drapeau portugais

Pourquoi le soi-disant "journal municipal" consacre un article à un événement, qui sans lui serez resté invisible. Nous alllons essayer de décortiquer ce que cache cette pratique.

Le numéro 128, du "journal municipal" à la page 12, consacre les deux tiers de cette page avec photo à l'appui, pour nous révéler la fermeture pour insalubrité d'un commerce portugais, avenue Pierre et Marie Curie. Les explications données font froid dans le dos, elles ont surtout pour objectif de justifier la décision de la droite extrême.

Mais, il apparaît que cet article d'autojustication est avant tout une réponse à une pétition qui circule protestant contre une décision arbitraire de la droite extrême.

Pour comprendre, il faut replacer cette affaire dans son véritable contexte, le contexte se décline par deux mots, voire deux maux BETON MESNIL.

Cet immeuble a été acheté par la spéculation immobilière, il comprend deux commerces, un salon de coiffure et un commerce portugais de primeurs comprenant un espace de restauration rapide. Il est voisin avec un immeuble qui appartient à la commune accueillant la boutique de Suez qui gère la distribution de l'eau et quelques appartements qui permettent, à la droite extrême, de loger celles et ceux qui peuvent servir sa propagande.

Il y a urgence, pour la droite extrême à réaliser rapidement une opération de promotion immobilière dans ce secteur. L'achat de cet immeuble et l'immeuble communal sont de nature à facilité rapidement l'invasion de BETON MESNIL en plein centre ville.

Mais, la présence deux commerces avec des baux plus ou moins longs pourraient être de nature à ralentir la présence des bétonneuses, alors, il faut avoir de l'imagination pour accèlérer le départ des commerçants. Le commerce portugais est fermée, les loyers courrent toujours et mettent probablement les commerçants dans une extrême précarité et cela met la pression sur l'autre commerce.

Ces décisions créent un climat anxiogène, d'autant, que ne savons pas à l'heure où écrivons, si l'acte de vente a été finalisé. Par ailleurs, le vendeur semble avoir ignorer le devoir qui était le sien d'informer par courrier ses locataires avant de mettre en vente, au cas où ceux-ci auraient éventuellement exprimer le souhait de se porter acquéreur.

A cela s'ajoute, les visites de l'immeuble et la présence de personnages bien propres sur eux devant l'immeuble, qui finissent leur ballade, dans un local d'une organisation politique avenue Baptiste Hurel.

La spéculation immobilière et ceux qui lui permettent de produire des dividendes ont des moyens considérables. Pour notre part nous pensons que les mobilisations citoyennes et associatives peuvent créer les conditions pour protéger les petits commerçants,ici, menacés. Nous sommes certain, que ses derniers trouverons l'aide nécessaire auprès de l'association des commerçants du centre ville et de l'association de nos amis portugais du Blanc-Mesnil.

Ce dossier souligne que face aux forces financières, dont la droite extrême est la servile entremetteuse, les promesses électorales n'engagent que ceux qui les croient.

Il est temps, que chacun comprenne la véritable nature de la droite extrême, elle n'a que faire de l'intérêt général, seuls ses intérêts personnels motivent son action.

Face, à ce cynisme, à ce mépris, le temps du sursaut citoyen est urgent.

Folio du Blanc-Mesnil apporte son soutien et sa solidarité à tous ceux qui subissent les décisions iniques et scandaleuses de la droite extrême

Sachez que Folio du Blanc-Mesnil est et sera toujours à vos côtés pour faire respecter vos droits et agir avec vous pour protégerl'intérêt général.