carton rouge

Plan de résilience : 0 pointé, copie à revoir
Le plan de résilience présenté hier par Jean Castex n'est de toute évidence pas (du tout) à la hauteur de l'enjeu. 7 milliards d'euros c'est 0,3 points de PIB, peanuts, ridicule.
Il n'y en a comme d'hab que pour les entreprises, et comme d'hab surtout pour les très grandes. Rien en revanche pour les salariés, pas de hausse du SMIC supplémentaire pour faire face au regain rapide et probablement durable de l'inflation, rien non plus pour les pauvres et les personnes qui dépendent des minima sociaux qui avaient pourtant déjà perdu du pouvoir d'achat sous le quinquennat Macron, rien pour les retraités qui perdent eux aussi du pouvoir d'achat déjà depuis 5 ans, rien non plus pour les fonctionnaires qui eux en perdent depuis 20 ans...
Rien non plus, au delà d'une aumône demandée à Total, pour mettre réellement à contribution les entreprises qui profitent de la hausse des prix de l'énergie et des produits alimentaires ni des très riches qui se sont massivement enrichis toutes ces dernières années grâce à la politique monétaire de la BCE.
Et quasiment rien surtout pour accélérer immédiatement la transition, arrêter de bloquer partout le développement des énergies renouvelables, accélérer massivement le remplacement des chaudières au gaz et au fioul et surtout accélérer massivement l'isolation des logements. Rien non plus pour accélérer la transformation de notre système de production agricole et alimentaire et le rendre moins dépendant des engrais russes et de l'élevage industriel à base de nouriture importée.
Rien de très surprenant : ce gouvernement a déjà fait abondamment la preuve depuis 5 ans qu'il était structurellement incapable de mener l'incontournable transition écologique dans ce pays. Cela résulte en particulier de sa politique d'injustice sociale systématique qui divise la société et menace la cohésion territoriale du pays empêchant de mobiliser solidairement tout le corps social autour de cet objectif.