croquis d'ambiance

Pour la majorité de droite extrême, la seule chose qui lui importe c'est que l'on parle d'elle, comme nous sommes d'une extrême gentillesse nous allons vous conter deux petites histoires, à mettre au compte des dépenses inutiles. La famille se lézarde et quelques uns de ses membres commencent à être exaspérer, par les comportements autoritaires du deuxième étage de l'hôtel de ville,ils parlent.....

En avril 2014, pour tenter de faire croire que rien n'existait avant eux, les élus de droite extrême ont décidé, entre autre affaire urgente, de dénommer le Forum, «le théâtre neuf» belle symbolique, tout le monde s'en fout et s'en fout tellement que le flop est à la hauteur de l'inconsistance  des pieds nickelés qui croyaient maîtriser la direction de la politique culturelle dans notre ville. Mais ils ne savaient pas que leur maître était le conseiller spécial, vous savez , celui qui a un avis sur tout, mais surtout un avis. Résultat le directeur des affaires culturelles, ami de l'adjoint au maire délégué à la culture, et sa famille sont virés au 31 mars 2016.

Le seul succès médiatique de ces deux premières années aura été l'annulation d'un concert de Grand Corps Malade. En terme en notoriété et valorisation d'un espace culturel, le buzz a été très contre productif.

Alors, le conseiller spécial dont la compétence se limite à la spéculation immobilière, prend conscience que pour attirer l'immobilier, il faut une belle image de la commune. Notre génie du béton touché par la grâce aurait eu l'idée de géniale changer une nouvelle fois le nom de l'espace culturel de notre ville, après le Théâtre Neuf, il semblerait que le prochain nom serait: le théâtre du Blanc-Mesnil. Voilà qui souligne une imagination foisonnante.

Comment des gens, généreusement rétribués, peuvent-ils penser, que le changement de nom serait la décision qui pourrait redonner à l'espace culturel de notre ville, de la visibilité et de la notoriété. La notoriété cela se construit, cela exige un projet culturel, mais de cela la droite extrême en est bien incapable. Comme le souligne ce qui suit.

Le directeur du conservatoire, l'ami de la famille Dassault est inquiet, à propos d'un concert qui devrait avoir lieu le 25 juin 2016, encore un qui n'a pas compris comment fonctionne le deuxième étage de l'Hôtel de ville et il avait oublier que le vrai décideur c'est le conseiller spécial.

Ne pas croire que le débat porte sur la qualité du concert, non, il s'agit qu d'un problème de fric, car c'est la seule chose qu'ont en commun le maire de droite extrême, le conseiller spécial et le directeur du conservatoire (il y a bien un autre point commun, mais...seuls ceux qui le subissent peuvent en parler).

Nous sommes dans l'angoisse, auront nous droit à un concert le 25 juin 2016 ? avec cette nouvelle bouffonnerie, l'avenir du directeur du conservatoire deviendrait-il précaire ?

Bref, tout cela montre une politique sans consistance, qui godille aux caprices de quelques roitelets falots, imbus d'eux mêmes, qu'ils se dévorent entre eux ne seraient pas grave, mais cela a un coût,  les dérives des dépenses de fonctionnement le soulignent et  annoncent la débâcle des finances locales du Blanc-Mesnil.