place de l'eau

Le Parisien du 21 mars 2016, édition de Seine Saint Denis, nous laisse entre le rire et l'accablement. L'actuel maire de droite extrême communique, une nouvelle fois, sur la baisse de 10% du prix de l'eau, dont la plus grande part provient de la réduction de la part communale, qui sera payée par les impôts locaux, pour préserver les dividendes des actionnaires de la Nantaise des eaux. Ce choix aura des conséquences néfastes sur l'entretien du réseau. Le changement, nous le voyons déjà, la nouvelle société nous informe qu'elle va venir relever nos compteurs, alors que depuis plusieurs années cela était fait par électronique. Autre inquiétude, celles et ceux qui avaient choisi le prélèvement automatique, vont-ils avoir la continuité de cette possibilité.

C'est peut-être pour cela que le maire de droite extrême fait de la mousse, pour faire oublier les ennuis que ce changement de distributeur de l'eau ne va manquer de provoquer. Et surtout pour nous faire oublier sa promesse de faire baisser la facture de 25%.

L'accablement, vis à vis cette volonté du maire de droite extrême de vouloir nous faire croire à tout prix que Blanc-Mesnil n'existait pas avant avril de 2014.

C'est dans un acte royal de 1060 que pour la première fois qu'apparaît le nom de Blanc-Mesnil sous la forme de « Mansionale Blavum » qui signifie Blanche Maison. 1453 apparaît Blanc Mény, puis sous sa forme presque actuel en 1775 Blanc-Mênil.

Bref, cette volonté de rayer d'un trait de plume tout ce qui a fait Le Blanc-Mesnil d'aujourd'hui, a des relents très nauséabonds.

Tout aussi accablant d'annoncer le 21 mars 2016 que l'eau sera 100% Blanc-Mesniloise. Oui l'eau qui arrive à notre robinet est 100% Blanc-Mesniloise depuis 1928.

Par ailleurs, l'évocation de la Morée et de la Molette est ambigue.

L'eau qui est distribuée au Blanc-Mesnil provient de 5 forages puisant l'eau à plus de 100 mètres de profondeur dans des nappes profondes du SPARNACIEN. L'eau est de qualité minérale, certes un peu calcaire. Donc, 5 puits 3 sur le territoire de notre commune et 2 dans le Val d'Oise. Ces 5 puits sont la propriété de la commune. La production est de 3 millions de mètres cubes, dont bon an, mal an un million de mètres cubes sont vendus à Véolia. L'eau est stocké dans deux réservoirs de 2500 mètres cubes. Le«nouveau château d'eau» sert à maintenir la pression.

Bref, depuis près de 90 ans l'ensemble des municipalités de gauche ont organisé la distribution de l'eau.

Le maire de droite extrême veut faire croire qu'il a inventé la poudre, malheureusement ce n'est que la poudre yeux, pour envelopper de ténèbres les promesses non tenues.

Pour notre part, nous continuerons d'agir pour que la distribution de l'eau soit faite par une régie communale de service publique. L'EAU EST UN DROIT, elle ne doit servir à distribuer de dividendes à l'oligarchie financière mondialisée.