Ceux qui luttent B

Le syndicat CGT des fonctionnaires territoriaux du Blanc-Mesnil vient d'écrire au maire pour lui rappeler que la négociation est un droit dans la fonction publique territoriale, comme dans les entreprises privées.

Certes, la direction de l'administration communale a été de nouveau décapitée, la Directrice des Relations Humaines, la Directrice Générale Adjoint chargé de la coordination, Le Directeur Général des Services Techniques, tous embauchés par la nouvelle majorité ont quitté le navire.

Ils ont quitté notre ville car leur conception du service public, du respect du aux femmes et aux hommes, avec qui ils travaillaient, a été maltraitée, bafouée, méprisée. Ils ont quitté la ville car ils ne supportaient plus des oukases qui masquent l'incompétence du deuxième étage. ils ont quitté la ville car ils n'ont pas supporté le dernier dimanche octobre 2014.

La destruction de la direction générale souligne la faiblesse d'un exécutif, qui préfère régner sur le vide que de se confronter à la compétence.

Le maire UMP n'est fort qu'en apparence, la décision de la protection fonctionnelle du 11décembre 2014 et la raison invoquée ne trompent plus personne.

Le rapport des forces est en train d'évoluer, petit à petit les solidarités se reconstruisent, il faut les consolider. L'appel à l'action de la CGT en est le signe.

Dans ce cadre,nous soutenons l'appel à la grève lancé par le syndicat CGT, pour la division enfance, pour le 3 février 2015 pour obtenir:

-Le paiement des heures supplémentaires.

-La mise en place d'une procédure d'organisation du temps de travail concertée et écrite, afin d'éviter les changements intempestifs et arbitraires.

-L’arrêt immédiat de l'obligation de CA et RTT à la convenance du service.

-Le respect du choix des agents de s'absenter pour travail syndical ou travail du Casc.

Chacun comprendra que faire grève pour obtenir le paiement des heures supplémentaires effectuées est plus que légitime.

Chacun comprendra que faire grève pour obtenir une négociation pour se faire respecter et faire respecter ses droits est plus que légitime.

La droite peut mettre œuvre ses choix politiques, mais il y a le Code des Collectivités Territoriales, des procédures administratives, le Code de la Fonction Publique Territoriale, le Tribunal Administratif, ils doivent être scrupuleusement respectés. Il y a aussi l'obligation morale de respecter celles et ceux qui travaillent pour la commune. Certes, le respect de la dignité, le refus du mépris ne sont pas codifiés, mais rappelons que le harcèlement moral est puni par la loi. Nous le constatons avec regret, l'UMP au Blanc-Mesnil préfère servilité, pour masquer la sienne et servir ses maîtres de la spéculation immobilière et financière. Nous soumettons à sa réflexion, mais c'est peut être trop lui en demander, cette citation de Montesquieu: «Le courtisan est semblable à ces plantes faites pour ramper qui s'attachent à tout ce qu'elles trouvent.»

Pour notre part, nous faisons confiance à ceux qui dignement luttent car ils portent, eux, les valeurs qui fondent le contrat social de la République.