Benoit H génération-s

Le communiqué de Benoit Hamon :

Je serai reçu ce lundi 3 décembre 2018, avec une délégation de Génération.s composée de Sophie Taillé-Polian, sénatrice et de Régis Juanico, député par le Premier ministre. Au lendemain d'un nouveau week-end de colère, je lui demanderai une réponse à la hauteur de la crise inédite que connaît le pays et proposerai des solutions pour le court et le long terme.

Concernant le pouvoir d’achat et la répartition des richesses : 
l’annulation de la hausse de la taxe Macron sur les carburants, 
la hausse du SMIC de 150 Euros nets par mois et celle des minima sociaux et des petites pensions,
l’abandon de la réforme des retraites qui prépare une baisse des pensions et la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités,
l’annulation de la baisse des APL
l’expérimentation du Revenu universel d’existence.

Concernant la transition écologique, je propose plusieurs mesures financées par les entreprises qui polluent et les plus riches : 
le rétablissement de l’ISF,
l’orientation du CICE vers la transition écologique, 
un nouvel impôt sur les profits des banques qui financent des projets d’extraction fossiles, correspondant à la totalité des gains perçus sur leurs investissements dans ce domaine, 
Une flat tax à 30% pour les revenus du capital 
la réouverture des gares et petites lignes de train supprimées et le développement d’un plan mobilité innovante pour les territoires ruraux,
un plan marshall contre le mal-logement et la précarité énergétique pour faire baisser la facture qui pèse sur les ménages.

Concernant la refondation indispensable de notre démocratie, je propose un référendum ouvrant un processus d’Etats généraux citoyens en vue d’aboutir à une 6ème République.

Emmanuel Macron ne cesse de dire que ce sera lui ou le chaos. Nous avons aujourd’hui Emmanuel Macron et le chaos.

L’incurie d’un projet politique entièrement tourné vers ceux qui ont déjà tout éclate au grand jour. Il n’y aura pas de transition écologique sans les citoyens et sans justice sociale.

La crise que connaît la France confirme le diagnostic que j’ai posé lors de l’élection présidentielle de 2017. Nous ne pourrons pas nous en sortir avec les solutions libérales des années 80, des rustines sociales et statu-quo institutionnel. Le revenu universel d’existence, la taxe sur les robots, la grande réforme fiscale, la transition écologique étaient et demeurent bien les solutions à la hauteur du défi posé à la France et à l’Europe.