FOLIO DU BLANC-MESNIL

27 mars 2017

MACRON: SES AMIS DANS LES PARAIS FISCAUX

Carton rouge 1

Extraits de Mediapart (24 mars 2017) : "Le Luxembourg est le paradis fiscal préféré de proches de Macron."
Comme l'attestent plusieurs documents consultés par Mediapart, cinq des proches d'Emmanuel Macron – membres de la campagne, conseillers ou soutiens – ont eu, en qualité de dirigeant d'entreprise ou pour leur propre compte, des activités transitant par le Luxembourg, qui reste malgré la levée du secret bancaire un paradis fiscal au cœur même de l'Union européenne.
Le banquier Christian Dargnat, chargé de la collecte des fonds de la campagne, mais aussi une déléguée nationale d'En Marche !, Françoise Holder, sont concernés. De même que le financier Bernard Mourad et le lobbyiste Mathieu Laine, amis et conseillers d'Emmanuel Macron. Ou le fondateur du site de rencontres Meetic, Marc Simoncini, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, prêt à l'aider « financièrement et médiatiquement » tout en dirigeant une holding dans le Grand-Duché. Chargé de la collecte des fonds – plus de 8 millions d'euros déjà recueillis auprès de donateurs anonymes –, mais aussi de la négociation du prêt de plusieurs millions d'euros qu'Emmanuel Macron est en train de contracter en vue du premier tour, Christian Dargnat est un personnage clé de la campagne. Président (bénévole) de l'association de financement d’En Marche !, il a administré pendant six ans un fonds d’investissement au Luxembourg dans le cadre de ses responsabilités à la BNP. Le 25 septembre 2015, Dargnat, alors directeur général de la branche « gestion d’actifs » de la BNP (« BNP Asset management »), a été renouvelé pour un an dans sa fonction d’administrateur de ce fonds d’investissement, « InstiCash », une des plus grosses sicav françaises. Il a démissionné de cette fonction en novembre 2015, avant de rejoindre son champion.
D’autres membres de l’entourage d’Emmanuel Macron ont utilisé la légendaire souplesse juridique luxembourgeoise dans le cadre de la gestion de leurs affaires. C’est notamment le cas de Françoise Holder, déléguée nationale du parti En Marche !, ancienne responsable nationale du Medef et nommée coprésidente du « Conseil de la simplification » lorsque Emmanuel Macron était ministre de l’économie. Françoise Holder, cofondatrice du groupe de boulangeries Paul, a participé avec son mari, Francis Holder, au développement de H’Corp, une société anonyme de droit luxembourgeois. Cette holding est une des actionnaires du roi du macaron Ladurée, racheté par le groupe Holder en 1992, et dirigé par son fils David – qui n’est plus résident fiscal français. Autre proche d’Emmanuel Macron – il affirme échanger « quotidiennement » avec lui –, Mathieu Laine a lui aussi pris la direction du Luxembourg. Cet économiste et essayiste très libéral, ancien conseiller d’Alain Madelin, prônait il y a quelques mois encore une alliance entre François Fillon et Emmanuel Macron. Propriétaire des cabinets de conseil Altermind et Altermind UK à Paris et Londres, il a fondé en 2013 la holding « Altermind Group » dans le Grand-Duché. Dotée d’un capital de 2,78 millions d’euros, cette dernière a vocation, dit-il, à « faciliter l’internationalisation »de ses activités « dans un environnement juridique et fiscal stable et incitatif ».
Il est aussi question de millions d’euros avec Marc Simoncini. Le patron du site de rencontres Meetic, tête de proue de la French Tech tant vantée par Emmanuel Macron, est un fervent supporter de l’ancien ministre, qu’il a promis de soutenir « au maximum », « financièrement et médiatiquement ». Marc Simoncini, fondateur du site de rencontres Meetic © ReutersSimoncini dirige dans le Grand-Duché la société « Oxley Properties » depuis 2010. En avril 2011, son mandat d’administrateur a été renouvelé pour six ans. Cette coquille, rapatriée des îles Vierges britanniques vers le Luxembourg, est en réalité la maison mère du célèbre opérateur français de poker en ligne Winamax, que Simoncini a racheté en 2010 avec Alexandre Roos et Christophe Schaming, deux des fondateurs de la messagerie Caramail chère aux internautes de la fin des années 1990. Joueur de poker réputé, le chanteur Patrick Bruel a lui aussi investi dans la holding, comme l’avait révélé L’Express en 2012. « En soi, cette localisation n’est pas illégale, mais ses bénéficiaires peuvent ainsi échapper à l’impôt français », écrivait alors l’hebdomadaire, estimant que « ce montage a déjà permis à Bruel et à ses associés de placer jusqu’à 1,14 million d’euros au Luxembourg ».

