deux vignettes barrées de jaune

Les choix politiques néo-libéraux de Mr Meignen en totale osmose avec la politique de Macron détruisent d'une manière inexorable le bien vivre ensemble au Blanc-Mesnil.

En 2014, Mr Meignen avait promis de dire non au béton. Aujourd'hui,  nous constatons qu'il fait l'exact contraire de ses engagements électoraux.

La mise en place de la zone bleue sectorisée est l'occasion permettant de faire le point sur la lente et coûteuse détérioration des conditions de vie au Blanc-Mesnil.

Nous comptabilisons, une multitude de projets immobiliers engageant la construction de 3900 logements nouveaux. Cela va engendrer une augmentation de la population de 10 000 habitants nouveaux. Mais, aussi l'arrivée de 4800 voitures supplémentaires, dont près de 1000 devront se garer sur la voie publique, puisque le PLU de Mr Meignen ne prévoit qu'une place de parking par logement, alors que toutes les études indiquent qu'il y a en moyenne 1,25 voitures par logement.

La politique mise en oeuvre par Meignen, entraîne de facto une aggravation de la saturation de la voirie communale. La voirie communale est longue de 90 Km, la longueur moyenne d'une voiture est de 3,40 mètres , 1000 voitures supplémentaires occuperont donc 3,4km. A l'évidence, la voirie communale est déjà sur-occupée, les choix politiques de Mr Meignen conduisent à l'asphyxie.

Ces quelques chiffres suffisent à faire la démonstration que les choix politiques du tout béton massif de notre ville par Mr Meignen contribuent largement à la dégradation de la situation due à l'afflue massif de la présence automobile et aggraveront de manière très importante la pollution.

Face à cela, sans concertation, sans débat Mr Meignen met en place une zone bleue sectorisée, elle ne concerne qu'une partie du territoire communale et crée une véritable rupture d'égalité entre les habitants, puisque les citoyens des habitats collectifs sociaux ou privés sont discriminés.

Cette décision unilatérale où même le conseil municipal n'a pas été associé, ne résout en rien la question de la place de la voiture dans notre ville, dans les villes et bien entendu ne pose pas la question de la transition climatique.

De plus cette décision arbitraire est porteuse d'un grand nombre de problèmes quid:

-de la situation de celles et ceux qui ont un emploi sur notre ville et n'y habitent pas, il y a des conséquences dramatiques, un grand de professeurs des écoles sont dans ce cas et il apparaît que nombre d'entre eux sont en train de demander leur mutation pour aller vers des villes plus accueillantes.

-de celles ceux qui travaillent hors de notre commune et ils sont nombreux, qui doivent pour cela prendre des transports collectifs, le RERB.

-de l'activité des commerces de proximité, qui subissent déjà les conséquences des politiques de Macron qui entravent le pouvoir d'achat et constatent que leurs clients les fuient, pour aller vers la grande distribution.

-de la situation des locataires qui se voient imposer par leur bailleur l'obligation de payer une place de stationnement dans leur résidence. 15€ par mois 180€ par an, eux qui ont déjà perdu par la volonté de Macron 60€ d'APL par an.

Cette décision est aussi porteuse de dérive importante, le nous constatons chaque jour en arpentant les rues de notre ville, où nous pouvons voir des voitures avec des vignettes de 2 secteurs différents, des autorisations particulières de stationnement où certaines associations peuvent octroyer à leurs membres des visuels les signalant à la bienveillance des ASVP. En un mot la mise en place de la zone bleue sectorisée est l'occasion rêvée pour la droite extrême de notre ville de développer une politique de clientèlisme électorale toute aussi scandaleuse qu'inamissible. La mise en place de la zone bleue sectorisée a été aussi le moyen de constituer un immense fichier sur les Blanc-Mesnilois, avec la feuille d'impôts locale, les numéros de téléphones et les adresses courriels qui pourraient devenir un immense outil de contrôle de la population et un outil très utile pour une campagne électorale, si nous n'y prendront pas garde.

Lorsque nous disons régulièrement que la municipalité de droite extrême met en oeuvre une politique favorable aux entreprises de la promotion immobilière, voilà un chiffre qui en fait la démonstration en 2018 vendant des terrains en dessous de l'estimation de France Domaine la ville a perdu près de 4 428 644€.

La zone bleue sectorisée coûtera aux Blanc-Mesnilois près d'1 000 000€ en amendes.

Ainsi, la politique de Mr Meignen privilégie ses amis du CAC 40. A cela il faut rajouter les 6 millions d'euros que coûtent à nos impôts locaux les privatisations, des MPT, du Forum, de la restauraion scolaire du nettoyage de la voirie et des bâtiments municipaux, de la crèche....et la préparation en cours de la privatisation des centres municipaux de santé.Bien entendu de tout cela n'est jamais question dans "le journal municipal".

Denier avatar de cette politique scandaleuse , dans le n°106 du "journal municipal",un encart pour les deux séjours "Summer Camps" de 13 jours au prix moyen de 408€ réservés à 24 enfants par séjours, 48 petits blanc-Mesnilois, par ailleurs le délai d'inscription est pour le 31 mai 2019, mais il est vrai que l'on dit qu'il semblerait que la liste serait déjà complète et close.

Tous les enfants de notre ville ont droit à l'excellence, le moins que l'on puisse c'est que cette proposition entraîne une véritable rupture d'égalité, par le nombre de places ouvertes et le coût moyen du séjour. Oui, à l'excellence pour tous les enfants, mais par cette communication tapageuse et dispendieuse, Mr Meignen indique clairement qui assume sa politique inégalitaire et qu'il met toute en oeuvre pour diviser les Blanc-Mesnilois.

Ces choix inégalitaires pour les enfants, le sont aussi pour les retraités, puisque les séjours vacances ne concernent que 2% d'entre eux. D'ailleurs, les retraités sont de moins en moins dupes si l'on juge par un mail qu'un retraité a fait parvenir à Didier Mignot à propos "des banquets croisières sur la Seine".

Je publie, avec son autorisation et sous couvert de son anonymat, ce mail que j'ai reçu d'une personne présente aux banquets des retraités.

" Bonjour Monsieur,
Je viens de lire votre article dans la tribune du n°106 du BLANC-MESNILOIS. Il n'est pas étonnant que les élus de l'opposition n'aient pas été invités, puisqu'au banquet, en faisant le tour des tables, le maire n'a salué que ses courtisans, supporters. Il a superbement ignoré les "gueux" dont je fais partie ainsi que mes voisins de table qui pourtant sont de braves citoyens de la commune, sans problème qui votent et paient leurs impôts.
Il est risible de lire l'article de Mme HAMA, paru avec le votre, qui précise que les échecs "permettent d'apprendre aux enfants la démocratie et le respect de l'adversaire". Apparemment, l'édile de met pas ces préceptes en application, surtout ne connais pas le mot "démocratie" et se conduit comme un monarque avec sa cour, et sa favorite, qui distribue les privilèges selon son gré.
Je vous souhaite bonne réception de ce mail.
Meilleures salutations "