Blason du Blanc-mesnil

Ce soir, se tient le conseil municipal le plus important de l'année, en effet, il aura à délibérer et à voter le budget primitif de l'année 2022.

Mais, nous devons être, encore au temps du baron Haussmann, car grand nombre des Blanc-Mesnilois ne sera pas informé des choix qui y seront effectués et ne connaîtra pas la teneur des échanges qui conduiront à son vote. Comme d'habitude, nous devront nous contenter des quelques chiffres qui seront publiés dans le journal municipal. Nous aurons droit qu'aux commentaires dithyrambiques de la majorité municipale de droite extrême, une espèce de copie conforme des informations distillées par Poutine sur les médias russes.

Depuis 2014, le clan qui dirige la municipalité, ne nous parle que sa soi-disant modernité, alors qu'en matière de communication, tout est mis en œuvre pour masquer, travestir, envelopper de ténèbres la réalité des choix effectués. Dans le même temps, on use et abuse des moyens moyens communaux financés par nos impôts locaux, pour offrir à un personnage, la possibilité de faire sa promotion politique. Pire, on permet à ce dernier qui n'a plus aucune responsabilité légale au sein de la municipalité d'avoir accès à des outils de communication sur les pages Facebook et Instagram de la ville, qui sont refusés à l'ensemble du conseil municipal.

Aujourd'hui, il n'est plus acceptable que les moyens d'informations accessibles au plus grand nombre des citoyens ne soient pas mis à la disposition de l'ensemble des Blanc-Mesnilois, la transparence de la délibération des élus est une exigence. Il est grand temps que la modernité fasse son entrée au Blanc-Mesnil, pour rendre vivante la démocratie locale.

Certes, nous savons que le clan de droite extrême n'est pas favorable à la transparence et nous comprenons pourquoi, il n'y a aucun intérêt. La non-transparence a pour objectif essentiel d'éviter que les Blanc-Mesnilois s'approprient le nécessaire débat sur la question de l'urbanisme et constatent que la prolifération du béton se fait sans aucun débat au conseil municipal, démontrant, ainsi, que les décisions nous concernant tous sont prises en dehors de tout contrôle démocratique.

La majorité municipale ne souhaite pas, aussi, que la lamentable pantomime, où le maire du 4 septembre 2021 déclare qu'il est incompétent, lors du débat sur les orientations budgétaires pour 2022, soit constatée et vue par le plus grand nombre de Blanc-Mesnilois.

On comprend aussi, que la droite extrême ne souhaite pas, montrer la violence et la haine qu'exprime le cœur du clan, lorsque l'on lui demande des explications sur la baisse des subventions du BMS-Judo, surtout lorsque le Tribunal Administratif a donné raison deux fois de suite au BMS-judo, sur l'attribution des créneaux horaires d'entraînement.

Comme vous le voyez, la majorité de droite extrême a beaucoup de choses à nous cacher et en particulier elle n'a aucun intérêt a ce que la population communale s'empare et impose un débat sur sa politique urbaine, qui avec la crise économique, sociale et environnementale, est un train de devenir une véritable poudrière qui va engendrer un accroissement exponentiel de précarité au cœur de notre ville.

Parce la démocratie l'exige, la transparence des débats du conseil municipal est obligation, aujourd'hui internet et les réseaux sociaux permettent aux débats du conseil municipal d'être retransmis et ainsi rendus accessibles au plus grand nombre.

Exigeons, de découvrir le nouveau posdcast du conseil municipal de la ville.

Un rdv, incontournable à retrouver sur Facebook & Instagram.