beton mesnil

Le béton frappe. La nouvelle victime est le quartier de la gare RER B. La majorité municipale, Les Républicains/UDI, a bradé le parking nord du RER B à la Cogedim, pour permettre la construction de 250 logements.

Cette décision entraîne la suppression de 200 places de stationnement. Les victimes, de ce choix effectué sans concertation, sont les Blanc-Mesnilois usagers du RER B dont les difficultés de stationnement vont s'aggraver et les riverains du quartier déjà submergés de véhicules en stationnement, ainsi, leurs voiries seront encore plus saturés.

Les parkings sud sont régulièrement complets. La municipalité de droite extrême évoque une augmentation de places à cet endroit, or il n'y a pas de terrain disponible.

La traversée du pont est dangereuse pour les piétons, la municipalité de droite extrême évoque une passerelle. Mais, les promesses n'engagent que ceux qui les croient.

Donc, une nouvelle décision prise sans concertation quii va:

-aggraver les conditions de vie des riverains,

-développer durablement le stationnement chaotique,

-dégrader les conditions de circulation déjà aux limites de la saturation.

-entraver l'accés des usagers au RER B.

Nous nous sommes opposés à cette décision qui:

-n'a d'intérêt que pour la spéculation immobilière.

-dilapide une fois de plus le patrimoine communale

-entrave l'augmentation de l'utilisation des transports collectifs

-dégrade le bien vivre ensemble.

Avec les élus de gauche dites:

-NON AU BÉTON,

-OUI A LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE.