corée du nord

Avec le numéro 58 « du journal municipal » la propagande, la désinformation, la manipulation atteignent des sommets. Nous allons essayer de vous donner quelques éléments qui nous l'espérons, vous permettront de décoder la bouillie de plus en plus manipulatrice que tente de vous servir le maire et sa majorité municipale de droite extrême.

Commençons par l'édito, où il est question de modernisation de la restauration scolaire, par la mise en place d'un self, dans les écoles Primaires Lurçat/Wallon. Comme d'habitude on raye d'un trait de plume ce qui se faisait avant. Bien entendu, on oublie de dire que l'on a supprimé le self du restaurant scolaire JB Clément et on oublie de dire que les selfs sont déjà présents dans d'autres restaurants scolaires de la ville. Pour faire la démonstration de la modernité promise, le maire de droite extrême pompe, sans vergogne, dans la tribune signée par Didier Mignot, pour que chacune puisse comprendre, le texte de Didier Mignot a été remis à la rédaction du « journal municipal » jeudi 16 mars 2017 à 12h.

Dans l'édito, du maire de droite extrême, il manque l'essentiel de cette décision, c'est que la majorité de droite extrême va privatiser la restauration scolaire des écoles primaires Lurçat/Wallon.

Comme d'habitude beaucoup de fumée, beaucoup de communication, beaucoup de manipulation, pour masquer la réalité d'un choix ultra libéral, engager la privatisation généralisée de la restauration scolaire de notre ville.

Passons ensuite à la valorisation de la candidate de François Fillon pour les élections législatives de juin 2017, Christine Cerrigone. Chouette, les permanences pour le RSA vont se tenir dans les maisons de quartier. Voilà, une belle et bonne information, là aussi la propagande, la manipulation sont à l’œuvre. Cette article passe par perte et profit le fait que la CAF n'a pas accorder le label centre social au MPT après leur privatisation, pour cause de disparition des assistantes sociales de ces équipements. Disparition consécutives à la destruction du service solidarité de la commune, où il ne restait plus qu'une seule assistante sociale, il paraît que 3 nouvelles embauches ont été effectuées, et au dernière nouvelle, une serait déjà partie.

Bref, Christine Cerrigone pendant trois ans met tout en œuvre pour déstabiliser le service solidarité municipale, et aujourd'hui elle met des rustines et chante trop fort. Ces méthodes ne sont pas dignes, elles sont méprisantes.

Le banquet des retraités se déroulera cette année au Château de Chantilly, les 24, 25, 26, et le 28 avril au Blanc-Mesnil. Vous avez remarquez, nous sommes en campagne pour les élections présidentielles. Vous trouvez pas bizarre le choix des dates, pourtant cela devrait, en effet, MEIGNEN et CERRIGONE qui soutiennent François Fillon, organisent le banquet des retraités entre les deux tours, curieux. Certes, ils ont sûrement choisi ces dates avant que leur candidat préféré soit mis en examen. Ils restent pas moins qu'il y a, une volonté d'utiliser les finances publiques pour favoriser de petites opérations politiciennes.

La première réunion publique de 2017, lorsque l'on lit le compte rendu, pour celles et ceux qui ont participé à cette intéressante réunion, nous avons la très nette impression de ne pas avoir participer à la même. En effet, pas un mot sur les trois riverains qui sont intervenus, à propos de l'implantation de la Maisons des Arts Martiaux à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch. Pas un mot sur l'interpellation, du riverain de la rue Pégoud, à propos des travaux en cours, autour, de l'espace Plein Air, installation d'une station service ou pas, mais aussi sur le non respect de l'information nécessaire due aux riverains. Pas un mot du riverains de l'avenue Cartigny, membre de l'association de l’Orphelinat de la police, qui a émis de fortes et justifiés critiques sur la police municipale. Pas un mot sur le projet du promoteur immobilier Cogédim , dont nous trouvons pourtant une publicité « bucolique » page 8.

Le Maire de droite extrême face aux lecteurs du « journal municipal ». 5 pages sur les 32 pages du journal, soit 16% de l'espace rédactionnel sont consacrés à cette opération d'auto-promotion. Petit rappel, le rédacteur de Folio s'étant inscrit pour participer à cette table ronde a été interdit de participation. Par ailleurs, chacun peut constater que sur les 11 personnes retenues, seules 9 ont vu leur question retenue. Il serait intéressant de savoir et de connaître les questions qui n'ont pas eu l'honneur d'être publiées.

Une question a été posée sur la Maison des Arts Martiaux, il est dommage que le maire droite extrême n'ait reconnu pas, comme il l'avait à la réunion, du 18 mars 2017, organisée par les riverains que l'endroit de cette implantation avait été fait sans concertation préalable avec les habitants du quartiers.

Par ailleurs, pour justifier ce choix, le maire de droite extrême, comme à son habitude dit qu'il a évité le pire , en évoquant la possibilité de l'arrivée «  d'une école sectaire ». Bien entendu, il est dans l'incapacité de justifier cette allégation.

Le choix d'utiliser la peur est inacceptable, mais surtout elle est révélatrice d'une gestion de notre ville au jour le jour et en dehors de tout projet urbain cohérent. Alors, devant la surprise de mobilisation citoyenne pour défendre l'intérêt général, cette municipalité de droite extrême utilise les bas expédients. Scandaleux.

Les filles prennent rendez-vous. Deux pages sont réservées aux championnats de France par équipes première division de judo. Les deux clubs de notre ville participaient à ce championnat le BMS Judo et l'ESBM Judo. Dans cette compétition nos deux clubs ont également brillé. Dans ces conditions le compte rendu qui en fait est totalement impartial et ne traduit pas la réalités des faits.

Il faut rétablir la vérité, si l'équipe féminine de l'ESBM a obtenue des résultats, elle doit essentiellement au transfert de l'équipe féminine de Levallois, vers le club de notre ville, il aurait correct de le signaler. Par ailleurs, si l'équipe féminine a obtenue de bons résultats, cela n'a pas été le cas pour l'équipe masculine de l'ESBM. La situation c'est inversé pour le BMS-judo qui a eu de bons résultats avec les garçons et des moins bons avec les filles.

Mais, maintenant au Blanc-Mesnil si vous ne faites pas allégeance au maire droite extrême, vous n'existez plus, et pour se faire le maire droite extrême met tout en œuvre pour nous faire croire qu'il n'y plus au Blanc-Mesnil qu'un seul club de judo ce qui est totalement faux.

Tout cela pour justifier des décisions d'attribution de subventions inégalitaires entre les deux clubs. Jeudi 30 mars 2017, le BMS judo se verra attribuer 25 600€ et l'ESBM judo 58 750€. Inégalitaire car les deux clubs ont un nombre équivalent de licenciés et des résultats équivalent voire meilleur pour le BMS-judo.

Voilà, les objectifs de l'article sur le judo du n°58 du « journal municipal » trompés les blanc-mesnilois sur la réalité des faits pour justifier l'injustifiable.

Ce « journal municipal » n'a plus rien de municipal c'est un mauvais outil de propagande, au service d'un clan.