Carton rouge 1

Pendant la campagne pour les municipales de 2014, Meignen candidat de la droite extrême n'avait de cesse de proclamer que les élus de gauche dépensaient beaucoup des finances locales pour faire de la politique.

Meignen, le candidat de la droite extrême, affirmait de manière systématique qu'avec lui, les impôts locaux ne financeraient plus les activités politiciennes, qu'avec lui les dépenses de fonctionnement seraient maîtrisées voir baissées.

Une nouvelle fois, le rapport de la CRC fait la démonstration, que les promesses électorales de Meignen n'engageaint que ceux qui voulaient bien les croire.

La page 65/97 du document de la CRC nous permet de faire la démonstration que les propos et les engagements de Meignen pendant la campagne électorales n'ont strictement rien à voir avec les faits constatés. Les faits soulevés par la CRC soulignent qu'ils sont à l'opposés des promesses électorales.

Voici la constatons de la CRC : « Au cours de la période, conformément à l'article 10 du décret n°87-1004 du 16 décembre 1987, les deux ordonnateurs (les maires) ont bénéficié de trois collaborateurs de cabinet. Les salaires bruts versés annuellement à trois collaborateurs ont cependant progressé de 86% en six ans passant de 137 373€ en 2011 (la gauche) à 255 999€ en 2016 ( la droite extrême).

A la suite du renouvellement de l'assemblée délibérante, la rémunération des collaborateurs a sensiblement augmenté. En septembre 2016, le salaire brut moyen versé aux collaborateurs de cabinet était de 7219€( alors qu'il était de 3825€ pour les collaborateurs de cabinet des élus de gauche).Un collaborateur de cabinet du Maire disposait à cette date d'une rémunération mensuelle brute de 10 323€. Entre 2011 et de 2016 les dépenses de personnel liées aux collaborateurs de cabinet ont progressé, hors cotisations patronales, de plus de 118 000€."

Donc, le maire de droite extrême a augmenté de 86% les dépenses pour ses collaborateurs politique d'ailleurs un entre eux est conseiller départemental et responsable politique des «  Les Républicains » . Ses collaborateurs que font-ils, ils sembleraient qu'ils passent beaucoup de temps à surveiller les activités des blanc-Mesnilois sur les réseaux sociaux. L'un d'entre eux est plus particulièrement actif à négocier avec les promoteurs immobiliers et aussi pour exercer une surveillance « coréenne » sur les salariés de la fonction publique territoriale où nul n'est épargné ceux de gauche et les opportunistes.

En un mot, nos impôts locaux finances des activités qui ont que très lointain rapport avec l'intérêt général.

Afin que chacun puisse en juger ces 118 000€ supplémentaires dépensés pour financer des activités sans lien réel avec l'interêt général, représentent 71% du budget consacré aux fournitures scolaires des 8000 enfants scolarisés dans nos écoles primaires soit 21€ par enfant et par an. Sans cette dépense somptuaire, en revenant à l'étiage des choix de la gauche, verser ces 118 000€ au budget des fournitures scolaires permettraient de porter l'attribution en fourniture scolaire à 35,75€ par enfant.

Mais, il y a fort à parier que le maire de droite extrême continuera, en bon néo libéral qu'il est, à faire ruisseler nos impôts locaux vers ses trois collaborateurs.

Mais, cela ne nous empêche pas de continuer exiger le remboursement des 15 572€ de salaire trop perçu par le collaborateur préféré du maire de droite extrême.