corée du nord

Le n°134 du Béton Mesnilois sponsorisé pat la Cogedim sera celui qui permettra d'affirmer qu'il est bien un outil de manipulation qui tord les faits pour les rendre compatibles avec la logorrohée de la droite extrême.

A la page n°6, vous pourrez lire un article "arrestation de deux auteurs présumés d'un incendie criminel" celui se termine par la phrase suivante: "Le Samu, lui, emmènera une dizaine de blessés légers à l'hoptal, dont deux policiers municipaux. Ces derniers se verront prescrire quatre jours d'ITT (incapacité temporaire de travail) chacun."

Cet article fait référence à un incendie dans un parking d'un immeuble de la rue de Concorde qui a eu lieu le 28 novembre 2020. Nous avons retrouvé un article du Parisien relatant ce fait divers du 28 novembre 2021. La lecture attentive de l'article signé E.M ne nous décrit pas la même version que celle de l'article non signé du n° 134 du Béton Mesnilois.

Voilà se que décrit l'article du Parisien: "Les fumées sont rapidement montées dans les étages, précipitant la sortie des habitants, avec l'aide des pompiers et des policiers. Plusieurs personnes ont été légèrement intoxiquées par les fumées. « Les pompiers nous ont soignés sur place, ils ont pris notre tension, ils ont mis de l'oxygène à certains », poursuit l'habitante de l'immeuble.Les habitants se sont réfugiés dans l'école maternelle du quartier Après être restés un temps dehors, devant l'immeuble, les habitants ont pu se réfugier dans l'école maternelle voisine. Mais ils ont rapidement regagné leurs logements, accompagnés par les secours. « Les pompiers et les policiers ont été très aimables et très efficaces », salue la locataire."

Comme vous le constatez, à aucun moment, l'article du Parisien ne fait référence au Samu, ni aux deux policiers municipaux hospitalisés. Le Parisien n'est pas un brulôt gauchiste, il n'avait, donc, aucun intérêt à occulter la gravité des faits, ni l'hospitalisation de deux policiers municipaux.

Voilà, le n°134 du Béton Mesnilois est pris les doigts dans le pot de confiture de la manipulation des faits et du mensonge.

Maintenant, essayons de comprendre, pourquoi, la droite extrême se livre à cette indigne et scandaleuse petite opération manipulatoire. La réponse se trouve à la page 7, dans un article "soutien aux force de l'ordre". En effet, pour donner plus de consistance à sa prise de position, la droite extrême victimise la police municipale. Cette petite manoeuvre politicienne est indigne de la part d'élus, elle salit la démocratie. Ici, au Blanc-Mesnil nous ne sommes ni Corée du Nord, ni sur les golfs de Trump aux USA.

Pour conclure, les prises de positions de la droite extrême à propos de la police républicaine, auraient été plus utiles et nécessaires au moment où Sarkozy a supprimé la police de proximité, ayant eu pour conséquence au Blanc-Mesnil la suppression de 48 postes de fonctionnaires de la police nationale, ramenant ainsi les effectifs de notre commissariat à 102 fonctionnaires de police, avec en prime la fermeture de la gendarmerie Mais bien entendu de tout cela la droite extrême n'en a cure, l'important est de faire des risettes à l'extême droite, cette soi-disant défendeur l'ordre, mais, qui ne respecte pas la démocratie et n'hésite à envahir le Capitole, lorsque les élections ne sont pas conformes à sa volonté.

Le mensonge, l'imposture, la démagogie se conjuguent. La droite extrême, comme dans tous les pays totalitaires manipule les faits, pour masquer le réel.

Vous pourrez lire la totalité de l'article 28 novembre 2020 du Parisien sur : https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/le-blanc-mesnil-un-immeuble-evacue-a