club pinocchio

Monsieur Meignen, il faut que vous, vous décidiez d'assumer vos choix politiques et leurs conséquences. Le double langage, de votre communication, devient de plus en plus visible. Vous ne pouvez pas décliner le soi-disant bienfait de celle-ci à grand renfort de dossier dans « le soi-disant journal municipal » et vous présentez comme une victime expiatoire des politiques de vos prédécesseurs.

Cette stratégie de la désinformation, a été déployée dans le n°90 « du journal soi-disant municipal, dans les pages 16,17, 18. Vous affirmiez que votre politique de construire 2000 logements par an était dans la continuité de la politique de la municipalité de gauche. Or, il ya un petit bémol, pour la gauche, il s'agissait de construire 2000 logements en six ans, soit 334 logements par an. Comme chacun peut le constater vos choix de construire sont 6 fois plus important.

Par ailleurs, comme vous êtes un « grand démocrate, un grand républicain respectueux de la loi » vous n'avez toujours pas répondu au courrier de monsieur Mignot faisant valoir son droit de réponse pour rétablir les faits et la vérité. Mais, nous sommes tranquille la justice ne manquera de vous l'imposer.

Il est, aussi drôle, de vous entendre, tout à la fois, contester la politique de la gauche et affirmer dans le même temps que vous la continuer, certes en torturant la réalité. Vous pensez que plus c'est gros mieux ça passe. Vous devriez faire attention, le mouvement social en cours, montre que les citoyens ne sont dupes de rien. Craignez qu'ils vous présentent l'addition et elle sera lourde.

Monsieur Meignen, vous êtes dans le déni et vous livrez avec les moyens des finances locales à des petites manœuvres politiciennes. Dernièrement, vous avez fait parvenir à des parents d'élèves, copie d'un courrier que vous aviez adressé à une collectivité locale en charge des collèges.

Dans ce courrier, vous développez la même désinformation que celle que vous avez produite dans le n°90 du soi disant journal municipal. Pour cela vous exigiez de cette collectivité territoriale, qu'elle prenne les dispositions nécessaires, afin de permettre un accueil de qualité pour le nombre important de nouveaux élèves que votre politique Béton Mesnil ne manquerait pas de produire. Bien entendu, vous indiquez qu'en ce qui vous concerne vous avez pris les dispositions nécessaires pour la scolarité primaire. Nous sommes heureux de l'apprendre, car à notre connaissance la communauté scolaire concernée, n'a aucune information.

Dans votre exigence vis à vis du conseil départemental, vous n'oubliez qu'une chose et une chose importante, en effet si la construction ou l'agandissement du collège dépend du conseil départemental, le foncier nécessaire à cette opération est une responsabilité municipale, pouvez-nous dire monsieur Meignen qu'elle est la réserve foncière que vous avez prévue et sa localisation ?

Ce petit manque, dans votre missive, souligne tout simplement son caractère politicien, son objet étant comme à votre habitude de ne pas assumer vos choix et leurs conséquences et de vous défausser sur d'autres élus. C'est pitoyable!

Cette pratique politicienne nous est confirmé à propos du dossier du lycée Mozart.

Pour cela, il nous faut faire un petit point d'histoire.Notre ville en ce qui concerne l'implantation du lycée avait été blacklistée, par le conseil Régional d'Île de France de France qui était depuis sa création présidé par un membre du RPR, le maire de Nogent Marne, Michel Giraud, l'ancetre du parti les Républicains dont vous êtes membre monsieur Meignen. Les municipalités de gauche avaient de longue date réservé le foncier nécessaire. Cette discrimination scolaire organisée par le RPR, n'a pas tenue longtemps après la publication, fin des années 1980, d'un rapport du CESER d'île de France, soulignant cette inégalité scolaire flagrante. Il eut, aussi, de nombreuses manifestations  organisées par les élus de gauche, les parents d'élèves FCPE, les enseignants,  les élus de droite du conseil municipal étant bien entendu absents,pour qu'enfin vos amis de droite,  monsieur Meignen, cèdent enfin.

En un mot, comme en cent, le lycée nous avons obtenu, grace aux mobilisations citoyennes et aussi parce que la politique de ségrégation scolaire de vos amis du RPR n'était plus soutenable.

Les municipalités de gauche avaient fait des réserves foncières, pour accueillir le lycée, un stade dévolution sportive et gymnase.

Le lycée Mozart a été construit sous une forme modernisée du lycée Jacques Décour à Paris. Il avait une capacité de 750 élèves. Aujourd'hui, Mozart à près de 30 ans, il accueille 1250 élèves

Il semblerait que la majorité régionale de droite, dont vous êtes membre n'a pas su anticipé les évolutions démographiques. Pire elle a vendu les réserves foncières, à la Cogédim, empêchant ainsi les possibilités pérennes d'agrandissement de ce lycée. Madame Pécresse et vous monsieur Meignen dans la continuité de la politique éducative ségrégative de vos prédécesseurs du RPR, vous poursuivez une politique d'inégalité sociales et territoriales, pour préparer leur avenir les lycéens du Blanc-Mesnil, doivent se contenter de préfabriqués.

Alors Monsieur Meignen, vous êtes fort mal placé pour donner des leçons d'anticipation, vous qui préférez le béton et offir des subventions régionales à des officines d'enseignement souvent portées par des motivations ultra conservatrices, voire sectaires, dont, le seul moteur est de faire du fric, en profitant des politiques de déstabilisation de l'Education Nationale organisées par Monsieur Blanquer.

Monsieur Meignen, si vous n'assumez pas vos choix politiques, si vous organisez des petites manœuvres d'enfumage, c'est que vous savez pertinemment que votre politique est contraire à l'intérêt général.