Posté par Alainramos à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2017

BLANC-MESNIL: "LE JOURNAL MUNICIPAL N°58", UNE SCANDALEUSE BOUILLIE DE PROPAGANDE ET DE MANIPULATION!

 

corée du nord

Avec le numéro 58 « du journal municipal » la propagande, la désinformation, la manipulation atteignent des sommets. Nous allons essayer de vous donner quelques éléments qui nous l'espérons, vous permettront de décoder la bouillie de plus en plus manipulatrice que tente de vous servir le maire et sa majorité municipale de droite extrême.

Commençons par l'édito, où il est question de modernisation de la restauration scolaire, par la mise en place d'un self, dans les écoles Primaires Lurçat/Wallon. Comme d'habitude on raye d'un trait de plume ce qui se faisait avant. Bien entendu, on oublie de dire que l'on a supprimé le self du restaurant scolaire JB Clément et on oublie de dire que les selfs sont déjà présents dans d'autres restaurants scolaires de la ville. Pour faire la démonstration de la modernité promise, le maire de droite extrême pompe, sans vergogne, dans la tribune signée par Didier Mignot, pour que chacune puisse comprendre, le texte de Didier Mignot a été remis à la rédaction du « journal municipal » jeudi 16 mars 2017 à 12h.

Dans l'édito, du maire de droite extrême, il manque l'essentiel de cette décision, c'est que la majorité de droite extrême va privatiser la restauration scolaire des écoles primaires Lurçat/Wallon.

Comme d'habitude beaucoup de fumée, beaucoup de communication, beaucoup de manipulation, pour masquer la réalité d'un choix ultra libéral, engager la privatisation généralisée de la restauration scolaire de notre ville.

Passons ensuite à la valorisation de la candidate de François Fillon pour les élections législatives de juin 2017, Christine Cerrigone. Chouette, les permanences pour le RSA vont se tenir dans les maisons de quartier. Voilà, une belle et bonne information, là aussi la propagande, la manipulation sont à l’œuvre. Cette article passe par perte et profit le fait que la CAF n'a pas accorder le label centre social au MPT après leur privatisation, pour cause de disparition des assistantes sociales de ces équipements. Disparition consécutives à la destruction du service solidarité de la commune, où il ne restait plus qu'une seule assistante sociale, il paraît que 3 nouvelles embauches ont été effectuées, et au dernière nouvelle, une serait déjà partie.

Bref, Christine Cerrigone pendant trois ans met tout en œuvre pour déstabiliser le service solidarité municipale, et aujourd'hui elle met des rustines et chante trop fort. Ces méthodes ne sont pas dignes, elles sont méprisantes.

Le banquet des retraités se déroulera cette année au Château de Chantilly, les 24, 25, 26, et le 28 avril au Blanc-Mesnil. Vous avez remarquez, nous sommes en campagne pour les élections présidentielles. Vous trouvez pas bizarre le choix des dates, pourtant cela devrait, en effet, MEIGNEN et CERRIGONE qui soutiennent François Fillon, organisent le banquet des retraités entre les deux tours, curieux. Certes, ils ont sûrement choisi ces dates avant que leur candidat préféré soit mis en examen. Ils restent pas moins qu'il y a, une volonté d'utiliser les finances publiques pour favoriser de petites opérations politiciennes.

La première réunion publique de 2017, lorsque l'on lit le compte rendu, pour celles et ceux qui ont participé à cette intéressante réunion, nous avons la très nette impression de ne pas avoir participer à la même. En effet, pas un mot sur les trois riverains qui sont intervenus, à propos de l'implantation de la Maisons des Arts Martiaux à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch. Pas un mot sur l'interpellation, du riverain de la rue Pégoud, à propos des travaux en cours, autour, de l'espace Plein Air, installation d'une station service ou pas, mais aussi sur le non respect de l'information nécessaire due aux riverains. Pas un mot du riverains de l'avenue Cartigny, membre de l'association de l’Orphelinat de la police, qui a émis de fortes et justifiés critiques sur la police municipale. Pas un mot sur le projet du promoteur immobilier Cogédim , dont nous trouvons pourtant une publicité « bucolique » page 8.

