FOLIO DU BLANC-MESNIL

20 décembre 2014

Le contrat de distribution de l'eau par la Nantaise des eaux, annulé, par le Tribunal Administratif de Montreuil.

 

l'eau un droit humain

Déclaration des élus de Blanc-Mesnil au cœur

 

Le Maire du Blanc-Mesnil contraint de relancer le marché de l'eau potable

 

 

Le tribunal administratif de Montreuil a rendu comme prévu son jugement le 17 décembre suite au référé déposé par le SAUR contestant la procédure d’appel d’offres engagée par la Ville sur la gestion de l’eau potable..

 

Il ordonne : que « les actes intervenus postérieurement à l'ouverture de la phase de négociation engagée par les candidats par l'autorité délégante, dans le cadre de la procédure d'attribution par la commune de Blanc Mesnil de la délégation de service public de production et de distribution d'eau potable, sont annulés ».

 

Le juge des référés a constaté que l'offre de Nantaise des Eaux était irrégulière. En effet celle-ci ne comportait pas le rachat des compteurs, estimé à 530 000€, alors que le règlement de la consultation le précisait expressément. De ce fait, le juge des référés constate un défaut de procédure qui met en cause l'égalité de traitement des offres entre les concurrents.

 

Le tribunal impose à la ville soit de reprendre la procédure à zéro soit de relancer une nouvelle négociation avec les cinq candidats admis à la négociation.

 

Que va donc décider le Maire ?

 

Dans l'expression de notre groupe éditée dans le Blanc Mesnilois N° 8 de cette semaine, suite au Conseil municipal spécialement dédié à cette question, nous attirions l'attention sur les modalités du déroulement de la procédure qui a conduit le Maire à exclure la SAUR de la seconde phase de négociations à laquelle l'opposition n'a pas été invitée.

 

Nous demandons :

 

1°) La convocation immédiate de la commission de délégation de service public de l'eau afin d'évaluer les conséquences pour les blanc mesnilois de la décision du tribunal avec la mise à disposition de tous les éléments du dossier.

 

2°) Que le Maire informe au plus vite la population sur les conditions de la distribution de l'eau à compter du 1er janvier 2015

 

2°) L'organisation d'un débat public dans la ville afin d'informer et de consulter les usagers du service de l'eau dans notre ville avant toute convocation du Conseil municipal.

 

Quoi qu'il en soit nous organiserons une série de rencontres publiques afin d'envisager avec la population les suites à donner à ce dossier en ouvrant toutes les hypothèses envisageables sur les modalités de la gestion de l'eau dans notre ville.

 

 

Blanc Mesnil le 20 décembre 2014

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2014

Démissions? arrets maladie? que se passe-t-il à la mairie? Folio et Alain Ramos expriment leur solidarité et leur soutien.

 

justice

Nous avons participé, à la manifestation organisée par la CGT, FO, FSU, CFDT, le mercredi 17 décembre 2014, pour le maintien de la bourse du travail au Blanc-Mesnil. Belle et grande manifestation qui nous a permis de rencontrer et de discuter avec les fonctionnaires territoriaux de notre commune. Il apparaît que neuf mois après l'arrivée de la nouvelle municipalité la souffrance au travail est une dure réalité. Le climat est toujours aussi délétère, changements de postes arbitraires, discrimination, management autoritaire.

Il ne devait pas y avoir de chasse au sorcière, le nouveau maire lors d'une réunion de l'ensemble du personnel, peu de jours après son élection avait prononcé un discours fait de miel et de fleurs. Aujourd'hui si certains vivent un rêve, pour la grande majorité du personnel ce rêve est un véritable cauchemar. La démocratie c'est le droit pour chaque citoyen, pour chaque fonctionnaire d'avoir la possibilité d'avoir des idées syndicales ou politiques de son choix, les différences n’empêchent pas les agents communaux de mettre toutes leurs compétences au service de l’intérêt général, pour servir loyalement l'ensemble de la population Blanc-Mesniloise.

La libre administration des collectivités territoriales s'est sensiblement accrue depuis 1982, du fait des lois de décentralisation, elle doit s'exercer dans le cadre de la protection des droits fondamentaux des habitants. Ce cadre protecteur résulte du statut de la Fonction public, qui reconnaît, la citoyenneté des fonctionnaires et garantit qu'ils se consacrent au service de la population à l'abri des pressions des intérêts privés, économiques et politiques. Se priver de la compétences des fonctionnaires territoriaux, c'est se priver de la mémoire des connaissances de la ville, c'est perdre toute notion du service public.

