui allait en dénombrer en France, plus de 1 400 000. Son assassin allait passer les 4 années de cette guerre en prison, pour être acquitté en 1919. Comme souvent les va en guerre, conduisent leur combat avec la peau des autres.

La France a mené cette guerre au nom du patriotisme pour reconquérir l'Alsace et la Lorraine, sans doute, mais qui peut ignorer les causes réelles qui ont pour base les raisons économiques, impérialistes et la réduction de la montée en puissance du mouvement socialiste. Relisez, comme vous êtes nombreux à le faire sur Folio, le dernier discours de Jean Jaurès du 25 juillet 1914 tout est dit sur ce qui a conduit à ce cauchemar pour l'Europe.

 

première guerre n°1

Oui, hier une grande ballade dans le silence d'un très beau pays qui est le notre, grande ballade dans le silence et la beauté des espaces, le long de ces champs de blé qui, sous le soleil, exhalent cette odeur douce amère des épis à maturité. Il y cent ans des milliers d'hommes, ici, ont remisé la charrue et sont montés dans leur uniforme avec le pantalon rouge, vers les frontières de l'est, pour une guerre que chacun pensait courte et qui allait durée 51 mois.

Les morts pour la France ont permis à cette dernière de sortir militairement victorieuse, mais ruinée, ruinée par les coûts de la guerre, ruinée et meurtrie par les millions d'hommes sacrifiés, ruinée par les savoirs faire à jamais disparus avec les morts de la Marne, de la Somme, de Verdun et du chemin des Dames. Notre pays ne s'est jamais remis de ce bain de sang qui devait être le dernier et pourtant portait en lui tous les ingrédients de la seconde guerre mondiale.

Aujourd'hui il est de bon ton d'honorer Jean Jaurès, mais dans le même temps chacun oublie de tirer l'essentiel de ses analyses et de ses discours, comment se taire sur le martyr du peuple palestinien, victime des mêmes raisons qui sont le sous bassement de toutes les guerres. Le temps est aux citations permettez moi de mettre en exergue celle-ci:«L'affirmation de la Paix est le plus grand des combats. L’Humanité est maudite si, pour faire preuve de courage elle est condamnée à tuer éternellement. Jean Jaurès.»

"Jaures" - Zebda - 2009

Mais au delà, nous devons individuellement prendre notre part de responsabilité dans la situation où est le monde aujourd'hui. Certes les forces de l'argent ont d'immenses moyens, pour circonvenir la pensée, pour nous renfermer sur notre petit moi et sur l’égoïsme qui distille son poison nous faisant croire que nous pouvons nous en sortir seul et si possible en écrasant plus faible que nous, ce qui nous maintien dans cette chimère individualiste. Nous sommes dans une période où collectivement nous sommes à veille d'un cauchemar sans nom, si nous ne prenons pas la décision de recréer les liens nécessaires pour construire ensemble une autre manière de vivre ensemble.Car il est de plus en plus insupportable que le travail des femmes et des hommes ne conduise pas à un nouveau partage conforme à la devise des Lumières Liberté, Égalité Fraternité.

 

Potrait de Jaurès

« Le courage, c'est de surveiller exactement sa machine à filer ou à tisser, pour qu'aucun fil ne se casse, et de préparer cependant un ordre social plus vaste, plus fraternel où la machine sera la servante commune des travailleurs libérés. » Jean Jaurés le 30 juillet 1903, à Albi.

Posté par Alainramos à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2014

Le Blanc-Mesnil : Palestine, chomage, démocratie paricipative et mobilisation citoyenne

chateau d'eau

Deux manifestations, en 10 jours, sur la place Gabriel Péri, pour exprimer la solidarité des Blanc-Mesnilois au peuple palestinien, soulignent que la question de la paix est une question importante, pour nos concitoyens. Nous ne pouvons que nous féliciter de ces mobilisations citoyennes, car elles soulignent la vitalité de la démocratie dans notre ville. Nous sommes heureux d'avoir apporté notre soutien à ces deux initiatives.