Le Maire de droite extrême face aux lecteurs du « journal municipal ». 5 pages sur les 32 pages du journal, soit 16% de l'espace rédactionnel sont consacrés à cette opération d'auto-promotion. Petit rappel, le rédacteur de Folio s'étant inscrit pour participer à cette table ronde a été interdit de participation. Par ailleurs, chacun peut constater que sur les 11 personnes retenues, seules 9 ont vu leur question retenue. Il serait intéressant de savoir et de connaître les questions qui n'ont pas eu l'honneur d'être publiées.

Une question a été posée sur la Maison des Arts Martiaux, il est dommage que le maire droite extrême n'ait reconnu pas, comme il l'avait à la réunion, du 18 mars 2017, organisée par les riverains que l'endroit de cette implantation avait été fait sans concertation préalable avec les habitants du quartiers.

Par ailleurs, pour justifier ce choix, le maire de droite extrême, comme à son habitude dit qu'il a évité le pire , en évoquant la possibilité de l'arrivée «  d'une école sectaire ». Bien entendu, il est dans l'incapacité de justifier cette allégation.

Le choix d'utiliser la peur est inacceptable, mais surtout elle est révélatrice d'une gestion de notre ville au jour le jour et en dehors de tout projet urbain cohérent. Alors, devant la surprise de mobilisation citoyenne pour défendre l'intérêt général, cette municipalité de droite extrême utilise les bas expédients. Scandaleux.

Les filles prennent rendez-vous. Deux pages sont réservées aux championnats de France par équipes première division de judo. Les deux clubs de notre ville participaient à ce championnat le BMS Judo et l'ESBM Judo. Dans cette compétition nos deux clubs ont également brillé. Dans ces conditions le compte rendu qui en fait est totalement impartial et ne traduit pas la réalités des faits.

Il faut rétablir la vérité, si l'équipe féminine de l'ESBM a obtenue des résultats, elle doit essentiellement au transfert de l'équipe féminine de Levallois, vers le club de notre ville, il aurait correct de le signaler. Par ailleurs, si l'équipe féminine a obtenue de bons résultats, cela n'a pas été le cas pour l'équipe masculine de l'ESBM. La situation c'est inversé pour le BMS-judo qui a eu de bons résultats avec les garçons et des moins bons avec les filles.

Mais, maintenant au Blanc-Mesnil si vous ne faites pas allégeance au maire droite extrême, vous n'existez plus, et pour se faire le maire droite extrême met tout en œuvre pour nous faire croire qu'il n'y plus au Blanc-Mesnil qu'un seul club de judo ce qui est totalement faux.

Tout cela pour justifier des décisions d'attribution de subventions inégalitaires entre les deux clubs. Jeudi 30 mars 2017, le BMS judo se verra attribuer 25 600€ et l'ESBM judo 58 750€. Inégalitaire car les deux clubs ont un nombre équivalent de licenciés et des résultats équivalent voire meilleur pour le BMS-judo.

Voilà, les objectifs de l'article sur le judo du n°58 du « journal municipal » trompés les blanc-mesnilois sur la réalité des faits pour justifier l'injustifiable.

Ce « journal municipal » n'a plus rien de municipal c'est un mauvais outil de propagande, au service d'un clan.

Posté par Alainramos à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2017

CONCERTER C'EST CONSTRUIRE ENSEMBLE, LE CONTRE EXEMPLE L'IMPLANTATION DE LA MAISON DES ARTS MARTIAUX

club pinocchio

Le numéro 56 du "journal municipal" mettait en exergue "Concerter c'est construire ensemble" qui ne pourrait pas souscrire à ce bel objectif. Mais comme toujours, depuis avril 2014 , les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Le dossier de l'implantation de la Maison des Arts Martiaux à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch souligne parfaitement cette situation.

Bref, une nouvelle fois, il n'y a aucune adéquation entre les engagements pris par la majorité municipale et ses actes. Le dossier de l'implantation de la Maison des Arts Martiaux, fera l'objet d'un débat au prochain conseil municipal du 30 mars 2017, vous trouverez ci-desous lle texte d'un voeu qui a été remis, aujourd'hui 24 mars 2017, à la municipalité.

Nous invitons à venir nombreux à ce conseil municipal, qui se tiendra à 18h45, à l'Hôtel de Ville. Ce conseil municipal est aussi le plus important de l'année, il y sera débattu du budget primitif 2017.

VOEU POUR LE CONSEIL MUNICIPAL DU 30 MARS 2017

 

Le conseil municipal du Blanc-Mesnil et les riverains ont appris lors de la commission d'appel d'offre devant désigner les entreprises , l'implantation et la construction de la Maison des Arts Martiaux, à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch.

