arbre aux palabres

Hier soir, le conseil de quartier centre ville s'est réuni. Une bonne centaine de blanc-Mesnilois étaient présents. La réunion présidée par Madame Hersemeule s'est déroulée de la manière suivante, une courte intervention de l'adjointe au maire et les interventions « des trois coordinateurs » La première présentait en particulier les questions sur l'urbanisme qui de fait revenait à faire le point sur les constructions de la spéculation immobilière dans le quartier, elle n'était pas très précise sur le nombre de logements qui allait être construit et elle ne connaissait un projet de construction d'un équipement dans ce quartier.. Les deux autres se contentant de donner quelques informations sur l'action de la municipalité, une série de chiffres en particulier sur l'activité de la police municipale, mais aussi sur les 38 ampoules qui ont été remplacées sur les lampadaires ( info il manque une ampoule sur un lampadaire de l'Avenue Henri Barbusse entre la rue Audran et la rue Olivier Metra).

Ensuite nous sommes passés aux interventions de la salle. Il y a eu trois interventions des habitants de la rue Victor Basch, trois interventions sur le même problème. Ces interventions pour s'étonner que la municipalité puisse vouloir construire au cœur ce secteur pavillonnaire, une Maison des Arts Martiaux de 4000 mètres carrés, sur un foncier de 2000 mètres carrés à l'angle des rues Paul Langevin et Victor Basch, pouvant accueillir des compétitions et avec une amplitude d'ouverture allant de 7h à 23 h. Cette décision municipale ayant été prise sans aucune concertation préalable. Cette décision allant à l'encontre de la préservation du caractère pavillonnaire du quartier, aggravant les nuisances autoroutières déjà très importantes, stationnement, bruit. Il a été demandé l'arrêt de ce projet, Madame Hersemeule s'est engagée à transmettre cette demande ferme des riverains à la municipalité. Les riverains estiment que ce projet pourrait être par exemple implanté sur le complexe sportif Paul Eluard où il existe d'importante surface de foncier disponible.

Il va de soit, que les riverains ne pourront pas se contenter une information, l'arrêt de ce projet est une exigence, qui était partagée par la salle.

Un riverain de la rue Pégoud est intervenu à propos de la démolition du magasin Euromaster et sur l'éventualité de l'implantation à sa place d'une station service. Il a fait remarquer que la législation sur les permis de construire n'avait pas été respectée. Il s'est inquiété lui aussi des nuisances et des dangers que pourraient apporter l'implantation d'une station service dans ce secteur. La conseillère municipale déléguée à l'urbanisme et présidente de l'association « Sauvons nos Pavillons » à essayer de botter en touche en indiquant que les permis de construire étaient affichés dans le hall de la mairie et que le responsable était le magasin Leclerc. Pourtant, jusqu'à preuve du contraire les permis de démolition et de construire sont toujours délivrés par la municipalité.

Un riverain de l'avenue Cartigny est intervenu avec force et précision sur les question de sécurité publique. Il a pris comme exemple le fait qu'une voiture est mal garée à l'angle des rues Cartigny et de la Paix, il a indiqué qu'il avait interpellé le maire le 4 février 2017 et que visiblement cela restait sans effet. Il a aussi émis des critiques fortes et pertinentes sur l'organisation de la police municipale.

Après, cette belle intervention qui a été applaudie par la salle, le reporter de Folio du Blanc-Mesnil a quitté la réunion.

Pour information au Conseil de quartier, il y a trois baies vitrées du club de loisirs JB Clément et une baie vitrée du préau de l'école maternelle Jules Ferry qui tiennent avec du scotch, il y a donc danger pour les enfants qui utilisent ces locaux.