Le séjour périgourdin touche à sa fin, Folio a été se requinquer quelques jours, en partant le lendemain du conseil municipal, où la majorité de droite extrême, enfin presque toute, a voté son budget primitif 2018.

Nous y reviendrons ,dans ces pages, dans les jours qui viennent.

Curieux débat, sur le budget primitif 2018, dans lequel le maire de droite extrême pourfendeur de la dépense publique, nous a fait un discours décousu où seule apparaît la dépense et où à aucun moment les recettes sont  sérieusement évoquées.

Par ailleurs,le  mépris du maire de droite extrême pour l'assemblée municipale est tel, que le vote du budget primitif n'a pas été fait dans le respect de la loi. En effet, nous rappelons que le budget primitif doit être voté chapitre par chapitre et qu'en particulier, celui de l'appel à l'emprunt. Donc dans les faits le budget primitif 2018 n'est pas conforme. Dans ce cadre, il sera intéressant de voir ce que va dire le contrôle de l'égalité.

De plus, une nouvelle fois, le maire de droite extrême a refusé de communiquer au conseil municipal l'ensemble des documents nécessaires, afin, qu'e celui-ci puisse voter en toute transparence les subventions aux associations. Nous rappelons que la Chambre Régionale des Comptes dans son dernier rapport avait rappelé à l'ordre sur la nécessité du respect de la loi sur cette question.

Pour finir, nous rappelons que depuis 2008, les taux d'imposition de la fiscalité locale n'ont pas augmenté, cela fait donc depuis 10 ans. Ras le bol de voir le soi disant "journal municipal" faire le kéké sur cette question. Nous rigolons d'autant plus que de le voir se féliciter sur des récompenses qui sont offertes par des officines de droites

Pour faire bon poids, la majorité municipale de droite extrême a proposé un vœu s'opposant la politique de Macron, alors que l'ensemble de sa gestion est en totale concordance avec les choix de Macron, privatisation, casse du service public, remise en cause du statut des fonctionnaires territoriaux, dilapidation du patrimoine communale, bref Meignen/Macron même combat, pour leur part, les élus de gauche se sont refusés à participer à cette mauvaise tambouille politicarde.

Nous rappelons, au maire de droite extrême, qu'il faut être cohérent. Il ne faut pas proposer un vœu sur un aspect de la politique Macron, alors qu'en ce qui concerne la mise coupe réglée des finances locales, la loi Macron est la copie conforme des propositions de François Fillon que vous avez soutenu lors des élections présidentielles. Tenter de nous faire croire que vous êtes en opposition avec Macron, alors que votre parti « Les Républicains » vote toutes les propositions les plus régressives de « La République en marche » souligne que vous ête un opportuniste et que vous êtes disponible pour n'importe quelle aventure politicarde.

Pour notre part, nous apportons notre total soutien et notre totale solidarité aux agents communaux de la médiathèque Edouard Glissant qui sont en grève le 21 avril 2018, c'est leur deuxième journée de lutte.ils luttent pour la qualité du service public, ils luttent car ils refusent l'opération de déstabilisation que la majorité municipale de droite extrême conduit pour casser cet accès à la lecture, à la culture partout et pour tous. Pour la médiathèque 35 emplois sont budgtés, or a ce jour seuls 27 sont pourvus, ce simple fait montre que la majorité municipale de droite extrême est  en totale

cocarde

osmose avec Macron qui souhaite supprimer 120000 emplois dans la fonction publique »certes un gauchiste puisque François Fillon qui était le  candidat de Meignen  à la présidentielle voulait en supprimer 500000 »

Nous apportons, aussi, notre total soutien aux salariés de la société « vente-privée.com » qui luttent pour obtenir une augmentation de leur pouvoir d'achat. Nous savons que sous l'ère Macron la méthode de négociation soutenue par le Medef est l'utilisation de la police nationale. Nous savons aussi que la police municipale est très présente dans le secteur de cette entreprise. Il va de soi que la police municipale n'a pas été mise en place pour frapper les salariés qui agissent pour défendre leurs droits, nos impôts locaux n'ont pour objectif de favoriser le patronat au détriment des travailleurs. Vous voyez nous avons eu raison de ne pas participer à votre mascarade de vœu, car là aussi, entre les salariés et le Medef,comme Macron , Meignen vous soutenez le Medef.

Et comme folio est cohérent il soutient, aussi, les cheminots en lutte