Dans ce cadre et aujourd'hui nous posons publiquement les questions suivantes :

1°la directrice générale adjointe faisant fonction de directrice générale des services qui a été nommée par la nouvelle majorité serait-elle démissionnaire?

2°la responsable du service des relations humaines, nommée par la nouvelle majorité serait-elle démissionnaire?

3°l'ensemble des personnels du service achats serait-il en arrêt maladie?

La population du Blanc-Mesnil et l'ensemble des élus du conseil municipal doivent avoir le plus rapidement possible des réponses claires à ces trois questions.

Si les réponses devaient s'avérer positives, elles seraient de nature à confirmer la gravité de la situation et seraient lourdes de conséquence pour la pérennité de la qualité du service public.

Pour leur part Folio du Blanc-Mesnil et Alain Ramos conseiller municipal expriment leur total soutien et solidarité à l'ensemble du personnel communal, réaffirment leur total engagement pour faire respecter les droits de l'ensemble des agents communaux fonctionnaires et contractuels afin qu'ils puissent exercer leur travail au service des Blanc-Mesniloises et des Blanc-Mesnilois.

Posté par Alainramos à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2014

Communiqué du Corigat:après la décision du TA de Montreuil d'annuler l'arrété du 6 mars 2014

notre hérisson

Le Blanc-Mesnil le 17 décembre 2014
communiqué


le Tribunal Administratif de Montreuil vient d'annuler l’arrêté préfectoral du 6 mars 2013qui était la base du porter à connaissance du 22 avril 2013. Le Tribunal Administratif a suivi les conclusions exposées en audience par le Rapporteur Public le 27 novembre2014. ( Voir le communiqué du Corigat du 28 novembre 2014:http://www.lehérissondu93.canalblog.com.


Désormais nous nous trouvons dans une période intermédiaire durant laquelle la loi du 30juillet 2003/699 sur la prévention des risques technologiques, le décret d'application2005/1466 du 28 novembre 2005 et les articles 551/2 et 551/12 du code de l’environnement restent en vigueur, et imposent l'élaboration d'un nouvel arrêté et d'un nouveau porter à connaissance par la préfecture de Seine-Saint-Denis.


Contrairement à la période précédant la création du CORIGAT en 2013, l' association représentative des riverains existe, elle assure la défense de leur sécurité, de leurs intérêts et maintien une veille serrée sur tout ce qui est de nature à les informer. Il va de soi que les mesures administratives qui suivront devront être le résultat d'une large concertation et être élaborées dans la transparence la plus totale.


Nous rappelons une nouvelle fois et avec force que notre objectif est: l’arrêt du transitet du stationnement des wagons transportant des matièresdangereuses et toxiques sur la gare de triage.


Voilà pourquoi, le CORIGAT continuera de défendre toujours et partout, l'intérêt général des riverains de la gare de triage.

Posté par Alainramos à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2014

Contribution de Santiago SERRANO, pour clarifier le débat sur l'emploi au Blanc-Mesnil

chateau d'eau

Je me permets dans le cadre de ce débat, et afin d'apporter des infos complémentaires aux internautes, de faire part du bilan emploi et développement économique de la mandature précédente où j'avais la charge d'adjoint au Maire chargé de l'emploi et du dév économique et commercial.

A partir de 2010 nous avons chaque année présenté un rapport d'évaluation au Conseil municipal diffusé à l'ensemble de ses membres. Je tiens à préciser que le travail développé a été reconnu au delà de notre commune puisque les maires du Bourget et de Drancy avait lesquels nous étions liés à travers le Contrat de Développement Territorial du cluster du Bourget (programme du Grand Paris) ont déclaré à plusieurs reprises publiquement que Blanc-Mesnil était en avance dans ce domaine.

Je m'excuse par avance de ce texte un peu long mais cette contribution m'a semblé utile à ce débat essentiel concernant l'emploi et le dév éco.

Cordialement.

Santiago SERRANO

 

Ci-dessous la synthèse du bilan de mandature présenté au Conseil municipal du 6 mars 2014 :

 

"La Maison de l'Emploi et du Développement Économique (MEDE) est un équipement municipal, située au Centre d’affaires Paris Nord, ouvert en 2010 et qui rassemble trois structures au service du développement local : la Mission locale d'insertion des jeunes, le Service municipal du Développement Économique, l’Association Blanc-Mesnil Développement qui porte le dispositif de soutien à la création d'activité "Cité Lab" et le Plan Local pour l'Insertion et l'Emploi (PLIE).

