arbre

Folio du Blanc-Mesnil, se veut réactif, la semaine dernière il a réagi rapidement aux propos de la tribune de JP Ranquet. En effet, celui-ci a tenté de nous faire croire que la politique urbaine de la municipalité de droite extrême était respectueuse des espaces verts. Nous avons retenu le chiffre de 40%  pour protéger ces derniers dans les projets de la promotion immobilière.

Déjà, en retenant ce chiffre nous avons fait la démonstration que les 40 projets de la spéculation immobilière qui règnent en maître absolu sur le devenir de l'urbain de notre commune, conduisaient à supprimer au minimum 27882 m² d'espaces verts.

Pour vérifier le bien fondé de nos remarques, nous avons  consulté le Plan Local d'Urbanisme de Monsieur Meignen qui a été voté le 21 mars 2016 par le conseil territorial de l'agglomération Paris Terre d'Envol, sans que cela fasse l'objet d'un débat et d'un vote au Conseil Municipal de notre ville.

Que nous apprend cette lecture, les 40% d'espaces verts ne concernent que la zone UG pavillonnaire.

Par contre, la où se trouve implanté les projets Béton Mesnil , zone Uab, Uac, Uac1, le % en zone UAB, les bâtiments peuvent occuper 100% de la parcelle, les espaces verts peuvent occuper 20% du non bâti, mais cela n'est pas possible lorsque 100% de la parcelle est bétonnée, 20% de 0% = 0% d'espace vert. Certes ,cas extrême, mais possible grâce PLU de monsieur Meignen. Bref, nous sommes bien loin des 40% claironner par le premier adjoint au maire.

Dans la zone Uac, selon les cas et dans le meilleur des cas nous serons à 15% d'espaces verts.

Bref, un PLU à deux vitesses, PLU favorable à Béton Mesnil.

Ce travail nous a permis de vérifier le bien fondé de notre critique sur l'artificialisation massive des sols menée par la majorité municipale de droite extrême, celle-ci est bien réelle et très importante. Cette artificialisation organisée, pour servir l'exclusivement les intérêts de la promotion immobilière, va l'encontre de la nécessité de faire des choix contribuant la transition climatique. Ces choix néo libéraux s'inscrivent totalement dans la stratégie financière de Macron et des banques qui soutiennent sa politique.

Faut-il rappeler à la municipalité de droite extrême que le développement de l'artificialisation des sols, conduit aux catastrophes que bien villes ont connues suite aux fortes pluies de cette automne. Mais, cela ne fait que confirmer ce que disons depuis avril 2014, la politique de droite extrême n'est  là que pour permettre à un petit nombre de faire du fric rapidement. Les conséquences dramatiques que pourront produire ces choix sur le long terme, cette municipalité ne se préoccupe nullement, tellement elle a le nez dans le guidon des dividendes.

Cette tribune signée par Monsieur JP Ranquet est révélatrice soit d'une 'incompétence, soit d'une volonté délibérer de travestir la réalité des choix politiques de la municipalité de droite extrême.

Ce qui se passe actuellement dans notre pays, devrait servir de signal d'alarme à Monsieur Meignen et à son conseiller spécial, les citoyens ne sont pas dupes.La possibilité que des gilets verts se lèvent devient,ici,  de plus en plus une perspective porteuse d'un Blanc-Mesnil à venir.