Nous réaffirmons notre exigence du cessez le feu immédiat. Nous réaffirmons notre exigence de voir respecter le peuple palestinien et son droit à avoir un État et définir par la démocratie son gouvernement, nous réaffirmons notre exigence du droit du peuple israélien dans un pays aux frontières reconnues par la communauté internationale.

Nous refusons, l'instrumentalisation de celles et ceux qui veulent en faire un conflit inter -religieux, alors qu 'il est au cœur d'une crise internationale aux menées impérialistes pour asseoir l'hégémonie de la finance mondialisée pour asservir les peuples. Il suffit pour cela de regarder avec attention tous les points de fixations des conflits en cours, pour partager cette analyse. Il faut toujours rechercher les causes réelles et chacun constatera qu'il y a toujours des raisons économiques, l'eau, le pétrole, le gaz naturel, l'uranium, et les matières premières.

Oui la bataille pour la paix est juste, car elle est le plus sur moyen pour l'humanité de vivre mieux.

La durée des conflits et les justes mobilisations pour la paix, ne doivent pas masquer la dureté de la situation économique et sociale que nous subissons tous, où nous voyons que les choix politiques effectués, loin d'améliorer les conditions de vie des salariés au contraire les aggravent, voir les chiffres du chômage qui viennent d’être publiés. De plus et non contant de la mise en œuvre de ses exigences le Medef continue à tendre sa sébile et demande sans cesse la remise en cause de l'ensemble des droits sociaux des salariés. Goldman Sachs se répand en indiquant qu'il est urgent de réduire les salaires de 30% en France. Cette situation n'a que trop durée et nous devons continuer à nous mobiliser pour la paix et cela passe par l'exigence d'une alternative de transformation économique et sociale. Car il n'y a pas de paix dans un monde où des milliards de femmes, d'enfants et d'hommes vivent sous le seuil de pauvreté.

utopie

Oui, nous sommes confrontés à des choix politiques, d'aucun ont pu croire que la crise internationale n'aurait pas de conséquence sur leurs choix politiques locaux. Nous pensons ici, à ceux qui se sont regroupés «dans le collectif citoyens des quartiers populaires», ils sont en train d'apercevoir les limites de choix face à la grave crise de Gaza. Ils sont dans la majorité UMP/UDI du conseil municipal qu'elles sont leurs marges de manœuvres dans celle-ci pour exiger de la majorité à laquelle ils appartiennent exprime publiquement sa solidarité au peuple palestinien et condamne la droite israélienne. La manifestation citoyenne du 25 juillet 2014 souligne les difficultés politiques qui sont les leurs. D'autant, que leur plus puissant soutien local, le député-maire JC Lagarde UDI est l'un des rares parlementaires à être contre la création d'un État palestinien.

La situation internationale met en exergue les clivages qui existent au sein de la majorité municipale UMP/UDI. Les semaines qui viennent ne manqueront pas d’intérêt qu'elles seront les solidarités les plus fortes, iront-elles vers l'UMP/UDI ou vers celles et ceux qui ont manifestés leur soutien au peuple palestinien? Voilà la question à laquelle devront répondre les élus du «Collectif Citoyen des quartiers populaires», que feront-ils face au dépôt d'un vœu de soutien au peuple palestinien et à une demande de vote d'attribution d'une subvention de solidarité? Les questions sont posées nous attendons leurs réponses pour notre part nous sommes sur ce dossier ouvert au dialogue et au débat public.

l'eau un droit humain

Mais, il y a une grande série de dossiers qui doit être débattue publiquement dans notre ville : Le plan local d'urbanisme, la piscine municipale, l'emploi, le respect des fonctionnaires territoriaux de notre commune, les expulsions locatives, les rythmes scolaires, la gratuité de la restauration scolaire pour tous, la distribution de l'eau, les centres municipaux de santé, des centres de vacances municipaux, la bourse du travail, la sécurité public, la méthanisation, Europa-City, la grande distribution, l'intercommunalité, l'autonomie et l'indépendance de la vie associative, l'accueil des séniors souffrant de la maladie d'Alzheimer et la question de la présence au cœur de la municipalité d'un responsable ayant assuré la promotion de Bygmalion auprès des collaborateurs des élus de droite, les recours en annulation des élections municipales.

ecole en danger parents et salariés

Nous avons devant nous, un immense travail d'explication et de confrontation démocratique. En effet, le passage en force dans une ville où les rapports de force entre la gauche et la droite sont à 50/50 serai la plus mauvaise solution pour construire un avenir pérenne pour notre ville.