La MEDE est donc l'outil de mise en œuvre opérationnel de la politique municipale de l'emploi et du développement économique.

Auparavant le développement économique était "travaillé" de façon déconnectée de l'emploi avec un service situé en mairie. L'emploi quant à lui était traité par un Espace Emploi Formation (EEF) situé à la cité Bournonville.

Ci-dessous les chiffres clés du résultat net de l'action municipale en matière de développement économique et d'emploi :

 

2465 entreprises installées dans la commune en 2013, soit une augmentation de 20% par rapport à 2008 et 11600 emplois contre 11000 en 2008 (source INSEE). Blanc-Mesnil dans un contexte de forte crise mondiale a maintenu le nombre d'emploi sur son territoire et a augmenté son attractivité économique par l'implantation de nouvelles entreprises et des investissements importants parmi lesquels peuvent être citées : MAN Camion et Bus, Leclerc-Drive, Centre commercial Plein Air avec 51 magasins dont Leclerc, résidence de tourisme d'affaire Océanis en face de l'aéroport, permis de construire déposé pour nouveau bâtiment de bureaux Arcania sur le site du centre d'affaire Paris Nord, nouvelle usine d'épuration des eaux, rénovation d'envergure de Chapée au Carré des Aviateurs, agrandissement et investissements importants de Paprec, de l'Air Liquide à la Molette et des Transports Vaquier à Garonor, renouvellement du Parc Négroni en face de Leclerc, nouveau Parc d'Activité Spirit à Floréal, implantation de la société Créatifs spécialisée dans les salons et important opérateur du salon international de l'aviation, Développement du Centre municipal d'activité Einstein au Coudray avec l'implantation de la Ressourcerie et extension de celle-ci, installation de l'entreprise adaptée le Petit Plus de recyclage de papier avec embauche de personnes en situation de handicap habitants Blanc-Mesnil...

De 2008 à 2013, 10000 habitants reçus à l'EEF et surtout à la MEDE dont 6000 jeunes. 3000 personnes ont signés un contrat dont 2000 jeunes. Dans un contexte de forte montée du chômage, cela illustre la pertinence et l'impact de l'accompagnement local vers l'emploi. À noter que plus de la moitié des personnes accompagnées ne sont pas inscrites à Pôle Emploi.
Depuis mai 2010 et le recrutement d'un Chargé des clauses d'insertion, 90000 heures d'insertion ont été réalisées par des blancmesnilois dans le cadre de chantiers les plus divers sur la commune. Actuellement sur le 5eme collège et la Cité Casanova.

 

Depuis février 2010 et le recrutement d'une Chargée de la création d'entreprises (dispositif Cité Lab), 121 créations d'entreprises ont été réalisées par des blancmesnilois. Dispositif étendu, au vu de son succès, à la Communauté d'Agglomération de l'Aeroport du Bourget (comprenant Drancy, Le Bourget et Dugny). La communauté finance Blanc Mesnil Développement pour cette extension, le dispositif est opérationnel depuis décembre 2013.

 

16 nouveaux Commerces recrutés et/ou accompagnés par la Boutique du commerce (secteur commerce du service municipal de développement économique de la MEDE) dans le cadre de l'extension et le renouvellement du centre ville : Crêperie "Crazy Crêpes", Librairie, Picard, Boulangerie "Mille Feuilles", retour Sécurité Sociale, Esthéticien, Pharmacie, Opticien, Traiteur-restaurant traditionnel "Délices des Balkans", Ressourcerie "2mains", Poissonnerie, Boucherie charcuterie traiteur traditionnel en travaux, Brasserie à côté du cinéma ouverture mars 2014, Monceau Fleurs en travaux, une restauration type "Bagel" et deux restaurants place de l'eau en travaux...

 

Réseau d'entreprises "Plaine de France Entreprises" co-créé, financé et impulsé par la MEDE et des Chefs d'entreprise locaux. 3ème année de fonctionnement, plus d'une dizaine de rencontre d'affaires, une extension à partir du noyau dur blancmesnilois à des entreprises depuis Le Bourget jusqu'à Tremblay. Dernier Speed Business Meeting, 30 janvier 2014, plus de 130 entreprises réunies. Objectifs : développement des chiffres d'affaire, développement économique du territoire, avoir un collectif d'entreprises interlocuteur structuré de la collectivité, positionner à travers cette inter-connaissance des pré-recrutements de blancmesnilois.

