titi 1

Le 19 mars 2019, Folio du Blanc-Mesnil publiait un article " Au Blanc-Mesnil les choix de Meignen et de Macron ont amputé le potentiel financier de la ville et des habitants de 10%" Nous invitons à le relire avec attention. Cette publication, nous a valu un long plaidoyer de Monsieur Meignen lors du conseil municipal du 4 avril 2019. Comme à son habitude, il tentait de faire le procès en incompétence financière des élus de gauche.

Malheureusement, pour Monsieur Meignen les faits sont têtus. Le 6 septembre 2019, le journal "Capital" qui chacun en conviendra,est tout sauf un brûlot gauchiste, publiait un article " les prix de l'immobilier autour des 63 gares du supermètro du Grand Paris". On y apprenait que le prix du m² en Seine Saint Denis avait augmenté en 1 an de +8,4% et de 4,7% en  5 ans. Dans ce panorama Le Blanc-Mesnil, qui comptera 2 gares du supermètro est une des rares communes où le prix du m² carré baisse -4% en 1 an et - 12,4% en 5 ans, c'est à dire depuis l'arrivée du soi disant sauveur des pavillons. Par comparaison les prix ont augmenté à Aulnay de +18,5% en 1 an, de + 6% à Aubervilliers en 1 an, de + 7% à Drancy en 1 an, de + 22,7% au Bourget.

Nous avons là la confirmation que les choix politiques effectués par Monsieur Meignen, appauvrissent le potentiel financier de notre ville et de ses habitants.

Les choix de Meignen, c'est près de 66 projets de la spéculation immobilière, qui se développent grâce à la braderie du patrimoine foncier de la ville, comme le souligne une note votée par la majorité municipale. Relire à ce sujet une tribune de la gauche dans le journal municipal n°105 du 3 mai 2019 .

Entre nous, chacun sait que un pays de marché libre, lorsque l'offre est plus importante que la demande, les prix ont tendance à baisser.

Mais, si les choix abracadabrantesque de Meignen, de son clan et de son conseiller spécial font l'enrichissement de quelques uns et  de leurs amis promoteurs, ils sont catastrophiques pour la commune et ses habitants qui ont travaillé sang et eau pour devenir propriétaire de leur pavillon et de leur logement.

Comble de l'ironie, c'est que Meignen béton ne résout en rien, la crise du logement au Blanc-Mesnil, puisque il y a plus de 2000 demandes logements qui ne sont pas satisfaites et près de 8000 Blanc-Mesnilois vivent dans des conditions précaires, totalement inacceptables.

En un mot, Monsieur Meignen qui nous avait promis en 2014, de sauver nos pavillons, de lutter contre le béton et d'enrichir notre ville et ses habitants, ses choix ont tous été le contraire de ses promesses électorales et ils ont appauvri la ville, ses habitants, le béton ruisselle partout et aggrave l'empreinte carbone.

Bref, la facture de 5 ans de la politique de Monsieur Meignen, même, ses amis de Capital le mettent en exergue, est lourde de conséquences pour la ville et ses habitants et obère l'avenir. C'est la première fois que notre ville et ses habitants sont confrontés à une telle catastrophe financière et patrimoniale. C'est la première fois que notre ville et ses habitants sont confrontés à une telle crise du logement;