25 juillet 2017

Juillet 1936, début de la guerre civile espagnole, un poème de Lorca, pour mes frères espagnols

CŒUR NEUFMon cœur s'est dépouilléComme une serpent de sa peau vieilleEt je la vois entre mes doigtsPleine d'entailles et de miel.Les pensers qui nichaientEn tes plis, où sont-ils ?Et les roses qui embaumaientSatan et Jésus-Christ ?Pauvre enveloppe qui étouffaisMon astre fantastique !Gris parchemin endoloriDes amours dont je me dépris.Je vois en toi des embryons de scienceDes germes de poèmes, les vestigesDe mes anciennes innocencesEt de mes secrets romantiques.T'accrocherai-je aux mursDe mon musée sentimentalPrès des froids et... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2016

A mes soeurs et mes frères espagnols du Blanc-Mesnil épris de liberté et combattants de la démocratie

MADRID 1936. Madrid seule et solennelle, juillet te surprit dans joie de pauvre rayon de miel: claire était ta rue, clair était ton sommeil. Un hoquet noir de généraux, une vague de rageuses soutanes brisa entre genoux ses eaux boueuses, ses ruisseaux de crachats   Les yeux encore blessés par le sommeil, Madrid, toi à l'instant frappée, tu as pris fusil et pierres, et tu te défendis.Tu courais dans le rues laissant en longs sillages couler de ton sang sacré, rassemblant, appelant d'une voix d'océan, et avec... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2015

Il y a 79 ans le fascisme engageait la guerre civile espagnole. un poème de Manuel ALTOLAGUIRRE, Madrid 1937

MADRID, 1937.   Horizons de guerre, dont les lueurs, dont les aurores soudaines et brèves, les aubes fugaces, les salves, les feux, multiplient la mort qui n'en finit plus. Ici à Madrid, la nuit, seul et triste, mon front et le front deviennent synonymes et sur mon regard se versent comme des pleurs tous les héros qui tombent engloutis par l'abîme vert de mon visage. Je sais que je suis désert, que je suis seul, que le front parallèle à mon front dédaigne ma douleur et m'accompagne. Devant le cercle de feu plein... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2015

Il y a 79 ans les fascistes de Franco, assassinaient FEDERICO GARCIA LORCA, ils voulaient assassiner la liberté d'expression.

FEDERICO GARCIA LORCA   Garcia Lorca, mon frère: C'est encore moi, ne crains rien.... Je viens, parce que ce cœur humain, le mien, N'a pas la force d'imposer Le silence là où l'on doit la gratitude.   Je viens et je viendrai tant qu'il y aura poésie, Vie et peuple d'Ibérie, Je viens et je viendrais à ton pèlerinage T'offrir la misère d'une oraison lusitane et sombre.   Je viens, blanc poète de la Sierra Nevada, Fils nouveau de l'Espagne! Je viens, mais toi, ne dis rien; Laisse un pauvre poète de la... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2015

Il y a 79 ans les fascistes assassinaient FEDERICO GARCIA LORCA§!

  CHANSON DE LA VIERGE GITANE.   Ay! Féderico! Tombé sous le ciel de «ta Grenade», Sous la nuit d'Ibérie, la main levée, Comme un oiseau-un chant aux lèvres!   Ay! Féderico! En toi la Liberté assassinée, La patrie à nouveau foulée aux pieds Par les hordes brutales de Genseric!   Ay! Féderico! Vierges Andalouses déjà vieilles... Les hommes aux yeux secs des montagnes...   Ay! Féderico! Les chiens du vent aboient dans la pleine, Plongeant dans la nuit le cœur de l'Espagne!     ... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2015

Guerre civile espagnole, poème de Vincente HUIDOBRO Espagne

  ESPAGNE.   Des traîtres nocturnes à l'âme marécageuse Frères de la vipère et des tenues de deuil Ont poignardé la belle étoiles chargée d'espoir Parmi les algues les ténèbres les fleuves défunts   Souffle la mer qui fait des pyramides de larmes De fatals escaliers des musiques avec du sang Sous des nuées qui passent comme des chars blessés Dans un ciel tout altéré plein de canon distants   l'épopée du peuple qui exige son destin Lève des fronts au ciel et brise de grands courages Et les fantômes... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2015

Guerre civile espagnole, poème d'Antonio AGRAZ: tu gagneras ton pain.....

TU GAGNERAS TON PAIN..... -Qui laboure la terre, mère, lorsque la bise cinglante blesse les chairs, que protègent des chemises en mauvais coton? 6Qui veux-tu que ce soit, mon fils! Qui va labourer : le laboureur! -Qui sème la terre, ma mère, quand le vent galant rôdeur passe drapé dans la brume en chantant d'un ton caressant? -Qui veux-tu que ce soit, mon fils, qui sème en terre, Le semeur. -Qui sarcle les champs semés, lorsque le germe qui perce rompt de on aiguille verte la terre qui l'enveloppe? Qui... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2015

Le 16 juillet 1936, la guerre civile commençait en Espagne, Folio du Blanc-Mesnil durant l'été va publier des poémes

Il y a 79 ans le 16 juillet 1936, les fascistes dirigés par le général Franco attaquait la République Espagnole et le Front Populaire élu en mars 1936. Folio du Blanc-Mesnil va publier des poèmes écrits pendant la guerre civile.   MEDITATION DU JOUR. Face à la palme du feu que laisse le soleil couchant, dans le soir tout silencieux et dans ce paisible jardin, tandis que Valence fleurie boit les eaux du Guadalaviar -Valence aux tours si fines, dans le ciel lyrique d'Ausias March, qui change son fleuve en roses avant... [Lire la suite]
Posté par Alainramos à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]