liberté d'expression 1

Au Blanc-Mesnil, les moyens de la liberté d'expression ont été supprimés, par Meignen le maire de  droite extrême (voir l'article dans Folio du 17 mars 2016). En effet, les espaces dédiés à l'affichage libre ont été enlevés. Meignen et sa majorité municipale de droite extrême ont une conception de la démocratie comparable à celle qui règne en Corée du Nord. Les commissions du conseil municipal ne sont pas réunies.Les membres des conseils de quartiers ont été désignés, exclusivement, par le Maire de droite extrême. Le journal "municipale" est l'organe central du parti "Les Républicains". Les salles municipales sont attribuées sous des critères d'allégeance. 

Le 7 janvier 2017, Didier Mignot est intervenu auprès de la sous-préfecture du Raincy, pour demander que les panneaux d'affichage prévus par la loi soient de nouveau mis en place, pour permettre aux associations et aux partis politiques de pouvoir informer les Blanc-Mesnilois en toute liberté et en préservant l'environnement. Vous trouverez ci dessous la réponse de Monsieur le sous préfet du Raincy, elle indique qui va intervenir auprès de la municipalité afin que de nouveau la loi soit respectée au Blanc-Mesnil. 

En quelques jours, la justice et l'Etat rappellent à MEIGNEN qu'il est nécessaire que la municipalité respecte la loi. Certes, Meignen trouve l'Etat "pinalleur", la Caf "sermonneuse". Certes, il voudrait faire tout et surtout n'importe quoi, c'est à en dire autre prendre ses aises par exemple avec le Plan Local d'Urbanisme, ou les projets des MPT, mais le n'importe quoi de Meignen n'est pas en conformité avec l'intérêt général, alors l'action des élus de gauche est nécessaire, utile pour défendre et protéger l'ensemnle des Blanc-Mesnilois.

Sous préfet à dm