non a béton mesnil

Un des marronniers qui fait le fond de la communication, de la municipalité droite extrême, c'est son disant travail en direction des retraités, que l'on appelle d'ailleurs « seniors », tant cette équipe de droite extrême exprime sa haine du salariat, des cotisations sociales, de la retraite par répartition, des pensions de réversion, tous ces choix qui rappellent, la mise en œuvre de la Sécurité Sociale en 1945 et imposée au patronat qui devait faire profil bas, tant dans sa très grande majorité il avait collaboré avec le régime de Vichy.

Notre ville compte 10% d'habitants âgés de 60 à 74 ans et 5% de 74 ans et plus. Le Blanc-Mesnil compte environ 8400 retraités. 1700 d'entre eux vivent avec le minimum vieillesse 833€ pour une personne seule et 1293,54€ pour un couple par mois. Les retraites moyennes sont d'environ de 1050 € mensuel. En clair une majorité de retraités vivent sous le seuil de pauvreté.

Depuis l'arrivée de Macron, une majorité d'entre eux ont vu le pouvoir d'achat baissé de 060% par la perte de 60€ d'APL Les retraités « riches » selon les critères de Macron, c'est à dire ceux qui ont une retraite de 1200€ par mois ont perdu au minimum 20,4€ par mois soient près de 250 € par an.

Ces chiffres soulignent que la très grande majorité des retraités de notre commune vit une situation précaire.

Face à cette situation difficile, la municipalité de droite extrême ne fait rien pour permettre aux retraités de notre ville de participer aux actions contre la hausse de la CSG ou la remise en cause des pensions réversion. Avant avril de 2014, la municipalité de gauche participait à la création du rapport de force, en mettant par exemple des cars pour renforcer la participation aux manifestations pour défendre les droits et le pouvoir d'achat des retraités. Mais chacun se rappelle qu'une des premières décisions de Meignen a été de fermer la bourse du travail pour faire allégeance au MEDEF.

C'est à l'aune de cette situation que nous devons apprécier l'action de la municipalité de droite extrême et d'une manière plus particulière l'activité de l'adjointe au maire déléguée aux retraités, madame Cerrigone, compagne du maire.

Bien entendu, nous remarquons le banquet annuel qui rassemble 1800 habitants. Ce banquet existe sur notre ville depuis 1945 ce n'est pas une nouveauté, bien entendu sa forme a évolué, quoi de plus normal. Il y a maintenant près d'une décennie qu'il se déroule dans des espaces extérieures à ville. Certes, la droite d'extrême fait dans le spectaculaire et c'est la seule nouveauté, elle fait tellement fort qu'elle impose 9 heures de route et oublie quelques retraités sur le bord de mer. L'autre nouveauté c'est obséquiosité de la municipalité de droite extrême, qui est une forme assez perverse de cynisme et de mépris.

Faut-il rappeler à ces petits personnages que tout cela est possible que grâce à nos impôts locaux et que ces banquets sont qu'une redistribution de ces derniers. L'argent dépensé est de l'argent public et celui-ci ne leur ne leur appartient pas.

Par ailleurs, il faut remettre tout cela en perspective, 1800 participants aux banquets cela représentent que 21% des retraités de notre commune et soulignent que 79% d'entre eux n'en profitent pas.

La communication de la municipalité de droite extrême a pour objectif de masquer cette réalité, près de 80% des retraités de notre ville ne beneficie pas de l'action municipale.

Cette situation très inégalitaire, nous la trouvons dans l'organisation des séjours pour les retraités. Pour cela regardons la décision prise par le maire de droite extrême sur ce dossier. Un marché a été passé avec deux sociétés Tui Voyages et Adora Voyages, les prix sont de 1499€, 1479€, 1225€,1186€,540€,399€, par séjour par personne. Cette action de la municipalité de droite extrême ne concernera  168 retraités soit de 2% de la population concernée.

Bien sur, la droite extrême mettra en avant d'autres activités, mais au bout du bout nous constaterons qu'au grand maximum ce sont seulement 25% de la population concernée qui est touchée par les activités de la ville,sans omettre, qu'une partie des actions sont le résultat de l'activité d'associative.

Globalement, en posant un regard un peu plus pointu que celui "'du journal municipal » on constate peu de nouveauté, si ce n'est la mise en valeur systématique et massive du maire de droite extrême et de sa compagne, nous ne sommes pas loin de "l'overdose".

Tout ce tapage a, aussi, pour objectif de masquer la régression des prestations sociales et solidaires, en direction des retraités devant être accompagnés pour vivre et continuer de bien vivre chez eux. Nous devons considérer que 2800 personnes peuvent être concernées par l'APA. Faut-il se souvenir, qu'une des toutes premières décisions, de la municipalité de droite extrême, a été de supprimer le terrain d'assiette devant accueillir une EHPAD, dans le secteur du centre commercial Plein Air. La seconde a été de réduire le nombre d'assitantes sociales de 14 à 2. Sans oublier que le nombre des personnels dédiés à l'aide à domicile à lui aussi été largement mis à mal.

La demande est forte, puisque maintenant au Blanc-Mesnil, nous avons deux entreprises privées d'aide à domicile qui se sont implantées. Nous voyons là une des constances de la politique néo libérale, chère à Macron, mise en œuvre par Meignen la déstabilisation du service public d'aide à la personne, pour favoriser le secteur privé.

Pour l'ensemble des politiques mises en place, par la municipalité de droite extrême, le fil rouge est facile à suivre, désorganisation du service public, pour favoriser la production de profits ce qui a pour conséquence des prix plus élevé, pour un service équivalent, voire de moindre qualité.

En choisissant, le massacre à la bétonnière et béton mesnil, la municipalité de droite extrême a sacrifié la construction d'une EHPAD qui manque tellement aujourd'hui sur notre ville et dans le même temps, elle a sacrifié la création d'emplois qu'aurait permis l'implantation de cet établissement.

La politique de la droite extrême est une politique en trompe l'oeil, dont est victime la très grande majorité des retraités du Blanc-Mesnil.