judo

Le numéro 47, « du journal des mensonges municipaux », fait sa « une » sur le sport au Blanc-Mesnil . Un dossier important est consacré au judo, une double page pour mettre en exergue l'arrivée sur notre ville 10 de sportifs de haut niveau venant de chez Balkany.

La manière dont cela est présentée, qui ne pourrait être intéressé par ce projet. Mais comme d'habitude, la présentation est biaisée. Cet engouement spontané pour le club de judo ESBM est tout sauf naturel.

La plupart des athlètes qui viennent de prendre leurs licences dans ce club ont été jusqu'à la saison dernière membres du judo club de Levallois dont le maire n'est autre que Balkany.

Chacun connaît les méthodes de gestion de Balkany, la commune de Levallois est la plus endettée de France 8344€ par habitant, afin que vous puissiez faire une utile comparaison, la dette par habitant de notre ville est de 1702€.

Dans ce cadre, le judo club de Levallois n'était plus en mesure d'assurer les salaires de ses athlètes de haut niveau. Bref, c'était la débandade. L’atterrissage de l'équipe féminine du club de Levallois à l'ESBM s'est négocié entre MEIGNEN et Roger VACHON, cette négociation a fait une victime la non sélection d'Annabelle EURANIE, car il ne fallait à aucun prix qu'une membre du BMS judo participe aux Jeux Olympiques.

L'aspect particulier de ce dossier montre que le maire de droite extrême est devenu de fait le président de l'ESBM judo et décide en lieu et place des dirigeants du club, qui ne sont autorisés dans ce mercato qu à être sous le charme.

A partir de ce constat, nous ne pouvons que constater que l'autonomie de décision et de gestion du club ESBM est totalement annihilé. L'ESBM est devenu un objet de promotion de la politique de droite extrême. Afin que la main mise politique soit totale sur ce club, elle s'accompagne d'une domination financière.

Dans ce cadre, la promotion d'athlètes Blanc-Mesnilois est complètement sacrifiée, pour satisfaire les objectifs politiques du clan maire.

Donc, la morale, l'éthique, le respect de la loi 1901 sur la liberté et l'autonomie de la vie associative sont sacrifiés cyniquement sur l'autel des intérêts politiciens. Nous sommes là, aussi, loin des promesses électorales de la campagne des municipales de mars 2014.

Mais, les questions financières ne doivent pas être négligées dans ce dossier. Car ne l'oublions pas le début de cet étrange mercato prend naissance sur la débandade financière du club de Balkany maire de Levallois. Pour éviter que le licenciement ,des athlètes de haut niveau de Levallois, ennuie les responsables politiques amis de Levallois, une idée de génie à traverser l'esprit cynique du maire Blanc-Mesnil faisons payer l'addition au Blanc-Mesnilois.

Pour cela, il nous faut revenir au budget primitif 2016 de notre ville. Nous avions écrit à cette époque au Préfet de Seine Saint Denis (Voir l'aricle du 23 mai 2016 dans Folio), pour lui faire part de nos inquiétudes sur la dévire que nous constations, sur l'augmentation de 5 507 avec 078€ soit + 6% des dépenses de fonctionnement et pour limiter une dérive encore plus importante MEIGNEN avait amputé les subventions aux associations, à la Caisse des écoles, à la CCAS de 1 593 984€ en moins par rapport à 2015. Mais nous voyons bien aujourd'hui que le budget primitif 2016 n'était qu'un effet d'annonce et 'avec MEIGNEN nous sommes entrés dans une grave dérive de l'endettement de la ville.

A la fin du mois juin 2016, les présidents d'association ont été réunis, il a été annoncé que les subventions allaient être amputés de 10%. Mais à l'édivence, il y aura une inégalité de traitement, puisque l'ESBM va voir sa subvention passer à 150 000€. Cette subvention va servir uniquement à payer les salaires des 10 athlètes de haut niveau qui viennent de rejoindre ce club. Il faut rajouter à cela que deux salariés de la ville et rétribuée par elle travaillent pour l'ESBM. Mais, il est aussi évoqué l'arrivée d'un financement par le sponsoring évalué à 600 000€, espérons que ce sponsoring ne proviendra pas des 0,36€ d'augmentation de la facture de la Nantaise des Eaux conséquence à la décarbonatation de l'eau, car dans ce cas les Blanc-Mesnilois paieraient deux fois, l'objet de promotion et de communication politique de MEIGNEN, une fois avec les impôts locaux et une seconde fois avec leur facture d'eau. Chacun conviendra que les caprices du maire de droite extrême commencent à coûter bonbon aux contribuables Blanc-Mesnilois.

Folio pense que l'arrivée des judokas de Levallois au Blanc-Mesnil ne manquera pas de développer des interrogations fortes , questions morales, questions éthiques, questions financières.

Soyez en assurer, Folio du Blanc-Mesnil, prendra toute sa place dans les mobilisations citoyennes à venir.