 

Par ailleurs, la Mission locale, présidée par Blanc Mesnil et qui fait partie de la MEDE, a le meilleur taux de placement en emploi d'avenir de la Seine Saint Denis et le meilleur taux d'Ile de France pour le secteur marchand. Elle développe depuis janvier le dispositif "Garantie Jeune" qui permet d'allouer une aide financière à des jeunes très éloignés de l'emploi et en très grande difficulté et de mettre en place, à leur bénéfice, un accompagnement très renforcé. 120 jeunes sont concernés.

L'ensemble de ce travail reconnu en Île de France vaut à Blanc Mesnil d'être élue par ses pairs, de tous bords politiques, à la présidence de l'Association Régionale des Missions Locales. Blanc Mesnil exerce cette fonction depuis novembre 2013 et est l'interlocuteur des services de l'Etat et du Conseil régional au nom des 76 Missions locales d'Ile de France."

Posté par Alainramos à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2014

Les troublantes obsessions d'une droite qui parle de sens commun!

 

Depuis son inauguration, l’hôtel de ville du Blanc-Mesnil, pouvait s'enorgueillir de posséder quelques belles tapisseries dont celle ci dessous.

 

Picard le doux

La tapisserie d'Aubusson «la nuit» de Picart Le Doux a accompagné des milliers de femmes et d'hommes dans l'un des moments le plus important et le plus heureux de leur vie, leur mariage. Pendant près de 50 ans cette tapisserie a participé à tous les moments de notre vie communale. Pendant toute cette longue période, nul n' a songé à faire décrocher cette tapisserie, qui a été tissée dans les ateliers d'Aubusson, qui ont été inscrits par l'UNESCO sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2009.

 

Madame_Anastasie

Et bien, il vous faut savoir que la noirceur idéologique de la droite extrême a fait décrocher cette tapisserie, de la salle des mariages, elle est maintenant enfouie dans les sous-sols de la mairie, afin que nul ne puisse être choqué par cette femme nue. Voilà la dernière extravagance de la droite extrême.

Bref, la crasse partisane et idéologique de la droite extrême, atteint un très haut niveau de con.....ies. Où est le sens commun, où se situe leur capacité à comprendre l'autre, il nous font penser à l'inquisition et autre autodafé nazi qui brûlaient les livres au nom de leur intolérance, de leur refus de la diversité et de leur haine de l'intelligence.

La droite extrême par cet acte met en exergue sa médiocrité et sa bêtise. Mais cela révèle surtout les problèmes qui l'obsèdent, à l'évidence «ses penseurs» doivent avoir quelques problèmes avec la sexualité en générale et avec la leur en particulier, tant depuis le début de la campagne électorale pour les municipales,cette question a été sous jacente. Il devient ennuyeux que cette question privée, intime et qui ne concerne qu'eux rejaillisse dans la sphère publique. En clair, une œuvre d'art n'a pas à subir les sombres obsessions de quelques-uns.

Picart Le Doux est né à Paris le 2 janvier 1902 et mort à Venise le 7 mai 1982. il est l'un des artistes peintres qui a participé activement au renouveau de la Tapisserie Contemporaine, Il est un grand maître de la tapisserie d'Aubusson qui a produit 400 tapisseries originales de son vivant.

La tapisserie à Aubusson c'est six siècles d'histoire, les petits penseurs de Sens Commun sont ni plus ni moins que les fossoyeurs du patrimoine intellectuel et culturel de la France, leur négationnisme de tout ce qui n'est pas conforme à leur idéologique réactionnaire, étriquée et leur fantasme personnel ne peut que conduire aux pires catastrophes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2014

La lgne 17 du métro automatique régional, l'avenir des employés ouvriers dans les quartiers des Tilleuls et du 212!!

 

GRANDPARISEXPRESS

Le projet du métro automatique régional se met en place. Le 24 novembre 2014 se terminait l’enquête publique sur la ligne n°16, dont une station est implantée entre l'école élémentaire Paul Langevin et la résidence Notre Dame. Cette station, à condition que la municipalité le souhaite, pourrait servir de base à l'installation d'un dojo, pour les clubs de judo de notre ville. Les responsables de la Société du Grand Paris évoquent une mise en service vers 2023.