 

Le conseil municipal et les riverains constatent que:

-La commission municipale de l'urbanisme n' a pas été réunie.

-La commission municipale des sports n'a pas été réunie

-L'ensemble des associations pratiquant les Arts Martiaux n'ont pas été saisies.

 

Lors de la réunion organisée par les riverains, le 18 mars 2017,le Maire a reconnu qu'aucune concertation préalable n'avait été faite avec les habitants du quartier.

 

Le conseil municipal et les riverains conviennent de la nécessité de mettre un équipement sportif, à la disposition de l'ensemble des associations pratiquant les Arts Martiaux et plus particulièrement aux deux clubs de judo BMS judo et ESBM judo.

 

Le conseil municipal et les riverains constatent que ce choix va aggraver:

  • les nuisances routières, l'amplification du bruit, intensification de la circulation et aggravation des problèmes de stationnement dans des rues déjà malmenées par ces questions.

  • Les conditions de vie des riverains du quartier

 

Le conseil municipal et les riverains partagent l'objectif « Se concerter c'est construire ensemble».

 

Le conseil municipal et les riverains pour faire vivre cet objectif de démocratie participative demandent:

-l'arrêt immédiat de ce projet d'implantation de la Maison des Arts Martiaux à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch.

-la recherche et l'étude d'implantation de cet équipement sportif nécessaire sur les complexes sportifs Jean Bouin et Paul Eluard ou autre.

-l'organisation de réunions publiques de concertation sur ce dossier.

 

 

 

 

Posté par Alainramos à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2017

MARS 2014, SAUVONS NOS PAVILLONS, MARS 2017 SAUVETAGE EN COURS!

 

Attention sauvetage en cours

Folio du Blanc-Mesnil, depuis mars 2014, publie régulièrement des articles pour démontrer que la majorité municipale de droite d'extrême ne tient pas ses engagements électoraux.

Nous vous rappelons, que le maire droite extrême a crée une association « Sauvons nos pavillons », cette association est maintenant présidée par Patricia Bour conseillère municipale déléguée aux affaires d'urbanisme ».

Pendant toute la campagne pour les élections municipales cette association soi-disant « a politique » vous encourageait à dire non à béton mesnil pour protéger les pavillons.

Aujourd'hui en mars 2017, le sauvetage des pavillons est en cours.

Actuellement sur l'avenue Pasteur ce sont pas moins de 5 pavillons qui subissent les affres de la pelleteuse de la spéculation immobilière, avenue de la République et à l'angle de la rue de la villageoise ce trois pavillons qui ont été détruits. Bientôt à l'angle de la rue Émile Paladhile, un pavillon se sera sacrifié. Dans quelques semaines 5 autres pavillons passeront eux aussi par les fourches caudines de la promotion immobilière spéculative, sur l'avenue Henri Barbusse entre la rue Victor Basch et l'avenue de la division Leclerc

En mars 2014, MEIGNEN se répandait partout pour dire non au bétonnage de notre ville, aujourd'hui il a donné son accord, pour la construction sur l'axe de l'avenue de la division Leclerc avenue Pasteur 50 logements supplémentaires sur la résidence Notre Dame, 720 logements à la place des écoles JB Clément et Paul Langevin, 381 logements à la place de du Centre Technique Municipale, le projet Rotonde 25 logements.

En clair, sur cette axe pas moins de 1150 logements, soit au minimum 3450 habitants supplémentaires. Bref, MEIGNEN et sa majorité municipale de droite extrême font exactement le contraire de leurs engagements de 2014.

MARS 2014, SAUVONS NOS PAVILLONS, MARS 2017 LE SAUVETAGE EST EN COURS !

Posté par Alainramos à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 mars 2017

Blanc-Mesnil : Lycée Mozart premier lycée du 93, nous sommes loin du BRONX annoncé par Meignen!

 

arbre

Le classement des lycées confirme la place du lycée Mozart du Blanc-Mesnil. Notre lycée est le premier de Seine Saint Denis, nous nous félicitons de ce résultat qui s'est construit année après année. Nous remercions très chaleureusement l'équipe pédagogique pour son engagement. Nous remercions les élèves pour leur maturité et leur travail.

Ainsi, la communauté éducative du lycée Mozart contribue à donner une image positive de notre ville.

