ar1946

Tribune du groupe « Blanc-Mesnil au cœur » - Alain RAMOS

Le 4 avril 2019, la majorité municipale a voté le bilan des ventes de la commune en 2018. La ville a vendu pour 13 808 256,11€ de propriétés lui appartenant, alors que l’agence d’Etat France Domaine évaluait ces biens à 18 207 000€. Il y a donc un différentiel de 4 398 744€. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la promotion immobilière sait bien défendre ses intérêts.

Déjà le cas de la vente des terrains de l’ancien Centre Technique Municipal était éloquent : 19 012 m2 estimés par France Domaine à 10 500 000€ et vendus pour 4 153 253 € net vendeur, soit une différence de 6 376 767€.

Et que penser de cette décision qui acte le rachat des m² à un promoteur pour 1 932 000€ pour y installer des services municipaux, car par un curieux hasard, la ville avait vendu à ce dernier ces terrains pour … 1 932 000€ ! Décidément les promoteurs immobiliers qui bétonnent la ville sont de très grands professionnels.

La ville a aussi vendu des terrains destinés aux lycées, avenue du Général de Gaulle. Dans les accords, les promoteurs devaient installer des Constructions et Installations Nécessaires aux Services Publics d'Intérêts Collectifs (CINASPIC). Incapables de trouver un opérateur privé pour gérer ces CINASPIC, ils ont revendu à la ville, bonne fille, 421 m2 pour 499 750 € HT.

A votre avis, et malgré la débauche de communication trompeuse du maire, le patrimoine des Blanc-Mesnois-es et les intérêts financiers de la commune sont-ils bien défendus ?

 

contact : bmavenir@gmail.com