Pour notre part, nous avons bien l'intention de faire vivre et se développer les débats et les mobilisations citoyennes.

Posté par Alainramos à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2014

Gaza, croule sous les bombes, communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme

la paix maintenant

Communiqué LDH

Paris, le 21 juillet 2014

Gaza croule sous les bombes, Israël s'enferre dans la répression, les interdictions de manifester du gouvernement français attisent les tensions

La Ligue des droits de l’Homme réaffirme son rejet absolu de toute forme de racisme et d’antisémitisme. Elle appelle tous ceux et toutes celles qui sont attachés à ces principes fondateurs de la République à ne rien tolérer en ce domaine. Elle exprime en même temps son attachement déterminé à la liberté d’expression et de manifestation. Il revient aux pouvoirs publics de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement, et dans le cadre des lois de la République. La paix civile, comme le libre débat démocratique, ne seront préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale.

Les actes antisémites commis à Sarcelles autour d’une manifestation interdite ne servent en rien la cause palestinienne et sont, en tout état de cause, inexcusables ; ils appellent enquêtes et sanctions. Rien, en revanche, ne justifie qu’ils puissent servir à l’interdiction de « toutes les manifestations présentant un risque » comme des voix, déjà, le réclament… Sous couvert de ne pas attiser un affrontement communautaire, le gouvernement est en train d’en créer toutes les conditions, en faisant vivre un « deux poids, deux mesures » injustifié et dangereux.

Cette dynamique perverse est le fruit de trois contre-vérités alimentées par la parole gouvernementale :

- il n’est pas vrai que celles et ceux qui entendent manifester leur douleur, leur inquiétude et leur solidarité se « laisseraient entraîner par des querelles qui sont trop loin d’ici pour être importées ». D’abord parce que ramener l’offensive sur Gaza à une « querelle », c’est déjà et presque prendre le parti de l’agresseur, en évacuant sa dimension aussi illégale que tragique. Ensuite parce que la solidarité, l’humanité et les droits de l’Homme ne sont pas une affaire de kilométrage, et que prétendre l’ignorer revient à dire aux Françaises et Français à quoi ils devraient être sensibles et à quoi ils ne le devraient pas ;

- il n’est pas vrai que critiquer Israël et son offensive miliaire contre la population de Gaza soit manifester quelque antisémitisme que ce soit. Il est donc honteux que le Premier ministre ait instrumentalisé la commémoration du 72e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv pour stigmatiser, en les qualifiant de « nouvel antisémitisme », celles et ceux qui exigent que cesse le massacre à Gaza. Les responsabilités d’un Etat ne sont en aucune façon celles de personnes ou de communautés ; cela vaut aussi pour l’Etat d’Israël ;

- il n’est pas vrai, enfin, que les débordements et incidents survenus à Paris autour de la manifestation de solidarité avec la population de Gaza justifient a posteriori son interdiction. Le prétendre, c’est délibérément confondre la cause et les conséquences. La décision d’interdire, prise au plus haut degré de l’Etat a, au contraire, enclenché une dynamique de colère, avivée un sentiment d’injustice flagrante et fait le jeu de toutes les provocations. La preuve c’est que partout où elles ont été autorisées, en France comme ailleurs, ces manifestations se sont déroulées de façon pacifique.

Au moment où tout indique que le gouvernement israélien entend poursuivre son offensive militaire sans tenir aucunement compte des lois et conventions internationales protégeant les vies civiles, il est plus que légitime de soutenir les actions pour un cessez-le-feu et pour la paix. C’est pourquoi la Ligue des droits de l’Homme appelle à manifester pacifiquement le mercredi 23 juillet, à Paris, à partir de 18h30, de Denfert-Rochereau aux Invalides.

