C'est Samedi !

 

Samedi 12 mai 2012 n° 27

 

Edito: La semaine dernière, veille du second tour, nous n'avons pas publié de C'est Samedi ! Nous devions respecter les règles électorales et, pourquoi vous le cacher le bonheur de nous consacrer à l'art d'être grand père.

Nous n'étions pas nombreux à croire dans les capacités de François Hollande pour conduire notre pays sur les chemins du rassemblement et ouvrir le début d'une ère nouvelle, en rupture avec le cycle dramatique, pour la population du monde, déclenché par Tatcher et Reagan à l'orée des années quatre vingt. La crise que nous subissons est le résultat de l'idéologie ultra libérale et ultra conservatrice. Les dégâts économiques, sociaux, moraux et politiques sont considérables. Pour s'en faire une idée jetons un regard très attentif, sur la campagne populiste menée par le candidat sortant.

Les cinq ans qui viennent seront une longue bataille politique, pour redonner du sens par la démocratie, pour construire un vivre ensemble, pour créer une dynamique autour des valeurs d'Egalité, de Fraternité, de Liberté.

Oui, nous sommes très heureux de la victoire de François Hollande, oui nous sommes très heureux des perspectives nouvelles, que cette victoire doit permettre. Oui nous sommes très heureux d'avoir contribué à cette victoire, oui nous sommes très heureux que cette victoire ait été portée par la mobilisation des quartiers populaires et des ouvriers/employés. Oui nous sommes très heureux de cette victoire, car elle offre au monde, à l'Europe, une nouvelle possibilité d'écrire une autre histoire.

Au Blanc-Mesnil, les militants de gauche sont particulièrement heureux, car ils ont contribué à cette victoire. Ils connaissent bien François Hollande, qui est venu au Blanc-Mesnil deux fois, ils ont apprécié son soutien dans les conflits DHL et H&M. Oui les militants de gauche du Blanc-Mesnil ont effectivement contribué à la victoire de François Hollande, car ils ont été une poignée à le soutenir dès le premier tour des primaires citoyennes et leur engagement a contribué,ici, comme au niveau national, à assurer sa désignation. C'est aussi la victoire de ces centaines de Blanc-Mesnilois qui par leur vote de l'automne 2011 ont permis à François Hollande de devenir le 6 mai 2012, le Président de la République. Ce choix des primaires, effectué par nos concitoyens Blanc-Mesnilois, en dit long sur leur maturité politique, elle devrait faire réfléchir les responsables politiques locaux. Oui cette victoire de François Hollande, nous rend particulièrement fiers.

Une régression supplémentaire à l'image des 5 années que nous venons de passer.

Le Conseil Constitutionnel vient d'annuler la loi qui permettait de lutter contre le harcèlement sexuel. Il aura suffit qu'un homme, ancien ministre, de Giscard s'appuie sur les imperfections de cette loi pour que 20 ans d'avancées de lutte des femmes soient rayées d'un trait plume. Une décision qui ne prend pas la mesure des procédures en cours et met des milliers et des milliers de femmes qui venaient de porter plainte, dans l'attente d'un procès ou au milieu d'un procès, dans une situation inextricable et beaucoup dans une situation financière catastrophique.

Certes, cette loi était perfectible, mais elle a permis à de très nombreuses femmes de faire condamner, les petites terreurs de bureau, d'atelier, de magasin. Petit homme, qui abuse de situations sociales précaires, de positions de pouvoir, bien souvent mal acquises, pour se surestimer alors qu'ils ne sont que de pauvres minables sans intérêt, sans intelligence. Ils vont à nouveau pouvoir tenter d'humilier les femmes.

Cette régression est à l'image de toutes celles qui ont été imposées depuis 5 ans par le pouvoir qui ne connaissait que la force pour imposer son idéologie au service de l'oligarchie financière. Il y a toujours un lien entre les régressions sociales et les régressions sociétales.

Pour remettre en route la machine qui construit et produit l'égalité, le changement c'est maintenant.

 

A propos de l'usine de méthanisation.

Il ne faut pas croire, que l'effervescence de la campagne électorale nous fait perdre le fil de nos préoccupations concernant le projet d'installation, sur notre commune, d'une usine de méthanisation.

