lycée mozart en lutte

 

 

Les lycéens de notre commune, celles et ceux de Jean Moulin, d'Aristide Briand, d'Amadeus Mozart sont dans la dernière ligne droite des épreuves du Bac, Nous leur renouvelons notre soutien et nos encouragements. Ensuite, il y aura l'attente des résultats, de la joie pour le plus grand nombre et des larmes aussi.

Nous ne savons pas, encore, pour cette année, quels seront les résultats dans nos trois lycées, mais ce que nous savons c'est qu'ils ont eu des résultats exceptionnels qui ont permis aux élèves de porter haut les couleurs de notre ville.

De nos trois lycées, les deux lycées professionnels ont été réhabilités et modernisés grâce aux décisions prises lorsque la région Île de France était animée par la gauche. L'action des élus locaux a été déterminante dans cette évolution positive. Ils avaient su accompagner le développement de l'industrie aéronautique du secteur. Cette dynamique industrielle porteuse d'emplois très qualifiés pourrait être plus bénéfique pour l'emploi sur notre ville, mais la majorité municipale de droite extrême, au travers du PLU, a interdit toute implantation de PME/PMI ayant un caractère industriel et technologique. La bêtise idéologique, avec ces gens  là, n'a pas de limite.

L'implantation du lycée Amadeus Mozart a une trentaine d'années, l'implantation de ce lycée comme beaucoup de chose sur cette ville a été le résultat d'une importante mobilisation citoyenne regroupant, parents élève, enseignants, élus de gauche. L'arrivée de ce lycée a immédiatement permis une augmentation considérable de l'accession à l'enseignement supérieur des enfants de notre ville. Le premier proviseur et son adjoint ont été des artisans infatigables de cette dynamique, je me permets de les remercier une nouvelle fois.

L'architecture de Mozart nous la devons à Paul Chémetov, dont la caractéristique est une vaste cour intérieur qui n'est pas sans rappelé le lycée Jacques Decour de Paris.

Donc, le lycée Amadeus Mozart à 30 ans ses capacités d'accueil s'inscrivaient dans l'espace d'une ville de 50000 habitants. Aujourd'hui, elle en compte 56 000 et béton mesnil peut la conduire vers les 75 000 habitants. Toute municipalité sensée et toute région compétente se devraient d'anticiper ces rapides évolutions démographiques en prévoyant un agrandissement du lycée.

Hélas, les deux collectivités territoriales sont dirigés par deux néo libéraux ne portant dans leur cœur l'Education Nationale, préférant de loin l'enseignement privé. Bref, les terrains qui avaient été réservés pour accompagner l'évolution de la démographie lycéenne ont été bradés à la Cogédim, pour bétonner 180 logements, le stade du lycée qui n'ést plus entretenu devrait accueillir les nouvelles écoles du primaires en remplacement de celles qui vont être détruites pour accueillir 520 logements de la Cogédim. Bref, le massacre à la bétonneuse que subit Blanc-Mesnil concerne aussi les lycéens de Mozart qui devront en passer par les classes préfabriquées.Voilà, des conditions de scolarisation et d'éducation qui ne sont pas très favorables.

Mais, chacun sait que Pécresse et Meignen son plus attentifs aux jérémiades de la spéculation immobilière qu'au bien être des élèves du lycée Mozart. Dans ce cadre, ils sont en parfaites osmose avec Parcoursup qui organise la ségrégation territoriale, sociale et éducative.

Pour masquer, cette réalité, le Tartarin de la rue Lauriston, arrose la ville de sa communication démagogique « Déroche ton Bac », bien accord avec les algorithmes de parcoursup.

Pour notre part, nous féliciterons toutes celles et tous ceux qui auront obtenu le baccalauréat et nous souhaitons qu'ils soient les plus nombreux possibles.