Posté par Alainramos à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

GAZA: solidarité avec le peuple palestinien, nous soutenons la manifestation du 23 juillet 2014

 

Partagez la paix

Nous aimons ces deux peuples et nous sommes heureux quand leurs citoyens donnent des témoignages communs de paix. Malheureusement, ils sont trop rare. Nous haissons le racisme anti arabe, nous haissons l'antisémitisme. Notre engagement s'inscrit totalement et profondément dans la philosophie des Lumières qui nous a appris à respecter les hommes. Ce qui se passe depuis de trop longues semaines à Gaza est inacceptable et nous condamnons la droite israélienne qui est porteuse d'un désastre sans nom. Nous exprimons notre totale solidarité au peuple palestinien, nous exigeons l’arrêt, immédiat, des actes de guerre perpétrés par l'armée israélienne.

Nous exprimons notre totale incompréhension du gouvernement de notre pays et notre opposition à ses prises positions, qui sont en contradictions avec les positions de la France qui exigent et demandent le droit du peuple palestinien à avoir son État et à définir par lui même et par la démocratie la forme de son gouvernement et à Israël le droit de vivre en paix dans frontières sures et reconnues par le droit international.

Ce qui se passe, n'est en aucun cas une guerre de religion, ce qui passe est un élément important et majeur dans la crise internationale en cours. Ce que nous subissons à pour origine la hausse du prix du pétrole des années 1970 résultat des guerres moyennes orientales de l'époque. Elles ont conduit progressivement à la montée en puissance de la finance mondialisée organisant la remise en cause partout des progrès sociaux, la montée des nationalismes. Pour essayer de comprendre ce qui se passe, il faut toujours avoir à l'esprit cette grille d'analyse. Les oligarchies ont tout intérêt à mettre en exergue des affrontements inter religieux, car ils sont pour elle le bon moyen d'éviter que les salariés s'interrogent sur les véritables raisons des conflits en cours, dont nous sommes tous les victimes à causes des régressions de toutes natures qu'ils produisent.

L'oligarchie financière mondialisée pour assurer sa rente à toujours besoin de points de tensions, le Moyen Orient, l’Ukraine s'inscrivent dans cette stratégie. Dans ce cadre, nous devons toujours apprécier nos positions à la lumière de nos intérêts de classe.

La crise actuelle à Gaza est le résultat de la recomposition de l'unité palestinienne  entre le Fatha et le Hamas, la droite israélienne la combat, car elle est le moyen de reprendre le processus de Paix, permettant la mise en place d'un État palestinien, ce que la droite Israélienne, ne veut à aucun prix. Par ailleurs, les attaques contre Gaza, masquent la stratégie de conquête et d'annexion rampante de la Cisjordanie. Cette politique est en contradiction totale avec l'ensemble des positions internationales actées par l'ONU et sur cette question le silence est assourdissant.

Par ailleurs, nous devons aussi voire que cette situation peut conduire la remise en cause des libertés fondamentales, dont la liberté de manifester. Dans ce cadre, nous voyons aussi qu'elles sont les raisons de ce choix d'interdire les manifestations. Nous constatons que partout où celles ci ont été autorisées, elles sont passées dans le calme. Au contraire l'interdiction a conduit aux débordements, à l'évidence il s'est agi de les provoquer, afin de détourner la population de la solidarité envers le peuple palestinien martyrisé. Ce choix n'est pas à l'honneur du gouvernement de notre pays. Celui-ci ne doit pas oublier que les Lumières et son enfant la Révolution Française est l'un des événements les plus important de l'histoire moderne de l'Humanité

Nous soutenons l'appel à la manifestation du 23 juillet 2014, à Paris. Nous nous félicitons des initiatives locales qui ont été prises au Blanc-Mesnil et en particulier le rassemblement du 15 juillet sur la place Gabriel Péri à l'initiative du Mouvement de la Paix.

Oui le partage de la Paix est possible.

