opievoy

Lors du Conseil Municipal, du 12 décembre 2016, les locataires de l'Opievoy ont manifesté et les élus de gauche ont exprimé leur opposition à la proposition de Meignen de préempter les 2063 d l'Opievoy. Tout au long du mois de décembre 2016, Folio a publié sur ce dossier une série d'articles.

Aujourd'hui, nous apprenons que le contrôle de la légalité de la préfecture de Seine-Saint-Denis vient de déposer un référé pour obtenir la suspension de cette préemption en urgence.

Ce choix de la préfecture de Seine Saint Denis confirme le bien fondé du choix que les élus de gauche ont exprimé en s'opposant au choix aventureux de la municipalité de droite extrême dirigée par Meignen.

Au même moment nous apprenions par la presse que le Maire d'Aulnay sous bois était pour le moins agacé par les déclarations de Meignen sur l'éventuel rachat par l'office d'HLM d'Aulnay sous bois des logements de l'Opievoy.

La lecture attentive de la déclaration du maire d'Aulnay montre que l'argumentation de MEIGNEN lors du conseil municipal du 12 décembre 2016 n'était pas conforme à la réalité.

Bref, à ce moment la stratégie de casino de MEIGNEN prend l'eau de toute part. Bien entendu, il ne s'agit pas nous de vendre la peau de l'ours, avant que la décision de justice n'ait été prononcée. Mais, il en n'est pourtant pas moins vrai que Meignen ne reçoit pas le soutien de ses amis politiques et que sa décision est contestée par le contrôle de légalité de l’État.

Ce dossier est révélateur des pratiques et des choix politiques de MEIGNEN. Petit rappel le maire de droite extrême de notre commune n'hésite pas à jouer avec les finances publiques, la préemption a un coût 67 millions d'euros , c'est dire la moitié du budget annuel de notre ville ou près de 2 fois le budget d'investissement. MEIGNEN a reçu de sa majorité municipale de droite d'extrême la possibilité de dépenser 67 millions d'euros, alors que nous savons aujourd'hui qu'il n'avait aucune perspective de revente auprès des bailleurs sociaux de sont choix.La décision de préemption portée par Meignen et approuvée par sa majorité droite extrême est et était totalement irresponsable et pourrait conduire à la faillite de notre ville.

Cette affaire démontre que le maire du Blanc-Mesnil confond sa fonction élective, avec le métier de promoteur immobilier. Il confond la nécessité de défendre et de développer l'intérêt général, avec son obsession de privilégier les affaires des officines de la spéculation immobilière.

Le pire se trouve dans la travestissements des mots. Le 12 décembre 2016, le maire de droite extrême a présenté sa proposition au nom de sa volonté de protéger les locataires de l’Opievoy. Comment le croire, alors que dans le même temps il déclare qu'il y a trop de logements sociaux dans notre ville. Sa proposition du 12 décembre 2016 a et avait comme unique objectif de trouver des bailleurs qui lui auraient permis de chasser de notre ville les ouvriers et les employés, cette catégorie sociale qu'il exècre, puisqu'il va jusqu'à interdire dans son PLU l'implantation d'entreprise à caractère industriel. C'est parce qu'il ne trouve pas assez rapide la modification sociologique de notre commune avec le bétonnage en cours qu'il veut permettre à ses amis de la spéculation immobilière de faire main basse sur plus de 2000 logements sociaux, pour organiser ensuite la vente des logements à la découpe, pour en chasser les actuels locataires.

D'aucun pourrait nous rétorquer, que nous voyons le mal partout. Pourtant, regardons objectivement ce qui a été fait depuis avril 2014. L'essentiel des modifications est le fait de la spéculation immobilière. Nous avons pas oublier qu'une des premières décision a été de chasser les organisations syndicales de la bourse du travail, comme nous nous souvenons de la privatisation des MPT, pour en chasser la vie associative qui les animait. Bref, tous les choix ont été effectués pour permettre à la spéculation immobilière de faire main basse sur la vie.

Pour notre part, nous souhaitons que la justice donne un coup d'arrêt à la dérive ultra libérale qui est à l’œuvre aujourd'hui sur notre ville et qui la dénature. Comme nous le disons depuis le début, nous souhaitons que le patrimoine des logements sociaux de l'Opievoy de notre commune soit transférer à l'OPH 93.

Nous savons aussi, que comme sur tout les dossiers sans l'intervention massive des citoyens, il n'y aura pas de transformation positive des conditions de vie et de logements. Voilà pourquoi Folio du Blanc-Mesnil soutiendra et participera à toutes les actions citoyennes qui conduiront au mieux vivre bien ensemble.

A l'évidence, il y aura un avant et un après dans la résolution de ce dossier. Dès à présent il met en exergue que MEIGNEN est isolé et que sa gestion conduit le contrôle de légalité à saisir la justice.