macron ratisse

100 jours après son élection le Président est à des niveaux d'impopularite jamais atteint par aucun de ses prédécesseurs .
À peine 36% d'opinions​ favorables . C'est peu , ça ne dit pas la fin de l'aventure Macron , mais ça souligne les ambiguïtés charriées par sa victoire . 
Le et ''à droite est à gauche'' , se révèle pour ce qu'il est , un slogan de campagne et une imposture . 
Le bilan du premier trimestre lui , est clairement à droite et libéral , et les textes attendus à la rentrée ne le sont pas moins . Jusqu'à la politique étrangère qui accentue la dérive néo conservatrice des précédents gouvernements .
la réalité c'est que l'impopularité va être une donnée me semble - il constante de cette majorité qui repose dès le départ sur une base extrêmement fragile , compte tenu du niveau considérable des abstentions .
Comment va - t- elle l'affronter et en aura - elle l'a capacité ?
C'est une vraie question . 
Venus de toute part et de nulle part , ne partageant pas de culture et de solidarité communes , Macron étant leur seul ciment , les parlementaires de la République en marche sont ils équipés pour affronter le gros temps qui menace ?
Cette interrogation n'est pas anecdotique . 
Elle est la clé des prochains mois . 
Gagner en agglomérant des ralliés de toute nature c'est une chose , gouverner et tenir dans la durée , c'en est une autre .
Le bric à brac d'une majorité faite de bric et de broc peut voler en éclat .
Si rien n'est écrit , ce scénario n'est pas impossible . 
Mais une fois de plus c'est le peuple et sa mobilisation qui a la réponse .

Robert Alfonsi (facebook)