D'autant que les opérateurs prennent leurs aises avec les engagements qu'ils ont pris publiquement, si l'on en juge par les évolutions en cours sur le dossier de Romainville, occasion pour nous de réaffirmer notre entière solidarité aux populations concernées et à l'association ARIVEM qui conduit un combat de qualité.

Notre détermination sur ce dossier est d'autant plus grande, lorsque nous analysons le rapport de la Chambre régionale des comptes d'Ile de France, concernant le SITOM 93, dont nous avons publié, dans Folio du Blanc-Mesnil, la synthèse et où nous allons poursuivre la publication des bonnes pages.

Lors de la réunion que nous avions organisée, le 20 mars dernier, il avait été annoncé la tenue d'une enquête publique, nous sommes aujourd'hui à une encablure des vacances d'été, et rien n'apparait.

Nous affirmons, ici, très clairement, qu'il serait tout à fait scandaleux et contraire à la démocratie que cette enquête soit diligentée pendant les mois de juillet et aout.

Le développement de l'installation des défibrillateurs.

L'installation de défibrillateurs s'accélère au Blanc-Mesnil, nous nous en félicitons. Pourquoi, d'abord et prioritairement parce que tout ce qui permet de sauver des vies est une bonne chose et ensuite parce qu'il n'y a aucune raison de ne pas se satisfaire de la mise en œuvre et de soutenir les bonnes décisions prises par la ville.

Nous sommes d'autant plus satisfait, que ce choix correspond à une des propositions que nous avons faite dans notre programme municipal de mars 2008.

Le centenaire du marché du centre.

Après l'école Jules Vallés, l'église Notre Dame, le marché du centre fête ses 100 ans. Les marchés forains, notre commune en a connu jusqu'à quatre, deux ont disparu, celui de l'aviation qui vivotait depuis quelques années et qui a cessé avec l'arrivée de la Halle d'Auchan, un autre existait à l'angle de la rue des Lorrains, de la rue Ambroise Croizat et de l'avenue Pierre Sémard à quelques pas de la gare RER.

Actuellement il reste deux marchés, un au sud, Danièle Casanova et celui du centre, deux marchés couverts, celui du centre votre serviteur a eu l'honneur de l'inaugurer en 1991.

Nous sommes heureux de faire la fête pour le centenaire du marché du centre, car les marchés forains sont pour beaucoup de nos concitoyens essentiels, à leur mode de vie, à leur mode de consommation. Les marchés forains sont aussi un élément important de l'activité économique, les marchés forains sont aussi des outils qui peuvent faciliter le développement du bio et des circuits courts, producteurs consommateurs. Les marchés forains c'est aussi un espace de convivialité, d'expression du débat de la démocratie. Les marches forains c'est aussi des emplois et depuis longtemps.

Alors, tout en fêtant le centenaire du marché du centre, faisons en sorte de ne pas lui faire sa fête. La Halle d'Auchan a tué le marché de l'aviation, nous ne pouvons qu'exprimer nos inquiétudes face à l'ouverture le dimanche matin du Leclerc au centre commercial Plein Air.

Déchets industriels: le pdg et des cadres de Chimirec jugés à Paris.

Le pdg et six cadres de Chimirec sont soupçonnés d'avoir éliminé, de façon irrégulière, des déchets par dilution d'huiles polluées aux PCB (polychlorobiphényles) dans trois usines à Domjevin (Meurthe et Moselle), Dugny ( Seine Saint Denis) et Gretz en Bouère (Mayenne), entre 2000 et 2008.

Six des sept prévenus sont aussi poursuivis pour faux et usage de faux, pour avoir modifié ou falsifié des rapports d'activités, des registres et des bordereaux de suivi industriel, afin de cacher la réalité à l'administration et à leurs clients.

L'instruction, qui a durée cinq ans, a été conduite au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris, à la suite de dénonciation d'anciens salariés. Chimirec conteste les faits. Nous aurons l'occasion de revenir sur ce dossier. Cette information confirme le bien fondé de l'action que nous menons vis à vis du projet d'installation d'une usine de méthanisation au Blanc-Mesnil.