G point

L'éditorial, du maire de droite extrême, dans le n°81 du journal « municipal », est le premier étage d'une fusée, pour ne pas assumer la réalité de ses choix néo libéraux et nous aurons probablement le second, lors du Conseil Municipal du 12 avril 2018, qui aura pour objectif demasquer sa compatibilité absolue avec les choix politiques de Macron.

CET ÉDITORIAL EST UN MODÈLE DE DÉMAGOGIE .

Lorsque le maire de droite extrême se lance dans une opération politicienne, de cette nature, pour renvoyer la responsabilité et les difficultés des finances locales sur l'Etat, cela annonce, ce que nous disons depuis avril 2014, une crise financière de notre commune, qui ne pourra pas  continuer longtemps sans avoir de très graves répercussions sur les conditions de vie et du bien vivre des Blanc-Mesnilois.

Dans son éditorial, il n'a pas de mots assez durs pour fustiger la politique de Macron, mais ses mots n'arrivent pas masquer la compatibilité du budget primitif 2018 avec les orientations gouvernementales.

Depuis 2014, la municipalité de droite extrême s'est lancé dans une politique effrénée de privatisation, pour réduire les services publics communaux, pour réduire le nombre emploi, cela est à 100% compatible avec les décisions du gouvernement Macron qui veut réduire de 120 000 le nombre des fonctionnaires et a engagé une vaste opération de privatisation, la SNCF, Aréoport De Paris, la Française Des Jeux....

Pour atteindre ses objectifs, la municipalité de droite extrême désorganise, appauvrit les moyens du services publics pour tenter de justifier des choix qui n'ont qu'un seul objectif enrichir les entreprises amies. La déstabilisation pendant 4 années du service de nettoiement de la voirie,afin, de le confier à la société Nicollin, réjouissons-nous, nous aurons peut-être des places pour aller voir les équipes de football et de rugby de la ville de Montpellier. Vous ne trouvez pas que cela ressemble trait pour trait à la stratégie de Macron pour privatiser la SNCF, ou pour justifier la privatisation des autoroutes vers la société Vinci, dont le président est un des plus important soutien de Macron.

L'autre obsession, de la municipalité de droite extrême, est l'ampleur de la dette de notre commune. Cet épouvantail de la dette communale est simplement agité pour justifier la vente du patrimoine communal, plusieurs dizaines de millions d'euros bradés pour le plus grand bonheur de la spéculation immobilière. Bref, le maire de droite extrême joue au bonneteau avec le bien commun, pour le seul bénéfice des grandes sociétés de promotion immobilière qui se gavent sur les biens communaux, le bien collectif des Blanc-Mesnilois qui, pendant des décennies et des décennies, ont contribué avec leurs impôts locaux à le constituer.

Nous ne sommes pas dupes, le discours démagogique, du maire de droite extrême, pour masquer son accord total avec la politique de Macron, ne fera pas long feu.

Pour notre part, nous menons une action déterminée contre les politiques d'austérité néo libérales qu'elles proviennent de la municipalité de droite extrême ou du gouvernement Macron. Meignen/Macron c'est la même politique. les amis de Meignen n'ont-ils pas voté hier soir,à l'Assemblée Nationale, le premier amendement de la loi qui va permettre la privatisation de La SNCF.

Pour notre part, nous n'avons pas un double discours, nous sommes opposés aux lois de Macron qui détricotent les lois de décentralisations et nous sommes contre les politiques néo libérales de Macron qui organisent le pillage des finances locales, pour faire des collectivités territoriales des supplétifs pour imposer la poursuite des politiques d'austérité et de casse des services publics.

Cette politique d'opposition totale aux choix politiques de Macron nous l'exprimons dans notre soutien à tous ceux qui luttent :

Les retraités et les handicapés qui luttent  contre l'augmentation de la CSG.

Les agriculteurs qui luttent pour voir leur retraite augmentée

Les cheminots qui luttent contre la privatisation de la SNCF, contre la fermetures des petites lignes et de 190 gares.

Les infirmières, les aides-soignantes, les médecins et l'ensemble des personnels hospitaliers qui exigent les moyens nécessaires pour défendre les hôpitaux de services publics.

Les familles et les personnels qui luttent pour obtenir les moyens nécessaires au bon fonctionnement des EHPAD.

Les étudiants et les lycéens qui luttent contre la sélection à l'entrée des l'universités.

Les personnels d'Air France qui luttent pour obtenir une augmentation de leur pouvoir d'achat

Les salariés de Carrefour qui luttent pour garder leur emploi

Les avocats, les juges, les greffiers qui luttent pour obtenir les moyens nécessaires pour rendre la justice dans l'égalité.

A bon entendeur salut !