Le mardi 9 décembre 2014, au Musée de l'Air et de l'Espace, la Société du Grand Paris a organisé une réunion de concertation régulée par la Commission Nationale du Débat Public la Commission Nationale du Débat Public. Il s'agissait de présenter la ligne n°17, qui traverse les villes de Dugny, Le Bourget, Le Blanc-Mesnil, les municipalités de Dugny et du Bourget étaient présentes, ainsi que plusieurs associations représentatives des riverains.Cette rencontre a été l’occasion d'un débat de qualité entre l'ensemble des intervenants, sur les questions environnementales , sur la nécessaire prise en compte des dangers potentiels de la gare de triage et la remise en cause du projet Europa-City dans le triangle de Gonesse où nous avons pu apprécier l'opposition du maire du Bourget à ce grand projet inutile. Nous avons appris le retard de la tangentielle devant emprunter les vois de la grande ceinture.

La station de l'Aéroport du Bourget sera implantée près de l'entrée du Musée de l'Air et de l'Espace et qu'une sortie déboucherait entre les rues du pilote Raveu et de la veuve Malherre sur le territoire du Blanc-Mesnil.

Une partie des terrains de l'usine Citroen va accueillir la remise et l'entretien des rames des lignes 16 et 17.

Alors que la région Île de France vient de décider l'abonnement mensuel Navigo à tarif unique pour les transports de la région, la question de la tarification a aussi été abordé.

La Société du Grand Paris ayant ouvert un site dédié chacun pourra y trouver les réponses aux questions qu'il se pose et bien entendu poser des questions et rédiger son point de vue sur ce dossier.

Le chantier du métro automatique régional c'est 200 km de voies et 69 stations. Quelques gares pourront être dotées de centres commerciaux. La Sociétés du Grand Paris doit signer, dans les jours qui viennent, les premiers emprunts destinés au financement très important des investissements nécessaires à la mise œuvre de cet immense chantier, des emprunts sur 40 ans à taux variables, basés sur le rendement du livret A.

Avoir sur notre ville deux stations du métro automatique régional est exceptionnel, ce résultat nous le devons, avant tout et uniquement à la mobilisation de la gauche Blanc-Mesniloise qui s'est fortement mobilisée pour obtenir ce résultat. Nous l'avons fait en poursuivant quatre objectifs, améliorer les conditions de transports, faciliter et développer l'accès aux pôles d'emplois, offrir aux entreprises locales des moyens supplémentaires au service de leur expansion et permettre une revalorisation du patrimoine collectif et individuel de notre commune.

Au cours de cette réunion, il est naturellement apparu, les questions de la réhabilitation du parc de logements sociaux et privés et la question de l'évolution urbanistique et démographique de notre commune. La Société du Grand Paris a indiqué que sur ces questions, elle s'engagerait avec les villes s'appuyant sur la dynamique proposée par l'ANRU.

Voilà qui permet de faire la transition avec la situation dans notre commune. Nous devons indiquer,si l'on en croit les informations qui transpirent du ministère de la Ville, qu'il semble bien que tout cela ne soit pas la tasse de thé du maire et de son conseiller spécial. En effet, ils montrent partout leur architecte haussmannien. Il se confirme, comme indiquer lors du conseil municipal du 11 décembre 2014, que les représentants des quartiers populaires sur la question du logement comme sur d'autres soient en voie de marginalisation politique. En effet, il apparaît que dans le quartier du 212, le choix a été fait de construire 3 immeubles pour 80 appartements, en accession à la propriété. Ensuite 20 logements sociaux seraient implantés. Ce choix confirme, qu'il y a une volonté de faire partir de notre villes les employés et les ouvriers en organisant une sorte de relégation vers des villes de plus en plus éloignées du centre de la région île de France. Ce choix transparaît dans les négociations en cours avec les propriétaires des immeubles de bureaux Parinord. On évoque la construction, là aussi, de plusieurs centaines d'appartements en accession à la propriété. Chacun pourrait se dire que nous sommes loin du discours de campagne martelant que la droite n'augmenterai pas la démographie de notre commune.

Mais le municipalité a plus d'un tour dans son sac, comme nous l'indiquons plus haut l'ANRU n'est pas sa tasse de thé. L'architecte haussmannien a un projet de désensification de la cité des Tilleuls en organisant le départ des classes populaires de ce quartier. Il circule un projet de destruction, reconstruction de ce quartier, destruction des logements sociaux et reconstruction d'appartements en accession à la propriété. Certains nous prédisent qu'il y aurait au cœur de cette nouvelle résidence haussmannienne un bassin digne du mamamouchi de Molière. Mais qui pourrait croire à un tel projet sans débat, sans information des populations des quartiers populaires, car il ne faut pas oublier que nous parlons ici d'un quartier qui rassemble près de 12000 habitants.