Posté par Alainramos à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2014

Les vins de Bergerac, venez les découvrir, les déguster, dans le Périgord rouge

 

pont sur la dordogne

Les sens en éveil, bien sur, dans les magasins ont lit les étiquettes, mais chez les vignerons du Périgord Rouge, dans le Bergeracois, nous allons faire entrer dans l'image. La visite d'une propriété viticole, grand château ou modeste exploitation familiale est un voyage initiatique. Avec la complicité de Périgord Découverte nous allons vous conduire au travers ce très beau vignoble.

 

 

Belle grappe

Château les Farcies du Pech pécharmant. A Bergerac, sur les coteaux de Pécharmant, au lieu de la préhistoire, faites une halte au Château les Farcies du Péch pour goûter la nouvelle cuvée Élixir qui a valu à Serge Dubard le titre de vignerons de l’année, un vin d'une grande richesse, expression de ce terroir d'excellence fait de sable et de silex. C'est d'ailleurs ici que l'Homo érectus avait élu domicile, il y a 400000 ans. Ce vin rouge gourmand, aux arômes épicées, riche de ses tanins bien murs sera le compagnon parfait du confit, magret de canard, cassoulet et autres délices du Périgord. Visite du chai et du vignoble de 9h à 12h30 et de 14h à 19h . Tél 05/53/74/16/11 . www.farciesdupech.com

Château de Tiregrand pécharmant, Bergerac, rosé et blanc sec. Au cœur du vignoble le plus ancien de Bergerac, sur l'axe Bergerac Saint Alvère (D32), le Château de Tiregrand vous invite à retrouver des sensations oubliées. Venez déguster la gamme de ses vins de Pécharmant, découvrez la subtilité des épices et la douceur des fruits rouges. Laissez vous tenter par une promenade dans les vignes ou dans le parc du château. Découvrez l'histoire de cette propriété viticole de 35 hectares inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques Accueil du lundi au samedi de 9h à 12h et 14h à 18h. Visites guidées du chai l'été le mardi et le vendredi. Initiation à la dégustation et parcours sensoriel sur RDV. Tel 05/53/23/21/08. www.chateau-de-tiregrand.com

 

coquelicot

Château Court les Muts, Saussignac, Bergerac et Cotes de Bergerac. Au cœur des coteaux sud de la Dordogne, généreusement médaillés, Château Court les Muts vous accueillera dans ses jolis chais ornés de toiles d'artistes, son laboratoires d’œnologie et son musée du vin. Rencontrez, écoutez la famille Sadoux vous parlez du vin et de ses traditions, tout en initiant à la dégustation. Délectez vous des notes de pêche et de poire des blancs secs, de l'exotisme d'un moelleux détonnant, d'un rosé qui fleure le bonbon, des rouges friands ou puissants et racés. Enfin découvrez la quintessence du Saussignac issu des vendanges tardives de vieux sémillons: un vin rare!. Accueil du lundi au vendredi de 9h à 11h30 et de 14h15 à 18h .Tel 05/53/27/92/17 www.courts-les-muts.com

Château Bélingard, Montbazillac, Bergerac et Cotes de Bergerac. Plongez dans la mémoire du Château de Bélingard et découvrez une terre que les celtes baptisèrent«le jardin du soleil» ; Au cœur de l'appellation Montbazillac et Bergerac, le vignoble s'épanouit sur des sols argilo-calcaire. En plus d'un panorama exceptionnel Bélingard se distingue parmi les meilleurs vins AOC Bergerac et Montbazillac : secs, rouges,rosés, moelleux et liquoreux. Alliant en savoir faire traditionnel et le meilleur de la technique, l'équipe de Bélingard élabore dans un cadre d'une haute valeur environnementale des vins élégants, complexes et attrayants. Accueil et dégustation de 9h à 18h. Tel 05/53/58/28/03. www.chateaubelingard.com: contact@belingard.com

 

