clowns

Les onomatopées parues dans le dernier « journal municipal » soulignent le peu de talent du scribouillard qui écrit en lieu et place du signataire des éditoriaux  et elles n'atteignent pas l'objectif fixé, effacer la réalité du vécu quotidien des Blanc-Mesnilois.

Depuis juillet 2017, et le changement de prestataire du ramassage des déchets ménagers, il ne se passe pas une semaine, sans qu'un quartier soit mal desservi ou une citée oubliée. Sans compter, la contribution de cette entreprise à la pollution des rues et des trottoirs. Nous pouvons, aussi, nous demander pourquoi nous faisons le tri sélectif pour constater qu'en cas de retard dans l'enlèvement,parfois, les poubelles jaunes et vertes sont ramassées par le même camion.

Depuis avril 2014, la majorité de droite extrême a décidé la privatisation du nettoyage mécanique des rues et des trottoirs. Pour nous convaincre des bienfaits de ce choix, elle a désorganisé, déstabilisé le service de nettoiement de la voirie. Les balayeuses ne sont plus  utilisées, elles sont plus entretenues et les personnels sont démobilisés, ainsi nous voyons chaque jour un peu plus notre ville s'enlaidir. Ces dysfonctionnements sont la responsabilité exclusive de la municipalité de droite extrême pour nous faire accepter son idéologique néo libérale sur la panacée universelle de l'efficience du secteur privé, cette « efficacité nous la constatons tous les jours avec le ramassage des déchets  ménagers ».A partir d'avril 2018, ces choix vont coûter à nos impôts locaux entre 900 000€ et 1 300 000€ par an. Cela, loin de réduire les dépenses de fonctionnement va les accroître au détriment des dépenses investissements. Gaspillage, car notre villes dispose du personnel et de moyens techniques pour le faire à condition que l'on n'entrave pas son action.

Depuis avril 2014, avec proxiservices nous allions voir ce que nous allions voir, ce que nous voyons surtout c'est le développement des dépôts sauvages aux quatre coins de ville.

Depuis avril 2014, la signalétique horizontale sur la voirie est en voie disparition : les passages protégés, les lignes au sol manquant les stops ou les céder le passage, la signalétique annonçant l'école. Bref ces éléments qui contribuent à la sécurité routière semblent délaissés.

Depuis avril 2014, la circulation et le stationnement automobile deviennent de plus en plus problématiques, avenue Pierre et Marie Curie, la zone bleue est tombée en désuétude par pure démagogie et la fluidité tellement nécessaire à la survie des commerces n'existe plus. Alors, la municipalité de droite extrême envisage un stationnement quasi gratuit, voir quasi payant. Elle instaure un PLU à deux vitesses deux places de voiture sont exigées pour la construction d'un pavillon, mais une seule pour la promotion immobilière. Selon que vous soyez riches ou puissants.....

Depuis avril 2014, l'accroissement normal de la démographie scolaire est traité de manière provisoire, le temporaire règne au détriment d'investissements pérennes. Parfois même on pourrait subodorer, imaginer des tractations entre la spéculation immobilière et la municipalité de droite extrême pour réduire les coûts que pourraient engendrer l'arrivée importante d'enfants conséquence du bétonnage en cours.

De toute évidence les onomatopées qui avaient été utilisées pour suggérer « un cocorico » rédactionnel, ne résistent pas la réalité catastrophique subie chaque jour un peu plus par l'ensemble des Blanc-Mesnilois.