Toutes les réussites et tous les succès sont le résultat d'une action longue. Cette évolution positive est aussi le résultat de l'engagement de la municipalité de gauche qui a toujours accompagné les initiatives pédagogiques, telle, celle qui a tissée des liens avec Sciences Po Paris et avait mis à la disposition du lycée et des lycéens la Médiathèque.

Bref, nous sommes fiers du travail et des résultats du lycée Mozart du Blanc-Mesnil.

Ces résultats quel contraste, avec les turpitudes lexicales du maire de droite extrême, qui parle du Bronx à propos de la cité des Tilleuls. Ne nous y trompons pas, cette qualification poursuit un objectif précis d'abord stigmatisé un quartier populaire, pour tenter demain de nous faire croire qu'il sera celui qui aura fait évoluer la situation.

Comme d'habitude, le maire de droite extrême enveloppe de ténèbres la situation dont il est le principal responsable. En effet, dans ce quartier en particulier la misère et la précarité n'ont jamais été aussi papables. Le principal bailleur en lien étroit avec la ville prépare des expulsions massives. Il est loin le temps où la commune agissait pour défendre les locataires en difficultés, aujourd'hui le mot solidarité n'est plus au cœur de l'action municipale.

Par ailleurs, nous subissons une politique délirante de bétonnage de notre ville, bétonnage qui se développe au fil des terrains disponibles, sans véritable vision de long terme.

Chacun sait que les évolutions positive de la démographie portent en elle la nécessité de préparer les services publiques pour les mettre dans les meilleurs conditions possibles pour accueilli les nouveaux arrivants. Or, le maire droite extrême stigmatise l'accroissement du nombre d'enfants qui l'oblige à l'ouverture de classes supplémentaires. Bref, uniquement obnubilé par les profits que doit faire la spéculation immobilière, il en ignore les conséquences en terme de finances publiques. Entre autre,il semble oublier ou ignorer, aussi, que l'accroissement exponentiel d'habitants, qu'il est en train produire par la délivrance immodérée de Permis de Construire aura des conséquences sur les capacités de notre réseau d’assainissement, de tout cela il se fout, il ne pense qu'à court terme.

Lui qui parle du Bronx, il est de fait en train de l'organiser : écoles mal entretenues, multiplication des classes préfabriquées, privatisation de la restauration scolaire, des MPT qui les prive de la labellisation centre social par la CAF, les centres municipaux de santé désorganisés, la déstabilisation de la régie quartier, une ville de plus en plus sale, des trottoirs chaotiques.

Voilà, le quotidien de l'aggravation des conditions de vie que nous fabrique la multiplication des coups médiatiques organisés par le maire de droite extrême. Sans oublier les décisions prises sans concertation qui apportent leurs lots d'accroissement des nuisances routières, bruit et le stationnement de plus en plus problématique.

Heureusement, les enseignants de l’Éducation Nationale et leurs élèves nous montrent le meilleur, qui est mille lieux des turpitudes nauséabondes que nous sert le maire de droite extrême.

Posté par Alainramos à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2017

BENOIT HAMON: LE CANDIDAT DU POUVOIR D'ACHAT DES OUVRIERS ET DES EMPLOYES

 

hamon 1

Benoît Hamon, je créerai UN REVENU UNIVERSEL D'EXISTENCE (RUE). Il permettra, dans une première étape, d'augmenter automatiquement, le revenu des actifs, ouvriers, employés, indépendants, et étudiants dont les revenus sont inférieurs à 2200€ net, et prioritairement ceux dont les moyens sont les plus faibles.

Dés 2018

AVANT

APRES

Un étudiant qui travaille 1 jour par semaine

231,00 €

749,00 €

Un agriculteur ou une assistante maternelle

576,00 €

973,00 €

Un couple d'ouvriers au Smic

2 304,00 €

2 694,00 €

 

EXTENSION : Benoît Hamon réunira une conférence sociale pour programmer les étapes suivantes qui permettront la généralisation progressive du RUE à l'ensemble des Français et son augmentation à 750€.

Posté par Alainramos à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2017

Discours de Benoît Hamon lors de son grand meeting à Bercy

Discours de Benoît Hamon lors de son grand meeting à Bercy (Direct du 19.03)

Posté par Alainramos à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2017

BLANC-MESNIL /INITIATIVE CITOYENNE RDV SAMEDI 18 MARS A 11H A L'ANGLE DES RUE PAUL LANGEVIN ET VICTOR BASCH!

 

ballons envol

Alain RAMOS

Conseiller municipal.

