cocarde

LE BLANC-MESNIL

Communiqué des élu-e-s du groupe

« Blanc-Mesnil au cœur » au conseil municipal

 

Mardi 11 décembre au matin, des faits graves se sont déroulés devant le collège Cotton de notre ville.

Des policiers municipaux sont intervenus de manière totalement disproportionnée à l’encontre des élèves et de la communauté éducative de ce collège, suite à un départ de feu de poubelles situé à quelques dizaines de mètres de l’établissement.

Des violences physiques et verbales ont été commises par ces policiers municipaux à l’encontre d’élèves et de membres de la communauté éducative, dont la principale adjointe du collège.

Menace d’utilisation de flashballs pointés à hauteur des visages, insultes, enfant de 11 ans (!) violemment interpellé, personnel du collège bousculé, insultes envers les adultes et des enfants (« dégage ! » ; « sale cafard » …) sont autant d’actes inqualifiables dénoncés par les représentant-e-s des parents d’élèves dans un courrier adressé au maire.

Ces agissements de la part de policiers municipaux, qui plus est devant un collège et des enfants de 11 à 15 ans, sont totalement ahurissants et inacceptables.

Nous saluons le sang froid de la communauté éducative qui, lors de cet évènement, a permis que la situation ne dégénère pas davantage. Nous faisons confiance à l’ensemble des personnels du collège, eux-mêmes choqués, pour apaiser les enfants qui ont vécu cette scène.

Les élèves, les parents, la communauté éducative ont été marqués par cet évènement. Nous partageons et comprenons leur inquiétude et leur stupeur face à une telle situation qui ne doit en aucun cas se reproduire.

Il est légitime de s’interroger sur l’état d’esprit dans lequel la municipalité oriente les missions confiées à la police municipale. Il faut que le maire s’explique sur les consignes données aux policiers et sur leurs mises en œuvre, d’autant plus que ces agents ont durant cet incident clairement dit « qu’ils avaient l’ordre de tirer ». Nous demandons que toute la lumière soit faite, par tous les moyens appropriés, sur cette affaire et quel était le cadre juridique de cette intervention policière.

Ce n’est pas la première fois que des comportements pour le moins inappropriés de certains agents de la police municipale de notre ville nous sont rapportés. A chaque fois, manquant de témoignage réels et fiables, nous nous sommes refusés, dans un esprit de responsabilité, à nous faire l’écho de ce qui pouvait alors simplement relever de la rumeur. Aujourd’hui, cela ne relève plus de la rumeur. Les témoignages concordent et sont irréfutables.

La police doit protéger les citoyens, à fortiori les enfants. Des enfants qui doivent avoir confiance dans la police et non en avoir peur.

Nous nous adressons au préfet pour l’informer de tels agissements, indignes de notre République et de nature à rendre encore plus explosive une situation sociale déjà tendue du fait des politiques ultralibérales d’austérité en cours dans notre pays.

Le Blanc-Mesnil le 15 décembre 2018.

Didier Mignot Président du groupe. Alain Barrès, Hervé Bramy, Marie George Buffet, Fabien Gay, Sabah Milot,Gobina Mohanandan, Phémany Tanséri, Alain Ramos.