Blanc-Mesnil à venir

Usine de masques au Blanc-Mesnil :

Une déclaration des élu-e-s de l'opposition municipale

Nous vivons une crise inédite de par son mode d'apparition, de sa progression et de son impact sur nos vies. Nous tenons à remercier le personnel soignant, le personnel communal, les agents des services publics, les salarié-e-s des magasins d'alimentation et toutes celles et ceux qui nous soignent, nous accueillent, nous transportent et nous aident parfois au péril de leur santé.

Dans cette crise, il est indispensable de prendre conscience de l'importance d'une transformation dans notre façon de vivre ensemble.

Nous sommes bien sûr favorables à l’implantation d'une usine de fabrication de masques chirurgicaux qui va contribuer à répondre aux besoins, ô combien nécessaires, dans ce contexte de catastrophe sanitaire que connaissent notre pays et le monde.

Nous avons découvert cette information, comme tout un chacun, via les réseaux sociaux, les médias et la communication du maire. Nous regrettons de ne pas avoir été ni informés ni concertés en amont sur ce sujet et déplorons tout autant que nos deux courriers au maire demandant à être associés aux décisions sur la gestion locale de cette crise sanitaire soient encore à cette heure restés sans réponse. Nous le répétons : notre seule volonté est d’agir pour la population de notre ville et d’assumer ainsi pleinement notre mandat d’élus locaux.

Les manquements de l’État dans la gestion de cette crise sont patents. Le manque de production de masques de protection dans notre pays est malheureusement emblématique de cette situation. A l'inverse, nous saluons la formidable solidarité dont font preuve de nombreux habitant-e-s et associations de notre ville notamment en matière d'aides alimentaires et de fabrication de masques.

Comme beaucoup d'entre vous, nous n'oublierons pas. Dès maintenant nous devons préparer ensemble le « jour d'après ». Le moment venu il nous faudra tirer tous les enseignements de cette période : désorganisation de l’État, saturation des services de santé publics et privés, pénurie de médicaments, de matériels de protection...

Par exemple, nombre de responsables politiques ont laissé faire les délocalisations d’entreprises et les fermetures de sites industriels. On en voit aujourd’hui le résultat et la situation de dépendance de notre pays vis-à-vis d’autres nations, dont la Chine.

L’implantation d’une usine au Blanc-Mesnil est donc bienvenue. Mais derrière les annonces et la communication plusieurs questions se posent :

La presse dit d’ores et déjà que cette usine fermera après la crise. Est-ce exact ? M. Meignen ne dit rien à ce propos. Pourtant si on veut tenir compte de l'expérience actuelle, nous savons qu'il faudra continuer de fabriquer des masques en nombre pour les mois et les années à venir. Plus tard, éventuellement, une reconversion de la production de cette usine sera toujours possible.

Le maire ne nous dit pas tout dans cette affaire. Il faut en effet savoir que le PDG chinois du groupe Eurasia, propriétaire de la galerie marchande du centre commercial Plein air, est également propriétaire des terrains et bâtiments où va être aménagée l’usine. Un homme d’affaire chinois propriétaire d’immenses entrepôts, à Aubervilliers et au Havre notamment, et dont le magazine « Challenges » révélait en 2017 qu’il faisait l’objet d’une enquête du parquet national financier pour fraude fiscale et blanchiment d’argent. Sans préjuger, il serait légitime de connaître les conclusions de cette enquête.

Le groupe Eurasia, a indiqué dans un communiqué de presse, le 03 février 2020, vouloir se positionner sur des projets de promotion et de co-promotion immobilière. C'est dans ce cadre qu'il a acquis, en 2018, la société « des tubes de Montreuil », dans la zone de la Molette où se construit l’usine et où Eurasia Groupe annonce son projet « d’un vaste programme immobilier composé d’habitations et de commerces pour un chiffre d’affaires supérieur à 400 M€. Ce projet sera pleinement intégré au futur « Grand Paris ».

L’arrivée de l’usine n’est donc pas simplement l’œuvre d’un homme d’affaire ayant la main sur le cœur.

Nous posons donc des questions pour aujourd'hui et demain :

Dans des délais si brefs, comment vont se faire, par les services de l’État, les vérifications de respect des multiples normes en vigueur pour la construction et le fonctionnement de l'usine ? Comment et quand les masques produits seront-ils homologués par les autorités compétentes ?

Le maire annonce que la Région va « sponsoriser » l’implantation de l’usine. A quoi va servir très précisément cet argent public ?

Maintenant que les acteurs de l’aménagement de cette partie de notre territoire, relevant d’une Opération d’Intérêt National (O.I.N.) dans le cadre du Grand Paris, sont connus, quel est le projet sur ces 110 000 mètres carrés ? Que va proposer la ville ? débattons-en !

Comment et par qui va être assurée la dépollution des sols de ce site qui a accueilli il y a longtemps des usines sidérurgiques ?

La lecture du communiqué d’Eurasia laisse peu d’espoir à une mixité urbaine dans laquelle une industrialisation, même faite de petites entreprises, pourrait trouver sa place. Il est uniquement question d’immobilier et de commerces. Combien de logements ? De quelle nature ? Quelle place sera accordée au logement HLM de qualité ?

A l’aune de cette crise que nous traversons, pourquoi ne pas repenser l’aménagement du territoire sur ces immenses surfaces ? (besoin d’industries en lien avec les besoins régionaux, besoin de logements sociaux et en accession, espaces verts, jardins partagés…) débattons-en !

Les Blanc-Mesnilois-es ont le droit de savoir.

Comme nous l’écrivions au maire dans une lettre sans réponse « La population a besoin d’informations et de transparence. Après les errements, les mensonges, les approximations de l’État au plus haut niveau et depuis des semaines sur cette épidémie, ses conséquences et les moyens de l’affronter, les français ont besoin de retrouver de la confiance dans leurs institutions et dans leurs élue-s. Plus nous serons transparents, plus cette confiance pourra être restaurer. Notre conseil municipal peut et doit y contribuer. »

Les élu-e-s du groupe Blanc-Mesnil au cœur : Didier MIGNOT, Marie-George BUFFET, Fabien GAY, Hervé BRAMY, Alain RAMOS, Alain BARRES, Phetmany TANSERI, Gobina MOHANANDAN, Sabah MILOT

Les élu-e-s de la liste Blanc-Mesnil à venir : Didier MIGNOT, Karima KHATIM, Fabien GAY, Tatiana BENKABA, Demba TALL, Sabah MILOT, Franck LANCLUME, Sandrine HEDEL, Santiago SERRANO, Katia GOMEZ.