Puisque depuis le 11 décembre 2014, nous avons un nouvel adjoint au maire délégué à la santé et aux logements, il nous tarde qu'il réunisse sa commission municipale afin que ce projet puisse être débattu en toute transparence et par tous.

Ce projet nous pose au moins deux questions, la première il n'a pas fait l'objet de proposition explicite de la part de la droite extrême, pendant la campagne, il est clair que si cela avait été le cas, il aurait eu un débat dans ce quartier et il n'est pas certain que celui-ci aurait conduit à soutenir la liste de droite extrême, donc cela pose un problème vis à vis de la démocratie et des citoyens concernés. La seconde, c'est qu'il n'est pas concevable qu'un projet qui concerne un quartier de 12000 habitants puisse se conduire dans le secret des bureaux du deuxième étage de la mairie, entre trois personnages, le maire, le conseiller spécial et un architecte conseil.

Nous ne sommes plus aux 19°siècle, sous Napoléon III. Le changement de l'urbanisme d'un quartier doit faire l'objet d'une confrontation publique et transparente avec l'ensemble des habitants concernés, car se sont des citoyens. Nous le voyons partout là où les projets sont élaborés par une technocratie hors sol, souvent liée aux banques et à la spéculation immobilière ou autre, voir le barrage de SIVENS dans le Tarn, Center Parc dans l’Isère, l'aéroport Notre Dames des Landes en Loire Atlantique, Europa City à Gonesse conduisent partout à la mise en œuvre de mobilisations citoyennes, car aujourd'hui ils n'est plus possible d'imposer par le haut des modes et conditions de vie qui ne correspondent pas aux choix profonds des citoyens mobilisés.

Il va de soi que Folio du Blanc-Mesnil mettra toutes ses forces à la disposition des citoyens des Tilleuls pour leur permettre de maîtriser leur devenir, en améliorant leur cadre de vie. Nous appelons les habitants du Blanc-Mesnil et plus particulièrement ceux des quartiers nord à plus la extrême vigilance.

Posté par Alainramos à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2014

Rencontre avec Robert Hue, samedi 13 décembre 2014, librairie Folie d'encre, 41 bd de Strasbourg, Aulnay sous bois

ROBERT HUE

 

samedi 13 décembre 2014

 

de 11h à 12h30

 

HUE mup

RENCONTRE-DEDICACE

 

autour du livre: les partis vont mourir....

et ils ne le savent pas!

 

Librairie Folie d'encre

41 boulevard de Strasbourg,

Aulnay-sous- bois

Posté par Alainramos à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De l'explosion d'AZF Toulouse à la gare de triage, poursuivre l'action pour assurer la sécurité publique!

 

Alain Ramos

Des riverains sans mémoire, sont des riverains sans avenir. Pour assurer l'avenir, il est nécessaire, face au dossier de la gare triage de tenter de le mettre en perspective. Pourquoi, l’arrêté préfectoral du 6 mars 2013 et le porter à connaissance du 22 avril 2013?

Pour cela il nous faut se remémorer le 21 septembre 2001. Ce jour là, dans un monde traumatisé par l'attentat du 11 septembre,l'usine d'AZF de Toulouse explose, entraînant la mort de 31 personnes et faisant 2500 blessés. Selon l'Institut de veille sanitaire ,dix huit mois, après l'accident 14000 personnes étaient toujours sous traitement pour pouvoir dormir, calmer leurs angoisses, ou soigner une dépression.

A 10h17, un stock d'environ 300 tonnes de nitrate d'ammonium (classification sur les wagons 50/1942) destiné à la fabrication d'engrais explose dans un bâtiment de 220000 mètres carrés. Un séisme de magnitude 3,4 a été enregistré.

L'usine était implantée à 5 kilomètres du centre de Toulouse entre la rocade et l'autoroute allant vers Tarbes. Construite en 1921, à l'écart de la ville, elle a été progressivement englobée par l'agglomération.

L'ampleur du bilan humain, matériel et l'émotion soulevée par cette catastrophe, ont entraîné un vaste débat au travers de toute la France dont le résultat a été la loi du 30 juillet 2003 (n°2003-699) relative à la prévention des risques technologiques et le décret d'application 2005-1466 est publié le 28 novembre 2005. Cette loi a connu des modifications en 2010/2011/2012.

