arbre 1

Lors du conseil municipal le 28 septembre 2017, les élus de gauche ont voté contre la proposition « Projet urbain autour de la futur gare ligne n°16 : autorisation donnée à Monsieur le Maire de déposer une déclaration préalable de division foncière ». Derrière ce texte technocratique et sibyllin se cache le plus important projet de bétonnage mis en œuvre par la majorité de droite extrême.

La construction de 720 logements par la Cogedim entraîne la destruction des écoles JB. CLEMENT et P.LANGEVIN, la suppression des terrains pouvant permettre l'extansion du lycée Mozart et l'abattage de près d'un millier d'arbre du parc urbain Jacques Duclos.

Ainsi,énoncé vous comprenez pourquoi les élus de gauche se sont prononcés contre ce projet dégouillant de béton, qui sacrifie les espaces réservés à l'Education Nationale et entraîne l'abattage massif d'arbres qui avaient résisté à la tempête de 1999. Avec la municipalité de droite extrême l'avenir des écoliers, des lycéens, la protection de l'environnement sont sacrifiés aux exigences de la spéculation immobilière.

Bien entendu la mise en œuvre de ce projet a été conduit sans véritable concertation avec les habitants et la communauté éducative. Mais, nous entendons déjà la voix de la municipalité de droite extrême qui nous rétorquera qu'une enquête publique a eu lieu. Effectivement, une enquête s'est déroulée du 15 juin au 20 juillet 2017, soit 36 jours dont 20 au mois juillet, chacun comprend que ce moment idéal a été choisi pour éviter la participation citoyenne.

Curieusement, les conclusions de l'enquête publique n'étaient pas jointes aux documents préparatoires du conseil municipal.Pourtant la commissaire enquêteur avait rendu un vis positif. Mais en omettant de joindre cet avis pour le débat au conseil municipal, le Maire de droite extrême privait l'assemblée communale d'un débat de fond, dont les éléments auraient été actés sur le procès verbal.

Nous allons par une sèries d'articles sur ce dossier vous donner le maximum d'informations .

La page 30 des conclusions de l'enquête publique l'on peut lire à la page 30 : « Dans le cadre de cette enquête publique, le clivage entre catégories « favorable » et « défavorable » ne semble pas pouvoir rendre compte de l'acceptabilité sociale du projet d'aménagement : en effet la majorité des observations critique le projet tel que soumis, voire le désapprouve, tandis qu'aucune observation favorable n'a été enregistrée » .

Voilà un bien curieux raisonnement, une majorité d'avis des citoyens porte des observations , critique et est défavorable au projet présenté, aucun avis favorable, mais l'on considère que cela ne permet pas de rendre compte de l'acceptabilité social du projet d'aménagement.Voilà qui est un bien curieux. Bref, l'avis des citoyens qui ont pris le temps d'étudier le dossier ne compte pour rien. Tout cela est scandaleux et inacceptable.

ENSEMBLE NOUS DEVONS DIRE :

NON AU BÉTONNAGE DE 4882 MÈTRES CARRES DU PARC URBAIN.

NON A L'ABATTAGE DE PRÈS D'UN MILLIER D'ARBRES.

NON A LA DESTRUCTION DES ÉCOLES.

NON A BÉTON MESNIL