em

- 51 MILLIARDS -
Nous avons lancé notre campagne avec une révélation : les entreprises du CAC 40 s'apprêtent à verser 51 milliards d'euros à leurs actionnaires. Alors même que 100% d'entre elles ont touché des aides publiques dans le cadre de la crise sanitaire. Ce montant représente une augmentation de  22 % par rapport à l'an passé. Plus insensé encore, ces multinationales versent plus de dividendes qu'elles ne font de profit ! Non seulement, elles n'ont pas investi l'argent des aides publiques mais elles ont à la fois puisé dans leurs trésoreries et emprunté sur les marchés pour satisfaire les attentes des actionnaires. Bienvenue dans la logique sans dessus-dessous du capitalisme financier...

Mais, au fait, 51 milliards, ça correspond à quoi? Nous avons voulu le savoir en établissant quelques comparatifs simples. Ceux-ci permettent de faire redescendre ce chiffre stratosphérique sur le plancher des vaches de notre quotidien. On prend alors toute la mesure de cette démesure. Aperçu : 
 
LES PROFITEURS DE LA SEMAINE
Depuis le 15 avril et jusqu'à la fin du mois de mai se tiennent les Assemblées générales des grands groupes du CAC 40. Avec l'équipe d'Allô Bercy, nous avons décidé d'emboîter le pas de ces rendez-vous entre grandes fortunes : pour chaque AG où pleuvent les milliards, nous publions sur les réseaux sociaux un signalement qui rappellent le coût de ces offrandes au capital (en terme d'emploi, d'argent public, de dégradation de l'environnement...). En interpellant à chaque fois Bercy sur l'absurdité du soutien sans conditions apporté à ces entreprises. Pour les plus emblématiques d'entre elles, nous publions également un article complet sur le site de l'Observatoire des multinationales.

Petit florilège de cette première semaine:

 
- LVMH -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire

- STELLANTIS -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire

- SANOFI -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire

- L'ORÉAL -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire

- SCHNEIDER ELECTRIC -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire

- AXA -
Lire notre article sur le site de l'Observatoire