ARjuin2019

La semaine dernière, Madame Valérie Pécresse et Monsieur Gérard Larcher représentants les Républicains et Libres sont venus apporter leur soutien à monsieur Meignen. En sollicitant le soutien de madame Valérie Pécresse et de monsieur Gérard Larcher, monsieur Meignen exprime son soutien aux politiques de ces responsables nationaux des Républicains. où de Libres.

Dans ce cadre, la visite de Madame Précesse présidente du parti "LIBRES" souligne que contrairement aux affirmations du maire actuel qui essaie de masquer ses engagements politiciens, son action s'inscrit belle et bien dans la stratégie politique de la droite néo libérale et de celle de Macron. Cette visite de de la présidente d'un parti politique de droite marque le début de la campagne pour les élections municipales, ainsi, l'artcle de la page 9 du journal "municipal" n°112 devra rentrer dans les comptes de campagne du maire sortant, il y a là comme une scandaleuse utilisation des moyens de notre commune pour faire de la politique a des fins électoralistes.

Faut-il rappeler, par exemple, que Madame Pécresse est pour le départ à la retraite à 65 ans, qu'elle a soutenu la politique de Sarkozy, lorsque celui-ci supprimait la police proximité qui a entraîné la suppression de 48 postes de fonctionnaires de la police nationale au Blanc-Mesnil, la fermeture de la gendarmerie et des postes de police dans le quartier à la cité Floréal et dans le quartier Sud dans la cité des 4 tours.

L'accélérateur d'entreprises, qui soi disant contribue à l'amélioration de la recherche d'emploi , une douce plaisanterie dans une ville qui compte prés de 6000 demandeurs d'emploi, dans une ville où le PLU interdit l'implantation d'entreprise à caractère industriel, alors que nous sommes dans une zone aréoportuaire qui a besoin de nombreux sous traitants à forte technologie pour assurer la maintenance aéronautique. Une douce plaisanterie, lorsque l'on constate que les immeubles de bureaux face au parc Duclos sont vides, parce que la majorité municipale de droite extrême est en conflit avec les propriétaires sur le devenir de cette espace dédié à l'emploi qui se situe à 200 mètres de la station de métro de la ligne n°16. Dans ce cadre, il serait utile que puissions connaître la vraie nature du différent entre société et le maire.

Cette situation est un vrai scandale, qui a de nombreuses répercussions négatives pour l'emploi et pour les finances locales. C'est ce type de choix aux raisons très obscurs qui font que le potentiel financier du Blanc-Mesnil a baissé de 10% depuis avril 2014.

A cette appauvrissement du potentiel financier de la ville, s'ajoute la baisse des prix du m² de l'immobilier de 12,4% en cinq ans. Cette baisse est le résultat de la folie du béton qui écrase notre commune. Cette baisse touche d'abord et uniquement les propriétaires d'un pavillon au Blanc-Mesnil. Nous sommes très loin de Sauvons Pavillons.

Le maire est uniquement aux services des promoteurs afin qu'ils puissent verser de généreux dividendes à leurs actionnaires. Le maire qui prône et met en oeuvre une politique néo libérale, semble ignorer les règles de l'économie de marché, lorsque l'offre et très supérieure à la demande les prix s'effondrent.

Monsieur le maire votre politique en matière de construction immobilière développe une véritable catastrophe patrimoniale qui appauvrit les Blanc-Mesnilois qui durant 40 années ont travaillé dur, pour ce le constituer.

En clair, la politique municipale actuelle enrichie une très petite minorité aux détriment de la très grande majorité des Blanc-Mesnilois