arbre et citoyen

Nous venons de connaître, cet été, un épisode caniculaire particulièrement long avec des températures extrêmement élevées. Cet événement climatique a touché une grande partie de l'hémisphère nord de notre planète eta remis au cœur du débat la question du réchauffement climatique de la planète Bleue, la Terre. Aujourd'hui, plus grand monde ne conteste que de l'activité productive humaine est à l'origine de cette situation.

La démission de Nicolas Hulot ministre de la transition écologique a été un coup de semonce fort. D'autant plus fort que ce geste politique portait des mots puissants pour dire que la politique néo-libérale dominante,ici, en France et dans le reste du monde était incompatible avec la mise en œuvre d'une véritable politique de transition écologique.L'ancien ministre indiquait que les véritables décideurs sont les puissants lobbys, chimiques, agro-alimentaires, pétroliers, nucléaires et financiers. Il est évident que ce n'est pas de Rugy, le nouveau ministre, qui a permis que le glyphosate soit encore toléré dans notre pays qui conduira une réelle politique de transition écologique, dont les citoyens de notre pays et de la planète ont besoin.

Mettre en œuvre une politique de transition écologique, n'est pas un supplément d'âme, elle doit être au cœur d'une réflexion stratégique globale, remettant en cause un modèle productiviste, dont le seul moteur est l'accumulation de profits gigantesques qui ruissellent vers une très petite minorité 1% de la population mondiale. Une politique de transition écologique doit s'appuyer sur le partage, partage des richesses produites, partage du temps de travail ayant pour objectif un mode de production respectueux de l'environnement créateur d'emploi.

Nous le savions tous, il y a pas de changement possible sans mobilisation citoyenne ancrée au plus près des réalités et nous avons au Blanc-Mesnil une situation qui nécessite un engagement collectif.

En effet, le choix de béton mesnil est un choix néo libéral voulu par le puissant lobby de la spéculation immobilière qui a transformé la municipalité de droite extrême en porteur d'affaires.

La commune du Blanc-Mesnil est au coeur une très belle zone pavillonnaire, l'une des plus grande d'Europe. Cet espace pavillonnaire est aussi un espace extrêmement arboré.

Blanc-Mesnil c'est aussi :

-un parc urbain de 24 hectares le plus grand parc communal du 93, qui comporte plus de 16 000 arbres plantés en 1976, un étang de 4000m² qui accueille, des colverts, des oies bernaches, des hérons cendrés.

-16 hectares d'espace vert et près de 8000 arbres répartis sur toute la ville.Tout cela est le résultat du travail patient et déterminé des municipalités de gauche.

Aujourd'hui, le maire de droit extrême du Blanc-Mesnil, lorsqu'il :

-autorise la destruction de pavillon, il permet l'abattage de centaines et de centaines d'arbres.

-propose les terrains qui sont voisins du parking du RER, à une société immobilière, il permet la disparition de nombreux arbres dont certains sont des essences rares.

-souhaite aussi densifier la cité des Tilleuls,il faut savoir que cette densification se fera au détriment des habitants actuels et des nombreux espaces verts et du patrimoine arboré de ce quartier.

Cerise sur le gâteau, il a vendu, à la Cogédim, 4882m² du parc urbain Jacques Duclos, décision qui va entraîner la disparition de près 1000 arbres qui ont plus de 40 ans.

Dans le même temps,  dans des avenues qui avaient un patrimoine arboré ancien et de qualité, nous assistons à un véritable massacre à la tronçonneuse. La municipalité de droite extrême nous parle d'obligation pour refaire la réfection de la voirie. Mais cette obligation, massacreuse d'arbres est le résultat d'une réfection au rabais. nous avons près de chez nous, un exemple, le bd Lefèvre à Aulnay montrant une réfection respectueuse le patrimoine arboré.

L'éradication des arbres, dans les rues Robespierre et Yves Cariou a fait que cet été dans ces deux voiries, la chaleur a été de 3 ou 4 degrés supérieurs. En effet la présence des arbres est un puissant climatiseur. Une étude nous montre qu'un arbre est aussi efficace que 5 climatiseurs. Par ailleurs dans la rue Yves Cariou, les arbres permettaient d'atténuer les nuisances sonores de la A3.

Ainsi, les choix de la municipalité de droite extrême sont en opposition totale, avec la nécessité de participer à la mise en oeuvre d'une politique de transition écologique. Cette politique néo libérale, en phase avec la politique de la majorité nationale n'a qu'un seul et unique objectif accroître le ruissellement des dividendes au détriment des conditions de vie des habitants du Blanc-Mesnil.

Face a cette politique du tout béton et de la destruction du patrimoine arboré de notre commune, tous ensemble nous devons dire NON A BÉTON MESNIL, NON AU MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE DU PATRIMOINE ARBORE DE LA MUNICIPALITÉ DE DROITE EXTRÊME.

« AUX ARBRES CITOYENS »