 

Chers Voisins,

Lors du conseil de quartier du 9 mars, salle des réceptions à l'Hôtel de ville, nous avons été 3 riverains à intervenir, à propos du projet de construction de la Maison des Arts Martiaux à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch.

Tous, nous avons notre incompréhension face la construction de cet équipement au cœur d'un quartier pavillonnaire. Tous, nous fait remarquer que cette décision nous plaçait devant un accompli. Tous,nous avons regretter le manque de concertation préalable. Tous, nous avons souligné les nuisances routières que ce projet portait en lui, en matière de bruit et de stationnement. Nos interventions ont été comprises par la salle et ont été applaudies.

Il ne s'agit pas, pour nous, de s'opposer à ce type d'équipement nécessaire, qui pourrait trouver toute sa place sur les terrains du stade Jean Bouin ou sur les terrains du complexe sportif Paul Eluard.

Madame Hersemeulle, qui présidait l'assemblée s'est engagée publiquement nos volontés auprès de la municipalité.

Pour ma part j'ai demandé l'arrêt de ce projet qui va défigurer notre quartier, nuire à nos patrimoine et dégrader notre environnement et nos conditions de vie.

Lors du conseil municipal du 30 mars 2017, je déposerai un vœu demandant l'arrêt de ce projet de construction de la Maison des Arts Martiaux dans notre quartier et l'organisation d'un référendum d'initiative local.

Nous devons nous rassembler pour défendre l'intérêt général et nous notre volonté d'être respecté.

 

Pour décider ensemble

rassemblons-nous,

samedi 18 mars 2017

à 11h

angle des rues Paul Langevin et Victor Basch.

Merci de votre participation active.

 

Vous pouvez me contacter : au 31 rue V . Basch,par email : alain.ramos93@orange.fr

Sur le blog : Folio du Blanc-Mesnil : www.alainramos.canalblog.com

 

Posté par Alainramos à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

CES MOUVEMENTS CITOYENS QUI VEULENT RENOUVELER LA DEMOCRATIE

Ces mouvements citoyens qui veulent renouveler la démocratie

9 mars 2017 Martin Cadoret (Reporterre) 

  

   

Pour pallier la déception des Français à l’égard des institutions, de nombreux mouvements politiques entendent revitaliser la démocratie en remettant le citoyen en son cœur. Le phénomène témoigne d’une volonté de changement. Reporterre fait l’inventaire de toutes les initiatives.

« Nous sommes ceux que nous attendons. » C’est le slogan du mouvement #MaVoix, qui vise à proposer des candidatures citoyennes aux législatives. Une manière d’enterrer le concept d’homme providentiel cher à la Ve République. Personne ne viendra vous sauver, alors engagez-vous et tentez de faire bouger les lignes, voilà ce que disent #MaVoix et nombre d’organes protéiformes, parmi lesquels Nuit debout, Stades citoyens, MaPresidentielle.fr, Les Jours heureux, Le Chant des colibris… Leur point commun : vouloir recréer de l’adhésion au politique en partant de son unité, le citoyen.

Tous partent du constat que la politique s’est éloignée des gens. « 99 % des jeunes pensent que les politiques sont corrompus, se lamente Charlotte Marchandise, la candidate issue de la primaire citoyenne de MaPrimaire.org. Il y a vraiment une urgence démocratique face à ce rejet des partis. J’ai moi-même reçu des parrainages d’élus Les Républicains qui me disent qu’ils ont honte de ce qu’il se passe. »

Pour répondre à ce dégoût, « moraliser » la vie politique devient impératif. Sur MaPresidentielle.fr, une plateforme qui collecte les propositions de tout un chacun en vue de la présidentielle, Maxime, le cofondateur du site, compte « environ 70 % de propositions liées à la gouvernance ». « Les gens ne veulent plus de cumul des mandats ni de cumul des indemnités », analyse-t-il.

Chacun a son remède à la crise démocratique. Les Jours heureux, collectif de plusieurs associations inspirées du programme du Conseil national de la Résistance, met en tête de gondole la nécessité d’une nouvelle Constitution et la création d’un fonds pour une démocratie citoyenne. À Nuit debout, on se concentre sur une proposition : la création d’un « jury citoyen », chargé de rendre des avis sur diverses politiques. « On va demander à tous les candidats de s’engager à convoquer une assemblée tirée au sort après les élections. Un temps de débat public médiatisé, articulé à des assemblées locales, ça serait la manière la plus intelligente et démocratique d’aborder la politique », explique Matthieu, qui confie que le mouvement réfléchit déjà avec des universitaires à comment lancer de tels jurys.

