La République

La droite extrême triche, ne respecte pas ses propres règles, développe les inégalités et bafoue la liberté d'expression.

Le n°131 de Béton-Mesnilois souligne à l'envi cette désastreuse, scandaleuse et malheureuse situation. Ce n°131 était déjà dans le Guiness des records, en nous imposant par moins de 50 photos du clan familial du chef de la droite extrême, il confirme qu'il n'est pas un journal municipal à la lecture de sa page 31.

Cette page est dédiée à l'expression libre des groupes de conseillers municipaux composant le conseil municipal.

Comme il est indiqué en haut de la page 31 : "conformement à la loi, les propos tenus dans cette tribune où s'expriment les groupes représentés au conseil municipal n'engagent que leurs auteurs. Pour une lecture facilitée et par respect d'une stricte égalité, chaque tribune est limitée à 1500 signes".

La règle des 1500 signes découle du réglement intérieur du conseil municipal, qui a été écrit et voté par la majorité municipale de droite extrême.

Comme sa promesse "sauvons nos pavillons", la droite extrême ne respecte pas ses engagements.

Nous avons contrôlé le nombre de signes de la tribune faite au nom de la majorité municipale. Cette dernière compte 2141 signes soit 641 signes de plus, soit 43% de plus que la norme décidée par la droite extrême .

Ce manière d'agir, de s'approprier le bien commun, de ne pas respecter l'expression de la démocratie, en malmenant la libre expression des élus du collectif citoyen le Blanc-Mesnil à venir n'est pas digne et bafoue les valeurs de la République.

Faut-il rappeler qu'au pays des Lumières seul le respect des valeurs de la Répubique vaincront l'obscurantisme dont est porteur le projet inégalitaire et liberticide de la droite extrême de notre ville?

Faut-il rappeler qu'au pays des Lumières que la trangression des valeurs de la Républque est porteuse de toutes les violences?

Bien souvent, vous devez trouver durs les propos et les écrits de Folio du Blanc-Mesnil ce que nous venons de constater sur le non respect de l'égalité et des règles établies par la droite extrêmes justifient nos propos sur la dérive totalitaire en marche sur notre commune. Elles font la démonstration que le contenu du Béton-Mesnilois n'a plus aucun rapport avec le réel et n'est qu'un outil de propagande au service un parti politique.

Notre combat pour la liberté d'expression, est un combat républicain et il est indispensable, si nous voulons continuer de construire le bien vivre ensemble. nous vous appelons à le faire votre, en nous rassemblant, en faisant de nos différences une force, pour faire vivre ici, la devise de la Republique Liberté, Egalité, Fraternité.

Le combat pour la liberté d'expression, la liberté de penser est incontournable pour consolider l'unité, l'union des Blanc-Mesnilois afin que l'intérêt général prime sur les intérêts privés d'un clan familial.