titi 1

De Rugy s'est fait prendre les doigts dans le pot de confiture, ce parjure, cet arriviste, cet opportuniste, a démissionné de son poste de ministre pour avoir confondu ses intérêts personnels et politiciens avec les finances publiIques.

Thierry Meignen, une nouvelle fois vient de se faire prendre les doigts dans le pot de confiture. Dans le courant du mois de juin 2019, il a tenu table ouverte dans les salons du Musée de l'Air et de l'Espace, pendant le SIAE au Bourget. La facture a été de 13 747,20€ ttc, pour 4 réceptions de 10 personnes chacune les 17,19,20 et 21 juin 2019, soit une note de 343,68€ par personne payé avec nos impôts locaux.

Tel, un de Rugy, dans un premier temps, Thierry Meignen a essayé de justifier cette dépense en tentant de nous faire croire que ces réceptions c'etait du boulot, pour attirer les investisseurs sur notre commune. Siffle beau merle, au Siae les investisseurs sont des industriels, qui peut imaginer une minute que Thierry Meignen ait reçu des industriels, lui qui avec son Plan Local d'Urbanisme a interdit toute implantation d'entreprise à caractère industriel sur le territoire de notre ville.

Tel de Rugy, Thierry Meignen utilise les finances locales à des fins politiciennes, au cas où quelques uns parmi vous l'aurez oublié, nous sommes à quelques mois des élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Il serait utile, que la municipalité de droite extrême, nous fournisse la liste des 40 heureux compagnons de table de Thierry Meignen.

Tel De Rugy, Thierry Meignen a eu droit, sur ce dossier restauratif, à une belle campagne de presse sur les réseaux sociaux et dans les journaux, il a même été épinglé par le journal "Capital" qui chacun en conviendra n'est pas un brûlot anticapitaliste de gauche extrême. Folio a lui explosé les visites et les likes "j"aime" ont atteint 869. Nous en profitons pour remercier les 450 000 visiteurs du blog Blanc-Mesnilois pour leur soutien renouvelé et leur confiance.

Face à ce déferlement, Thierry Meignen transforme, une nouvelle fois et sans surprise, le journal municipal en outil de propagande politicienne. La propagande, nous le savons tous n'a pas pour objet d'informer, mais de travestir le réalité et l'éditorial du n°110 du soi-disant journal municipal est un modèle du genre.

Pitoyable plaidoirie.

Monsieur Thierry Meignen:

ne réduit pas l'endettement, il appauvrit notre ville,

dilapide et brade le patrimoine communal,

accroît les dépenses de fonctionnement au détriment l'investissement.

Nous allons essayer de vous donner quelques informations utiles qui devraient vous permettre d'apprehender la réalité.

La réalité, c'est que depuis avril 2014, le potentiel financier de notre ville s'est appauvri, ce n'est pas nous qui l'affirmons, c'est une note, de la direction générale de l'administration communale, préparatoire à la construction du budget primitif 2019. Cette note indique que depuis 2014, le potentiel financier a baissé de 10%, il est passé de 1176,00€ par habitant à 1058,00€ en 2018, soit une évolution annuelle moyenne 2014/18 de -2,50%. L'évolution, pour les 8 autres villes de l'EPT PARIS TERRE D'ENVOL, baisse, aussi, mais 2 fois moins vite puiqu'elle se situe à -5,78% et l'écart est encore plus important si nous faisons la comparaison avec l'ensemble des 40 villes du 93, puisque la baisse est de -4,38%.

Les 8 villes de l'EPT et l'ensemble des villes de la Seine Saint Denis subissent toutes les mêmes mesures d'autérité néo libérales. Donc, une telle baisse du potentiel financier de notre ville est bien le résultat des choix politiques de l'actuelle majorité municipale de droite extrême et de Thierry Meignen.

Donc, contrairement aux affirmations péremptoires de Thierry Meignen, ses choix politiques n'améliorent pas la situation de la ville, ils la dégradent.