« Recréer du vivre ensemble, de la solidarité » 

Être d’accord sur la manière de mieux gouverner, c’est bien, mais proposer des solutions, c’est mieux. Et sur ce point, tous s’accordent sur une idée : faire remonter au niveau national les initiatives qui marchent au niveau local. « Les gens ne veulent plus forcément qu’on fasse pour eux, mais demandent d’activer des leviers pour pouvoir agir, créer plus de circuits courts, plus de fermes bio, plus de monnaies locales », détaille Mathieu Labonne, directeur du Mouvement colibris. L’association a lancé son « appel pour le monde de demain », qui vise à rassembler le plus largement autour des valeurs d’écologie et de solidarité, celles prônées par le film Demain, réalisé par Cyril Dion, cofondateur des Colibris. D’ici à l’élection présidentielle, une tournée de 6 dates est organisée dans toute la France, avec pour but de faire émerger ces solutions, de débattre — sans oublier le plaisir, avec des concerts d’artistes « compagnons de route », comme Matthieu Chédid, Dominique A, Tété ou Tryo.

Réunion de #MaVoix le 10 janvier, à Paris.

Même volonté de partager les choses qui marchent au cœur du mouvement d’Alexandre Jardin, Bleu blanc Zèbre. Le site partage des « bouquets de solutions » sur toutes les thématiques, du logement à l’emploi en passant par l’environnement, sorte de catalogue des bonnes idées souvent mises en place par des associations à l’échelle des territoires. Car, selon Charlotte Marchandise, « quand on travaille au niveau local, les divisions idéologiques n’entrent pas en ligne de compte ».

Le risque ? Se retrouver dans une posture attrape-tout à la Emmanuel Macron. « On retrouve cela chez lui, cette idée de dire que les bonnes idées ne sont ni de droite ni de gauche, note Christian Le Bart, politologue spécialisé dans les questions de participation politique. Faire la critique du caractère stérile de l’opposition droite-gauche, c’est vieux comme la démocratie. Et aujourd’hui, cette tendance se retrouve assez massivement dans un contexte de déclin des grandes idéologies. Le socialisme, le libéralisme… ça n’excite plus grand monde ! »

Mais même s’ils ne le revendiquent pas, force est de constater que ces mouvements se situent plutôt à gauche de l’échiquier politique, avec un accent constant mis sur l’écologie et la solidarité. « L’intérêt de ces démarches, c’est de sortir du gros million de personnes qui partagent ces valeurs, en passant à une écologie plus positive, pour recréer du vivre-ensemble, de la solidarité », détaille Mathieu Labonne, du Mouvement colibris.

Chaque mouvement a sa manière de porter ce renouveau démocratique 

Vu de loin, on aurait presque l’impression que tous ces mouvements se font concurrence dans leur volonté de porter la parole des « vraies gens ». Mais ce qui ressort de notre enquête, c’est qu’ils sont tous en contact les uns avec les autres. Les mesures de Jours heureux ont été votées par une cinquantaine d’associations parmi lesquelles Nuit debout, les Colibris… De même, Charlotte Marchandise assure être en lien avec les Colibris et les Jours heureux. « On participe d’un même élan, d’un même printemps citoyen, et on est évidemment en coopération », explique la candidate de MaPrimaire.org. Des temps de rassemblement sont même prévus, comme Stades citoyens, qui vise à réunir tous ces collectifs pour une agora géante au Stade de France le 22 avril.

Charlotte Marchandise à l’IEP de Grenoble.

Pour Mathieu Labonne, cette dynamique de coopération est inédite. « Précédemment, il y avait la tentation de se rassembler à plein pour porter un projet commun. Mais ça ne marche pas très bien parce que chaque mouvement a sa raison d’être. Plutôt que de faire ça, on travaille beaucoup plus en mode archipel, on crée des ponts avec les autres associations. On ne converge plus vers un projet commun, mais vers un champ lexical avec des valeurs d’écologie et de solidarité. C’est quelque chose de nouveau, de plus décentralisé. Comme dans une symphonie où tout le monde peut jouer sa partition. »

À l’approche de la présidentielle, chaque mouvement a sa manière de porter ce renouveau démocratique. Il y a ceux qui choisissent d’interpeller les candidats pour qu’ils prennent en compte cette parole citoyenne : Nuit debout, avec son idée de Jury populaire, ou encore les Jours heureux, qui incitent les candidats à se positionner sur ses 25 mesures. « On voudrait faire ce qu’a réussi le Conseil national de la Résistance, c’est-à-dire faire changer de trajectoire un pays, mettre une pression positive sur les candidats », assure Martin Rieussec, porte-parole du mouvement. De même, MaPresidentielle.fr aimerait aussi amener les candidats à se situer par rapport aux mesures les plus suivies sur le site. « Si nous sommes quelques dizaines de milliers, ils ne pourront pas faire autrement que de jouer le jeu », espère Maxime, le cofondateur.

