camion toupie

En conformité avec sa stratégie de manipulatoire, à nouveau le N°156 se livre sur la question des EHPAD du Blanc-Mesnil à une diversion.

Sous le titre compassionnel «La passion de l'humain», nous découvrons une passion nouvelle de la municipalité de droite extrême, pour le service public. Mais, ces propos sont tenus, par les responsables d'établissements publics, elles confirment l'actions menées dans les EHPAD de service public n'ont rien avoir, avec les pratiques Orpéa ou de Korian dénoncées par le livre les Fossayeurs et la dernière émission Cash Investigation d'Elise Lucet.

A cette occasion, nous apprenons la fermeture de l'EHPAD Gaston Monmousseau et le transfert des 40 résidents vers une autre structure à Livry-Gargan, nous ne doutons pas instant de l'engagement et de la compétence de l'équipe qui va les accueillir. Compétence reconnue par l'ARS puisque la direction de l'établissement Emilie GERARD va assurer l'administration d'une EHPAD « La Roseraie du groupe privé Médicharme» qui a été fermé le 24 février 2021, par l'ARS Île de France qui avait constaté de graves dysfonctionnements, dénoncés depuis fort longtemps par les personnels et leur syndicat CGT.

Cette éloignement des résidants de Gaston Monmousseau, ne manquera pas de créer quelques difficultés aux familles pour continuer d'assurer leur présence auprès des êtres qui leur sont chères.

Cette annonce, est aussi l'occasion d'annoncer l'ouverture pour 2024 d'un EHPAD de service public financé par le conseil départemental de la Seine Saint Denis dont la majorité est de gauche et l'ARS, création qui ne peut que recevoir notre soutien. Cet établissement de service public s'établira sur le foncier de l'ancien Foyer Maurice Thorez.

Maintenant regardons ce que cache ce bel article. Avant nous avions sur le territoire communal deux EHPAD de service public, grâce à la politique mise en œuvre par la droite extrême, nous n'en aurons plus qu'une, la résidence Maria Valtat devant être elle aussi détruite. En conformité avec les choix néo libéraux de la municipalité nous aurons une notre structure pour les retraités qui sera elle une pourvoyeuse de dividendes comme le disent si justement les deux responsables interviewées: «Nous exerçons pas la le même métier que dans les EHPAD privées... En tant qu'établissement public, nous ne sommes pas soumis à des actionnaires privées. Nous ne rendons des comptes qu'à nos résidents, à leurs familles et à notre personnel. Le Bien-être de nos résidents est notre priorité, pas le rendement de nos services...!».

Au Blanc-Mesnil, en supprimant une EHPAD sur deux de service public, la majorité municipale indique clairement vers où va son soutien. Il va sans surprise vers les grands groupes privés, qui spolient les résidents et leurs familles, pillent la Sécurité Sociale, pour gaver quelques actionnaires partis se cacher en Suisse, au Luxembourg, en Belgique et dans les paradis fiscaux.

Dans cet article l'indécence, la droite extrême est scandaleuse, elle évoque sa contribution par la cession de 2400m² de terrain. Mais, le journal municipal omet , celle que va permettre la destruction de Gaston Monmousseau et de Maria Valtat la récupération de plusieurs dizaine milliers de m² de foncier, qui par leur situation géographique, près du Parc Urbain et de la station de métro de ligne 17 du métro du Grand Paris, seront cédés à vil prix à la spéculation immobilière ce qui lui permettra d'alimenter les sources de profits de la sphère financière.

Cet article compassionnel, n'a qu'un seul et unique objectif masquer la réalité de ce qui va se produire sur les espaces libérés des structures de services publics, l'aggravation de l'action de BETON MESNIL, tant cynisme est à vomir.