lycée mozart en lutte

La rentrée au lycée Mozart ne s’effectue pas dans de bonnes conditions.

Nous saluons l’engagement de la communauté éducative qui fait face aux nombreux dysfonctionnements que connait ce lycée.

Les mobilisations des enseignant-e-s et des élèves sont légitimes. Le bon sens impose d’y répondre rapidement afin que les conditions d’enseignement et d’étude soient à la hauteur de l’enjeu d’une éducation de qualité des jeunes Blanc-Mesnilois-es.

Problèmes de chauffage, travaux non réalisés, bâtiments préfabriqués promis par la Région mais non opérationnels à cette rentrée, emplois du temps perturbés du fait du nombre important d’élèves au regard des capacités d’accueil… etc. Les moyens matériels et humains, tant ceux de la Région que de l’Education Nationale, sont insuffisants.

Une région qui, malgré les effets d’annonce, reste sourde aux doléances des professeurs et des élèves. Une surdité renforcée par l’absence quasi systématique du maire, également conseiller régional et représentant de la région au conseil d’administration du lycée.

De longue date les municipalités précédentes avaient réservé des terrains mitoyens du lycée en vue de la construction d’équipements sportifs et d’agrandissement du lycée. Sur ces terrains, la municipalité actuelle a préféré faire la part belle à la promotion immobilière et y construire des centaines de logements. Un exemple supplémentaire d’un bétonnage à outrance de la ville qui va à l’encontre de l’intérêt des Blanc-Mesnilois-es.