Montbazillac

Château les Tours des Verdots,Bergerac rouge,rosé et blanc,cotes de Bergerac rouge et moelleux,Montbazillac. Originaire de Saint Emilion la famille se consacre à la vigne depuis quatre générations. Conjuguant passion, savoir faire et innovation, Daniel Fourtout poursuit l'action entreprise il y a plus d'un siècle. Sur coteaux et plateau, la propriété s'étend sur 45 hectares au sud de Bergerac. C'est dans une cave creusée dans la roche et traversée par une rivière souterraine que les vins sont élevés et vieillissent. Après la visite, les visiteurs sont accueillis dans une vaste salle de réception pour une dégustation des différentes cuvées : Clos Verdots, Château les T, les Grands vins des Verdoits et le vin selon selon David Fourtout. Depuis Bergerac prendre la RN21, prendre à gauche vers la Conne-de-Labarde. Accueil du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h. Tel 05/53/5834/31. www.verdots.com

 

Vignoble de la jaubertie

Château la Jaubertie, Bergerac blanc, sec,rouge, rosé, cotes de Bergerac moelleux,Montbazillac. Le château de la Jaubertie a côtoyé la grande histoire : tout d'abord relais de chasse d'Henri IV , celui le lègue à Grabrielle d'Estrée. Au XVIII siècle, il est embelli par Léo Beylet médecin favori de Marie Antoinette. C'est à partir de cette époque que les premières vignes sont plantées. Depuis 1974, le domaine de laJaubertie est la propriété de la famille Ryman qui cultive ses 48 hectares en agriculture biologique et certifiée depuis 2009. parme les leaders incontestables des vins du sud ouest, vous serez admiratifs de la beauté des lieux et séduits par la personnalité des vins. Accueil du lundi au samedi de 10h à 19h. Depuis Bergerac prendre la RN21 direction Agen, après 10km, prendre à droite direction Colombier. Tel 05/53/58/32/11. www.chateau-jaubertie.com

 

Vieille carte de bergerac

Château Tour des Gendres, Bergerac blanc, sec et Cotes de Bergerac rouge AB. Reconnue depuis le XII siècle, la propriété des Gendres, ferme viticole, du Château de Bridoire, vous invite à venir découvrir l'exceptionnelle beauté des grands terroirs calcaires du sud de Bergerac. Vigneron avant-gardiste et engagé, la famille de Conti travaille toutes ses vignes en agriculture biologique certifiée, dans le plus profond respect de la nature. Unanime, la presse nationale et internationale classe le Château Tour des Gendres parmi les plus grands domaines viticoles du Sud Ouest. Accueil dans la salle de dégustation pour découvrir toute une gamme de vins biologiques du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Depuis Bergerac prendre la RN21 et tourner à droite à Bouniagues direction Sigoulés. Tel 05/53/57/12/43. www.chateautourdesgendres.com

Domaine de Coutencie, Rosette, Bergerac rouge,blanc et rosé. A seulement 5 km du centre ville de Bergerac, le Domaine de Coutencie vous accueille toute l'année au gré de ses activités, Nicole Maury propriétaire récoltante vous fait découvrir ses vins primés:Bergerac rouge, blanc,rosé et son inimitable Rosette (un des secrets les mieux gardés du Sud Ouest).tous les jeudis de juillet et d’août à 17h, une formule de goûters fruités vous permettra d'apprécier les vins autrement. Depuis Bergerac, centre, direction la Force D34. Tel 05/53/58/01/85. www.domaine-de-coutencie.com

 

Vignoble Bergerac

Château le Raz, Montravel et Bergerac. Cette vieille demeure située à 30km à l'ouest de Bergerac, ressemble sans être une gentilhommière du Périgord, à une maison de maître datant du XVIII siècle. Sur le toit à la mansarde trônent deux généreuses girouettes fleurdelisées représentant un dauphin, emblème du vignoble. Vous apprécierez la diversité et la large gamme des vins du domaine en appellation Bergerac et Montravel, régulièrement primés et issu d'un vignoble de 60 hectares. Des rouges, denses et équilibrés aux bouquets intenses, des blancs secs aromatiques avec juste ce qu'il faut de vivacité, des rosés frais et délicats et des moelleux aux notes fleuries doux et suaves sont à découvrir du lundi au vendredi de 9h à 12h et 14h à 18h. Tel 05/53/82/48/41. www.le-raz.com

 

Posté par Alainramos à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »