Les habitants de la Résidence Notre-Dame ne disent pas merci à Monsieur Meignen maire de droite extrême de notre ville. Sa décision de mise en oeuvre d'une zone bleue sectorisée, va amputer  leur pouvoir d'achat de 180€ par an. Leur bailleur, vient d'annoncer l'instauration d'un parking payant de 15€ par mois, il justifie cette décision en faisant référence à la décision du maire de droite extrême. Voir le document ci dessous.

 

 

avis aux locataires

Aujourd'hui, encore,  il nous faut revenir sur la décision du premier avril 2019, à propos du stationnement en ville. Voilà, un maire de droite extrême qui depuis avril de 2014, fait tout pour accroître la saturation automobile sur la voirie communale, qui crée les conditions de l'anarchie, et qui face au mécontentement qui monte, enfourche l'habit du chevalier blanc qui à coup d'amende à 35€ prétend annihiler le bololo conséquence de ses choix. Pour masquer ses responsabilités, il tente de diviser les Blanc-Mesnilois, ceux du secteur pavillonnaire, contre ceux des quartiers populaires et ceux qui habitent dans des co-propriété

C'est plus de la moitié des habitants de notre commune est exclu du système de zone bleue sectorisée. A cela, s'ajoute une application erratique qui tient beaucoup de la tête du contrevenant et comme dans tous les régimes autoritaires, autocratiques  à la démocratie limitée, le système mis en place favorise une multiplication de dérogations que l'on pourrait qualifier de clientèlisme actif à quelques mois des élections municipales, qui peuvent se traduire par des vignettes supplémentaires, voire la distribution d'autorisation temporaire de stationnement .....

La décision du bailleur de la résidence Notre Dame est porteuse, à ne pas en douter, de la multiplication de ce type de choix dans de nombreuses cités HLM, d'autant que les décisions de Macron, réduisant les capacités financières des sociétés d'HLM, les conduisent à rechercher de moyens financiers supplémentaires, elles pourraient bien utiliser la brèche que vient  leur offrir Monsieur Meignen.

1 100 Blanc-Mesnilois sont mobilisés sur les réseau sociaux et plus particulièrement le groupe Facebook "Les Blanc-Mesnilois en colère" très actif, qui nous permet de constater au jour le jour les turpitudes de la municipalité de droite extrême. Cette initiative, loin de diviser nos concitoyens permet au contraire de les  rassembler

Cette décision d'instaurer une zone bleue sectorisée a été prise sans aucune concertation sérieuse, montre une capacité de nuisance assez exceptionnelle de cette municipalité de droite extrême. La zone bleue Meignen est en train d'asphyxier le commerces de proximité, deux restaurants fermés, elle désorganise le travail de ceux qui viennent travailler dans notre ville, salariés du secteur privé, les enseignants, les professions de santé. et  taxe celles et ceux qui doivent prendre le RERB pour aller travailler à Paris. Nous avions pas besoin de cela dans une ville qui en 10 ans a vu ses capacités financières par habitants baissées de 10%, où par exemple le centre d'affaires Paris Nord est sinistré et où il n'y a plus un seul emploi.

Cette décision est à l'image d'une équipe exclusivement obnubilée à satisfaire, prioritairement, les demandes des promoteurs immobiliers spéculatifs, sans se préoccuper des conséquence de cette urbanisation sauvage. Du béton partout, mais aucune réflexion de long terme. Cette équipe paraît uniquement stimulée par la nécessité de faire du fric, beaucoup de fric rapidement, tout en laissant à penser qu'après elle le déluge.

Les difficultés de la vie quotidienne sont nombreuses au Blanc-Mesnil, où la destruction du service public municipal se poursuit, avec la privatisation de la crèche municipal , elle s'inscrit dans la longue série des privatisations fomentées par la majorité municipale de droite extrême. Les privatisations ont un coût élevé près de 6 millions d'euros par an pour un service d'une moindre qualité, si l'on juge par l'état de mal-propreté de notre ville, heureusement qu'il reste encore quelques cantonniers municipaux pour éviter le pire. Les centres municipaux de santé laissés à vol eau, des travaux entamés depuis des mois laissés à l'abandon comme la rue Yves Cariou.

La zone bleue sectorisée,  organise une rupture d'égalité entre l'ensemble des habitants de notre ville, comme le souligne, la décision du bailleur de la Résidence Notre-Dame. La zone bleue sectorisée va au minimum coûter 1 000 000€ à tous les blanc-Mesnilois. La zone bleue est loin d'être une réponse adaptée. Bien au contraire, elle empêche d'avoir réflexion collective responsable sur la place de la voiture en ville, alors que l'automobile est facteur important du dérèglement climatique et que la transition climatique doit être porter collectivement, Meignen favorise l'individualisme et le repli sur soi, c'est sa contribution pour favoriser les lobbys qui agissent au détriment de la santé de tous.

Ne l'oublions pas, nous sommes nous habitants de Seine Saint Denis, les premières victimes des dérèglements environnementaux, ne l'oublions pas  nous vivons le département qui a le taux le plus élevé de cancer par habitant.

En Seine Saint Denis nous cumulons toutes les inégalités écologiques, sociales, économiques, éducatives, culturelles et territoriales, alors ne nous laissons pas berner par les solutions abracadabrantes de Meignen, qui ne servent qu'à servir de faramineux dividendes à ses amis de la finances et du béton.