arbre

"Bâtir de beaux lendemains, pour l'Ile de France"

"En décembre 2015, nous étions élu(e)s conseillers régionaux, sur une liste socialiste au 1er tour, défendant une Ile-de-France ambitieuse et solidaire, puis sur une liste d’union de la Gauche au 2e tour. Cette union faisait notre fierté, et nous permettait d’entrevoir pour notre région de belles promesses d’avenir, qui ne se sont malheureusement pas concrétisées à l’issue du scrutin régional. Depuis ces échéances électorales, notre système politique a connu de nombreux revirements, que nous nous devons de prendre en compte et d’agir en conséquence.

En Ile-de-France, la nouvelle Présidente et sa majorité n’ont guère attendu pour mettre en œuvre des orientations libérales et brutales, qui non seulement ne conduisent pas notre région sur la voie d’un développement solide et harmonieux, mais ont en outre clairement frappé les plus fragiles : hausse non justifiée du coût des transports, fin des aides critérisées en fonction des difficultés des territoires, mise en danger de nombreuses associations, affaiblissement du soutien aux quartiers populaires, renoncement à faire du logement un instrument de mixité sociale…

 

Nous considérons que l'avenir de la gauche ne se jouera pas dans le congrès de tel ou tel appareil résiduel.

Au niveau national, une fin de quinquennat crépusculaire, entachée de ruptures majeures avec les valeurs fondamentales de la gauche, s'est achevée par une double débâcle électorale, aux élections présidentielles puis législatives. Rapidement, l'identité politique, l'ADN véritable du nouveau pouvoir issu des urnes, n'a plus fait de doutes : dérégulation du marché du travail, cadeaux fiscaux aux grandes fortunes, fin des contrats aidés, renoncement écologique, autoritarisme politique, restriction des libertés publiques.

Réchauffement climatique, révolution numérique, mutation du capitalisme et du travail, désordres géopolitiques, les transitions en cours dans le monde sont spectaculaires et appellent des réponses résolues et énergiques tant au plan national qu'européen. Il apparaît à nos yeux que la sociale démocratie est en France comme partout ailleurs en Europe, incapable de relever ces défis. Faute de parvenir à honorer sa mission historique et à négocier un compromis entre le capital et le travail, elle a perdu son utilité et par conséquent n'a plus ni base sociale ni base électorale. Elle n'a pas davantage opéré le tournant écologique qu'imposent pourtant les menaces qui pèsent sur l'avenir de l'humanité si nous persistons dans un modèle de développement consumériste et productiviste qui abîme chaque jour un peu plus la planète. Pour ces raisons, nous considérons que l'avenir de la gauche ne se jouera pas dans le congrès de tel ou tel appareil résiduel.

C’est pourquoi aujourd’hui, forts de ces réflexions qui, depuis plusieurs mois, ont cheminé en chacun de nous, nous faisons le choix de la cohérence, celui qui nous permettra de continuer à faire de la politique en vivant pleinement en accord avec nos idées et convictions. Mais notre motivation réside surtout dans le fait que nous faisons le choix d’agir avant tout pour répondre aux enjeux du présent et préparer l’avenir, pour apporter des solutions concrètes aux besoins de nos concitoyens qui ont résolument besoin que la Gauche se réveille et qu’elle agisse. Nous préférons créer les conditions du rassemblement de la Gauche et des écologistes, condition sine qua non pour une action efficace et utile au plus grand nombre, plutôt que de participer au repli et à la division en restant focalisés sur des batailles d’appareil qui n’intéressent que les initiés.

 

Nous rejoignons ainsi les élus écologistes, pour construire, au sein d’un nouveau groupe commun, un projet démocratique, écologique, solidaire et européen.

Par cohérence et avec confiance dans la force des idées de gauche, nous quittons donc ce jour le groupe socialiste à la Région Ile-de-France, et faisons le choix de nous regrouper avec d’autres, pour être plus forts, pour bâtir du commun autour de valeurs que nous savons partagées. Nous rejoignons ainsi les élus écologistes, pour construire, au sein d’un nouveau groupe commun, un projet démocratique, écologique, solidaire et européen pour l’Ile-de-France. Nous savons dans ce cadre pouvoir porter ensemble une opposition sans concession aux mesures de Valérie Pécresse et sa majorité de droite qui affaiblissent et menacent notre Région.

Nous allons dans ce cadre nous battre pour l’Ile-de-France que nous voulons :

- une Ile-de-France solidaire et dynamique, actrice du défi majeur qu’est celui de la transition écologique ; qui crée des emplois en ce sens, se dote d’une véritable vision pour l’Economie Sociale et Solidaire, organise mobilité, logement, agriculture autour de ce défi ; qui s’oppose à la courte vue et au passéisme de projets comme celui d’Europa City ;
- une Ile-de-France qui accompagne les mutations du Travail, qui offre, en termes de transports, de logement, de soutien au développement économique, des réponses aux situations croissantes de travail indépendant, de travail fractionné ou précaire ;
- une Ile-de-France au cœur de la lutte contre les inégalités, en termes de politiques de logement, de politique de la ville, de soutien aux acteurs sociaux, d’aménagement du territoire ; une Région qui fait confiance à sa jeunesse lycéenne, étudiante, travailleuse, en formation ou à la recherche d’un emploi, en lui offrant des perspectives et donc en investissant dans la construction de son avenir; une Région qui se montre enfin à la hauteur du drame humain vécu par les migrants.

Nous faisons ce choix sans ressentiment, sans colère, avec le respect des convictions de ceux qui ne le partageront pas au sein du groupe socialiste. 
Nous faisons surtout ce choix avec enthousiasme, avec le bonheur de constater qu’il est pleinement porteur de sens pour notre engagement politique, avec l’envie qu’il ouvre demain la porte à un rassemblement encore plus large autour de ces orientations.

Nous croyons que cette cohérence est une condition pour retrouver la confiance de celles et ceux qui ne croient plus en la politique, pour reconstruire de l’espoir, pour remplir au mieux notre mission d’élu(e)s : défendre les plus fragiles, faire les bons choix pour notre avenir collectif, et donc les bons choix pour l’Ile-de-France de demain."

Liste des élus :

Fanélie CARREY-CONTE (75)
Gilbert CUZOU (77)
Emir DENIZ (93)
Sandrine GRANDGAMBE (78)
Benoît HAMON (78)
Anne-Claire JARRY-BOUABID (75)
Hella KRIBI-ROMDHANE (91)
Roberto ROMERO (92)
Ramatoulaye SALL (78)
Melissa YOUSSOUF (93)