La situation de la gare de Drancy, le Bourget, le Blanc-Mesnil est la suite logique de la législation qui a fait suite à la catastrophe d'AZF à Toulouse. L’arrêté préfectoral 2013/640 du 6 mars 2013 et le porter à connaissance du 22 avril 2013 s'inscrivent dans cette problématique. Ils découlent de la loi 2003/699,de articles L.551/2  et de

L 551/12 du code de l'environnement, entre autres, qui indiquent que le préfet peut par voie d’arrêté fixer des prescriptions d'aménagement et d'exploitation.

Pourquoi? La raison se trouve dans ces quelques chiffres, 15000 wagons par an transportant des matières dangereuses et toxiques, ammoniac, acide nitrique, sulfurique, GPL , dont près de 400 wagons de chlore et 400 wagons de déchets nucléaires transitent et stationnent sur ce site. Les risques et les dangers potentiels sont sur cette gare de triage une réalité. La multiplication des accidents accroît l'éventualité d'une catastrophe. Voir le dernier accident du 21 novembre 2014.

Un débat est en cours après l'audition du rapport public du tribunal administratif du 27 novembre 2014. Sans préjuger de sa décision et dans le cas où il se prononcerait sur l'annulation de l’arrêté préfectoral du 6 mars 2013. cette éventuelle décision, ne ferait que remettre en route le processus de réécriture d'un nouvel arrêté préfectoral, la loi du 30 juillet 2003 n°2003-699 et les nombreux articles du code de l'environnement restant en vigueur. Certes, cette éventuelle décision du tribunal administratif ouvrirait, une période intermédiaire. Elle pourrait être mise à profit, pour ouvrir une période de distribution de permis de construire, dans le périmètre. Cet entre deux pourrait aussi, éventuellement, ouvrir les sirènes de la démobilisation citoyenne, pouvant permettre à la technocratie hors sol de reprendre la main, pour administrer en dehors de tout contrôle citoyen.

Mais cela c’était avant.

Et oui depuis le 22 avril 2013, les citoyens riverains sont devenus des acteurs incontournables sur ce dossier. Un changement très important que cette présence d'une puissante mobilisation citoyenne, animée et organisée par le Corigat. Cette présence est un élément fort qui fera que les citoyens seront entendus et écoutés.

Une raison supplémentaire de rejoindre le Corigat et de participer massivement aux initiatives qu'il propose.

Gardons en mémoire qu'il transite et stationne, par an, 15000 wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage, dont près 400 wagons de chlore et 400 wagons de déchets nucléaires.Tant que cette question ne sera pas réglée, les mobilisations citoyennes seront nécessaires pour assurer la sécurité publique des habitants de Drancy, Le Bourget, le Blanc-Mesnil.

 

Posté par Alainramos à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2014

Pourquoi le conseil municipal doit-il étendre la protection normale pour un maire à son conseiller spécial ?

14 juillet la prise de la bastille

Post sur Facebook - Par Louis Antoine Léon Saint-Just

Point 4 à l’ordre du jour du conseil municipal du 11 décembre 2014 à Blanc-Mesnil : Protection fonctionnelle accordée au Maire et à un collaborateur de cabinet.

De quoi s'agit-il exactement ?
Le vote d'une protection fonctionnelle a pour objectif de permettre que ce soit la ville qui prenne en charge les frais de défense du Maire lorsqu'il est attaqué au Pénal ou lorsqu'il est victime de violences, menaces ou outrages à l'occasion ou du fait de ses fonctions.

Pourquoi le conseil municipal est-il appelé à étendre cette protection fonctionnelle, normale pour un maire dans l’exercice de ses fonctions, à un collaborateur de son cabinet ?
Pourquoi un, et pas les trois collaborateurs du cabinet ?
De quel collaborateur s’agit-il ?

Comment un collaborateur de cabinet peut-il prendre le risque d’être attaqué au pénal, alors que les quatre missions qui lui sont statutairement confiées sont :
- le conseil de l’exécutif,
- la préparation des décisions à partir des analyses réalisées par les services,
- la représentation de l’élu,
- la liaison au quotidien entre les organes politiques, les services de la collectivité et les médias ?

Quel délit pourrait donc commettre un collaborateur de cabinet dans l’exercice de ses fonctions, si ce n’est d’avoir agi sur ordre du maire, ou bien d’avoir la mission d’agir en toute autonomie ?