Et puis, il y a ceux qui souhaitent passer à la vitesse supérieure, en faisant émerger de nouvelles têtes. Charlotte Marchandise a été la première, pour la présidentielle. À son tour, elle s’engage à soutenir pour les législatives les candidatures citoyennes, et, pourquoi pas, celles de # MaVoix. Christian Le Bart, politologue spécialiste des questions de participation politique, note cette « effervescence citoyenne », « signe de bonne santé de notre démocratie ». Mais il se montre sceptique quant à la capacité de ces candidatures citoyennes de faire bouger les lignes. « Déjà, il y a le filtre des institutions qui va entraver ces tentatives de renouvellement, ne serait-ce que via le système des parrainages pour la présidentielle », avance le politologue. De fait, Charlotte Marchandise a bien du mal à réunir 500 parrainages — seuls 7 ont déjà été validés par le Conseil constitutionnel.

« Un véritable intérêt pour tous ces mouvements citoyens » 

« Et puis, il y a un deuxième filtre, plus pervers, c’est que les électeurs eux-mêmes ne sont pas tant que ça désireux de faire élire des gens qui leur ressemblent et qui sont à l’extérieur du système politique. De ce point de vue, les électeurs sont schizophrènes. Si les barons locaux font des mandats de 30 ans, c’est aussi parce que les électeurs votent pour eux », explique le politologue.

#MaVoix aux Halles, à Paris, en février.

Le dernier défi de ces mouvements, c’est aussi la question de la participation populaire, de savoir comment dépasser l’entre-soi de militants associatifs, pour toucher le citoyen lambda. « On a à cœur d’aller aussi dans les banlieues, ou dans les villages ruraux aux alentours des grandes villes. Et les gens sont hypercontents qu’on soit là. Ils se disent : “Pour une fois, peut-être qu’on va être entendu” », raconte Charlotte Marchandise. « Il faut aussi donner envie d’en être, en montrant que c’est heureux à vivre. François Ruffin, quand il dit “on n’a pas l’argent, mais on a le nombre”, c’est le message qu’il faut faire passer », abonde Martin Rieussec, des Jours heureux.

Dans un sens, le pari est sans doute déjà gagné. Le sociologue Antoine Bevort, qui mesure l’audience des sites de ces mouvements, constate « un véritable intérêt pour tous ces mouvements citoyens ». « Ils ne se situent pas trop mal par rapport aux autres sites de partis, surtout avec une présence médiatique beaucoup plus faible. » Une dynamique sur laquelle il faudrait capitaliser pour la poursuivre au-delà des élections, selon Mathieu Labonne. « Le changement de société, de toute façon, va se faire. Ce devoir de pédagogie, on veut le poursuivre dans la durée », conclut-il. Et même si leurs candidats ou leurs idées ne sont pas pris en compte aux élections, c’est au moins le symbole que quelque chose de fort est en train de se dérouler sur le plan démocratique.


INVENTAIRE NON EXHAUSTIF DES INITIATIVES CITOYENNES POUR RENOUVELER LA DÉMOCRATIE

#MaVoix aux Halles, à Paris, en février.

Les mouvements « généralistes » :

Les mouvements « à candidats » :

Les mouvements « à projets » :




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Lire aussi : « La situation est si grave qu’il faut arrêter les guerres de chapelles »

Source : Martin Cadoret pour Reporterre

Photos :
. chapô : Nuit debout (© Nuit debout)
. Charlotte Marchandise : © LaPrimaire.org
. #MaVoix à Paris : © MaVoie / Flickr. Les photos de #MaVoix viennent de leur album Flickr.

 DOSSIER    Elections 2017 

17 mars 2017
Les décideurs locaux continuent à promouvoir l’artificialisation des sols
 Info
16 mars 2017
Drame de la décharge éthiopienne : les chiffonniers avaient été oubliés
 Info
17 mars 2017
La face cachée de la guerre de la banane bio
 Enquête


Vous avez aimé c

Posté par Alainramos à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]