naufrage du titanic

Dans quelques jours, nous aurons, «le n° 146 du Lauristonnois», le soi-disant journal municipal, dans nos boites aux lettres. Nous devons être sans illusion, il sera à l'image du n°145, un tombeau de «Fakes News».

Le 4 septembre 2021, une décision importante a été prise par la majorité municipale de droite extrême, elle a élu un nouveau maire, certes celui-ci n'est qu'une apparence, un intérimaire. Néanmoins, nous aurions pu penser que cette événement aurait pu trouver une place significative dans le journal municipal, or il n'en a rien été, une page sans particularité excessive, nous montre une photo, du nouveau maire, encadré, par cinq personnages, qui ne sont là, pour éviter que l'on le reconnaisse. De plus dans l'article qui accompagne cette photo, le nom dans l'ancien maire est cité par moins de six fois et le nom du nouveau quatre fois. Ce traitement de l'information est digne des manipulations effectuées par toutes les dictatures. Elle est, donc, indigne et méprisante pour le nouveau maire.

Le n° 145 du soi disant journal municipal consacre toute son énergie, à masquer une réalité, la trahison de son électorat, la non tenue de la promesse électorale de mars 2020, de l'ancien maire, pour aller se planquer au Sénat et profiter de l'immunité parlementaire. Si la décision était normale, il n'aurait nul besoin de consacrer 5 pages d'explications, plus la reprise de son discours du 4/9/2021 dans la tribune libre de la majorité de droite extrême et pas moins de 10 photos. Lorsque que les choix sont clairs, honnétes il y a nul besoin d'une telle logorrhée pour les justifier. Ainsi, nous percevons bien, qu'il s'agit là, avec la fuite vers le Sénat qu'une grossière opération politicienne pour statisfaire des intérêts personnels, probablement contraire à l'intérêt général.

Cette fuite, cette trahison se produisent au moment où le bar du Titanic est ouvert au Blanc-Mesnil:

-300€ d'augmentation moyenne de la taxe foncière

-manque d'information sur l'utilisation des 5 750 000€ qui servait avant au paiement du traitement de l'enlévement des ordures ménagéres.

-les difficultés du réseau de distribution de l'eau

-l'incapacité à obtenir un centre de vaccination dès janvier 2021

-La fermeture de classes, alors que la population augmente

-Le manque de transparence sur les effectifs d'enfants scolarisés, comme le souligne les informations fantaisistes publiées dans le n°145 du soi-disant journal municipal.

-L'intimidation sur les associations solidaires

-La ségrégation entre les clubs sportifs, pour les caporaliser

-Les incendies de voitures cet été dans les quartiers pavillonnaires

-L'incapacité de la police municipale et de la vidéo surveillance d'assurer la sécurité et la tranquillité

-L'incapacité d'obtenir l'augmentation des effectifs de fonctionnaires de la police nationale

-Sauvons nos pavillons la reine des promesses non tenues

-la saturation des voiries communales

-la destruction des logements sociaux, pour favoriser béton Mesnil

-Un chantier de la spéculation immobilière en difficulté.

-Le patrimoine arboré du parc Jacques Duclos et des quartiers pavillonaires massacrés.

-L'accroissement des difficultés des familles précarisées en difficultés locatives.

 

De plus, comment ne pas s'interroger sur les moyens mis à la disposition du parlementaire, par la municipalité de droite extrême, bureaux,secrétariat, qui ne sont pas conformes à la loi. Dans ce cadre, la subtilité, qui tenterait de nous faire croire que ces moyens sont mis à la disposition du président du groupe des élus de la majorité municipale de droite extrême, serait une rupture d'égalité vis à vis de l'ensemble de la représentation communale, il va de soi que le préfet de Seine Saint Denis et la Chambre Régionale des Comptes doivent se saisir de cette situation. Nous rappelons, que tous les sénateurs de la République percevoient les financements nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de leur mandat, il leur est formellement interdit d'utiliser des moyens des collectivités territoriales.

Les choix, qui ont été effectués par le clan de droite extrême montrent, maintenant, les conséquences catastrophiques sur les conditions de vie de l'ensemble des Blanc-Mesnilois, ce qui s'est passé le 4 septembre n'est qu'une manœuvre pour masquer les responsabilités de leur leader, pour les faire porter par l'apparence de maire qu'ils ont choisi, afin de le protéger et de le faire réapparaître, quelques temps avant les prochaines municipales.

Ces magouilles politicardes de droite extrême et d'extrême droite, pour protéger les sources profits de la sphère financière sont intolérables, il est inadmissible qu'un petit clan use et abuse des moyens de notre collectivité territoriales. Cette clique fait partie des fossoyeurs de la démocratie, se faisant, elle participe activement à la destruction du contrat social de la République.

La mauvaise action du 4 septembre 2021 fomentée par la majorité municipale de droite extrême est d'une extrême gravité, il ne peut être question d'accepter une telle dérive du Code Générale des Collectivités territoriales, ce serait la porte ouverte à toutes les aventures. Il ne peut avoir dans une ville deux maires, un occulte ayant toute autorité, en contradiction formelle avec la loi et un maire sans autorité qui ne serait qu'une apparence.

Dans ce moment diffficile, que traverse notre pays, ces pratiques ne font qu'accroître ses difficultés, tous les démocrates, tous les républicains de notre ville doivent se rassembler, pour exiger la démission du conseil municipal afin, que les Blanc-Mesnilois puissent choisir par la démocratie, un projet, une équipe une ou un maire pour construire ensemble un futur désirable