Dans l’hommage qu’a voulu faire le maire à Philippe Hoang-Mong, et qui comme à son habitude, n’est qu’une ode à lui-même, une phrase de conclusion interpelle : « Je l’affirme devant vous, ce deuil, nous le portons tous en partage, les agents, les élus, le maire et TOUS LES MEMBRES DU CABINET, SANS EXCEPTION. » Pourquoi cette précision ? Une exception serait-elle possible ?

On peut s’interroger sur les missions du « conseiller spécial » de Thierry Meignen, Gérard Lesuisse, qui avait mis en place en 1995, le « système Dassault » à Corbeil-Essonnes, en tant que Directeur de cabinet du maire milliardaire : système basé sur le harcèlement et la répression des agents, la discrimination, le favoritisme et dénoncé dans un « livre noir » rempli de témoignages par les syndicats CGT de cette ville.
Les mêmes méthodes sont-elles mises en place à la ville de Blanc-Mesnil ?

Les témoignages que recueillent les militants CGT sur la discrimination syndicale et les mises au placard au sein du personnel communal vont-ils conduire à écrire un nouveau « livre noir » à Blanc-Mesnil ?

Discrimination ? Délit passible de trois ans de prison, 45000 euros d’amende.

Dans l’hommage rendu par ses collègues à Philippe Hoang-Mong, sous forme de lettre ouverte, une phrase nous interpelle également: « Professionnellement, tu ne t’es pas ménagé pour répondre aux multiples demandes qui t’étaient faites, A TOUTES HEURES DU JOUR ET DE LA NUIT, et tu as pris beaucoup sur toi. Beaucoup trop. ». L’enquête du CHSCT devrait faire la lumière sur les conditions réelles de travail de cet ingénieur. A-t-il été victime de harcèlement moral dans le cadre de son emploi ?

Harcèlement ? Délit passible de deux ans de prison, 30000 euros d’amende.

Est-ce pour se prémunir des conséquences de ces délits que le maire veut faire prendre en charge par les blanc-mesnilois la protection fonctionnelle pour lui et son conseiller spécial ?

Posté par Alainramos à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2014

Déclaration du Corigat, lors de la réunion organisée, par la Société du Grand Paris, le mardi 9 décembre 2014.

 

accident 3

Le Mardi 9 décembre 2014, près de 40 adhérents du CORIGAT ont accueilli, les participants aux portes de la réunion organisée, au Musée de l'Air et de l'Espace, par la Société du Grand Paris. Ils ont réaffirmé leur exigence: de l’arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur la gare de triage et leur demande de la nomination d'un médiateur.

Vous trouverez ci dessous, la déclaration qui a été faite par le Corigat au cours de cette réunion.

«Le collectif des riverains de la gare de triage a un objectif, l’arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage du Bourget, Drancy, Blanc-Mesnil.

Les habitants et les communes sont confrontés à l’arrêt préfectoral du 6 mars 2013 et du porter à connaissance du 22 avril 2013, qui créent une zone inconstructible de 620 mètres autour de la gare de triage, qui ne résout pas les dangers qu'ils dénoncent, mais stérilisent près de 25% du territoire des communes concernées.

Ces communes sont au cœur du contrat de développement territoriale, dont le centre est la gare du Bourget.

Pour notre part, nous ne sommes pas opposés au métro automatique régional, mais ils nous semblent pour le moins paradoxale que celui ci puisse être mis en œuvre, sans que les risques et les dangers potentiels de la gare de triage soient au préalable traités et réglés.

Pour votre information , il transite et stationne pas moins de 15000 wagons par an transportant des matières dangereuses et toxiques sur ce site, dont près de 400 wagons de chlore et autant de wagons transportant des déchets nucléaires.

Nous avons déposé et fait déposé plusieurs avis qui soulignaient le caractère potentiellement dangereux du site de la gare de triage sur l’enquête publique sur la ligne n°16 du métro automatique régional qui vient de se clore.

Pour nous, comme pour les porteurs du projet de métro automatique régional, il paraît nécessaire que la question des dangers et des risques de la gare de triage soient traités en amont.

Voilà pourquoi, nous souhaitons que la Société du Grand Paris, s'associe à notre démarche pour obtenir l’arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des produits dangereux et toxiques et qu'elle apporte son soutien à notre demande de nomination d'un médiateur pour régler ce dossier, garantie pour les citoyens d’être entendus et écoutés.»

Posté par Alainramos à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »