ana censure

Le n° 160, du journal municipal, sur ordre du directeur de cabinet des deux maires siamois, avait censuré, le reportage photo de la chasse aux œufs. Cette censure nationale populiste d'extrême droite avait été mise en lumière dans un article de Folio du Blanc-Mesnil, grâce a un post du reporter photographe sur facebook. Par cette censure, il s'agissait pour le supporter d'Eric Zemmour de masquer la diversité multiculturelle de notre ville.

Le comité Génération.s du Blanc-Mesnil avait publlé un communiqué pour condamner la censure mise en œuvre par le directeur du cabinet des deux maires siamois. La diffusion de ce communiqué a entrainé la publication d'un article dans le Parisien édition 93 du 10 mai 2022 «des enfants gommés du journal municipal?». Nous sommes heureux de voir la presse nationale s'intéresser aux dangereuses dérives tolérées par la majorité municipale, dérives remettant gravement en cause les valeurs qui fondent notre République.

Déjà, l'article de Folio du Blanc-Mesnil avait du provoqué quelques débats au deuxième étage de l'hôtel de ville, puisque le n°161 essaie très maladroitement de rectifier le mauvais effet du coup de gomme du n°160 en publiant, sur la page 11, 6 photos sous le titre «Retour sur la chasse aux oeufs» 6 photos qui par leur choix accentuent le malaise puisqu'elles mettent en scène essentiellement les animateurs de l'événement avec la première adjointe au maire pour faire bon poids. Tout cela semble faire apparaître comme des grains de sables et comme une lutte d'influence entre les amis de Zemmour et ceux de Pécresse.

Pour une conclusion provisoire sur cette censure nationale populiste d'extrême droite, les arguments de Vijay Monany dans le journal le Parisien édition 93, ne sont pas convaincants, surtout quand il affirme « lors du comité éditorial, il était convenu d'insister sur le décor. Les photos proposées étaient sympathiques mais ne correspondaient pas à la commande». Nous publions ci dessous une autre série de photos de Michel Le Moine qui souligne pour le moins la mauvaise foi du directeur de cabinet.

Dans ce cadre, les deux maires siamois, devraient réaffirmer leur autorité ou ce qu'il leur en reste, pour mettre fin au contrat de travail de leur directeur de cabinet, qui confond son travail au sein d'une municipalité et son engagement militant national populiste d'extrême et qui lorsqu'il est pris les doigts dans le pot de confiture n'a pas le courage d'assumer ses positions et ses choix politiques nauséabonds.

Il est urgent que notre République ses valeurs et le contrat social qui la fondent , retrouve enfin toute sa place au cœur de la gestion dans notre commune.

Il est urgent que notre ville cesse d'être le champ clos des guerres picrocholines entre la droite extrême et l'extrême droite, qui nuisent gravement à l'intérêt général et au bien vivre ensemble.

alice

alice1

alice 2

alice 3

alice 4

alice 5

alice 6

alice7

alice 8

alice 9

alice 10

alice 11

alice 12

alice 13