trente

Voilà, nous sommes à quelles encablures de 2017 et Pôle Emploi publie les chiffres du chômage pour le mois de novembre 2016. Donc, le nombre de demandeurs d'emploi dans la catégorie A baisse et cela depuis le 3 mois, malheureusement celui des autres catégories continue de progresser. Bien sur, il ne s'agit pas de cracher dans la soupe, mais cela n'est pas satisfaisant.

Les médias aux ordres de l'oligarchie financière se gardent bien de présenter une analyse complète. Eux qui n'ont jamais de mots assez durs pour stigmatiser les assistés se gardent de rappeler que nos impôts , 40 milliards d'euros, ont été distribués au patronat pour créer des emplois, pour ce piètre résultat. Ils oublient, aussi de dire que les 35 heures ont permis de créer plus de 350 000 emplois et le rétablissement de l'ensemble des comptes de la la Sécurité Sociale et de l'Unédic.

Donc, aujourd'hui plus que jamais la question de la réduction du temps de travail doit-être au cœur du débat et la bataille des élections présidentielles de 2017.

Dans ce cadre, il y a au moins 2 candidats à cette élection et un éventuel candidat qui sont disqualifiés. Fillon qui veut supprimer les 35 heures et porter la durée légale à 39 heurs dans la fonction publique. Macron considère que les jeunes devraient travailler plus que les 35 heures par semaine. Valls veut rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires, comme du temps de Sarkozy.

Bref, il apparaît un large consensus pour nous faire croire que l'un des principaux problèmes de notre pays tient dans une durée trop courte du temps de travail. Il y pourtant de nombreuses raisons dans douter.

L'ordre économique dominant rejoint l'ordre moral, il s'agirait de réhabiliter la valeur travail mise à mal dans une société qui privilégierait les loisirs et l'assistanat ( voire les 40 milliards du CICE distribués sans contrôle ni contrainte au patronat). Or, la réalité indique que l'oligarchie financière et ses thuriféraires mentent effrontément sur cette question. Pour les Européens des 27 pays de l'Union, interrogés pour dire quelle place ils accordent au travail dans leur vie sont 84% à dire que le travail est important ou très important dans leur vie, les britannique ne sont que 66%, les Irlandais 69%, les Danois 80%. En revanche 92% des Français considèrent que le travail joue un rôle central dans leur vie.

Par delà, la dimension idéologique, il existe aussi un écart significatif entre le temps de travail officiel et celui qui est la réalité dans les entreprises et les administration. En 2015, un salarié français a travaillé en moyenne 34,5 heures par semaine, ils travaillent davantage que les allemands 34,3 heures, les danois 33,4 heures et les hollandais 30,4 heures.

Pour compléter le tableau, il faut aussi intégrer la question de la productivité. En 2016, selon les derniers chiffres de la Commission Européenne, chaque Français en emploi a produit 80 000€ de richesses. C'est 13% de plus que la moyenne de la zone euro, 9% que les salariés britanniques, 10% de plus que les Allemands, 16% de plus que les italiens ou encore 26% de plus que les espagnols.

En clair le niveau élevé du chômage en France ne résulte pas d'une paresse liée à un trop faible temps de travail mais au contraire d'une productivité trop forte : pour produire autant de richesses qu'ailleurs, on besoin de créer moins d'emplois chez nous.

Dans ce contexte les propositions de Fillon, Macron, Valls sont surtout un moyen indolore de baisser les salaires. Les 39 heures payées 35 permettrait de diminuer les salaires horaires de 10% sans toucher au salaire mensuel.

Mais cela se traduirait obligatoirement par des pertes d'emplois ou de non création ce qui revient au même, comme le reconnaît Fillon lorsqu'il prévoit de compenser la suppression de 500 000 emplois de fonctionnaires par un allongement de leur temps de travail de 35 à 39 heures.

Comme, vous le voyez la question de la réduction du temps de travail est une question centrale, elle doit être au cœur des débats et des actions de l'année 2017. Depuis près de 40 ans maintenant, le partage des gains de productivité sont de plus en plus en inégalitaire, l'oligarchie financière s'approprie de plus en plus des résultats du travail des salariés. D'ailleurs cela se constate dans la diminution continue de la part des salaires dans le PIB et l'accroissement continue de la part des profits dans le PIB.

Le pillage de valeur travail par l'oligarchie financière n'est plus tolérable, n'est plus acceptable.

Voilà, pourquoi Folio du Blanc-Mesnil fait de la conquête des 32 heures un objectif central de sa contribution à la nécessaire mobilisation du mouvement social. Les politiques d'austérité doivent cesser, voilà pourquoi la lutte pour les 32 heures de travail est incontournable, la réduction massive du chômage exige cette solution.