manif au conseil municipal

Encore une manifestation, lors du conseil municipal du 24 novembre 2016, depuis avril de 2014, cette situation se renouvelle régulièrement. Elles ont pour thème, le refus du clientélisme, la contestation de la manière dont est utilisée l'argent publique, les inégalités de toutes sortes pour favoriser un clan politique.

La manifestation d'hier a été organisée par le collectif « Les associations du Blanc-Mesnil » que vous pouvez contacter à l'adresse suivante:assobmencolere@gmail.com

Ce collectif a pour objectif :

-Le respect de la liberté associative

-L'égalité de traitement pour toutes les associations

manif au conseil municipal 2

-La transparence dans l'attribution des subventions sur la base de critères connus de tous.

-La mise en place d'un Comité Local de la Vie Associative

-L'organisation et la tenue des états généraux de la vie associative du Blanc-Mesnil.

Hier soir, les élus de gauche ont apporté leur total soutien à cette manifestation et fait une déclaration qui acte ce soutien.

Les associations sont l'expression d'une liberté publique. En France, une liberté à valeur constitutionnelle. L'argent public par le subventionnement apporte l'aide nécessaire à la vie de l'association et permet de diversifier, l'offre culturelle, sportive, de loisirs et de solidarité pour tous les habitants.

manif au conseil municipal1

Chacun pourrait penser que cette bataille pour la liberté des associations est une bataille secondaire par les temps qui courent. Nous allons par un exemple concret faire la démonstration que les choix discriminants fait par la majorité municipale de droite extrême ont des conséquences extrêmement graves pour les habitants.

Le cas de la Régie de Quartier est significative des choix de régressions sociales portées par MEIGNEN.

La Régie de Quartier a pour objectif insertion par l'économique, en clair permettre à celles et à ceux qui ont beaucoup de difficultés de retrouver le chemin de l'emploi. Petit rappel notre ville compte près de 5900 demandeurs d'emploi. La Régie de Quartier est un outil d'insertion qui permis depuis plusieurs années à des centaines des centaines de Blanc-Mesnilois de retrouver du travail.

Pour MEIGNEN, une structure solidaire qui est efficace et contraire à ses dogmes idéologiques, elle doit être combattu, d'autant plus combattu qu'il n'a pas pu en prendre le contrôle. Alors, pour cela il a choisi de la tuer économiquement, pour cela il a supprimé les marchés d'entretien qu'effectuait la Régie de Quartier pour la commune.

Résultat des choix de MEIGNEN, 16 salariés de la Régie de Quartier, vont retrouvés les chemins de Pôle Emploi.

Ainsi, nous faisons la démonstration que les choix dogmatiques de MEIGNEN ont des conséquences graves pour les habitants du Blanc-Mesnil. Mais ces choix idéologiques mettent aussi en exergue un clientélisme nauséabond.

En effet, après avoir casser le marché de la Régie de Quartier, la municipalité de droite extrême à lancer un nouvel appel d'offre, pour assurer une partie des travaux dont elle venait de priver la Régie de Quartier.

Curieusement, une SARL récemment créer, qui avait obtenu un petit marché de nettoyage pour la ville s'est portée candidate. L'offre de marché faite par cette SARL fantomatique atteignait un niveau de prix extravagant et ne pouvait concourir sérieusement face aux offres d'autres sociétés ayant pignon sur rue. Alors désolation et recherche active, pour trouver une analyse des offres qui aurait permis à la Commission d'appel d'offre d'attribuer le marché à la SARL fantomatique, catastrophe cette analyse ne l'a pas permis. Alors de dépit le marché a été déclaré infructueux.

Comme vous le voyez, sous les choix idéologiques, il ne faut pas gratter longtemps pour s'apercevoir que le vecteur véritable est de faire faire du profit aux amis.

Ce dossier est révélateur des pratiques de cette municipalité de droite extrême, elles pour résultat, le premier le nettoyage des locaux et d'une partie de la voirie ne sera pas effectué correctement et le second la mise au chômage de 16 Blanc-Mesnilois.

La maltraitance des libertés associatives, depuis avril de 2014, produisent des régressions sociales importantes qui ont des conséquences gravissimes pour des dizaines et des dizaines de familles Blanc-Mesniloises.