titi 1

Vœu CDG Express – Groupe « Blanc-Mesnil au cœur »

Conseil municipal du 08 juillet 2016

 

Un projet de desserte directe de l’aéroport Charles de Gaulle (CDG), appelé « CDG Express » fait actuellement l’objet d’une enquête publique.

Dans ces grandes lignes ce projet peut se résumer ainsi :

  • Trajet direct gare de l’Est / aéroport CDG.

  • 24 euros l’aller ; inaccessible avec le Pass Navigo.

  • Coût envisagé : 1,9 milliards d’euros financé par « SNCF réseau » et Aéroport de Paris (ADP). Montage financier probablement déficitaire à terme et nécessitant des financements publics pour compenser les pertes.

  • 76 trains supplémentaires / jour, empruntant les lignes K, le TER Picardie, les lignes de fret et, en cas de perturbation, la ligne du RER B.

  • 20 000 « clients » par jour estimés (ligne B = 900 000 usagers / jour)

Le conseil municipal du Blanc-Mesnil (93) s’oppose à ce projet, principalement pour les raisons suivantes :

  • Il met en place un train pour « privilégiés » alors que 900 000 usagers du RER B, dont de nombreux Blanc-Mesnilois, connaissent régulièrement la « galère » d’un service dégradé.

  • Il dégradera encore les conditions de transport car il empruntera les voies aujourd’hui déjà utilisées par transports en communs ferroviaires publics.

  • Il aggravera les nuisances sonores par une circulation de trains rapides de 5 h à minuit 365 jours/an

  • Il est inutile car la ligne 17 du futur métro automatique prévue pour 2024 offrira une nouvelle desserte de l’aéroport pour les voyageurs et les salariés de la plateforme aéroportuaire, au prix du Pass Navigo.

  • Il amputera une plaine agricole de Seine et Marne de 25 hectares

Le conseil municipal demande à l’Etat, maître d’ouvrage, d’abandonner le projet CDG express et verse à l’enquête publique en cours le texte de ce vœu adopté en sa séance du 08 juillet 2016.

Ce début de mois juillet 2016 souligne la vrai nature des choix politiques de Meignen, mais aussi le scandale qui porte très haut ses manipulations. En effet, sur trois dossiers, Europa City, le Pass Navigo, le CDG Expresse il tourne le dos à ses engagements publics .

Tout cela n'est pas surprenant, pendant des mois, il a affirmé son opposition au grand projet inutile d'Europa City, mais les intérêts de Valérie Pécresse et de la famille Mulliez exiilée fiscale, du groupe Auchan, de l'entreprise Immochan sont plus important que la pérennité des commerces de proximité de centre ville, des espaces culturels, des emplois, car il ne faut pas oublier que la grande distribution détruit 3 emplois, pour 1 emploi crée, de plus le grand projet inutile Europa City sera destructeur de plus de 80 hectares de terres agricoles les fertiles d'Europe.

Par son retournement de veste Meignen, tourne le dos au Collectif Pour le Triangle de Gonesse, aux adhérents LR de la 4° circonscription de Seine Saint Denis qui le 17 mai 2017 sous la direction de Vijay Monamy avaient fait le choix de s'opposer à ce grand projet inutile, mais, plus grave par ce choix inique, il signe l'arrêt de mort du commerce de proximité dans notre ville, il choisit les intérêts financiers du groupe Auchan contre l'intérêt des petits commerçants du Blanc-Mesnil.

Pour se faire élire au Conseil Régional d'Ile de France, Valérie Pécresse et Thierry Meignen avaient promis de ne pas augmenter le Pass Navigo. Six mois,aprés leur élection, là aussi sans surprise, ils renient leur engagement et celui va augmenter de 3€ par mois. Ce choix indique que la situation des salariés, de leur pouvoir d'achat qui baisse depuis des années et l'amélioration de leurs conditions de transport  ne sont leur préoccupations. La aussi, les intérêts financiers priment sur l'intérêt général. Petit rappel le salaire moyen d'un salarié Blanc-mesnilois est de 1178€ par mois

Le CDG Express, vieux serpent de mer, porté par l'oligarchie financière vient de faire sa réapparition. Lors, du dernier Conseil Municipal le 8 juillet 2016, les élus du groupe Blanc-Mesnil au Coeur ont déposé un voeu afin que notre ville se prononce contre ce projet (voir le texte de ce voeu publié ci dessus). Une nouvele fois le maire de droite extrême à tourner casaque. Il a pris le prétexte du Brexit pour justifier son changement de position, là aussi les intérêts de la finance intenationale ont servi de base à son propos. Comme le souligne, le voeu de la gauche, il a choisi une minorité 20000 voyageurs jours, contre les 900000 usagers du RER. Car n'en doutons pas ce projet éliste se fera au détriment des investissements nécessaire à l'amélioration et à la modernisation du RER B. Bref, de nouveau Meignen tourne le dos aux engagements qu'il avait pris vis à vis des Blanc-Msnilois usagers du RER B. La majorité municipale s'est prononcé contre la proposition des élus Blanc-Mesnil au Coeur

Les écrits, engagements et les paroles, de MEIGNEN, n'avaient pas beaucoup de valeur, aujourd'hui, ils n'en ont plus aucune.