bouquet

Réindustrialiser, la pandémie du Covid 19 a fait la démonstration que les décennies de régressions de l'industrie, dans notre pays, apparaîsssent comme une immense catastrophe morale, économique, sociale et environnemantale.

Notre pays est le plus touché par ces choix d'une élite onnibulé par le mirage de la valorisation financière, boursière et de l'optimisation fiscale.

La pandémie, nous indique, que pour lutter contre elle, il faut, au plus près de la réalité, avoir les moyens concrets de la combattre.

L'épisode des masques, des tests, des vaccins nous montre cette incontournable nécessité. Investir pour le court, moyen et long terme, dans la recherche, l'innovation et les capacités de produire ici autrement et mieux, est le chemin que nous n'aurions pas du abandonner. L'économie de casino, que nous subissons, c'est le choix de la régression sociale et de la catastrophe climatique et écologique.

Réindustrialiser, peut-il être un combat local, la réponse d

e Folio du Blanc-Mesnil est OUI. La période que nous subissons, du laisser faire d'une petite élite rabougrie sur ses intérêts de classe, nous a conduit droit dans le mur. La question de la réinstrialisation ne se transformera en réalité qu'a l'unique condition qu'elle devienne une exigeance citoyenne. Le succès de cette orientation exige qu'elle repose sur des fondations, et les fondations ont besoin d'un ancrage territorial puissant.

Réindustrialiser, cette question Folio du Blanc-Mesnil la porte depuis quelques mois, comme à son habitude il appuie sa réflexion sur la réalité économique et sociale de notre commune. Inutile de rappeler le passé industriel de notre commune, néanmoins approprions nous sa réalité statistique récente. Notre ville a perdu entre 2012 et 2017 près de 25% de ses emplois industriels. En 2017, il ne restait plus que 690 emplois industriels sur le territoire communal, alors, que 7287 Blanc-Mesnilois sont ouvrières et ouvriers. Et dans quelques semaines avec la fermeture de l'usine Air liquide, nous passerons sous la barre des 500 mplois industriels. Le delta entre le nombre d'emplois industriels et le nombre ouvriers citoyens de notre ville à lui seul doit nous conduire à une réflexion et à une mobilisation sur la question de la réindustrialisation.

Réindustrialiser dépend essentiellement des décisions qui peuvent être prises par une municipalité et sa majorité au conseil municipal. En effet, pour parler de réindustrialisation, il faut avant tout avoir du foncier disponible pour l'accueillir et pour cela il y a obligation, que des espaces dévolus à l'implantation d'entreprises de production soient explicitement prévus au Plan Local d'Urbanisation. Malheureusement, depuis avril 2014, le PLU de notre ville comporte l'interdiction d'implanter des unités de production. Donc, ici, au Blanc-Mesnil la question de la réindustrialisation est locale, et nous devons faire en sorte que ce débat s'instaure de manière forte.

Bien entendu, au Blanc-Mesnil, nous allons être confronter au vision archaîque d'une municipalité dont l'horloge s'est arrêtée au XIX° siècle. Pour elle, l'industrie se confond avec les hauts fourneaux qu'elle conjugue avec ses oripeaux idélogiques surannés.

A Folio du Blanc-Mesnil, nous avons une vision prospective de l'industrie. L'industrie d'aujourd'hui et de demain sera plus technologique et obligatoirement plus verte. Si nous voulons réindustrialiser, nous ne repartirons pas du passé, nous ferons le pari de la recherche, de l'innovation, des appuis d'autant plus nécéssaires que nous voulons construire et réussir la transition climatique, dont le succès, dans le même temps, exige des transformations sociales de grande ampleur.

Au Blanc-Mesnil, nous devons contribuer à ce grand projet de réindustrialiser notre pays et cela passe par notre capacité à en construire les fondations sur notre territoire communal.

Folio du Blanc-Mesnil vous invite à vous investir massivement dans ce beau projet