L'autre affirmation tourne autour de la baisse de l'endettement, il y a deux manières de faire baisser l'endettement, la première en faisant baisser les dépenses de fonctionnement, la seconde en vendant le patrimoine communale. Thierry Meignen, ne fait pas baisser les dépenses de fonctionnement, au contraire, il les augmente. Donc, pour faire baisser la dette il brade le patrimoine communal. Il affirme avoir fait baisser la dette de 14 millions d'euros depuis 2014. pour vous donner des éléments de réflexions en 2018 Thierry Meignen à brader pour 13 808 356,11€ de patrimoine communal, si on, ajoute la vente par exemple la vente de l'espace Albert Einstein pour 10 millions d'euros, nous arrivons à 23 millions d'euros, dans ce cadre où sont passés 9 millions d'euros. De plus, pour la braderie du patrimoine, nous évoquons que les chiffres dont nous sommes sures. Car à cette braderie, il faut ajouter, entre autres, les terrains des écoles JB Clément et P.Langevin, les 4882 m² du parc Jacques Duclos, le parking de la gare RERB,etc.... comme vous le pressentez, le miroir aux alouettes de la baisse de l'endettement à pour objectif de masquer le débat sur la hausse faramineuse des dépenses de fonctionnement.

Pour vous donner, un ordre d'idée, entre le dernier budget de la gauche 2013 et le budget de 2019 les dépenses de fonctionnement ont augmentées de 16% et aujourd'hui les dépenses de fonctionnement sont à plus de 103 millions d'euros, elles étaient 89 millions d'euros en 2013. Par ailleurs, l'essentiel de cette augmentation n'est pas destiné à augmenter la qualité du fonctionnement, mais à transférer des activités vers le secteur privé. En quelques année ce chapitre du budget est passé de 300 000€ par an avec la municipalité de gauche à 5 000 000€ par an avec la gestion de monsieur Thierry Meignen c'est à dire 6 fois plus. Ce qui représente une dépense supplémentaire pour 4 années de 20 000 000€. Voilà pourquoi, nous affirmons que le maire de droite extrême dilapide le patrimoine de la ville, il vend les bijoux de famille, pour assurer une grande partie de la gestion courante, et en plus ce n'est pas pour améliorer le fonctionnement de la ville, mais pour servir une rente à l'oligarchie financière. A cette dilapidation s'ajoute la vente du patrimoine à vil prix à la promotion immobilière. En 2018, il vendu pour 13 millions d'euros des terrains qui étaient estimés à 18 millions d'euros par France Domaine soit un cadeau de près de 5 millions d'euros à la spéculation immobilière.

Pour se dédouaner, il évoque la remarque de la Chambre Régionale de Comptes d'Île de France, sur l'achat de boisson alcoolisé, par la municipalité précédente, mais il oublie de préciser que la CRC , pour cet achat, ne m''était pas en cause la municipalité précédente page 42/97 du rapport.

Mais bien entendu dans son plaidoyer, il omet d'évoquer l'achat pour 140 000€ d'abonnements au PSG, page 42/97, il enveloppe de ténèbres l'utilisation abusive des supports téléphoniques 120 appels vers la Lettonie, vers le Sénégal, l'utilisation irrégulière et coûteuse des tablettes mis à la disposition des élus de la majorité pour 73 626€, au dela des élus, plusieurs centaines d'appareils de téléphonie mobile et de tablettes par moins de 310 équipements téléphoniques ont été distribués. Il oublie aussi les remarques de la CRC concernant l'extravagant salaire de son conseiller spécial, qui indiquent à la page 66/92 du rapport, un le trop perçu pour la période du 1 août 2015 au 31/12/2016 s'élevait à 29733€.

Pour conclure, sur ce chapitre, Monsieur Thierry Meignen, nous dit qu'il a reçu les félicitations de la Chambre Régionale des Comptes, alors que dans une lettre qu'il a  adressée au Président de la CRC du 21 octobre 2017, il proteste du peu d'intérêt de la CRC sur les remarques qu'il a prodiguées pour contester le contenu du rapport, comme quoi Monsieur Thierry Meignen a une mémoire très sélective.

Si l'on tient compte des remarques de la CRC et le montant de la facture pour le SIAE, qui sont loin d'être exhaustives nous arrivons la coquette somme de 257 106€ payée avec nos impôts locaux et qui ont qu'un très loin rapport avec la nécessaire bonne gestion de la ville du Blanc-Mesnil . Monsieur Thierry Meignen est semblable à Macron lorsque celui-ci organisait au du ministère des Finances pour 120 000€ de repas pour préparer sa campagne présidentielle et à de Rugy transformant les moyens de la présidence de l'Asemblée Nationale, pour alimenter sa tirelire.

Monsieur Thierry Meignen est le François de Rugy Blanc-Mesnilois.