tatrarin de tarascon

Décidément, la promotion du béton et de la spéculation immobilière est bien le fil rouge de la ligne éditoriale du soi-disant « journal municipal ».

Pour cela, il se livre à un comique de répétition.

Dans le n° 85 une page entière est consacré à une technologie TIMESCOPE, certes, intéressante, pour vanter le projet immobilier de la Cogédim. Cet article est le troisième consacré à cette investissement de propagande. En effet, nous y avons, déjà, eu droit dans les numéros 74 et 80.

Il faut que les enjeux financiers pour la spéculation immobilière soient d'importance, pour que notre commune investisse des milliers et des milliers d'euros pour nous convaincre des bienfaits de BETON MESNIL.

Il ne faut pas croire ,que la technologie de TIMESCOPE soit un outil indépendant et objectif. Cet outil ne servira qu'à vanter les soi-disant bienfaits de la construction de 250 logements en lieu est place des 300 places de parkings qui vont être détruits. Cette destruction va conduire à une détérioration des conditions de stationnements dans ce quartier et un accroissement des difficultés de circulation déjà extrêmement sursaturée par la traversée du pont des Sables. Bien sure, des images virtuelles idéaliseront le quartier, telle par exemple une passerelle piétons pour rejoindre le quartier sud, dont nous savons qu'elle n'est pas programmée, ni financée et ce n'est pas l'éventuelle privatisation de la SNCF qui va faciliter les choses.

Bref, cette technologie n'est pas là pour vous permettre d'intervenir et de donner votre avis sur le futur du quartier, TMESCOPE n'est qu'un outil de communication pour tenter de vous convaincre de la véracité  des la promesse électorale de MEIGNEN « SAUVONS NOS PAVILLONS ».

Nous aurons sûrement encore un petit supplément, sur TIMESCOPE, avec l'inauguration le 13 juin 2018 d'une nouvelle borne dans le parc urbain Jacques Duclos. Nous ne doutons pas un seul instant sur le fait que cette technologie du futur évitera de vous parler de la cession de 4882m² du parc à la Cogédim qui va entraîner l'abattage de plusieurs centaines d'arbres quadragénaires, mais entre les respect de la nature et l'envirromment, il y a longtemps que la municipalité de droite extrême a choisi le camp des affairistes, de l'argent facile et du béton partout.

Dans le n°84, dans son éditorial le maire de droite extrême tentait le bucolique,l e dessin, le pastelle, l'aquarelle . Nous, nous sommes permis un petit retour sur le passé récent du « journal municipal » et nous sommes livrés à une petite analyse de son contenu d'octobre 2017 à juin 2018 et nous avons relevé par moins de 28 pages ¼ consacrées au soutien et à la promotion de BETON MESNIL, publicité et auto promotion de BETON MESNIL. Ce petit retour sur le passé démontre que la promotion immobilière est l'axe essentiel de la politique néo-libérale de Meignen, comme nous sommes loin des trémolos électoraux sur la défense du caractère pavillonnaire et villageois de notre belle commune.

Pour conclure, il serait très utile que nous ayons connaissance du coût de cet outil de propagande.

Il apparaît tout aussi important de connaître le montant des recettes publicitaires et, combien la régie publicitaire reverse à la ville.Il serait utile de savoir dans quel compte nous pouvons retrouver ces recettes. Mais se peut aussi que le soutien publicitaire fasse aussi de contrats particuliers et dans ce cas il serait bien utile que le conseil municipal en soit normalement informé. Ce questionnement est d'importance car, nous savons tous que l'investissement en publicité, qui est un soutien au "journal municipal" et par conséquant à la municipalité qui en assume la direction n'est pas une affaire de bisounours.

Pour conclure, notre Tartarin de la rue Lauriston se dépense sans compter, avec nos impôts locaux, pour permettre à La Cogédim, Kaufman Broard, Ogic, Nouveaux Constructeurs ….....de faire de gras bénéfices, pour distribuer ensuite de gras dividendes.

Nous sommes certain que le rôle d'un maire ne devrait pas être celui là.

Pour notre part nous avons une toute autre conception de l'intérêt général.

Il est vrai aussi que nous vivons et habitons au Blanc-Mesnil, Meignen lui vit et habite rue Lauriston dans le XVIe arrondissement de Paris.......