condamins

J’ai eu l’occasion cet été de me rendre à La Condamine Châtelard. Evidemment j’ai vu le centre de vacances de notre ville. Consternation !

j’avais déjà dénoncé cet hiver l’état d’abandon dans lequel se trouvait notre « colo » et sur lequel m’avaient alerté des habitants du village, scandalisés par des fuites d’eau massives dans les bâtiments exposés au gel.

Je veux rappeler ici l’engagement N° 57 du candidat Meignen en 2014 : «Nous conserverons les centres de vacances et les rénoverons » ainsi que l’engagement N° 33 : « Nous instaurerons le principe de « justification au premier euro » dans la gestion des finances municipales afin qu’aucune dépense ne soit engagée si elle n’est pas utile aux habitants »

Voyons plutôt, photos à l’appui, ce que cela donne à « la Conda ». Des photos dont je suis l’auteur et que je n’ai eu aucun mal à prendre puisque l’on pénètre dans les espaces extérieurs du site comme dans un moulin…

Evidemment les bâtiments sont en décrépitude à l’extérieur du fait de l’absence totale d’entretien mais le pire est sans doute à l’intérieur puisque les villageois témoignent de 3 semaines de fuites d’eau cet hiver : « l’eau coulait par les fenêtres….. » 
Sachant que les fenêtres sont environ à 1 mètre du sol, on imagine l’état des locaux ! Locaux qui sont certes fermés mais parfois avec quelques fils de fer pour clôturer les volets…

La camionnette (9 places, 4 roues motrices) pourrit sur place au grand dam des villageois, la buanderie-lingerie est encore pleine de ses machines à laver visibles de l’extérieur, la réserve de gaz est-elle pleine ou vide ? ; Quid du matériel de skis, de sports d’eaux vives ? etc...etc. Drôle de manière de gérer l’argent des contribuables Blanc-Mesnilois-es.

Bref, il y a franchement de quoi être en colère ! Que la municipalité assume donc ses choix. 
Jamais il n’a été dit que ce centre de vacances serait fermé. Qui a décidé de laisser pourrir ces locaux ? Pourquoi ne pas avoir récupéré le matériel ? Par-delà les conséquences économiques sur le village et ses environs (commerçants, station de ski, artisans, prestataires d’activités… qui souffrent de la fermeture de notre site) la manière dont se comporte la ville choque la population locale qui se sent méprisée : « Blanc-Mesnil part et nous laisse ses m….. ». Voilà ce qu’il se dit dans la haute vallée de l’Ubaye ! 
Curieuse manière de faire rayonner notre ville…

On peut débattre de l’avenir de nos centres de vacances, de leur pertinence, de leur évolution, et même de leur fermeture éventuelle. Je suis prêt, avec d’autres à mener ce débat en y associant la population de notre ville, les personnels municipaux, l’Education Nationale (les classes de découverte fréquentaient chaque année le centre). Mais le débat n’a plus sa place dans notre ville.

L’attitude de la municipalité en dit long sur le mépris dont font preuve le maire et son équipe dès lors qu’il s’agit de faire vivre le droit aux vacances, à la découverte, pour les enfants de notre ville, souvent issus des familles les plus modestes. Ecœurant.